mardi 3 septembre 2013

La Muse Vénale Baudelaire - La Muse Malade Baudelaire - Le Guignon Baudelaire( poèmes )





                                                 La Muse Vénale

                    O muse de mon coeur, amante des palais,
                    Auras-tu, quand Janvier lâchera ses Borées,
                    Durant les noirs ennuis des neigeuses soirées,
                    Un tison pour chauffer tes deux pieds violets ?

                    Ranimeras-tu donc tes épaules marbrées
                    Aux nocturnes rayons qui percent les volets ?
                    Sentant ta bourse à sec autant que ton palais,
                    Récolteras-tu l'or des voûtes azurées ?

                    Il te faut, pour gagner ton pain de chaque soir,
                    Comme un enfant de choeur, jouer de l'encensoir,
                    Chanter des Te Deum auxquels tu ne crois guère,

                    Ou, saltimbanque à jeun, étaler tes appas
                    Et ton rire trempé de pleurs qu'on ne voit pas,
                    Pour faire épanouir la rate du vulgaire.


                                                                                                Baudelaire


                                                                        
                                                           *********


jeuxetjouetsenfolie.fr 
                                               La Muse Malade

                    Ma pauvre Muse, hélas ! qu'as-tu donc ce matin ?
                    Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes,
                    Et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint
                    La folie et l'horreur froides et taciturnes.

                    Le succube verdâtre et le rose lutin
                    T'ont-ils versé la peur et l'amour de leurs urnes ?
                    Le cauchemar, d'un poing despotique et mutin,
                    T'a-t-il noyé au fond d'un fabuleux Minturnes ?

                    Je voudrais qu'exhalant l'odeur de la santé
                    Ton sein de pensers forts fut toujours fréquenté,
                    Et que ton sang chrétien coulât à flots rythmiques,

                    Comme les sons nombreux des syllabes antiques,
                    Oû règnent tour à tour le père des chansons,
                    Phoebus, et le grand Pan, le seigneur des moissons.


                                                                                                    Baudelaire


                                                             *********


paperblog.fr                                                         Le Guignon

                    Pour soulever un poids si lourd,
                    Sisyphe, il faudrait ton courage !
                    Bien qu'on ait du coeur à l'ouvrage,
                    L'Art est long et le Temps est court.

                    Loin des sépultures célèbres,
                    Vers un cimetière isolé,
                    Mon coeur, comme un tambour voilé,
                    Va battant des marches funèbres.

                    - Maint joyau dort enseveli
                    Dans les ténèbres et l'oubli,
                    Bien loin des pioches et des sondes ;

                    Mainte fleur épanche à regret
                    Son parfum doux comme un secret
                    Dans les solitudes profondes.


                                                                                              Charles Baudelaire                                                                                                

                                                                                                                         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire