lundi 4 juin 2012

Chaussette Eliezer Steinbarg ( Poèmes in Anthologie de la poésie Yiddish )

Sport, fond noir, T-shirt noir, Écouter
                                     Chaussette

                         La fable ne doit point rougir, fût-ce même d'une chaussette
                         A qui donc parle la chaussette ?
                         Au soulier :
                         - Vous me servez, si moi je sers le pied,
                         Nous sommes bien sûr noués et liés
                         Par des lacets, vous et moi,
                         Par des bandes, lui et moi,
                         C'est pourquoi il va de soi
                         Que je suis votre aînée, comme de moi le pied...
                         Oh ! vous faites le fier ! Écoutez ce que je vous dis !
                         Il se prend pour quelqu'un ! Qui donc croyez-vous être,
                         Un vêtement peut-être ?
                         Attendez plutôt, si Dieu le permet, la semaine des quatre jeudis !
                         Vous perdez tout bon sens, gaine de cuir grossier,
                         Cela vous est pourtant honneur et grâce insignes
                         Que moi chaussette, enveloppant le pied,
                         Moi son ami de peau, vous juge digne
                         D'être mon interlocuteur !
                         Embrassez mon orteil et taisez-vous ! Silence !
                         La face adverse,
                         Le vis-à-vis
                         Réplique : - A votre gré ! chaussette n'est point un habit,
                         Et ne vaut point notre semelle.
                         Ce n'est rien qu'une bagatelle
                         Pour la pantoufle et la chaussure !
                         Toiles d'araignée et fils purs !
                         Et le pied les écoute et, lui, fait ce qu'il veut :
                         Il les piétine tous les deux.


                                                                                   Eliezer Steinbarg
                                                                ( Bessarabie 1880 Czernowitz 1932 - Conteur
                                              il s'inspira notamment de La Fontaine, tout en respectant
                                              les histoires juives. extrait de l'album Anthologie de la poésie
                                              yiddish éd. Poésies Gallimard )






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire