dimanche 14 février 2016

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui Hugo ( Choses vues France )

Résultat de recherche d'images pour "victor hugo"
maisonsvictorhugo.paris.fr

                                                                                                   Mai 1851

                                                       Le bourdonnement de l'Assemblée
                                                         Ce qu'on entend sur la montagne 
  
            " - Tiens ! c'est ce cafard qui préside aujourd'hui ?
               - C'est le général Bedeau !
              - Général, non, Bedeau, oui.
              - Dis donc, Noël Parfait ?
             - Quoi ?
             - Dombidau est-il à son banc ?
             - Non, Groseille n'est pas là.
             - A propos, Lagrange se bat-il ?
             - Oui.
             - Cette idée ! Il nous a réunis tout à l'heure quatre-vingts dans l'ancienne salle pour nous demander s'il devait se battre. Il croit que l'Elysée veut le faire tuer. Du reste, il est furieux. Il se battra à cinq pas.
             - C'est lui qui a raison.
             - Non, c'est le colonel Laborde.
             - Non, c'est Pierre Bonaparte.
             - Ah ! bah ! Tous ces princes-là !                                                                france-pittoresque.org
Afficher l'image d'origine             - Jules Favre !
             - Eh bien ?
             - Es-tu du banquet de demain, pour le 4 mai, à la barrière des Martyrs ?
             - Non, on ne m'a pas averti, et puis je ne connais pas ça.
             -  Y va-t-on ?
             - Michel n'en a pas grande envie.
             - On dit Miot et Grippo pris en flagrant délit dans le conciliabule du comité de résistance.
             - Eh non, ils étaient à leur banc il n'y a qu'une minute.
             - A propos, avez-vous entendu cette canaille de Mouchy tout-à-l'heure ? Il appelle Dupont
" M. de Bussac ". Sont-ils insolents, ces grands seigneurs ! "

                                                 Ce qu'on entend sur l'autre montagne ( à droite )

            " - M. Leboeuf , avez-vous lu La Presse aujourd'hui ?
               - Ce brigand de Girardin !
               - La France ne sera tranquille que lorsqu'il n'y aura plus de journaux.
               - Pas un seul !
               - Excepté le Moniteur.
               - Et encore, à la condition qu'il ne mettra que les actes officiels.
               - A l'ordre ! A l'ordre !
               - A l'ordre ! Hein, qu'est-ce qu'on a dit ?Je ne sais pas.
               - Gueulent-ils, à gauche !
               - Le petit Thiers n'est pas là ?
               - Non, il n'est pas exact, le petit.
               - Qui est-ce donc qui vote pour lui ?                                                 france-pittoresque.org
Andre-Dupin.jpg               - C'est Janvier.
               - Tiens ! Cette canaille de Lamartine n'y est pas.
               - Non, mais cette canaille d'Hugo y est.
               - Kerdrel, je donnerais tous les poètes pour deux sous.
               - Et tous les avocats pour deux liards.
               - Dupin est donc parti pour son congé ?
               - Il sent venir la révision. Il flaire les coups d'Etat. Quand la maison branle, les rats s'en vont.
               - A l'ordre ! A l'ordre !
               - Hein, qu'est-ce qu'on a dit ?
               - Je ne sais pas. "


                                                                                Mai 1851
numismabeb.free.fr
Résultat de recherche d'images pour "victor hugo"            Pour avoir défendu sous toutes les formes toutes les idées de liberté, de justice, d'humanité, de civilisation, de nationalité, de raison, de vérité, d'intelligence, de gloire, de grandeur, d'émancipation, d'amélioration, de paix, de fraternité, de progrès, pour avoir combattu sous toutes les formes les idées d'arbitraire, de despotisme, d'anarchie, de mensonge, de barbarie, d'oppression, de compression, de tyrannie, d'hypocrisie, d'ignominie, d'intolérance, d'inquisition, d'iniquite, de superstition, de haine, d'abrutissement, je suis aux yeux de la bourgeoisie un monstre.
            Il y en a qui disent qu'il faut me tirer un coup de fusil comme à un chien.
            Pauvre bourgeoisie !
            Uniquement parce qu'elle a peur pour sa pièce de cent sous !


                                                                                                  Hugo Victor
                                                                                                      in Choses vues
         

  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire