samedi 2 juin 2012

Roman Shmuel T. Meyer

Impasse de la providence, jours de fête Impasse de la Providence

                           Critique, caustique. Anecdotique, descriptions rapides mais pointilleuses, l'auteur nous retient, nous accapare. Nouvelliste n'est pas le titre le plus accrocheur pour un écrivain. Mais Shmuel T. Meyer vit entre Jérusalem et Genève, et les sujets des textes exposent les points critiques des hommes
dans un pays ou un autre. Qui ne reconnaîtra Céline meurtrière à Genève. Certains textes s'adressent à
JChessex. Il y a aussi l'Afghan, qui est-il réellement, un passeur ? Le quotidien à Jérusalem " La visite de
 Ronit Elkabetz ",  " ... Je suis devenu une célébrité locale en louant mon miznone, mon troquet, pour un
film qui a fait le tour du monde... Ils viennent de partout. J'ai eu droit à un article dans le supplément du
shabbat de Maariv.... " Et Tsila " ... n'aimait pas les tâches de vieillesse qui dessinaient sur sa main une
carte du sous-continent indien... " Ne pas manquer " Le prix inique du livre " " Le livre, le poids bombé du poids des mots... " Sautes d'humeur, 28 nouvelles répondent à l'esprit de l'heure, picorées au hasard. Technique, dans " Voler la femme seule  " " ... sa découverte de l'art en général et de la photographie en
particulier... Son premier cliché que l'on peut voir aujourd'hui dans une galerie de SoHo... il venait de
découvrir la fonction photo de son téléphone cellulaire à deux millions de pixel... " Fablets contemporains.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire