vendredi 11 mars 2016

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui journal 53 ( Samuel Pepys Angleterre )





greatthoughtstreasury.com

                                                                                                                       16 août 1661

            Au bureau toute la matinée quoique peu de choses à faire car tous nos commis sont partis aux funérailles de Thomas Whitton, l'un des commis de la Marine, jeune fort intelligent et apparemment aussi assuré de vivre qu'aucun autre commis du bureau. Mais l'heure est à la maladie dans la Cité, comme partout en province, du fait d'une espèce de fièvre, comme on en a quasiment jamais connue, sauf en période d'épidémie.
            En furent victimes notamment Thomas Fuller ( écrivain ) et le Dr Nicholas doyen de Saint-Paul. Le général Monck est très gravement atteint.
            Dîner gaiement chez moi, avec les enfants et mon père. Nous partîmes ensuite tous deux vaquer à nos affaires. Allâmes chercher le Dr John Williams, le trouvâmes dans une taverne où nous restâmes jusqu'à 9 heures passées, dans Shoe Lane, parler de notre affaire de la campagne. Et je le trouve si bien au fait des affaires de Graveley qu'il me sera, je pense, d'une grande utilité. Rentré chez moi avec un flambeau. Ma tante Fenner serait, me dit-on, mourante.


                                                                                                                         17 août
                                                                                                                  
Afficher l'image d'origine            Au Sceau Privé où nous fîmes séance ce matin. Rencontrai Ned Pickering. Nous nous promenâmes dans le parc de St James, où je n'étais pas venu depuis longtemps. Je remarque de grandes transformations. Au cours de notre conversation il mit beaucoup d'ardeur à vilipender la licence et l'indigence de la Cour. Chose que je déplore et qui, j'en ai peur, nous conduira de nouveau au désastre. A la Garde-Robe, pour dîner et ensuite à l'Opéra avec le capitaine Ferrer, où je vis une nouvelle fois Les Beaux Esprits, pièce qui me plaît infiniment. Dans l'assistance se trouvaient la reine de Bohême   accompagnée de milord Craven.
            Nous sommes depuis longtemps très en peine d'un vaisseau que je fis partir il y a un mois environ pour King's Lynn avec des affaires de milord, et n'en avions jusqu'à présent aucune nouvelle. On nous apprend toutefois aujourd'hui qu'il fait relâche à Solebay, mais à quelle fin je l'ignore.


                                                                                                                        18 août
                                                                                                        Jour du Seigneur
             A notre église le matin, rentré dîner avec mon père et le Dr Thomas Pepys. Fûmes fort gais. Emmenai ensuite ma femme et Mr Sidney chez milady pour voir milord Hinchingbrooke, maintenant à peu près rétabli, il s'assoit dans son lit et se promène dans sa chambre.
            Allai à Whitehall où j'apprends que le général Monck est encore très mal. J'allai ensuite chez la " belle " Pearse, restai un moment, puis me promenai dans le parc de St James où je vis grande quantité d'oiseaux, plus que je n'en avais jamais vus. Retour chez moi.
             Le soir commençai la lecture de La Politique ecclésiastique de Hooker que Mr Moore m'offrit mercredi et qui est somptueusement relié. Je le lirai avec grande application et affection pour l'amour de lui.
             Souper et au lit.


                                                                                                                        19 août

            Au bureau toute la matinée. A midi milady Sandwich fait chercher ses enfants pour dîner. Ma femme les accompagne en voiture et se rend chez mon père où elle dîne, et de là avec père et mère, rend visite à Mrs Cordery qui les invite avant le départ de mon père pour la campagne. Je devais me joindre à eux mais on m'appelle au Sceau Privé. Je trouve un document de milord le chancelier auquel il faut mettre le sceau cet après-midi et je suis contraint de me rendre au palais de Worcester où plusieurs lords sont réunis en conseil cet après-midi. Tandis que j'attendais voici qu'entre le roi, vêtu d'un simple habit de cavalier, avec une toque en velours, ce qui faisait de lui un homme ordinaire, pour qui ne l'aurait pas reconnu. J'attendis jusqu'au moment où j'appris que milord le garde du Sceau privé n'avait pas le sceau sur lui. Mr Moore et moi louâmes une voiture et nous rendîmes à Chelsea. Nous nous arrêtâmes dans une taverne et bûmes en attendant que milord le garde du Sceau privé revint chez lui.. Nous nous rendîmes auprès de lui, examinâmes le document, apposâmes le sceau, puis repartîmes. Mais, voulant reprendre notre voiture nous la trouvâmes partie et fûmes donc contraints de retourner chez nous à pied, ce qui nous économisa de l'argent.
            Nous rencontrâmes un quidam qui nous suivit. Arrivé sous des arbres, près du quartier des maraîchers, il se mit à siffler, ce qui éveilla nos soupçons. Mais c'est Mr Marsh, le luthiste, et sa femme qui lui répondirent. Nous allâmes donc de concert à pied jusqu'à Westminster, après une halte pour boire, à mes dépens. Eûmes de lui une chanson, mais il a complètement perdu la voix.
Afficher l'image d'origine            Rentrai à pied chez moi, apprends que milady retient les enfants chez elle et ne les laisse plus revenir ici pour le moment, ce qui me chagrine un peu, car je perds leur compagnie. Aujourd'hui mort de ma tante Fenner.

ailes-dornement.com

                                                                                                                         20 août

            Au bureau le matin. Et tout l'après-midi chez moi pour ranger des papiers. Revînmes aujourd'hui à une sorte d'accord avec sir Richard Ford au sujet de sa maison que nous annexerons au bureau pour agrandir nos locaux.


                                                                                                                             21 août 1661

            Ce matin chez mon père et après une boisson du matin nous nous rendîmes chez le Dr Williams. Mais il était absen , nous allâmes voir Mrs Terry, une des filles de Mr Weathley qui a récemment proposé de d'accorder sa soeur en mariage à mon frère Tom. Nous en discutâmes et convînmes d'aller parler à sa mère cet après-midi. Allés entre temps chez William Joyce, puis dans une taverne où nous avons passé un long moment à boire, lui furieux que son beau-père Fenner ne veuille leur donner plus à lui et son frère, pour le deuil, que leur père ne lui avait donné à lui, Fenner, et ma tante à la mort de leur mère. Un homme à histoires, c'est toujours ainsi qu'il m'apparaît, sa compagnie m'est toujours aussi pesante.
            Vers 2 heures chez Mrs Weathley mais, comme elle partait dîner, nous nous rendîmes à Whitehall, où nous restâmes jusqu'à 8 heures passées. J'apprends de Mr Moore que milady Sandwich a accouché d'une petite fille et qu'elle se porte fort bien.                            
            Retour chez Mrs Weathley et bien reçus, désireuse de pousser l'affaire, craint seulement que sa fille ne soit trop jeune et sa dot insuffisante. Offre toutefois 200 livres comptant avec sa main. La fille, une vraie enfant, est fort jolie, mais réservée, et sera, je crois, fort bien pour mon frère. Nous nous séparâmes en attendant l'avis de son mari qui se trouve à Hatfield. Mais je les vois fort intéressés par l'affaire, et moi aussi.
            Retour ensuite chez mon père puis à la Garde-Robe où je soupai avec les jeunes demoiselles qui m'apprennent que leur mère va bien, ainsi que l'enfant. Rentré chez moi.

                                                                                                               
                                                                                                                         22 aoùut

            Au Sceau privé où j'apposai le sceau. Retour chez moi à midi, accompagnai ma femme chez l'oncle Fenner où se pressait une nombreuse compagnie, tant chez lui que dans la maison du tribunal. Mais piètre réception, ce qui me surprend. Si chaud dans la maison que mon oncle Wight, mon père et moi fûmes obligés de sortir et de nous arrêter un moment dans une taverne pour nous rafraîchir. Retour ensuite puis à l'église. Toute la famille de mon père portait le deuil, pour son plus grand honneur, les gens pensaient qu'il avait pris tous les frais de notre deuil à sa charge. A l'église jusqu'à la fin du sermon. Ensuite chez ma tante Wight avec ma femme et Pall, en voiture. Restâmes souper d'un jambon de Westphalie. Retour à la maison et au lit.


                                                                                                                      23 août 1661

            Ce matin chez mon père en querelle avec ma mère, ce qui me fait beaucoup de peine. Elle est vraiment devenue très sotte et tracassière. Allai avec lui chez le Dr Williams avec qui nous parlâmes longtemps. De là chez Tom Trice puis dans une taverne proche où nous restâmes à parler, le trouvant bien disposé. Nous examinâmes le testament de mon oncle devant lui et le Dr Williams et leur fîmes signer la copie. Donnâmes à Tom Trice l'original pour la validation. Il nous emmena alors, mon père et moi, devant l'un des juges de la cou. Nous prêtâmes serment. Retour à la taverne où nous bûmes avant de nous séparer.
            Le Dr Williams et moi chez un rôtisseur, mangeons un morceau de mouton puis partons, moi chez William Joyce où je retrouvai ma femme. Je l'emmenai à l'Opéra et lui fis voir Les Beaux Esprits, que j'ai déjà vu deux fois. En fut charmée.
            A la Garde-Robe avec ma femme pour voir milady, puis chez nous.


                                                                                                                      24 août
20minutes.com
Afficher l'image d'origine            Au bureau le matin travaillai. On nous appela bientôt chez sir William Batten pour voir l'étrange créature que le capitaine Holmes a rapportée de Guinée. C'est un grand babouin, presque en tous points si semblable à l'homme que, bien que l'on dise qu'il appartient à une espèce particulière, je ne puis m'empêcher de penser qu'il s'agit d'un monstre né de l'accouplement d'un homme et d'une babouine. Je crois qu'il comprend déjà bien l'anglais et m'est avis qu'on pourrait lui apprendre à parler et à s'exprimer par signes. Allai ensuite avec le contrôleur de la Marine chez Mr Richard Ford et visitâmes de nouveau la maison. Avons abouti à un accord définitif avec promesse de lui donner 200 livres par an pour la maison.
            Rentrai chez moi, rencontrai le capitaine Isham venu me faire ses adieux. Il est sur le point de partir pour le Portugal et me demande mes lettres pour milord, qui ne sont pas prêtes. Mais je l'emmenai à la Mitre et lui offris un verre de xéres, puis adieu. Après cette visite allai directement à l'Opéra où je vis Hamlet prince de Danemark très joliment représenté avec des décors. Le plus remarquable, Betterton dans le rôle du prince, mieux que tout ce qui peut s'imaginer.
            Repris ensuite le chemin de la maison et rencontrai Mr Spong que j'emmenai au Samson dans l'enclos de Saint-Paul. Restâmes tard. La pluie tombait dru et il fallut rentrer mouillé à la maison. Puis au lit.


                                                                                                                          25 août
                                                                                                        Jour du Seigneur
            A l'église le matin, dînai à la maison fort agréablement en tête-à-tête avec ma femme, retour avec elle à l'église où Mr Mills nous fit un sermon fort bon et mordant sur la nécessité du rétablissement de toutes choses.
            Rentré chez moi. Milady Batten et sa fille, je le vois bien, lancent à ma femme des regards peu amènes, parce qu'elle ne leur montre aucune soumission ni ne cherche à les fréquenter, ce qui ne me contrarie pas le moins du monde.                                                                  shakespeare.berkley.edu
Afficher l'image d'origine            Mon père arrive peu après. Il a décidé de partir demain pour la campagne. Tous deux au cours de la conversation en vînmes à parler de Pall que nous fîmes monter près de nous. Je lui dis, furieux, devant mon père, que je ne voulais la garder plus longtemps, et mon père qu'il ne voulait plus avoir à faire à elle. Après que nous lui eûmes rabattu sa morgue, je finis par convaincre mon père de la laisser les accompagner, ma mère et lui, à la campagne et y rester quelque temps pour voir comment elle se comportera.. Tous deux ensuite chez mon oncle Wight. Nous soupâmes et mon père lui fit ses adieux. Nous allâmes jusqu'à Saint-Paul où nous nous séparâmes. Rentré chez moi l'esprit quelque peu soulagé d'en avoir fini avec Pall, qui me tracasse prodigieusement
                                                                                                                                                                                                                                        28 août

            Ce matin, avant de sortir, je réglai mes comptes avec Jane, ma servante depuis trois ans aujourd'hui et doit partir ce jour-même à la campagne chez sa mère. La pauvre fille était en larmes et c'est tout juste si je pus retenir les miennes à la pensée de son départ car, bien que la venue de Pall l'ait rendue paresseuse et l'ait gâtée, je n'aurai de ma vie servante qui nous donne en tout plus de satisfaction et soit plus dénuée de malice. Je lui payai donc ses gages, ajoutai 2 shillings et 6 pence et lui fis mes adieux, le coeur navré de son départ.
            Ensuite chez mon père, avec lui et Thomas fîmes l'inventaire et ses comptes. Je constate, tout compte fait, que la seule somme qu'il possède en propre et qu'on lui doive est de 45 livres seulement, et qu'il doive à peu près la même somme. Si bien que je ne puis m'empêcher de songer à la situation où il aurait laissé ma mère s'il était venu à mourir avant mon oncle Robert. Puis chez Tom Trice pour la validation du testament qui fut faite à notre convenance. Ce fut une grande satisfaction pour mon père et moi.
            Me rendis chez milady à la Garde-Robe et, de là au Théâtre où je vis Les Antipodes, pièce fort gaie, mais de peu de substance par ailleurs.
            Ensuite avec Mr Bostock que je rencontrai là, c'est un ancien commis de Mr Phelps, à la taverne du Diable, où nous bûmes. Partîmes, moi chez mon oncle Fenner que je trouvai avec mon père dans une taverne. Tous trois seuls restâmes longtemps à parler d'une fille de courtier qu'il suggère de faire épouser à Tom, avec une grosse dot. Mais j'ai bien peur que cela ne se fasse pas. Il fera toutefois de son mieux. Nous nous quittâmes et dans la rue nous rencontrâmes la mère et des amis de Ned, le serviteur de mon père, furieux que mon père lui ait donné son congé, ce qui nous chagrine mon père et moi, mais la chose s'arrangera.
Afficher l'image d'origine            Nous reçûmes ce matin des nouvelles de mon oncle Thomas et de son fils. Thomas était parti pour la campagne sans en aviser personne, ce qui porte un coup d'arrêt à nos affaires, mais ils ne me font pas peur.
            Le soir chez moi. Je trouve une lettre de milord Sandwich maintenant complètement remis de sa fièvre, mais toujours à Alicante où il a gardé le lit et a été saigné deux fois. Lettre datée du 22 juillet qui me rassure. Sur le chemin du retour je m'arrêtai pour un rendez-vous à la taverne des Trois Grues, au marché de l'ancien pilori et rencontrai pour leur faire mes adieux Mr Fanshawe qui part demain, et le capitaine Isham, tous deux partent au Portugal. Nous bûmes force vin, trop pour ma part et Mr Fanshawe, au point qu'il eut du mal à partir. Nous nous fîmes nos adieux.

philateliemarine.fr
                                                                                                                    27 août 1661

            Ce matin à la Garde-Robe où je dis au revoir à milord Hintchingbrooke et à son frère que je vis partir en carrosse dans la direction de Rye pour la France. Que Dieu les bénisse ! Je me rendis ensuite au chevet de milady et nous causâmes une heure de l'utilisation que Mr Edward Montagu fait des 5 000 livres destinées à la préparation de la mission de milord au Portugal, et de la crainte que nous avons que ce ne soit pas à l'honneur de milord et encore moins à son avantage. Je me renseignerai à ce sujet un peu plus tard.
            Ensuite au bureau: où je restai en réunion jusqu'au midi. Puis auprès de ma femme et en voiture dîner chez mon cousin Thomas Pepys, l'exécuteur testamentaire. Sont présentes des dames ainsi que mon père et ma mère, fort joyeux. mais, me semble-t-il, il n'offre que de méchants dîners à ce genre d'invités, encore qu'il y ait eu un pâté de venaison, mais médiocre.
            Après, ma femme et moi au Théâtre. Vîmes Les Gais Compères. S'y trouvaient le roi, le Duc et la Duchesse, ainsi que Madame Palmer. Et ma femme, à sa grande satisfaction, put les contempler tout son saoul pendant toute la pièce, celle-ci pleine de gaieté. Ensuite chez mon père où nous restâmes à causer un moment. Retour à la maison à pied au clair de lune.
            Pendant le trajet et à la maison, ma femme me brossa un tableau désolant de la situation de son frère Balty. Elle aimerait que je fisse quelque chose pour lui. Je m'y efforcerai, mais redoute de m'engager de crainte de ne pouvoir me dépêtrer, une fois que je me serai occupé de lui. Je me mis au lit, ma femme ne cessant de me parler de son frère en pleurant, ce qui m'affligea.


                                                                                                                 28 août

            Chez moi toute la matinée à ranger des papiers. A midi à la Bourse où je rencontrai le Dr Williams, comme convenu, et cherchâmes partout un avoué de ses amis pour le consulter au sujet de l'obligation de 200 livres signée au profit de ma tante Pepys. Il m'assure formellement que nous ne serons pas tenus de payer des intérêts sur cette somme. J'ai toutefois les plus grands doutes. Je passai tout l'après-midi à boire avec lui, puis rentrai chez moi. " - Ai fait aujourd'hui une fausse lettre à sir William Penn comme si elle venait du voleur qui lui a dérobé dernièrement une chope, à seule fin de le berner et de me moquer de lui ".


                                                                                                                      29 août

            Au bureau toute la matinée, et à midi vinrent dîner avec moi mon père, ma mère et ma tante Bell, première fois qu'elle venait chez moi. Chez moi donc et fûmes fort joyeux. Après dîner les deux femmes allèrent rendre visite à ma tante Wight, etc. et mon père à d'autres affaires.Pour ma part, chez mon libraire où je restai jusqu'à 4 heures. A cette heure je devais retrouver mon père chez mon oncle Fenner. J'y allai et avec lui à la taverne. Vint alors Mr Evans, le tailleur dont nous désirons faire épouser la fille à Tom, puis mon père. Nous restâmes un bon moment à discuter de cette affaire. Il finit par nous dire qu'il n'avait rien contre nous ni notre proposition, sinon que la fortune qu'il avait reçue de Dieu était trop importante pour aller à qui n'avait présentement d'autre bien qu'un métier et une maison. Notre discussion prit fin en toute amitié. Puis nous nous quittâmes, mon père et moi ensemble, faisant un peu de chemin à pied. A Holborne, nous nous dîmes au revoir, lui partant demain à Brampton, le temps de régler des affaires avant l'arrivée de ma mère.
            Chez moi.


                                                                                                                      30 août

            A midi ma femme et moi nous nous retrouvâmes à la Gard-Robe où nous dînâmes avec les enfants. Après dîner montâmes à l'étage au chevet de milady. Passâmes un long moment à converser et à rire. Puis ma femme et moi à Drury Lane voir la comédie française, si mal jouée, décors, acteurs et tout le reste si piètres, mal réglés et détestables, que j'en fus consterné pendant toute la représentation. Ma femme rencontra là un fils de milord Somerset, qu'elle avait connu en France, un homme élégant, mais je ne me montrai guère accueillant, afin de décourager plus ample commerce. Puis comme on nous promettait d'autres divertissement que les bouffonneries de la farce, nous rentrâmes à la maison.


                                                                                                                   31 août 1661
                                                                                                                 fr.wikipedia.org
            A la maison et au bureau toute la matinée. A midi Llwellyn vint, tous deux à la taverne, puis à la foire de la Saint-Barthélemy, et là il m'entraîna dans un misérable cabaret. Une ou deux guenipes, des catins nous abordèrent. Elles m'inspirèrent d'emblée une telle aversion que je n'éprouvai aucun plaisir mais grande contrariété à me trouver là et à devoir sortir, de crainte d'être aperçu. De là, nous nous rendîmes à pied à Ludgate et nous nous séparâmes là. Je retournai seul à la foire et rencontrai milady Jemima et Paulina en compagnie de Mr Pickering et de Mademoiselle, qui regardaient danser les singes. Intéressant de voir tout ce que l'on arrive à leur faire faire, mais cela m'indisposa d'avoir à m'asseoir en si vile compagnie. Après cela, avec eux, à l'hospice du Christ où Mr Pickering leur acheta des petits cadeaux et où je leur offris à chacune une babiole, des petites boules avec des choses pendues à l'intérieur, dont les dames furent charmées.
             Retour avec elles, dans leur carrosse. Arrivé chez elles fus invité à monter par milady qui voulut que je reste lui parler, ce que je fis, je crois une bonne heure. La pauvre me raconta avec beaucoup d'innocence comment Mrs Crisp lui avait dit qu'elle voulait obtenir du roi, par l'entremise d'une dame qui couche avec elle, qu'il fût le parrain de la petite fille dont milady vient d'accoucher. Mais la façon dont milady me raconta la chose, affirmant qu'il lui venait des sueurs rien que d'en parler, me procura le plus vif plaisir. Jusqu'où peuvent aller l'innocence et la simplicité d'une dame.
            Puis descendis souper avec les dames et, chez moi. Mr Moore, car nous avons eu du mal à nous séparer, m'accompagna jusqu'à la Mitre dans Fenchurch Street où nous bûmes un verre de vin.... et au lit.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

            Voici donc la fin du mois. Ma servante Jane vient de partir et c'est sur Pall maintenant que retombe tout le travail en attendant l'arrivée d'une autre servante.....Ma femme et moi en bonne santé. Milord Sandwich dans le détroit de Gibraltar et tout juste rétabli d'une grave maladie à Alicante. Mon père parti s'installer à Brampton et moi accablé de travail et de tracas pour régler, à notre satisfaction, certaines affaires se rapportant à la succession. Mais le pire est que je me trouve ces derniers temps trop friand de théâtre, de dépenses et de plaisirs, au point de négliger mon travail. Il faudra que je m'efforce d'y remédier.
            Aucune rentrée d'argent, il m'a donc fallu emprunter quantité d'argent pour mes propres dépenses et pour mon père, afin qu'il ait les moyens de laisser ses affaires en bon ordre. Je m'inquiète un peu pour mon frère Tom qui se trouve maintenant à la tête de l'affaire de mon père, et je crains fort qu'il n'échoue, faute d'esprit et de zèle.
            A le Cour, les choses sont dans une très mauvaise passe : les rivalités, la pauvreté et les vices, blasphèmes, ivrognerie et débauche, y sont tels que je ne vois pas comment cela finira, sinon dans la confusion. Et le clergé si arrogant que tous ceux que je rencontre se plaignent de sa conduite. Bref je ne vois chez personne satisfaction ni contentement.
            La collecte de dons se révèle si maigre et cause partout un tel mécontentement que mieux eût valu ne pas l'entreprendre. Je songe à souscrire pour 20 livres. Au bureau nous travaillons dans le calme, mais faute d'argent tout va à vau-l'eau. Nos lettres de change se négocient à la Bourse à 10 % au-dessous de leur valeur. Nous sommes en pourparlers pour rattacher la maison de sir Richard Ford à notre bureau. Mais je prévois tant de difficultés lorsqu'il faudra la diviser à la satisfaction de chacun, et s'engager personnellement à payer le loyer de 200 livres par an, qu'à mon avis on aura fort à faire pour mener ce projet à terme.
            Saison fort malsaine avec partout des fièvres étranges et mortelles.


                                                                                                   à suivre......./
                                                           Septembre
            Comme il y eut de fortes pluies......../
                 

 
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire