jeudi 26 juin 2014

Larmes d'enfant suivi de Reste n'allume pas la lampe Catulle Mendès ( poème France )



                                           Larmes d'enfant

            Naguère, au temps des églantines,
            J'avais des peines enfantines.

            Mon coeur se gonflait sans raison
            Sous les lilas en floraison.

            A respirer les chauds calices
            Je goûtais d'amères délices.

            Sous les étoiles, pâle et coi,                                                                               Je pleurais sans savoir pourquoi.
                                                     
            Et maintenant je pleure encore,
            Le long des soirs comme à l'aurore ;

            En hiver sous le blanc grésil ;                                        
            Sur les roses pendant l'avril,

            Mes larmes tombent à toute heure :
            Mais je sais bien pourquoi je pleure !                                                                                                                                                                                                              unpeudebonheur.centerblog.com

                                                                                    Catulle Mendès


                                       Reste n'allume pas la lampe

            Reste. N'allume pas la lampe. Que mes yeux
            S'emplissent pour longtemps de ténèbres, et laisse
            Tes bruns cheveux verser la pesante mollesse
            De leurs ondes sur mes baisers silencieux.

            Nous sommes las autant l'un que l'autre. Les cieux
            Pleins de soleil nous ont trempés. Le jour nous blesse.              
            Voluptueusement berçons notre faiblesse                                             modigliani            
            Dans l'océan du soir morne et silencieux.

            Lente extase, houleux sommeil exempt de songe,
            Le flux funèbre roule et déroule et prolonge
            Tes cheveux où mon front se pâme enseveli.                                    

            Calme soir, qui hait la vie et lui résiste
            Quel long fleuve de paix léthargique et d'oubli
            Coule dans les cheveux profonds des brunes tristes ?

                                                                                         Catulle Mendès

                                                                        1843-1909    membre fondateur du Parnasse

            

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire