jeudi 3 mars 2016

Gosses 2 Monocles Paul Verlaine ( Nouvelles France )

Afficher l'image d'origine
fr.pinterest.com

                                                          Gosses
   
                                                                                           A F.A. Cazals

            La quintessence d'un gavroche qui serait un artiste puissant, presque un poète, à force d'esprit et de savoir-faire dans l'esprit. Homme de coeur avant tout et mystificateur par-dessus le marché : tel, au moral, mon ami.
            Au physique, de face : une tête pour ainsi dire en l'air, enlaidie d'un monocle mais ornée d'épais sourcils très beaux avec des yeux émerillonnés, un fort nez à retroussette, une bouche aux lèvres charnues, perpétuellement souriante et bien meublée, surmontée de moustaches tantôt latentes et tantôt absentes, le tout semblant s'envoler dans de la bonne humeur et de la fierté. Sa voix est enfantine et grosse et basse, avec des zézaiements plaisants et d'une rapidité parfois vertigineuse.
            Esthétique bizarrement élégante comme qui dirait 1830 appropriée à nos jours et sans le moindre soupçon de faux-toupettisme : un chapeau et généralement mou à larges bords, porté en arrière, ou, si haut-de-forme, de côté, paraît lui faire une auréole noire, cependant qu'un faux-col, terrible de blancheur et de hauteur, Louis-Philippe ou 2 décembre, parfois de couleur et cassé, mais toujours rigide, émerge d'une cravate à flots polychrome.
Afficher l'image d'origine            Une redingote à deux rangs de boutons, très serrés, de corrozo, dessine sa taille juvénilement épaisse, des pantalons à carreaux verts formant accordéon autour de ses jambes gamines que terminent de littéraux vernis à la poulaine. Fumeur de cigarettes russes, il lui arrive de humer le caporal national dans du gambier ou de l'ambre, selon les jours.
            Vu de dos, c'est à la fois un Colline et un Cabrion, un Javert et un inc'oyable, un Robert Macaire et un ci-devant.
            Et quoiqu'on l'ait dit un voyou de l'aristocratie en même temps qu'un aristocrate de la voyoucratie ( il fut anarchiste ), nous proclamons qu'au demeurant il reste, ainsi qu'il a été indiqué plus haut, un coeur d'or. Et c'est pourquoi je termine, en les modifiant pour la circonstance, par ces vers célèbres :
                                        Prince des Arts et de la Prose,                                     repro-tableaux.com
                                        Moi qui suis un ange " bougon "
                                        C'est sur toi que je me repose
                                        Mon cher Anatol'... George Hugon.


*******


                                                            Gosses
                                                         
                                                    Mômes-Monocles
lamesure.org                                                                                                            A Edouard Dubus
Afficher l'image d'origine
            Grand, point trop mince, glabre et pâle, vif comme le mercure, et causeur comme une cascatelle qui serait presque un torrent, il est duelliste de naissance, amoureux de complexion, poète de race et reporter à ses heures perdues. Les belles, toutes ! de Montmartre et du Quartier n'ont point d'arcanes pour lui. Leur alcôve est toute sonore de ses sonnets qu'enflamme par surcroît la pyrotechnie du plus pur symbolisme ; leurs mains, et, je crois bien, leurs pieds, sont tout roses de ses baisers, sans préjudice de leurs autres trésors et de ses autres caresses. Un Don Juan à trois yeux, un pacha à... combien de... coeurs !
            La première fois que je le vie, nous nous gourmâmes. O pour rire ! La seconde fois nous dînâmes ensemble. Depuis, notre amitié subit des fortunes diverses  : telle toute chose humaine ; mais le beau fixe a fini par triompher et je défie bien l'appendice hyperzygomatique de ce charmant compagnon, quelle qu'en soit l'acuité et quelque pénétrante que puisse être la psychologie de son regard, pourtant perçant en diable, de découvrir la moindre arrière-pensée dans l'expression actuelle de ma véritable sympathie pour la gentillesse de ses procédés, et de son esprit, ce qui ne gâte rien.


*******


                                                                                     A Dauphin Meunier et Julien Leclercq

            Le monocle incarné en deux personnes !                                             etsy.com
Afficher l'image d'origine            Il est précieux de les voir côte à côte arpenter ou dégringoler le Boul Mich', tels que deux princes mérovingiens, superbes présomptifs imberbes, fumeurs de cigarettes on dirait de cette époque-là, tant ils lancent majestueusement la bleue fumée par les airs, où flottent, savamment déchevelées, leurs immenses épanouies, gigantesques roses noires, tignasses, effroi du Philistin, stupéfaction des filles, notre joie à nous romantiques un peu revenus, un peu trop rameneurs sinon chauves furieusement, mais vibrant encore à la vue de ces reliques d'un passé qui fut amusant, et si pieusement portées par ces ordinaires bénévoles.
            Je les crois légèrement " mages " et comme teintés de bouddhisme, car il paraît qu'il faut tout de même une religion, on vient de découvrir ça tout à l'heure, En tous cas, ce sont de bons enfants, spirituels et gais quand ils veulent et leur dernière " bien bonne " consista à essayer de se faire passer pour des mangeurs d'opium et de haschich. Mais l'incompréhensible bon sens tôt éclata, divulguant par leur bouche, sincère en définitive, qu'aucune sensation d'aucune sorte n'avait suivi la consommation des mystérieuses substances, consommation pourtant opérée suivant tous les rites, n'est-ce pas, Dauphin ?
            Affaire, sans doute, de climat et de tempérament, diraient les presque convaincus, desquels je suis.


*******

                                                                                                   A Jean Moréas

            Los, los, et trois fois los !
            Voici le roi, l'empereur, le demi-dieu du Monocle !
            Non content d'être le maître incontestable des rythmes obsolètes ressuscités et des vocables moyenâgeux et renaissants accommodés à telles sauces ultra modernistes, il veut encore, il peut, et a pu s'instaurer le " Magister " par précellence elegantiarum.
            L'hiver, c'est d'un manteau à triple ou quadruple pèlerine qu'il se drape, comme en 1830, pour subjuguer le sexe redoutable ; l'été, maints boudoirs le voient s'étendre sur des canapés tôt gémissant d'un double poids, tout de gris perle investi, cravaté de clair tendre, barbé d'un faux-col moins fier mais plus rigide que son coeur tout aux belles de tous les temps...
Afficher l'image d'origine            Mais été comme hiver, erect ou supin, dès le dilicule comme vers ces crépuscules du soir, il garde, il retient, il accapare, il absorbe la Marque ésotérique, le Sigille impollu, le seul, le vrai, l'unique et multiple et sacro-saint Monocle !
            D'ailleurs pas " môme " le moins du monde, celui-ci, et il ne figure en ce travail que comme l'indispensable deus ex machina. S'il ne fait que continuer encore non plus tout à fait à la prime adolescence, sa moustache le désigne suffisamment, double virgule d'ébène et de soie ponctuant de leurs pointes terribles l'auréole qu'il  vivrenotreamour.vefblog.net                       a, le sacre d'un homme, que dis-je ? le proclame l'homme qu'il faut, QU'IL A FALLU !
            Demandez plutôt à ces dames.


                                                                                                    Verlaine



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire