lundi 2 juin 2014

Le jardin de bronze Gustavo Malajovich ( policier Argentine )


Le jardin de bronze

                                           Le jardin de bronze

            Buenos Aires un jour d'avril 1999, une petite fille Moira revient d'une promenade au parc avec sa nounou Cécilia. Elle raconte "... le monsieur... " Les parents ne prêtent pas attention aux mots de la petite. Ils s'aiment, ils sont réunis et tout va bien. Fabian est architecte ( comme l'auteur ), Lila son épouse ne travaille pas, lit beaucoup, morose, bizarre parfois, elle se fait aidée par Cécilia une jeune péruvienne. Invitée à un anniversaire dans une ludothèque Moira n'assistera pas à la fête. La disparition en compagnie de Cécilia signalée à la police demeurera sans résultat de longs mois. Pourtant un homme s'intéresse à ce drame, Doberti, passé peut-être un peu trouble, petit homme mince, une mèche sur le front qu'il repousse avec le souffle du nez, détective privé pour les assurances, les divorces. Il ne demande pas d'argent à Fabian qui longtemps le repousse, et fera la découverte qui sera le début d'une piste. De longues marches dans la ville, les bars, traversée des avenues, Buenos Aires est une vedette dans le livre. Les policiers sont-ils tous fiables, une piste ténue, un cricket, jouet-trésor de la petite fille qui ne la quittait jamais, retrouvé par une femme droguée, brûlée, pourtant la quête durera encore et encore. Un meurtrier semble se servir d'un masque de bronze pour tuer. Ecouter de la musique, acheter des CD dans une très grande librairie, est-ce possible ? Boire. Doberti a reconstitué avec minutie la chambre de Moira dans son bureau situé dans une tour, bureau où cohabitent un gros chat et une poule. Invité un vendredi au dîner de sabbat les amis regardent le ciel et suivent Vénus, quelque part ailleurs un homme suivra la même étoile dans d'autres circonstances avec le même voeu, pas la même fin. L'enquête avance, tangos argentins, guaranis, malfrats innocents dans ce drame, puis dans la nuit du désespoir, Fabian suit une piste qui le conduit dans la forêt, et c'est la traversée d'un fleuve partagé par des îlots, où les arbres se rejoignent d'une rive à l'autre et la pirogue traverse un tunnel, la quête des sculptures de Rauch. On suit l'enquête au rythme d'un homme las, effondré. Architecte Gustavo Malajovich est aussi l'auteur de scénarios, Los Simuladores est un succès, Le jardin de bronze, son premier roman très réussi aura une suite très attendue.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire