samedi 23 janvier 2016

Le Sylphe Le vin perdu La fausse morte Paul Valery ( poèmes France )

Afficher l'image d'origine
tpeparfum2011.emonsite.com

                                            Le Sylphe

                 Ni vu ni connu
                 Je suis le parfum
                 Vivant et défunt
                 Dans le vent venu !    
                                                                                                                          mcl.blogs.marieclaireidees.com  
Afficher l'image d'origine                 Ni vu ni connu,   
                 Hasard ou génie ?                                                                                                A peine venu       
                 La tâche est finie !

                 Ni lu ni compris ?
                 Aux meilleurs esprits
                 Que d'erreurs promises !

                  Ni vu ni connu,                                                                                
                  Le temps d'un sein nu                                                                  
                  Entre deux chemises !


                                                             ***************

Résultat de recherche d'images pour "ocean"
colorfull.bigbang.com

                                              Le vin perdu

            J'ai, quelque jour, dans l'Océan,
            ( Mais je ne sais plus sous quels cieux )
            Jeté, comme offrande au néant,
            Tout un peu de vin précieux...

            Qui voulut ta perte, ô liqueur ?
            J'obéis peut-être au devin ?
            Peut-être au souci de mon coeur,                                                     terresacree.org
Afficher l'image d'origine            Songeant au sang, versant le vin ?

            Sa transparence accoutumée
            Après une rose fumée
            Reprit aussi pure la mer...

            Perdu ce vin, ivres les ondes !...
            J'ai vu bondir dans l'air amer
            Les figures les plus profondes...


                                                                       ************
pierre.chabardes.free.fr
Afficher l'image d'origine
                                                    La fausse morte

            Humblement, tendrement, sur le tombeau charmant,
                         Sur l'insensible monument,
            Que d'ombres, d'abandons, et d'amour prodiguée,
                          Forme ta grâce fatiguée,
            Je meurs, je meurs sur toi, je tombe et je m'abats,

            Mais à peine abattu sur le sépulcre bas,
            Dont la close étendue aux cendres me convie,
            Cette morte apparente, en qui revient la vie,
            Fremit, rouvre les yeux, m'illumine et me mord,
            Et m'arrache toujours une nouvelle mort
                           Plus précieuse que la vie.



                                                                                           Paul Valery
                                                                                       ( in Charmes )
                         


           

1 commentaire:

  1. c’est beau Valéry la prose la poésie

    https://www.youtube.com/watch?v=EbtRDMWa2qc

    https://www.youtube.com/watch?v=XNt7EcucljI

    RépondreSupprimer