samedi 12 octobre 2013

Le 4è mur Sorj Chalandon ( roman France )

                                          



                                                         Le 4è Mur


            Février 1944 création à Paris, au théâtre de l'Atelier, de l'Antigone de Jean Anouilh, alors que sous l'Occupation Paris est occupé.
            Février 1982, Georges accepte de remplacer son ami Sam gravement malade, à la mise en scène de la même Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth alors en guerre " ... Le Liban se bat contre le Liban... " Sam est grec, juif discret, sa famille a été déportée à Aushwitz, metteur en scène. Idéaliste il impose un choix de comédiens improbables. Voulant faire oeuvre de paix alors que la ville s'écroule sous les bombes, que le snippers observent derrière des meurtrières, il a réuni chiites, sunnite palestinienne, Antigone, chrétiens, phalangistes ( kataëb ), druzes. Georges marié, père, termine ses études d'histoire attendant un poste, surveillant. Il connaît la mise en scène, la pièce, mais son séjour dans cette ville où d'une rue à l'autre les ennemis changent, les discussions avec les comédiens qui lui demandent sa religion, l'émeuvent à l'extrême. Et il y a Marwan, taxi, payé pour conduire ce Français porteur d'un projet absurde à ses yeux. C'est l'époque des camps palestiniens, de Chatila. Pour jouer Georges doit convaincre les comédiens et leur famille que le sujet, les attitudes ne vont pas contre le livre de leur religion. Tout cela sombre peu à peu dans la réalité de la guerre au quotidien. Les états d'âme de Georges laissent un peu sceptiques. " Des villages meurent dans les deux camps... - ... Ce sont les régiments katëb qui sont entrés dans Sabra et Chatila... " Sorj Chalandon a décrit l'lrlande et sa guerre dans d'autres livres, le 4è mur, ce mur invisible que les comédiens inventent entre la scène et le public, même guerre sous d'autres cieux.               
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire