dimanche 24 avril 2016

Ballade ' 2 ' Ballade ' 8 ' Ballade ' 75 ' Charles d'Orléans ( Poèmes France )

Afficher l'image d'origine
linternaute.canalblog.com



                                      Ballade " 2 "

                Veuillez emprisonner vos yeux,
            Cessez de les jeter sur moi :
            Quand vous daignez me regarder,
            Par Dieu, belle, vous me tuez;
            Mettant mon coeur en tel état
            Que je ne sais plus où j'en suis.
            Je suis mort si vous ne m'aidez,
            Ma seule, ma suprême joie.

            Je n'ose pas vous demander
            Que vous me donniez votre coeur ;
            Mais, si vous tenez au respect
            De mon droit - mon coeur vous l'avez -
            Il vous faut me céder le vôtre,
            Car sans coeur je ne pourrais vivre.                                          
            Agissez comme vous voudrez,                                                        123rf.com 
Afficher l'image d'origine            Ma seule, ma suprême joie.

            Parler ainsi est audacieux :
            Vous devez me le pardonner
            Et n'en devez incriminer
            Que votre gracieuse personne :
            Elle m'a mis, vous le voyez,
            Si bien sur la voie de l'amour
            Que je suis votre détenu,
            Ma seule, ma suprême joie.

                           Envoi

            Le dur combat d'Amour, ma dame,
            Plus que vous ne savez, me fait
            Me rendre à vous : acceptez-moi,
            Ma seule, ma suprême joie.  


                                                         Charles d'Orléans


**********************************


                                           Ballade " 8 "                                                  monautomedication.fr
Afficher l'image d'origine
            Quand je suis couché dans mon lit,
            Je ne peux reposer au calme ;
            Mon coeur passe la nuit à lire
            Le Roman d'heureuse Pensée,
            Et il me prie de l'écouter ;
            Je n'ose lui désobéir                                                      
            Par peur de le mettre en colère :
            Ainsi je renonce à dormir.

            Ce livre enregistre les faits
            De mon incomparable dame ;
            Quand il les lit ou les entend
            Énumérer, mon coeur jubile :
            Remarquables comme ils le sont,
            Il y prend un plaisir extrême ;
            Moi-même ne peux m'en lasser :
            Ainsi je renonce à dormir.

            Mes yeux demandant un répit
            - Le sommeil vient peser sur eux -
            Il les gronde fort dépité
           Mais ne peut en venir à bout.
           Il ne cesse de soupirer
           Dans son coin ; alors, sans mentir,
           Comme je peine à l'apaiser !
           Ainsi je renonce à dormir.

            Amour, je ne peux maîtriser
            Mon coeur : son zèle à vous servir
            Le tient de jour comme de nuit :
            Ainsi je renonce à dormir.


               Charles d'Orléans



*********************************


                                               Ballade " 75 "                                            
Afficher l'image d'origine
            Portant un jour le regard vers la France;
            Je retrouvai, à Douvres sur la mer,
            Le souvenir de la douceur de vivre                           
            Que je goûtais jadis dans ce pays.
            Sans le vouloir, je fus pris de soupirs
            Alors même qu'il était apaisant
            De voir la France où mon coeur est resté.                                    

            Réfléchissant, je ne trouvai pas sage
            De m'écouter soupirer dans mon coeur,
            Puisque s'ouvre, je le vois, le chemin
            D'une vraie paix, riche de tous les biens :
            Je convertis ma préoccupation
            En réconfort, sans pourtant me lasser
            De voir la France où mon coeur est resté.

            Chargeant alors sur la nef d'Espérance
            Tous mes souhaits, je les priai d'aller
            Franchir la mer sans prendre de retard,
            Pour saluer la France de ma part.
            Que Dieu nous donne une vraie paix bientôt !
            J'aurai loisir, s'il peut en être ainsi,
            De voir la France où mon coeur est resté.

                                        Envoi                                                                   arcturius.org 
Afficher l'image d'origine
            C'est un trésor sans prix, la Paix ; la Guerre
            Je ne peux pas l'aimer ; longtemps, à tort
            Ou à raison, elle m'a empêché
            De voir la France où mon coeur est resté !


                                                     Charles d'Orléans

                                                                   ( in En la forêt de longue attente )


Ballade 2                                                                          Ballade 8 

Vueilliez voz yeulx emprisonner                             Quant je suy couschié en mon lit,
Et sur moy plus ne les giettés,                               Je ne puis en paix reposer,
Car, quant vous plaist me regarder,                       Car toute la nuitmon cueur lit
Par Dieu, belle, vous me tués                                Ou rommant de plaisant Penser
Et en tel point mon cueur mettés                            Et me prie de l'escouter ;
Que je ne sçay que faire doye.                               Si ne l'ose desobeir
Je suis mort se vous ne m'aidiés,                           Pour doubte de le courroucer : 
Ma seule, souveraine joye.                                    Ainsi je laisse le dormir.

Je ne vous ose demander                                      Ce livre si est tout escript
Que vostre cueur vous me donnés ;                        Des fais de ma dame sans per ;
Mais se droit me voulés garder,                            Souvent de mon cueur de joye rit
Puis que le cueur de moy avés,                             Quant il les list ou oyt compter,
Le vostre fault que me laissiés,                            Car certes tant sont a louer
Car sans cueur vivre ne pourroye.                        Qu'il y prent souverain plaisir ;
Faictes en comme vous vouldrés,                          Moy mesmes ne m'en puis lasser
Ma seule, souveraine joye.                                   Ainsi je laisse le dormir.

Trop hardy suy d'ainsi parler,                               Se mes yeulx demandent respit
Mais pardonner le me devés                                 Par sommeil qui les vient grever,
Et n'en devés autruy blasmer                                Il les tense par grant despit
Que le gent corps que vous portés,                       Et si ne les peut surmonter,
Qui m'a mis, comme vous veés,                            Il ne cesse de soupirer
Si fort en l'amoureuse voye                                 A part soye ; j'ay lors, sans mentir,
Qu'en vostre prison me tenés                              Grant paine de le rapaiser
Ma seule, souveraine joye.                                 Ainsi je laisse le dormir

             L'envoy                                                                L'envoy

Ma dame, plus que ne savés,                              Amour, je ne puis gouverner
Amour si tresfort me guerroye                            Mon cueur, car tant vous veult servir
Qu'a vous me rens : or me prenés,                      Qu'il ne scet jour ne nuit cesser :
Ma seule, souveraine joye.                                 Ainsi je laisse le dormir.


                Ballade 75

            En regardant vers le païs de France
            Un jour m'avint, a Dovre sur la mer,
            Qu'il me souvint de la doulce plaisance
            Que souloyë oudit pays trouver.
            Si commençay de cueur a souspirer,
            Combien certes que grant bien me faisoit
            De voir France que mon cueur amer doit. 

            Je m'avisay que c'estoit non savance
            De telz souspirs dedens mon cueur garder,
           Veu que je voy que la voye commence
           De bonne paix qui tous biens peut donner.
           Pource tournay en confort mon penser.
           Mais non pourtant mon cueur ne se lassoit
           De voir France que mon cueur amer doit.

            Alors chargay en la nef d'Esperance
           Tous mes souhaitz en leur priant d'aller
           Oultre la mer sans faire demourance
           Et a France de mes recommander. 
          Or nous doint Dieu bonne paix sans tarder !
          Adonc auray loisir, mais qu'ainsi soit,
          De voir France que mon cueur amer doit.

                                  L'envoy

            Paix est trésor qu'on ne peut trop loer.
           Je hé Guerre, point ne la doy prisier ;
           Destourbé m'a long temps, soit tort droit,
          De voir France que mon cueur amer doit  !



                                                      

          
         

            

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire