samedi 7 juin 2014

Contrerimes 4 Naples Nouvelles Contrerimes ( Paul-Jean Toulet ( Poèmes France )

                                       
JPToulet                                                           Contrerimes    -  1 - 4 

            - Enfin, puisque c'est Sa demeure
              Le Bon Dieu, où est-y ?
            - Chut, me dit-elle. Il est sorti,
              On ne sait à quelle heure.

            Et de nous tous le plus calé,
                 Je dis : - Satan lui-même
            Ne sait en ce désordre extrême 
                 Où diable Il est allé.  
               

                                                            *****

            Iris, à son brillant mouchoir,
                 De sept feux illumine
            La molle averse qui chemine
                 Harmonieuse à choir.


            Ah, sur les roses de l'été,                                
                 Sois la mouvante robe,
            Molle averse, qui me dérobe
                 Leur aride beauté.
                                                                                                                       vvangogh
            Et vous, dont le rire joyeux
                 M'a caché tant d'alarmes,
            Puissé-je voir enfin des larmes
                 Monter jusqu'à vos yeux.


                                                             *****

            Ces roses pour moi destinées
                  Par le choix de sa main,
            Aux premiers feux du lendemain,                            
                  Elles étaient fanées.
                                                                                                     
            Avec les heures, un à un,                                        
                  Dans la vasque de cuivre,
            Leur calice tinte et délivre
                  Une âme à leur parfum

            Liée entre temps, ô Ménesse,
                  Qu'à travers vos ébats,                                                                renoir
           J'écoute résonner tout bas
                  Le glas de ma jeunesse.


                                                                *****

            Le coucou chante au bois qui dort
                  L'aurore est rouge encore,
            Et le vieux paon qu'Iris décore
                  Jette au loin son cri d'or.

            Les colombes de ma cousine
                  Pleurent comme une enfant                                              
            Le dindon roue en s'esclaffant :                                                
                  Il court à la cuisine.                                                                    

                                                                                                                   lejardindeden.centerblog.com
                                                  *************************

                                                                 Naples

            Naples embaumait, lorsque j'y fus,
                 L'amour et les oranges,
            Avec de ces odeurs de fanges
                 Qui font le coeur diffus.

            Moi, je rêvais à Barberousse,
                 Tout en faisant semblant
            De me complaire au giron blanc
                 D'une dame assez rousse ;

            Assez, pour qu'on rêvât aussi
                  De vous, charmant Octave,
            En se grisant d'un vin de lave
                  Dont vous buviez ici.

            Mais je regrettais tant d'ordure
                  Qu'on gâche en ce beau lieu.                                              
            Ah, si ces gens savaient un peu,
                  Un peu... d'agriculture.


                                                                                  Paul-Jean Toulet

                                                                          ( février 1921  1è édition )
                                                           

                                 




























                                                        

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire