mardi 17 juin 2014

Expo 58 Jonathan Coe ( roman ( Grande Bretagne )



                                                  Expo 58

            1958. Naïf mais perplexe Thomas Foley employé au Ministère de l'Information, jeune marié et jeune père vit dans un coin tranquille de Londres, Tooting. 1958 est aussi l'année de l'Exposition Universelle en Belgique, et la guerre froide grande consommatrice d'espions ne manque pas de prendre ses marques à Bruxelles. Qui est quoi ? Thomas guindé, policé, étonné mais enthousiasmé est envoyé sur le continent superviser le Pavillon Britannique, notamment le Pub Britannia. Six mois d'exil loin de son foyer, mais un voisin curieux, bavard, apporte son aide à Sylvia, malgré des cors aux pieds et une soeur convalescente. A Bruxelles, dès son arrivée, assez libéré il s'attache à une jeune hôtesse, Anneke, qui ne saura pas que son cavalier est marié et père. Au couple se joignent, pas par hasard, Emily, américaine préposée au rayon aspirateurs, comédienne dit-elle en mal de contrat, Tony superviseur du ZETA. Les découvertes en matière d'énergie atomique européenne intéressent beaucoup un journaliste russe Chersky. Il y a également deux personnages fantômes bien réels cependant qui tiennent la vie et l'avenir de Foley entre leurs main, sorte de Dupont et Dupond. Le Pub marche très fort, patrons et employés s'y retrouvent et boivent force pintes de bière, whisky et vodka servis par Jamie qui n'oublie jamais de rajouter un paquet de chips spéciales sans sel, mais avec sachet à l'intérieur, pour Chersky. L'Atomium brille, Foley brise le quotidien de ses journées agitées par un court séjour à Tooting où l'ennui le consume rompu par une conversation avec sa mère née en Belgique et la découverte après une nuit un peu chaude avec son épouse d'un coussinet anticors au fond du lit. Est-ce grave ? Satire d'une société réunie après des années de guerre cruelle qui espère une paix possible à travers une Exposition Universelle. Sourire et mélancolie.

            


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire