samedi 28 novembre 2015

Correspondance Proust Madame de Noailles 1 et Madame de Caraman-Chimay( lettres France )

Portrait of Anna de Noailles, 1910's
theredlist.com

            A Madame de Noailles

                                                                                                   Peu après le 21 mars 1908

            Madame,
            Si je ne savais que les plus grands sont les plus simples et les meilleurs, toujours en vertu d'une loi naturelle et éternelle, je serais trop confus de votre bonté et de la peine que vous avez prise de m'écrire si gentiment. Mais comme la précédente cette lettre a sa flèche cruelle. C'était " Je pars pour la Grèce ". C'est
"Je pars pour l'Italie ". Et sans doute je ne vous vois pas à Paris. Mais tout de même cela brise la possibilité que chaque jour j'espère réaliser le lendemain sans que les déceptions accumulées ôtent de la force à mon espérance.
                    Et la jeune espérance leur dit :
                    Mes soeurs si nous recommencions.
            Adieu Madame, En ce moment dans mes méditations sur vous c'est de Wagner que vous me paraissez la pareille. J'espère que cela ne vous fâche pas et n'est pas offensant à l'immensité de vos rêves et la toute puissance de votre orchestration; vous qui êtes plus encore plus Siegfried qu'Yseult et dont les vers sur " Les jardins de Lombardie " accouplent les mille timbres d'un orchestre innombrable et
                                                           comme un divin choeur
                     Éveillant mille voix qui chantent dans le coeur                                                
            Madame que je vous admire, que je vous aime et que la séparation constante d'avec vous m'est dure. Avoir vécu à la même époque que vous, dans la même ville, et ne vous voir jamais. Je n'ose plus penser à vous à cause des heurts que cela me donne :
                   J'ai même défendu par une expresse loi                                        theredlist.com
Jean de Gaigneron, Portrait of Anna de Noailles, 1910's, oil on canvas, Musée de la Ville de Paris, Musée Carnavalet, Paris                   Qu'on osât prononcer votre nom devant moi.
            J'ai dit à la princesse de Chimay que je lui raconterais, et à vous, une conversation avec Hermant. Et combien j'avais trouvé son fils gentil. Car je me refuse à croire à l'affreuse hypothèse. Bien que la solennité d'une forme juridique comme l'adoption ne serve plus guère qu'à ajouter quelque saveur à la banalité des situations irrégulières; je ne puis croire qu'il ait voulu parer des dehors infiniment respectables de l'inceste une banale aventure d'homosexualité. Je suis convaincu et certain qu'il n'a nullement ces goûts. Et le jeune homme, comme lui, n'aime certainement que les femmes. D'ailleurs on ne se conduit pas si bien que cela avec les femmes. Adopter ! Mais on n'épouse pas. Il est vrai que l'homosexualité montre plus de délicatesse, car elle se ressent encore de sa pure origine, l'amitié, et en retient quelques vertus.
            Madame brûlez cette lettre au nom du ciel et n'en divulguez jamais le contenu !
            Votre respectueux ami


                                                                                              Marcel Proust


                                                       ~~~~~~~~~~~~~~~~~~


            A Madame de Noailles                                          

                                                                                            Vers la mi-décembre 1908

            Madame
         
            Est-ce que vous voudriez me permettre sans préambules, de vous demander un conseil. Je voudrais quoique bien malade écrire une étude sur Sainte-Beuve. La chose s'est bâtie dans mon esprit de deux façons différentes entre lesquelles je dois choisir. Or je suis sans volonté et sans clairvoyance. La première est l'essai classique, l'Essai de Taine en mille fois moins bien ( sauf le contenu qui est je crois nouveau ). La deuxième commence par un récit du matin, du réveil, Maman vient me voir près de mon lit, je luis dis que j'ai l'idée d'une étude sur Sainte-Beuve, je la lui soumets et la lui développe.
            Pouvez-vous me dire ce qui vous paraît le mieux. J'aurais tant à vous demander pardon que mon épuisement renonce à l'entreprendre, mais ce qui rend mon audace folle est aussi ce qui l'excuse : c'est parce que vous êtes notre plus grand écrivain qu'il est monstrueux de vous ennuyer de ces riens, mais c'est aussi pour cela qu'il est irremplaçable.


                                                                                               Marcel Proust

            Je ne veux pas téléphoner, sans cela je ne vous aurais pas ennuyé(e)  d'une lettre.



                                                          ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


            A Madame de Caraman-Chimay

                                                                                                  102 boulevard Haussmann
                                                                                Lundi de la Pentecôte 8 juin 1908

            (.....)
            Je voudrais vous demander quelque chose qui a l'air stupide et qui est ceci. " Pour quelque chose que j'écris, pour des raisons sentimentales aussi, je voudrais aller à un bal " et n'ai jamais osé faire . Mais demander une invitation à des " particuliers ". Mais mardi ( demain quand vous aurez ceci )  une trentaine de jeunes gens dont M. Philippe de Chimay donnent un grand bal au Washington- Palace. (...... )
Cela me ferait grand plaisir si cela ne vous gêne pas ( ...... )

Afficher l'image d'origine

                                                           ~~~~~~~~~~~~~~~~~


            A Madame de Caraman-Chimay

                         Nuit de vendredi à samedi ( 12 à 13 juin 1908 )

            ( ...... )
            Je ne veux pas laisser finir cette nuit sans vous remercier puisque c'est par vous que j'ai assisté à cette fête merveilleuse où tant de visages comiques faisaient une frise de grotesques incomparables ( .....)
Pour une fête ce fut une belle fête ( ..... )                                              
                                     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire