mardi 3 avril 2012

Le jardinier d'Otchakov Andreï Kourkov ( roman Ukraine )

Le Jardinier d'OtchakovLe jardinier d'Otchakov

            Ou la vie pour partie extra-ordinaire d'Igor né à Kiev, habitant de Irpen à peine distant de 20 km de la capitale.. Un conte pour adulte. Jours d'automne, tout au long du livre souvent " ... le ciel était grisâtre, nuageux... " et Igor homme encore jeune, inactif, sujet à des migraines à la suite d'un choc à la tête dans son enfance, pourtant il songe " ... toute journée d'existence, qu'elle soit maussade ou torride, avait besoin d'être correctement remplie, faute de quoi on pouvait aussi bien rayer cette date de sa vie... " Il vit avec sa mère et sa rente dans une petite maison. Un jour cette dernière ramène Stépan. Il se dit à la recherche d'un travail et d'un toit. La remise, et les divers travaux d'entretien du jardin seront le point de départ d'une drôle d'histoire. Une énigme tatouée sur son épaule... Nous sommes en 2010. Les ordinateurs d'importation sont d'une grande aide mais aussi dangereux pour de trop habiles informaticiens. Ainsi Kolian très grand ami d'Igor, employé de banque mais aussi hacker craint les menaces des victimes piégées. Ils sont vêtus de vêtements chinois, boivent beaucoup de cognac et de thé. Vodka et nourriture ukrainienne, kasha, catlettes, fument les papirosis. Ambiance. De bagages retrouvés Stépan sort un uniforme de milicien russe, il l'offre à Igor alors !
Là habile, l'auteur nous transporte en 1957 et ce sont les moeurs sous domination de l'URSS. La mafia d'hier et du jour, l'amour. Plus tard Igor plongé dans un livre de recettes de cuisine lit " ...La nourriture ennemie. Elle asservit le peuple. Il n'est qu'à considérer le pêcheur : il appâte le poisson avant de le pêcher, il l'habitue à fréquenter le lieu même où la mort le guette. De la même manière, les ennemis du peuple appâtent l'homme... "
 Et Igor conclura plus tard que la société est composée de forestiers qui abattent et de jardiniers... Par l'auteur du Pingouin, de Laitier de nuit. Plaisir de la lecture.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire