lundi 24 avril 2017

Sonnet de revers Jean Goudezki Gaël'Imar au grand pied Alphonse Daudet et Paul Arène ( Poèmes France )

Résultat de recherche d'images pour "elections dessins humour 19- siècle"
les-supers-parents.com


                                     Sonnet de revers
                
                                                      ou l'angoisse d'un ministre déchu

            Ma vie à fonds secrets pleure le Ministère,
            Le pouvoir éternel en un moment conçu ;
            Le mal n'est pas mortel et je saurai le taire,
            Car, si je fus monstre, on avait rien su.

            Ainsi j'aurai passé, ministre inaperçu,
            Aussi rampant qu'un ver et non moins solitaire,
            Et je vais retourner à mes pommes de terre,
            Osant tout demander, mais ayant peu reçu.
           
            L'électeur, quoique Dieu l'ait fait naïf et tendre,                           pinterest.fr  
Résultat de recherche d'images pour "elections dessins humour 19- siècle"            Va peut-être à présent m'oublier sans entendre
            Les appels du scrutin placardés sur ses pas.                              

            A l'austère devoir correctement fidèle,
            Demain Périer va dire, en lisant la nouvelle :
            Quel était ce monsieur ? et ne comprendra pas.

                                                                                                 
                                                                     Jean Goudezki                  la coccinelle de Gotlib
                                           in Le Chat noir, 15 décembre 1894
            Extrait des Fumisteries
            Ce poème est une parodie d'un texte de Félix Arvers indique   les auteurs de l'anthologie                                                                   coccinelle de gotlib        



*************
                                                                                                     
Résultat de recherche d'images pour "peau d'ours"
                                        Gaël'Imar au grand pied

            Dans un grand lit sculpté, sur deux larges peaux d'ours,
            L'écuyer Gaël'Imar pres de la reine Edwige
            Repose ; - Ainsi que la loi danoise l'exige,
            Ils ont entre eux, veuf de sa gaine de velours,

            L'acier d'un glaive nu qui les tient à distance.
            Le vieux roi fait la guerre en Chine ; il a chargé
            Gaël'Imar d'épouser sa femme en son absence.
            - ' Oh ! qui m'arrachera du coeur l'ennui que j'ai ?

            Je meurs si je n'obtiens ce soir un baiser d'elle,
            Et le roi me tuera, certes ! si je le prends ! "
            Dit Gaël'Imar, seigneur très sage et très fidèle.
            - " Qu'il est beau, dit Edwige, et qu'il a les pieds grands !

            Comme il sied aux héros qui vont à la bataille,
            Il est couvert de fer forgé..., casqué de fer...,
            Ganté de fer..., chaussé de fer..., et puis l'entaille
            Qui lui trancha la joue est charmante ! " - L'Enfer

            Inspire aux amoureux un désir âpre et sombre...
            Tout sommeille... L'un vers l'autre les beaux enfants
            Se sont tournés. " Je t'aime ! " ont dit deux voix dans l'ombre.
            Mais le grand sabre : " Holà ! moi je vous le défends !"

            Comme un puissant baron qui chasse dans les plaines,              muskiefoundation.org
Résultat de recherche d'images pour "oliphant"            La Luxure en leurs coeurs sonne ses oliphants,
            Ils se cherchent ; déjà se mêlent leurs haleines...
            Mais le grand sabre : " Holà ! moi je vous le défends ! "

            Ce fut toute la nuit des angoisses mortelles,
            Un loup toute la nuit près des portes hurla,
            Et la lune en passant ouït des choses telles
            Qu'elle en pâlit... Mais quand finit cette nuit-là,

            A l'heure où le soleil dans la neige se cabre,
            Où le renard bleu rentre au fond des antres sourds,
            Dans le grand lit sculpté, sur les larges peaux d'ours,
            Ils étaient froids tous trois : Lui, la Femme et le Sabre !


                                                         Alphonse Daudet et Paul Arène

                                             in Le Parnassiculet contemporain 1867

                                                          Extrait des Fumisteries
         

            

samedi 22 avril 2017

Catéchisme laïc Georges Darien ( Nouvelle France )

Résultat de recherche d'images pour "IMPOTS dessins humour 197 SI7CLE"
leblogalupus.com



                                                 Catéchisme laïc

- Qu'est-ce que c'est que la France ?
- C'est un pays libre.
- Pourquoi est-elle libre ?
- Parce qu'elle est en république.
- Comment savez-vous qu'elle est en république ?
- Parce que c'est écrit sur les feuilles des contributions.
- Qu'est-ce que c'est que le Parlement ?
- C'est l'assemblée des élus de la nation. Par conséquent de l'élite de la nation.
- Quel est le rôle du Parlement ?
- Travailler sans relâche au bonheur du peuple.
- Le Parlement s'acquitte-t-il toujours de sa mission ?
- Toujours.
- En quoi consiste le bonheur du peuple ?
- Il consiste à payer les impôts.
- Pouvez-vous dire pourquoi ?
- Certainement. Le produit des impôts entre dans les caisses de l'Etat ; et comme l'Etat c'est tout le monde, plus il devient riche, plus tout le monde devient riche.
- Quels doivent être les sentiments d'un citoyen à l'égard d'un membre du Parlement ?
- L'admiration et le respect.                                      
Résultat de recherche d'images pour "IMPOTS dessins humour 197 SI7CLE"- Cette règle souffre-t-elle des exceptions ?
- Pas une.
- Qu'est-ce que c'est que l'Etat ?
- C'est la forme agissante de la Patrie.
- Qu'est-ce que c'est qu'un fonctionnaire ?
- C'est la forme de cette forme.
- Quels sont les devoirs d'un citoyen à l'égard d'un fonctionnaire ?
- L'obéissance et le respect.
- Cette règle est-elle absolue ?
- Oui. Si l'on cessait de respecter les fonctionnaires et de leur obéir, ils disparaîtraient.
- Quelle serait la conséquence de cette disparition ?
- L'anarchie. La barbarie.
- Comment pouvons-nous tenir en échec cette barbarie ?
- Par le libre jeu de nos institutions qui nous mettent au premier rang des peuples civilisés.
- Qui nous a dotés de ces institutions ?
- La Loi ; c'est-à-dire la volonté populaire.
- Comment s'exprime cette volonté ?
- Par la voix des mandataires du peuple.
- Que représentent donc ces mandataires ?
- La Patrie.
- Qu'est-ce que c'est que la Patrie ?
- La portion du globe où un homme s'est donné la peine de naître, et où il peut continuer à vivre tant que l'argent ne lui manque pas, qu'il paie ses impositions et qu'il ne gêne point le gouvernement.
- Jusqu'à quel point un citoyen doit-il aimer sa patrie ?
- Jusqu'à la mort.
- Comment appelle-t-on un citoyen qui remplit ses devoirs ?
- Un contribuable.

Résultat de recherche d'images pour "peynet images"
                                                                            Georges Darien

                                         extrait de Naissance de l'humour moderne 1870 - 1914
            


vendredi 21 avril 2017

Correspondance Proust Gallimard 16 ( Lettres France )

Résultat de recherche d'images pour "watteau"
artcyclopedia.com


                                                                                                       Samedi 2 septembre 1922

            Mon cher Gaston
            Votre lettre me désole. Elle s'est d'ailleurs croisée avec une où je disais en substance à Jacques : Si Gaston, comme je suppose, dans la réponse détaillée que je vais recevoir de lui, pose la question sur le terrain amitié, je céderai, sans doute quoique je trouve même dans l'intérêt de la N.R.F. que c'est absurde. Mais si je publie dans les Oeuvres libres la Prisonnière que j'ai refusée à diverses revues pour vous plaire, je ne peux pas la déflorer en vous donnant des Extraits.
            Or je reçois une lettre où vous vous intitulez Administrateur délégué de la N.R.F. Pour éviter tout froissement je mets à part mon cher ami Gaston Gallimard pour qui mon affection sera ainsi préservée, et je vais répondre à M. l'Administrateur délégué de la N.R.F.        
            1° Je n'ai jamais traité avec M. Gallimard administrateur de la N.R.F. J'ai traité avec M. Gallimard directeur de la N.R.F. C'est sur ce traité que nous marchons. Or ce traité me demande la moitié de mes droits si je fais reproduire mon livre par un autre éditeur. Pour le faire reproduire, il faudrait qu'il fût paru. C'est ce qu'on appelait autrefois tous droits de traduction et reproduction réservés. En vertu de cette clause vous ne m'avez pas permis de donner une édition de luxe de Swann chez je ne sais plus qui, de morceaux choisis etc. Je me suis, comme toujours, incliné avec la plus grande docilité. Mais ici il s'agit d'une oeuvre inédite. Une telle prétention est insoutenable. Le cas de Morand est différent me dites-vous parce qu'il ne vous a pas consulté. La belle raison ! Alors il n'y a qu'à ne pas vous consulter pour être libre et l'excès de déférence et de soumission envers vous est au contraire puni par vous. Les facilités de paiement que j'ai données à la N.R.F. devraient être une raison de plus de ne pas élever cette prétention. Rien que les intérêts dus depuis les Jeunes filles etc dépassent la somme des Oeuvres libres. Comme je suis un peu fatigué j'arrête une discussion que je reprendrai.
            J'ajoute que tout cela ne veut pas dire que je donnerai La Prisonnière aux Oeuvres libres. J'hésite. Mais la lettre de l'Administrateur délégué me fait fort pencher de ce côté-là. En tous cas à Gaston Gallimard reste acquise la tendre affection de


                                                                                         Marcel Proust


                                                                                                            3 septembre 1922

 Post-Scriptum ou plutôt deuxième lettre

           Mon cher Gaston                                                                        
Résultat de recherche d'images pour "watteau"           Un souvenir d'il y a deux ou trois ans  m'évitera la fatigue de prolonger la discussion et vous expliquera pourquoi depuis hier je suis plus porté vers les Oeuvres Libres, vous me dîtes très gentiment ( ce que je n'aurais d'ailleurs pas accepté ) que quand les Oeuvres libres m'offriraient ainsi une publication fructueuse, vous préfériez que je refuse et me donner la somme qu'elles m'auraient allouée. C'est exactement ce que Robert de Flers m'avait demandé de proposer à Réjane, qui voulait jouer Madame Sans Gêne dans des conditions qui feraient selon lui tort à la pièce et à elle-même. J'étais chargé de lui offrir tant pour toutes les représentations où elle ne jouerait pas. Mais je n'ai de commun avec Réjane que la maladie ( non que je veuille jeter la pierre à une femme dont je crois que les qualités morales étaient très grandes ), et je n'ai jamais accepté cette proposition. Seulement entre être payé pour ne pas écrire dans les Oeuvres Libres, - et verser à N Revue française la moitié de ce que me donneront les oeuvres libres - la différence, la contradiction est trop grande. - . J'ai reçu la N.R.F. et j'ai vu qu'on avait annoncé le Sommeil d'Albertine sans mon autorisation. J'en suis désolé pour Jacques, mais si je donne la Prisonnière aux Oeuvres libres, je ne la déflorerai pas de ses moins mauvais morceaux. - . Au reste ces annonces sont sans importance. Le Figaro avait annoncé jadis ( et pas comme la N.R.F. mais avec toute une tartine sur moi ) un long feuilleton " Odette mariée ". Je me suis ravisé un mois après et cela n'a fait aucune difficulté. Mon cher Gaston vous recevrez mon post-scriptum en même temps que ma lettre, mais comme c'était Samedi et Dimanche, jours où vous êtes absent, je ne me suis pas trop pressé, ayant eu des crises d'asthme affreuses. Du reste j'ai énormément à travailler, car vous ne savez pas le souci que j'ai de ne pas vous donner de livres trop mauvais. Et je recommence pour la 3è fois ma Prisonnière dont je ne suis pas content et ayant un mal infini à déchiffrer les corrections et surcharges que j'ai apportées aux feuilles, sans cela claires, de ma dactylographe.
            Je pense que les raisonnements de ma lettre et de mon post-scriptum vous sembleront irréfutables. J'espère surtout que vous croiriez à ma fidèle et tendre amitié


                                                                                          Marcel Proust

je me tue à écrire des volumes en faveur de Jacques pour le Prix Balzac.
            Malheureusement c'est surtout un prix Grasset de sorte que je n'ose pas former trop d'espoir.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                                                                            4 septembre 1922

 rivagedeboheme.fr                                                       Mon cher Gaston
Résultat de recherche d'images pour "watteau arlequin"            J'écris assez difficilement à cause d'accidents nouveaux que j'ai eus hier. Mais je veux vous remercier de votre solution si généreuse. Pour ma part je vous donnerai les meilleurs extraits ( non pas les plus nombreux ) comme Le sommeil d'Albertine et même ( ce que je n'ai jamais fait de mieux ) certains morceaux de La Fugitive, sans attendre que La Prisonnière ait paru. Pour ces divers extraits je n'accepterai pas un centime de rémunération de la N.R.F. de sorte que je tâcherai de reconnaître ainsi votre gentillesse. Pour les Oeuvres libres désirez-vous un autre titre que La Prisonnière ? Les recommandations d'Aimée que j'ai faites ont eu plus de résultat que je ne pensais. Un autre service, pas pressé puisque vous partez. J'ai acheté en 1913 ( 1913 ) trois actions de mille francs chacune du Vieux Colombier. Je crois que ce serait assez facile à vendre car je désire m'en débarrasser n'ayant pu mettre une fois les pieds au Vieux-Colombier et pour d'autres raisons ( la difficulté de ma vie ), mais peut-être pourriez-vous m'y aider connaissant beaucoup ce milieu. Je ne désire nullement que nous hâtions le règlement de nos comptes. Je l'ai accepté ainsi et il est mieux de nous en tenir ainsi. Où je crois que vous faites erreur c'est en croyant que ce procédé ne s'appliquait pas au seul passé, mais aux tirages nouveaux. Puisque vous me dites que vous avez arrangé cela avec Tronche le mieux sera qu'à votre retour, vous en parliez avec lui. Pour le côté utilité des Oeuvres libres pour la N.R.F. ( et qui, j'ajoute, n'est nullement ma raison, mais l'utilité Marcel Proust argent ) si je crois que c'est très utile rappelez-vous que j'ai "quelquefois " raison. J'ai mis au moins 5 ans à vous faire adopter le système des gros caractères ( d'imprimerie ) et voyez le beau résultat ! - . Je vous en prie quand vous serez revenu faites-le moi dire. La correspondance est d'autant plus difficile que tandis que je croyais que vous alliez chez M. votre frère en Vendée, vous alliez chez vos imprimeurs où mes lettres se perdaient. D'ailleurs vous voyez depuis hier et la nlle crise, la peine que j'ai à écrire. J'ai reçu de Bénerville, car vous n'habitez pas seul Bénerville, bien qu'y possédant le plus beau château, une lettre de Guiche relativement aux articles sur Sodome et Gomorrhe. Je crois que vous la lirez avec plaisir. Elle prouve qu'un homme du monde intelligent a souvent plus de jugement que de savants critiques. A propos de critiques, vous ai-je dit combien j'avais regrettéque vous eussiez omis l'article de Bidou dans l'énumération des articles sur mon livre. Mais au fond cela n'a aucune importance. Croyez à toute ma reconnaissante amitié je n'en dis pas plus car ma main ne peut tracer les lettres
            Affectueusement à vous


                                                                                          Marcel Proust


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                                                 A Gaston Gallimard
                                                                 
                                                                                        Peu après le 7 septembre 1922

            Mon cher Gaston                                                                          pinterest.com    
Résultat de recherche d'images pour "watteau arlequin empereur dans la lune"            J'ai été infiniment touché par votre noble et charmante lettre. Et c'est la raison pour laquelle j'affronte le supplice de vous écrire aujourd'hui. Car j'ai de tels étourdissements qu'écrire ne m'est pas agréable ( d'ailleurs à cause des Oeuvres libres et de mon travail je reprends ma dactylographe, mais cela était trop confidentiel pour lui dicter ). Dès que je mets les pieds hors du lit, je tourne sur moi-même et je tombe. L'explication finale que j'ai trouvée mais qui est peut'être fausse, est que depuis mon dernier feu de cheminée il y a beaucoup de fissures dans la cheminée et comme je fais du feu, peut'être est-ce un peu d'asphyxie. Il faudrait sortir ; mais pour sortir il faudrait aller jusqu'à l'ascenseur. Vivre n'est pas toujours commode. Comme j'ai un peu d'amnésie consécutif à tout cela, je vous redirai peut'être des choses déjà dites. En un mot ce que je donnerai aux Oeuvres libres sera moins long que Jalousie qui vous vous en souvenez n'était qu'un extrait de Sodome II, sur lequel sa publication ( de Jalousie ) a eu la plus heureuse influence, car aucun de mes livres n'a eu autant de succès que Sodome II. Comme pour Jalousie je compte changer le titre. A mon avis il vaut mieux que ce soit votre volume qui s'appelle La Prisonnière, et pour l'Extrait ( qu'ils nomment toujours roman complet, Jalousie aussi, mais tout le monde comprend ) des Oeuvres libres prendre un titre différent, tout à fait différent. J'avais hier pensé, devant votre préférence pour les pures Revues à donner cela à la Revue de France qui me l'avait demandé ou à Chaumeix ( idem ). Mais un des avantages des Oeuvres libres est que comme le public est moins soucieux de littérature, je peux détacher pour la N.R.F.  ( revue ) les morceaux les mieux, ce que je ne pourrais pas pour les 2 autres revues plus " littéraires ". D'ailleurs je doute que la Revue de Paris m'ait donné un prix égal, or la cause est uniquement ces difficultés d'argent ( je vous avais demandé de les supprimer en me donnant des conseils pratiques qui en diminuant mes dépenses m'eussent dispensé d'élever mes recettes. Je sais bien que cela ne fait pas partie des fonctions d'un éditeur. Mais vous êtes aussi un ami, et un grand ami ). J'ai tellement de choses à vous dire que je n'y réussirais pas dans cette lettre, tâchez donc de me dire quand vous comptez revenir. Le jour de votre départ ( mercredi ) j'ai fait téléphoner partout mais sans succès.
            Je ne pense pas que la N.R.F. annonce à nouveau Le Sommeil d'Albertine ( que je lui donnerai selon le désir de Jacques pour le n° de Novembre ). Mais si vous l'annoncez à nouveau annoncez-le non plus comme Le Sommeil d'Albertine, mais ainsi " La regarder dormir ".
            Si vous citez l'article de Bidou dans la Revue de Paris ( c'est d'ailleurs inutile après tant de mois ), vous feriez bien d'ajouter l'article de Jaloux dans l'Eclair d'il y a un jour ou 2. J'avoue que je serais très content que l'Intransigeant ou le Figaro donnent un extrait de la seconde partie de cet article de Jaloux et de la lettre de Vettard. Mon cher Gaston mes forces sont à bout et je vous quitte brusquement et tendrement


                                                                                                         Marcel Proust
                                                                                                                                                                                                   


                                           




            

mardi 18 avril 2017

Karl Marx Une vie dessinée Corinne Maier Anne Simon ( BD France )


amazon.fr

                                                     
                                                                   Karl Marx
                                                                                   
                                                                                          Une biographie dessinée

            Un jour de 1818 naît à Trêves (..... petite ville de Rhénanie sous domination prussienne..... ) un charmant bébé, troisième d'une lignée de neuf enfants, et de parents d'une famille de rabbins. Le contrôle de l'Etat empêche les enfants juifs de pratiquer certains métiers. Le petit Karl refuse l'ordre paternel, il refuse le baptême protestant pour pratiquer un métier ouvert à tous. Personne ne choisira pour lui. Têtu il demeurera toute sa vie laïc. Et épousera dès que ses finances le lui permettront, Jenny, catholique, fille du baron Westphalen. Les moeurs évoluent, le premier moteur électrique et le premier train. Le petit Karl Marx doit choisir un métier. Inscrit à l'université de Bonn en 1835  il s'amuse beaucoup. Mais il a un choc en lisant un maître de la philosophie allemande qui vient de mourir, Hegel. "..... La raison gouverne le monde. L'Histoire a donc un sens, mais lequel ?..... " Il se sent l'envie de poursuivre des études de philosophie, oui mais lui répondent certains, " ......Mais ça ne sert à rien.... " Très occupé il doit lire, travailler, réfléchir, étudier : " .... Qu'est-ce que l'homme ? La vie est une plaisanterie..... Qui suis-je ? Où vais-je ?..... " Il part à Cologne où il devient rapidement rédacteur en chef de la Revue Rhénane juste créée. Heureux, il est " Révolutionnaire, athée " et la gazette titre " Il nous faut un état laïc......" Changement dans les familles des deux jeunes gens, quelques sous en poche Karl et Jenny se marient et s'envolent vers Paris où le philosophe-journaliste créée Les Annales franco-allemandes, là un jeune homme lui propose un article, Engels. Leur amitié sera longue. Karl Marx souligne la misère ouvrière, mais dépense sans compter, mettant à mal sa petite famille. Craint autant dans son pays qu'en France, il doit s'exiler et terminera ses jours à Londres ayant écrit beaucoup, surtout son grand livre Le Capital. Il se désole d'être si peu lu, et c'est peu après sa mort que ses écrits vont se vendre. Il vécut de Londres "..... Jenny Napoléon III a déclaré  la guerre à la Prusse..... " Sa réflexion " .... Ma théorie n'est pas scientifique. Je n'arrive pas à la traduire en équation. Me voilà encore englué dans les idées..... " Les dessins aussi réjouissants que le texte. Voir par les mêmes auteurs  Einstein une vie dessinée.







lundi 17 avril 2017

Correspondance Proust Gallimard 15 ( Lettres France )

Résultat de recherche d'images pour "utrillo"

                                                           A Gaston Gallimard

                                                                                                               Jeudi 20 juillet 1922

            ( à lire jusqu'à la fin )

            Mon cher Gaston
            Votre lettre me touche sans me convaincre. La publicité de Sodome et Gomorrhe II a été faite uniquement grâce à l'amitié que certains écrivains me portent. Quant à M. Havard de la Montagne je ne peux pas parler d'amitié mais j'étais justement hier matin mercredi en correspondance avec lui. Et précisément comme sa lettre, suivant de la rue Laurent Pichat ou du Bd Haussmann, je n'ai pas l'enveloppe là ( mais je ne l'ai pas jetée et pourrai vous montrer par là la rigoureuse exactitude de mon dire ) me remercie d'une amabilité que j'ai à son égard, je souhaite beaucoup qu'il fasse payer comme publicité la note qu'il insérera, s'il en insère une ( il est fort possible qu'il n'en insère aucune, ce ne sera que plus intéressant pour moi à cause du dessous des cartes que je suppose et où vous n'êtes pour rien. Dans ce cas il faudra se garder d'insister, ne pas renouveler la demande et se rabattre sur la publicité de l'Oeuvre qui est excellente ), de façon à ne pas avoir l'humiliation de paraître lui demander dans les 24 heures le remerciement de ma petite amabilité. Robert de Flers m'a dit qu'il se refusait à recevoir un centime de moi, au reste à quoi bon commencer une énumération. La note simili Morand pour Eve : " A ne pas laisser lire aux jeunes filles " n'a jamais paru non plus que " Pour emporter en voyage " qui inondent les journaux mais pas pour moi. Enfin vous allez me trouver bien insupportable mais les Extraits dont vous me parlez pour le n° d'Août de la N.R.F. ne me font pas plaisir.
Du moment qu'on les faisait, j'aurais aimé choisir moi-même 
2° Mais pourquoi les faisait-on ? Les lecteurs de la N.R.F. sont précisémBent mes lecteurs. Vous me parlez même gentiment, de faire envoyer ces extraits à la Librairie Gallimard. Mais ne voyez-vous pas que c'est simplement mirer notre propre reflet ? Ecrire aux lecteurs de la Librairie Gallimard : " La Revue de Paris par la plume de M. H. Bidou a fait un grand éloge de M. M. Proust " n'est-ce pas un peu ce petit jeu qu'on faisait enfant et où on se mettait à la poste pour soi-même des lettres d'amour qu'on avait écrites. Sur un point particulier j'ai à m'excuser, car j'ai eu l'air de ce qu'il vous a semblé trouver que Tronche faisait mieux ses démarches ( Tronche qu'entre parenthèses je n'ai pas vu depuis des mois, j'espère qu'il va bien. Et sa femme ? ) Or je ne voulais nullement dire cela, ne supposant pas que vous auriez la gentillesse de vous déranger vous-même, je voulais dire : " Envoyer non pas tel secrétaire malhabile, mais quelqu'un ayant le tact ferme de Tronche ". Vous n'étiez nullement en cause, comment pourriez-vous le penser !! Je ne voudrais pas davantage que vous crussiez Tronche en cause dans ce que je vais vous dire et que j'ai appris par une toute autre voie. Que des écrivains de la valeur de Gide et semblables soient payés autant ou plus que moi, cela me semble plus que naturel. Mais j'ai été très peiné je l'avoue ( avec contrecoup matériel fort cuisant ) d'apprendre que tel de vos auteurs, homme intelligent, compétent en questions ouvrières, mais que vous-même jugez un écrivain de 3è plan ( en quoi je prenais au contraire sa défense contre vous qui à mon avis attachiez trop d'importance à son français, à son style ) était beaucoup plus payé que moi. Je n'ai nullement insisté l'autre jour sur la question des tirages non réglés. C'est certainement vous qui avez raison. J'avais compris que mes mensualités étaient pour régler le passé mais que les ouvrages nouveaux seraient payés au tirage selon le traité ( sans quoi nous n'arriverons jamais à nous rejoindre ! ). Certainement j'avais mal compris, j'ai même honte de revenir sur mon erreur. Mais que M. P. H. et d'autres aussi me passent devant me semble cruel. Cher Gaston cette éternelle question de gros sous me remonte comme une boue dont je voudrais me laver en une fraternelle poignée de mains avec vous ( le comique d'une métaphore aussi incohérente me console un peu de dire des choses si vulgaires ). Et je suis sûr que si vous me donniez de bons conseils pratiques vous me rendriez plus service qu'en me payant davantage. On s'enrichit autant en diminuant ses dépenses qu'en augmentant ses revenus. Ce n'est peut-être pas d'un très bon homme d'affaires de vous le dire mais c'est l'épanchement d'un ami qui est très à vous                                           artnet.com   
Résultat de recherche d'images pour "utrillo peintre"

                                                                         Marcel Proust

Vous me faites beaucoup de peine en me disant que votre vie est niaise. Elle est superbe. Vous avez attaché votre nom au plus marquant des mouvements littéraires de notre temps. A l'étranger ( et j'ai de bonnes raisons - que je ne vous dis pas parce que sur un autre point cela ramènerait des divergences entre nous - pour le savoir ) la N.R.F. est qq chose comme le Parnasse ou le Symbolisme. Je comprends qu'attacher son nom à une oeuvre puisse ne causer aucun plaisir quand c'est gâché comme c'est le cas pour moi, par des souffrances physiques constantes qui empêchent pour moi la production même du plus léger plaisir. Dans ce cas, séparé par le malaise constant du bonheur, on ne peut rien éprouver. Mais ce n'est pas Dieu merci votre cas ; non seulement vous avez une bonne santé, mais vous êtes un sage qui prenez du Vittel. De plus votre nom n'est pas attaché à une seule oeuvre individuelle, mais à un Cycle, la N.R.F. Voyez la vie sous cet angle, et vous serez fier et heureux. Le bonheur est en effet à condition qu'on ne le prenne pas pour but, mais une grande cause. Je connais des gens malheureux parce qu'ils calculent qu'ils ont un an de plus, ou des choses de ce genre. Le bonheur pris comme but se détruit à pleins bords. Il coule à pleins bords chez ceux qui ne cherchent pas la satisfaction et vivent en dehors d'eux pour une idée. Je vous répète qu'on ne peut tabler sur mon cas qui est une pure exception. Quelqu'un qui mène ma vie et souffre sans cesse est presque un monstre ( je ne veux pas dire de méchanceté car je suis le contraire ). Mais il me faut raisonner sur ces exceptions qui sont heureusement si rares. Sans cela à tout on pourrait objecter un exemple absurde. La pauvreté, la médiocrité peuvent favoriser la vie intellectuelle. Cela ne veut pas dire que la misère noire, les jours sans pain, les nuits sans toit, sont féconds. Cher Gaston je m'arrête car dans mon désir de vous persuader ( parce que j'en suis convaincu )que votre vie est très belle, je me suis un peu trop fatigué. Un dernier mot, j'aurais besoin de savoir dans le plus bref délai si la Revue Rhénane a publié en fis une partie de l'article de Curtius. Nombre de mes envois me sont revenus par erreur  d'adresse. C'est navrant. Votre liste était atroce. Avez-vous les Confessions d'un mangeur d'opium de Quincey ? Pour Les Possédés, je crois que Morand va me les prêter. Je n'en peux plus tout à vous


                                                                                      Marcel Proust


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                             A Gaston Gallimard

                                                                                           Samedi 22 juillet 1922

            Mon cher Gaston                                                                           youtube.com
Résultat de recherche d'images pour "utrillo peintre"            Je suis bien maladroit, je vous ai écrit deux longues lettres moi qui écris si difficilement. La 1ère avait pour but de vous donner, par le récit de cet entretien avec Brach, le sentiment des amitiés que vous excitiez, à défaut de celle que ma santé m'a jusqu'ici empêché de pratiquer avec vous - non de ressentir pour vous. ( Le soir où je suis sorti avec Brach, nous vous aurions fait signe si cela ne s'était trouvé être un Samedi jour où on ne peut vous atteindre, très exactement je crois il y a eu Samedi 15 jours, ou plutôt il y aura aujourd'hui 15 jours. La seconde lettre avait pour but de mettre de la joie dans votre vie en vous montrant qu'au contraire de ce que vous disiez elle était belle et importante. Et si je dis que c'en était le but vous êtes trop fin pour ne pas l'avoir vu sans que je vous le dise. Car vous pensez bien que la question du règlement des tirages n'était pas le but puisque je vous disais moi-même que cela provenait seulement d'une erreur de ma part et que j'approuvais pleinement votre méthode. Et pas davantage des annonces dans la N.R.F. puisque le n° étant fait à cette date vous n'y pouvez plus rien changer. ( A ce propos vous me dites : " Mais c'est vous qui vous plaignez quand la N.R.F. ne parle pas de vous. " Si je n'étais si fourbu ce soir je vous montrerais que la contradiction n'est qu'apparente ). Pour la chose d'Eve et du Gaulois excusez-moi je n'ai pas besoin de vous dire que je vous crois comme parole d'évangile, mais je n'avais jamais reçu ces annonces. J'étais donc excusable de supposer le contraire. Il me serait bien difficile d'être précis pour M. Pierre Hamp ( puisque vous avez deviné son nom ). L'impression qui m'était restée était que M. Hamp avait des droits inférieurs aux miens, mais que se croyant une sorte de Zola actuel, il avait en qq sorte bluffé et tenu le coup en refusant de continuer à écrire sans des droits supérieurs aux miens qui lui avaient été octroyés. J'ajoute que je le dis sans aucun sentiment malveillant pour lui, car tout auteur peut très sincèrement s'imaginer qu'il est supérieur aux autres. Il en est même au fond très peu qui ne vivent dans cette persuasion. Persuasion illusoire sans doute pour nous tous mais qui chez M. Hamp a la justification au moins d'un talent réel, et aussi d'une spécialisation qui le rend en qq sorte incommensurable. Les prix que vous me dites ne m'apprennent pas grand chose car il s'agit de livres de longueur et de densité fort différentes. En tous cas mon erreur puisque vous me dites que j'ai fait une erreur me vaut de votre part la gentille affirmation qu'aucun auteur de la Revue n'est de votre part l'objet d'une sympathie aussi amicale et zélée que moi. Je suis persuadé que vous ne me le diriez pas si ce n'était pas la vérité nue. J'y suis très sensible et je vous en remercie sincèrement. - . Je crois mon Canossa complet. J'ajoute 3 détails d'ordre pratique ou plutôt 4. J'aurais gd intérêt à savoir si la revue Rhénane  qui a annoncé la publication de la pl gde partie de l'article de Curtius sur moi, a effectué cette publication et où je peux trouver le n° - 2° Jacques m'avait dit ( à moins que je n'aie mal compris ) que Paulhan me préciserait comment je devais faire ma réponse à Thibaudet sur Flaubert. Les semaines ayant passé sans recevoir une seule communication à cet égard, je n'ai pas fait la réponse à Thibaudet sur Flaubert. 3° J'ai l'intention de vous envoyer d'ici peu le manuscrit de Sodome et Gomorrhe IV ( La Prisonnière ) afin d'en avoir les 1ères épreuves que je remanierai fort. Le grand intérêt pour moi est de me rendre compte si cette " Prisonnière " sera assez courte pour que je puisse faire paraître en même temps sa suite la Fugitive, car si, matériellement, il est certain que les livres courts se vendent mieux, dans mon cas, comme j'ai réussi jusqu'ici à ne pas dégringoler, il ne faudrait pas, pour avoir un ouvrage moins long, faire dire ! " Il est très en baisse ". Enfin j'espère que je n'ai pas fait à Sodome et Gomorrhe II un tort bien grand en ne donnant pas rendez-vous à M. Level de l'Eclair qui il y a qq temps m'avait demandé de faire suivre d'un " Chez Marcel Proust " son Chez Maurice Barres ". Si cependant vous jugiez que j'ai eu tort je pourrais réparer quand je serai reposé c'est-à-dire entre 8 et 15 jours. Mille affections


                                                                                                 Marcel Proust


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                          Extrait d'une lettre de Roger Allard à Marcel Proust

                                                                                                          17 août 1922

            Cher monsieur
            J'ai lu avec grand plaisir et profit la lettre de M. Vettard, et je serais au regret d'avoir paru manquer de courtoisie confraternelle aux yeux d'un écrivain qui vous admire avec tant de clairvoyance...........
                    ...........
P.S.
            Quand un heureux hasard me mettra en votre présence j'aurais l'indiscrétion de vous demander où est situé Balbec. J'y ai trouvé des éléments
            - d'Etretat
            - des environs de Dieppe
            - la couleur de paysage du pays de Caux.
            - Et Elstir m'a parfois fait songer à Thaulow
            Je suis Dieppois, c'est-à-dire Cauchois de vieille souche.

                                                                                                        R. A.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                                   A Gaston Gallimard

                                                                                                                       

                                                                                                                      19 août 1922
 
            Cher Gaston                                                                                     emittra.com
Résultat de recherche d'images pour "utrillo peintre"            Je vous écris pour deux raisons. L'une qui sans doute ne soulèvera aucune difficulté car vous désirez vous décharger de cela, est de vous demander de ne pas vous occuper de la vente du manuscrit et des épreuves corrigées, et par conséquent de me renvoyer les épreuves corrigées. Je crois en effet m'être complètement trompé dans les prix que je demandais. Je vous citerai ce seul exemple que je vous demande de garder confidentiel ( c'est-à-dire vous et moi, personne de plus ) mais dont je pourrai en tous cas si vous avez un doute vous faire prouver l'authenticité absolue, un homme que je n'ai vu qu'une seule fois et qui montre un grand jugement dans la direction d'une importante affaire de pétroles, M. Serge André, m'a fait offrir 10 000 fr. ( dix mille fr. ) du manuscrit de  Sodome. J'ai refusé parce que M. Serge André sans me connaître m'a fait mille gentillesses et qu'il me déplaît d'abuser de la gentillesse de quelqu'un. Acheter un manuscrit de moi est une gentillesse pour moi. J'aime mieux la devoir à quelqu'un à qui je suis plutôt en peine d'exprimer ma gratitude ( Pour la même raison je crois vous avoir raconté que je n'avais pas voulu faire faire cette acquisition à des amis à moi qui la désiraient beaucoup ). Je n'ai donc pas donné suite à M. Serge André ( et d'ailleurs ne l'aurais pas pu, tant que vous poursuiviez une négociation différente ) mais elle peut me servir de base et montrer que les manuscrits se vendent plus cher que je ne pensais. - . Comme vous vous étiez occupé de cela par pure obligeance et bonté pour moi, et trouvant assez fastidieux d'être plus ou moins directement en rapport avec des collectionneurs qui ne vous intéressent pas, je pense qu'en vous demandant de me laisser m'en occuper moi-même, je ne ferai que vous délivrer d'un fardeau. D'ailleurs il m'est absolument indifférent que la chose soit faite par vous ou par moi, je sais que votre gentillesse vous guiderait très bien et que la chose serait mieux faite par vous. Le scrupule seul de vous embêter de trop de choses m'inspire. En tous cas si la chose était faite par vous-même je ne voudrais pas davantage que M. S. André fût l'acquéreur. Car cela reviendrait au même, puisque c'est pour moi que vous agiriez.
            J'ai bien peur que la seconde question au lieu de vous débarrasser d'un soin fastidieux, vous contrarie. Et ce serait un chagrin pour moi. Les Oeuvres libres sont toujours restées une pierre d'achoppement entre nous. Et vous savez la docilité avec laquelle je me suis incliné devant un désir qui même au pt de vue de la N.R.F. et de la diffusion de la réputation de ses auteurs, me semblait contestable. Mais j'ai voulu avant tout vous faire plaisir ( vous me direz avec raison que j'exagère et que ne pas vous ennuyer serait plus juste. Mais je suis si mal aujourd'hui que non seulement les termes exacts m'échappent, mais encore comme vous l'avez pu voir, je mets les mots les uns pour les autres et suis forcé de raturer ). - . Mais j'apprends que Morand figure au prochain n° des Oeuvres Libres. Je l'avais moi-même il y a environ un an, quand il n'était pas le gd favori de l'écurie N.R.F., recommandé à Duvernois. Mais c'était resté sans effet et Duvernois ne m'a jamais répondu ( au sujet de Morand ). Maintenant que Morand est votre " as " ( selon l'affreux langage de notre époque ) j'espère que sa collaboration aux Oeuvres libres signifie que vous avez changé d'avis à cet égard. Et je vous avouerai que j'en serais bien heureux. Je serais d'autant plus pressé d'avoir votre sentiment à  cet égard que mon prochain volume : la Prisonnière, est tout à fait romanesque. Devant le désir de Jacques, j'ai renoncé à le donner à Prévost. Mais les Oeuvres libres offrent pour moi un tout autre intérêt. Or Jacques qui voulait pour cette année des extraits de mon prochain livre, les réclame maintenant non seulement pour Novembre comme il faisait encore il y a huit jours, mais pour Octobre et il attend ma réponse à Pontigny. Or si nous plaçant au sens large de la chose, je n'entends pas par là de mon droit auquel cela me ferait du chagrin de sacrifier votre désir, mais de l'intérêt qu'ont les auteurs de la N.R.F. à être lus d'un vaste public, plutôt que relus 2 fois de suite dans la N.R.F. Revue, et dans la N.R.F. Edition, vous conformez votre désir au mien et me dites : " Donnez cela aux Oeuvres libres ", il faudrait que je prévienne Jacques auquel j'offrirais d'ailleurs d'autres compensations. Mais hélas votre point de vue n'a-t-il pas changé depuis le temps, et la collaboration de Morand ne doit-elle être pas considérée comme un signe. ( Remarquez qu'en tout état de cause je serais navré si nous n'étions pas d'accord que Morand en pâtit. Je sais qu'il apprécie beaucoup les Oeuvres libres, et je ne voudrais pour rien au monde si son traité est plus étroit que le mien, que ma demande vous fût une raison de le priver d'un plaisir et d'un gros profit ). Vous serez bien gentil mon cher Gaston de me répondre sur ces deux points. Le second n'est urgent qu'à cause de Jacques. Cher Gaston trop fatigué je signe cette lettre sans la terminer. Mais autant que je me souvienne elle était presque complète. De toute amitié à vous


                                                                                               Marcel Proust



                                   

vendredi 14 avril 2017

Humeur noire à Venise Olivier Barde-Cabuçon ( Roman policier France )




                                               Humeur noire à Venise

            Le parisien chevalier de Volnay commissaire aux morts étranges est appelé à Venise par une ex-amoureuse, Chiara, dans son joli palais. Elle craint pour la vie de l'un de ses proches dont la mort prévue au jour et à l'heure dits donne lieu à de très fortes enchères. Il accourt, laissant derrière lui un nouvel amour, le petit écureuil âgé de seize ans, et accompagné de son père qui a revêtu la bure, ne se nourrit plus qu'à la cuillère. Le roman se situe au début du 19è siècle et outre l'intrigue policière l'intérêt du livre se situe dans l'histoire de Venise depuis ses origines à la période où ont lieu les événements et à la guerre que se font les tenants des commerces au long cours, choisissant la mer et le risque de pertes de bateaux transportant les produits qui seront revendus sur le continent, et ceux qui privilégient les eaux douces qui arroseront les terres et produiront les fruits et légumes envoyés vers la Lombardie et ailleurs. La Sérénissime conserve sa lagune, ses mystérieux vénitiens masqués. Tout se sait à Venise où logent des hommes en noir, vies opaques, d'anciens patriciens et de nouveaux ayant acheté leurs titres pour renflouer la ville, Gestion compliquée sur une cité composée de palais posés sur des millions de pieux. L'auteur donne l'origine des mots et des noms, instruits nous traversons les rias, des ruelles obscures, des jardins cachés,et l'enquête s'embrouille. Le roman célèbre joliment la ville inquiète pour ses bâtiments, ses commerces et cache ses vérités derrière ses fêtes fréquentes, ses masques. 

jeudi 13 avril 2017

Beyoncé Anna Pointer ( Biographie EtatsUnis )

Résultat de recherche d'images pour "beyonce anna pointer"
amazon.fr                                                                                                                                                                                                                                                          slim-jones.blogspot.com                                                                                                                                                                                   

                                               Beyoncé
                                                       Un destin de star    

            Amazing ! La star aux 83 millions d'abonnés mérite amplement ses succès à lire la biographie que lui consacre la journaliste Anna Pointer. Beyoncé Gisèle Knowles née au Texas le 4 septembre 1981 connaît sa musique, son public, et l'art de subjuguer une salle depuis sa petite enfance. " J'ai su danser avant de savoir marcher.... " Ses parents la présentent à divers concours et elle gagne facilement celui qui l'entraînera vers une profession qui l'attire mais avouera-t-elle à regret l'a dépossédée de son enfance. Elle chante dans des petites formations puis, très décidée sur ce qu'elle souhaite, crée un groupe avec Kelly et Michelle. Très adroite sa mère Tina crée les premiers costumes et la coiffe, elle est coiffeuse de métier. A neuf ans un échec lors d'une émission de radio freina son élan, mais son père Matthew reprit la direction de ce début de carrière. Bien que sur les routes Be reste très proche de sa famille, sa soeur Solange écrira quelques chansons pour elle. Croyante elle prie beaucoup et retourne à l'église de sa paroisse quand elle peut, rend visite au pasteur. Dieu est omniprésent, ce qui ne l'empêche pas, au fil des années, de devenir la chanteuse, sexy, glamour et très dénudée. Sa mère qui la connaît bien créa les premiers costumes suivait les tournées, faisait face aux multiples accrocs courant chercher des tissus quelques heures avant une représentation. Depuis les couturiers se nomment Thierry Mugler, Givenchy, Pucci et tous les grands noms de la couture. Beyoncé a très peu de vie privée, née avec les réseaux sociaux, les moindres événements sont immédiatement tweetés. Elle-même met en ligne les photos sur Instagram, remercie beaucoup ses fans de la suivre lors de ses multiples tournées, d'Australie en Suède en passant entre autres par l'Indonésie étape imprévue, car son spectacle fut annulé au Pakistan, la musique jugée inappropriée.
Beyoncé contrôle tout. Séparée de son père depuis sa rencontre avec le rappeur Jay Z Carter, bûcheuse émérite, Be a gagné des dizaines de trophées, en tête de multiples fois dans les ventes de cd, elle conçoit les vidéos qui complètent les chansons. Souvent auteur compositeur elle raconte sa vie d'épouse, de mère, de femme. Son amitié avec Gweneth Paltrow adepte de végétalisme, son activisme et celui de son   Jay Z Carter lors de la réélection d'Obama, elle avoue par ailleurs avoir chanté en play-back le chant national, pour des raisons assez confuses, et avoue aussi ".... Je suis puissante je le sais.....Puissante à un point qui dépasse mon entendement.... " Continuellement sur les routes, Jay et Be possèdent quelques biens immobiliers de chacun quelques millions de dollars, mais cet anti-pénélope qui a raconté par le menu ses affres de l'accouchement et mis en ligne son joli ventre rond de future maman, seulement vêtu d'un petit bikini, essaie parfois de conserver quelques secrets. Ainsi l'anti-pénélope fut piégée dans un ascenseur où sa soeur très en colère contre Jay Z le frappe, une dispute violente filmée par la caméra. Evidemment l'interrogation était grande sur les réseaux sociaux elle fit remarquer " qui ne s'intéresserait pas à une dispute dans un ascenseur qui contient 1 milliard ".L"épisode fut appelé " l'Elevatorgate ". Des bruits de divorce en automne 2014 mais revoila Quen Be en photo toujours aussi belle et très ronde, en bikini. La famille Carter attend ces prochains jours, la naissance de jumeaux. Indiscrets, donneurs de conseils Beyoncé : " Je n'ai rien à prouver à personne. Je dois juste écouter ce que me dicte mon coeur et me concentrer sur le message que je veux transmettre au monde. Mon monde à moi je m'en occupe. " 

dimanche 9 avril 2017

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 74 Samuel Pepys ( Journal Angleterre )

Résultat de recherche d'images pour " vieille maison en travaux plafond angleterre 17 è siècle"
carteret.pagesperso-orange.fr


                                                                                                                          16 juillet 1662

            Au matin je trouvai tous mes plafonds gâtés par la pluie d'hier soir et je crains qu'il ne faille les reblanchir quand le travail sera fini.
            Je fis ma toilette et à mon bureau. Mr Moore passa me voir, nous retournâmes donc à la maison pour mettre au clair tous les comptes de milord. Cela fait il partit, et je commençai à les mettre bien au propre, ce que je fis avec beaucoup d'élégance et de concision. A midi je les portai chez milord, mais il dînait avec des gens importants, Mr Edward Montagu, son frère et Mr Coventry. Je sortis ensuite avec eux, de sorte que ce fut pour moi peine perdue. Je dînai donc avec Mr Moore et les domestiques qui à la fin commencèrent à parler de bagues du Portugal, et le capitaine Ferrer me proposa d'en acheter cinq ou six et comme je paraissais en aimer une faite d'une noix de coco avec une pierre encastrée, il voulut me la donner. Au bout d'un moment nous nous rendîmes chez Mr Creed. On nous servit là quelques friandises et, voyant un très joli étui de voyage en cuir où ranger le papier, la plume et l'encre, je me le fis également offrir par lui. Cela fait je rentrai par le fleuve et commençai à régler une partie des affaires de milord. Et au lit de bonne heure.   wikiwand.com 
Résultat de recherche d'images pour "catin londres 177 SIeCLE"            On m'a raconté aujourd'hui que miladie Castlemaine, tout à fait brouillée avec son mari, l'a quitté en emportant toute sa vaisselle, ses bijoux et ce qu'elle a de plus précieux, et qu'elle est allée à Richmond chez un de ses frères. Je suis enclin à penser que c'est une ruse pour quitter Londres afin que le roi puisse la voir plus facilement. C'est une chose étrange comme sa beauté m'incite à considérer tout cela sous le meilleur jour possible et à la prendre en pitié lorsqu'elle en souffre, bien que je sache parfaitement que c'est une catin.


                                                                                                            17 juillet

            A mon bureau, et au bout d'un moment à notre réunion où nous avons beaucoup travaillé. Mr Coventry a pris congé car il doit aller avec le Duc chercher la reine mère. J'ai dîné à la maison puis chez  milord. Je lui ai remis un état fidèle de tous ses comptes jusqu'à lundi dernier, 14 juillet, ce dont il a été content. A ma grande joie je continue à bénéficier de sa grande estime et de sa bonne opinion. J'ai aujourd'hui reçu quitus généra de milord jusqu'à ce même jour, de sorte que je n'ai plus d'affaires d'argent à régler qu'avec très peu de gens.
            A la maison où je trouve beaucoup de travail, et restai tard au bureau à écrire des lettres à la lumière d'une bougie, ce qui est rare en cette saison. Mais je l'ai fait avec grande satisfaction et grande joie, et j'ai plaisir de constater que les gens s'adressent à présent à moi pour toutes les affaires.
            Très tard je dus chercher Mr Turner, Smith, Young, à propos d'objets à envoyer demain de bonne heure à bord du bateau de plaisance du roi. Et au lit la cervelle pleine d'affaires mais l'esprit plus en paix qu'à aucun moment de ma vie.


                                                                                                            18 juillet  

            Levé de bonne heure et montai en haut de ma maison pour avoir une vue d'ensemble de mes travaux , et cela me plaît bien. L'idée me vient de faire lambrisser ma salle à manger, ce qui sera fort élégant. Au bout d'un moment j'allai par le fleuve à Deptford pour donner différents ordres, puisque je suis à présent le seul qui soit à Londres, et revenu au bureau où je travaillai tout le matin et l'après-midi aussi jusqu'au soir. Est alors venu Cooper pour mes mathématiques. Mais, sérieusement, j'ai la cervelle si pleine des affaires que je ne les comprends pas comme je les comprendrais en d'autres circonstances.
             Le soir au lit, fort ennuyé que la pluie pénètre dans la maison, le haut étant ouvert.


                                                                                                                 19 juillet

Résultat de recherche d'images pour "grandes pluies londres 18è siècle"            Levé de bonne heure, ai un peu travaillé. Ma femme étant venue me trouver je restai longtemps avec elle lui parlant de son départ à la campagne. Et comme elle n'en a pas grande envie, je suis fort embarrassé pour savoir si je la fais ou non partir, à cause de la dépense. Pourtant sous certains rapports je serais heureux qu'elle soit là-bas, à cause de la saleté de ma maison et du tracas d'y avoir un ménage. J'allai au bureau où je passai toute la matinée. Puis dînai avec mon frère Tom venu rien que pour me voir. Dans l'après-midi j'allai sur la Tamise pour voir du goudron et du charbon que j'expédie, et je rentrai. Comme il pleuvait fort sur le fleuve, je débarquai et me mis à l'abri pendant que le roi arrivait dans son bateau, allant vers les Downs à la rencontre de la reine, le Duc étant parti hier. Mais je pensai que cela diminuait l'idée que je me faisais d'un roi, qu'il ne puisse commander à la pluie.
            A la maison, après que j'eus expédié plusieurs lettres, aux mathématiques. Et le soir au lit dans une chambre de sir William Penn. Ma maison étant si sale que je ne puis plus y coucher. Et puis cette chambre est placée de façon que j'y vais en passant par ma terrasse sans sortir. Mais je n'en suis pas entièrement satisfait, car les allées et venues des domestiques sur la terrasse seront cause de grand tracas.


                                                                                                                 20 juillet
                                                                                               jour du Seigneur                
            Ma femme et moi sommes restés longtemps à causer au lit et elle est enfin disposée à passer deux mois à la campagne, car c'est parce qu'elle n'était pas disposée à rester jusqu'à ce que la maison soit tout à fait finie que je ne savais pas si je voulais la voir partir ou rester.
            Mais ce qui me tracasse le plus c'est qu'il a plu toute la matinée si furieusement que ma maison est toute trempée, et c'est avec cette pensée que je me levai et rentrai dans ma maison, et je la trouvai aussi trempée que la rue à ciel ouvert. Il n'y a pas un plancher sec en haut ni en bas de ma maison. Je m'habillai donc pour marcher dans la boue et j'emportai tous mes livres au bureau, et je passai toute la journée à ranger et enlever des objets car il a plu toute la journée aussi fort dedans que dehors. Enfin dîner. Nous avons eu une tête de veau et du lard dans ma chambre, chez sir William Penn, et ma femme et moi nous nous sommes décidés à son départ avec ses servantes et le petit laquais. Il ne restera ainsi à la maison que Will et moi. La maison sera vide car on ne peut faire entrer personne dans ma maison tant qu'elle est dans cet état. La décision étant prise nous avons rangé des objets dans l'arrière-cave pour la semaine prochaine, pour leur départ. Ma femme et moi allâmes dans mon bureau mesurer un drapeau de soie que j'y ai trouvé et que j'espère garder car on ne l'a pas réclamé depuis que je suis au bureau. Mais ma femme n'est pas pressée de le prendre, elle préférerait attendre un peu et voir si par la suite on s'apercevra de sa disparition.
            Le soir à mon bureau où je consignai les événements d'aujourd'hui dans mon journal et lus mes serments, comme j'y suis obligé tous les dimanches. Puis revins chez sir William Penn dans ma chambre, tout crotté et sale, avec la crainte d'avoir pris froid à barboter dans l'eau.
            Ce qui m'a le plus contrarié aujourd'hui c'est que comme on avait apporté la clef chez sir William Penn hier soir, on n'a pas pu la retrouver. Ils l'ont enfin retrouvée dans le feu  que nous avons fait hier, et au lit.


                                                                                                                 21 juillet 1662
                                                                                                                  pinterest.fr
Résultat de recherche d'images pour "figues et abricots tableaux impressionnistes"            Levé de bonne heure, et bien que je me trouve indisposé, qu'il fasse froid et que la pluie menace. Pourtant comme je l'ai promis et que je désire faire ce que j'ai décidé, j'ai pris un canot et me suis rendu chez le commandant Cox. Il a un manoir fort agréable, et élégant. J'ai bu du vin et mangé des fruits à l'arbre. Il m'a montré une grande curiosité : deux ou trois pièces parmi les nombreux plats et assiettes d'argent qu'il a achetés à un ambassadeur qui avait besoin d'argent, sur le pourtour desquels étaient incrustées des médailles d'or et d'argent très anciennes et, je crois, portant des inscriptions et, si c'est le cas, ce sont les plus grandes curiosités que j'ai vues de ma vie, et je veux les montrer à Mr Cromleholme.
            De là à Woolwich à la corderie où j'examinai les différentes sortes de chanvre. Je commençai un grand travail, l'examen et la façon dont on éprouve la résistance de chaque sorte de câble et ce que coûte l'enduction. Je crois être vraiment arrivé à une certitude assez grande pour que cela rende un grand service au roi. Et j'ai la ferme intention de mettre cela au point pour le retour du Duc à Londres, afin de le lui présenter.
            J'ai pris un bon déjeuner chez Mr Falconer, fort satisfait de mes recherches.
            De là au bassin où nous nous sommes promenés dans le jardin de Mr Sheldon, mangeant encore des fruits et buvant et mangeant des figues qui étaient excellentes, et causant, tandis que le Royal Charles s'approchait du bassin. Nous sortîmes alors pour voir de quelle manière et avec quelle difficulté on fait entrer un pareil navire. On n'a pas pu y arriver, on a pu qu'en introduire l'avant dans le bassin et le béquiller jusqu'à la prochaine marée. Mais, grand Dieu ! quelle foule il y avait, venue des deux arsenaux pour aider à cette manoeuvre, alors que la moitié de ce monde aurait aussi bien pu le faire. Mais je vois bien que le roi ne peut pas faire les choses à aussi bas prix que les autres hommes.
            Je repartis par le fleuve et débarquai au bout d'un moment sur une rive, quelque part au milieu des roseaux, gagnant à pied Greenwich, nous retrouvant chez Cox et nous promenant dans le jardin. Puis nous allâmes voir sa femme que je trouve encore jolie, mais qui était alors contrariée et parla d'un ton très mécontent et irrité au commandant pour avoir contremandé quelqu'un qu'il avait invité à dîner, ce qu'il prit en homme sage et avec peu de mots. Mais elle était très irritée, ce qui me décontenança tellement que je regrettai d'être entré. Aussi après avoir encore mangé quelques fruits, je lui fis mes adieux dans le jardin, cueillant des abricots pour les garder, je partis. Je rentrai à la maison par le fleuve. Mr Moore étant venu nous dire que milady partait demain pour la campagne, j'emmenai ma femme en voiture faire ses adieux à son père, restant moi-même dans la Grand-Salle de Westminster, car elle aussi part cette semaine.
Puis chez milady où nous restâmes souper. Mais je vois que milady était vraiment irritée, mécontente de nous et de ce que nous avons négligé d'aller la voir comme nous le faisions avant. Mais au bout elle nous refit bonne figure, comme avant, ce dont nous fûmes heureux. Ensuite retour, et au lit.


                                                                                                                       22 avril

            De bonne heure au milieu de mes ouvriers. Puis au bureau où je reçois une lettre des Downs, de Mr Coventry. Il me parle du mauvais temps qu'ils ont eu dimanche dernier, ce qui les a forcés de revenir de près de Boulogne où ils allaient chercher la reine, jusqu'aux Downs, perdant leurs câbles, leurs voiles, leurs mâts. Mais tout le monde est sain et sauf. Seulement on ne sait pas ce qu'est devenu milord Sandwich qui était en tête avec les yachts. Ce qui me tracasse beaucoup. Mais j'espère qu'il était descendu avant le commencement de la tempête, ce que Dieu veuille.
            Toute la journée au bureau, rentrai seulement pour le dîner. Je fus là très fâché contre ma femme, car elle a égaré ses clés. Mais elle les a finalement retrouvées et nous nous sommes réconciliés. Tout l'après-midi à écrire et répondre à des lettres, et le soir une longue lettre à Mr Coventry en réponse aux siennes et aux affaires du Duc.
            Tard le soir dans mon bureau où il y a un grand travail, maintenant que je suis seul à Londres, mais j'en viendrai à bout avec plaisir
            Rentrai, et au lit.


                                                                                                                      23 juillet

                        Après avoir été un peu irrité le matin, et ma maison dans une telle confusion me met in peu de mauvaise humeur, j'allai au bureau où je réglai des affaires, seul. Et de nouveau l'après-midi un peu contrarié de ce que mon frère Tom par négligence ne fournisse pas de voiture à ma femme et à sa servante cette semaine, ce qui l'empêchera d'aller à la fête de Brampton pour y voir milady chez mon père. Le soir, à la maison et tard à faire les paquets pour les envoyer à Brampton demain, et au lit, de fort méchante humeur parce que le temps est très mauvais et que ma maison est pleine d'eau et qu'il faut se donner à peine le temps d'aller d'une maison à l'autre, celle de sir William Penn, à chaque instant. Je suis en outre fort troublé par ce qu'on dit partout, que milord Sandwich est perdu. Mais j'espère le contraire, grâce à Dieu.


                                                                                                                          24 juillet

            Levé de bonne heure ce matin pour envoyer les paquets au routier avec mon petit laquais qui part aujourd'hui, bien que sa maîtresse ne parte que lundi prochain.
            Toute la matinée au bureau, sir William Batten étant arrivé à Londres hier soir. J'apprends avec grande satisfaction que milord Sandwich est sain et sauf, débarqué en France. Dîner dans notre cabinet avec Will Bowyer. Après une longue et simple conversation je le quittai et revins au bureau où je fus occupé jusqu'à 9 heures du soir. Entre autres pour pousser plus avant les essais que j'ai récemment faits à Woolwich sur le chanvre. A la maison, et au lit.


                                                                                                                        25 juillet 1662
enfantilingue.eu
Résultat de recherche d'images pour "verger anglais"            A mon bureau toute la matinée à lire les discours sur la marine de Mr Hollond que m'a prêtés Mr Turner, et j'en suis fort satisfait, car ils découvrent les maux exacts dont nous souffrons à l'heure actuelle. Je ferai en sorte de les faire copier et de les lire fréquemment.
           Ce matin sir William Batten est venu au bureau pour me parler. Il a commencé par me dire qu'il a remarqué une froideur entre nous depuis quelque temps, et qu'il aimerait en connaître la raison. Me dit qu'il avait entendu que que j'étais blessé de ce que des négociants allaient chez lui conclure des marchés. Je lui répondis que c'est en ami que j'en avais parlé à sir William Penn, lui demandant de trouver une occasion de le lui dire, et non en détracteur, ce qui l'apaisa. Mais je vois que sir William Penn a agi en fourbe avec moi, et qu'il ne lui a pas dit cela en ami mais en mauvaise part. Il m'a aussi déclaré qu'on était choqué qu'il ait emmené sa femme à Plymouth, disant que ce n'était pas au roi de payer son voyage. Mais j'ai nié en avoir parlé, ce qui est vrai. Enfin il souhaitait que le désaccord entre nos épouses ne causât pas de désaccord entre nous. Ce que je fus extrêmement heureux de lui entendre dire. Je vois bien tous les jours les fruits de mon application au travail. Je prie Dieu de me faire persévérer, car je commence à être très heureux. Dînai à la maison, puis retournai au bureau tout l'après-midi, et le soir à la maison, et au lit.


                                                                                                                   26 juillet

            Sir William Batten, Mr Pett et moi au bureau en réunion toute la matinée. Dînai à la maison et retournai au bureau, faisant déposer la maquette qui est accrochée dans mon cabinet pour la faire accrocher dans mon bureau, de crainte qu'elle ne soit abîmée par les ouvriers, et pouvoir l'étudier plus commodément. Cet après-midi j'ai reçu une lettre de Mr Creed qui a échappé de justesse à la mort sur le yacht du roi et est arrivé sain et sauf dans les Downs après la récente tempête. Il m'informe que le roi lui a dit qu'il est certain que milord a débarqué sain et sauf à Calais. Content, j'ai envoyé la nouvelle à Mr Crew et par le courrier à milady à la campagne.
Résultat de recherche d'images pour "luth"            Cet après-midi j'allai à Westminster et j'appris que le roi et la reine viendraient à Whitehall et quitteraient Hampton Court la semaine prochaine, pour tout l'hiver. Puis allai voir Mrs Sarah et visitai le logis de milord qui est fort élégant, le jardin de Whitehall et le jeu de boules où des seigneurs et des dames jouent, qui sont en bel état.. Mrs Sarah me dit que la querelle entre Mrs Castlemaine et son mari était à propos du récent baptême de l'enfant qu'il voulait et fit baptiser par un prêtre, et quelques jours après elle le refit baptiser par un pasteur. Le roi, le lord d'Oxford et la duchesse de Suffolk étaient témoins et la condition était que l'enfant n'eût pas déjà été baptisé. Depuis elle a quitté son mari, emportant tout ce qu'il y avait dans la maison, jusqu'aux plats et aux étoffes et les domestiques, sauf le portier. Il est allé, dans son mécontentement, en France, dit-on, dans un couvent. Et maintenant elle retourne dans sa maison de King Street. Mais on me dit que la reine l'a rayée de la liste que le roi lui a présentée, désirant qu'on lui fît cette faveur, sinon il la renverrait d'où elle venait. Et que le roi en a été fâché et la reine mécontente tout un jour et une nuit, et que le roi a promis de ne plus la voir dorénavant. Mais je ne puis croire que le roi puisse la renvoyer comme cela, car il l'aime trop, et c'est l'opinion que j'ai exprimée ce soir à milady en lui écrivant, en l'appelant " milady " et " la dame que j'admire ". Je m'aperçois que milord a perdu le jardin de son logis et qu'on en fait un court de tennis.


                                                                                                                        27 juillet
                                                                                                       jour du Seigneur
            A l'église seul à mon banc, le matin. Dans l'après-midi j'emmenai ma femme, par le fleuve, à Westminster où elle allait faire ses adieux à son père et moi me promener dans le parc que rendent chaque jour plus agréable les aménagements qu'on y fait. Rencontrant Laud Crisp, je l'emmenai au bout du jardin. Nous nous assîmes sous un arbre dans un coin, pour chanter quelques chansons. Il chante bien mais sans art, de sorte qu'il chantait faux parfois. Puis je pris congé et retrouvai ma femme au logis de milord. Je la ramenai à la maison par le fleuve et nous soupâmes sur le balcon de sir William Penn en compagnie de Mr Keene, puis arriva le frère de ma femme. Nous nous sommes alors séparés, et au lit.


                                                                                                                     28 juillet

            Levé de bonne heure et à 6 heures, quand ma femme fut prête je l'accompagnai au George près de la fontaine de Holborn où était la voiture qui devait la conduire avec sa servante à Bugden. Mais comme la voiture n'était pas prête mon frère Tom resta avec elles pour attendre leur départ. Je lui dis un adieu chagriné, bien que consentant parce que l'état de ma maison ne permet pas à un ménage d'y vivre. Je lui fis donc mes adieux et j'allai à pied jusqu'au fleuve où je pris un canot pour la Tour, apprenant que la reine mère est déjà arrivée à la hauteur de Woolwich et que milord Sandwich est avec elle. Ce qui m'a réjoui le coeur. J'envoyai le batelier bien que pas encore tout à fait certain de la chose, auprès de ma femme pour qu'elle en apportât la nouvelle à milady. Puis à mon bureau toute la matinée, à résumer les instructions du Duc dans leur marge.
            A la maison tout seul pour le dîner, puis de nouveau au bureau. Le soir arrive Cooper. Lui parti allai dans ma chambre, un peu chagrin et mélancolique. Je jouai de mon luth tard et allai au lit, Will couché là, à mes pieds, et la servante dans ma maison, dans le lit de Will.


                                                                                                                        29 juillet
                                                                                                                   au
            Levé de bonne heure et retirai tout mon argent, presque 300 livres pour l'apporter dans cette chambre. Et puis au bureau. En réunion toute la matinée, sir George et Mr Coventry de retour de la mer.
            Ce matin j'abordai, entre autres, l'affaire des abus qui concerne les pavillons, dont nous sommes victimes. Je sais que cela déplaît à sir William Batten , mais cela m'est égal.
            A midi j'allai, sur invitation, dîner avec sir George et Mr Coventry, chez sir William Batten. Fûmes fort gais, Je fus fort aimable avec sir William et lui avec moi, il se montra fort complaisant avec moi. Mais je sais qu'il me jalouse et je n'ai pas d'estime pour lui.
            Retour au bureau et dans la soirée, à pied à Deptford, en compagnie de Cooper pour parler de mathématiques, pour faire incarcérer un homme coupable d'avoir coupé des orins de bouées, et pour voir la différence entre les pavillons qu'on nous envoie maintenant. Je constate que les anciens bien meilleur marché sont tout à fait aussi bons. J'en ai donc rapporté un de chaque espèce à la maison, et en compagnie de Mr Waith pendant une bonne partie du chemin et parlant des défaillances de la marine je revins à pied à Rotherhithe et je rentrai par le fleuve. Ayant fini tard au bureau, j'allai dans ma chambre, et au lit.


                                                                                                                      30 juillet 1662
museedelhistoire.ca
Résultat de recherche d'images pour "canots"            Levé de bonne heure et au bureau. Cooper arriva et commença sa leçon sur la coque des navires, ce pour quoi une maquette dans le bureau m'est fort utile.
            Puis, par le fleuve, à Whitehall. J'ai rendu mes devoirs à milord Sandwich et je l'ai félicité chez lui de son heureux retour après tout le danger qu'il a couru, et qu'il avoue avoir été très grand. Et ses gens me disent avec quel courage milord s'est comporté, alors que milord Crofts poussait des cris et je m'aperçois qu'il n'est question partout que de sa piètre conduite. Mais la plus belle fut cette d'un certain Rawlins, courtisan, qui était avec milord. Au moment du plus grand danger il s'écria :
            - Sacredieu ! milord, je ne donnerais pas trois pence pour avoir votre place maintenant.
            Mais tout cela finit à l'honneur des bateaux de plaisance qui, s'ils n'avaient pas été d'excellents bateaux n'auraient jamais pu tenir la mer comme ils l'ont fait.
            Puis avec le commandant Fletcher de l'Eagle, dans le canot de son navire qui est à huit avirons, mais tous les canots ordinaires allaient plus vite que nous, j'allai à Woolwich m'attendant à trouver sir William Batten occupé à son inspection, mais il n'est pas apparu. Nous avons pris un plat de viande grillée au Cerf Blanc tandis que ses commis et d'autres festoyaient dans la plus belle salle et jouèrent ensuite au jeu de galet. Quand enfin ils surent que j'étais là ils allèrent à leur inspection. Mais Dieu aide le roi ! quelles inspections seront faites que celles de cette façon !
            Pour moi, après le dîner, j'allai à la corderie pour mon affaire et j'y restai jusqu'au soir, répéter différents essais de résistance, de poids, de détérioration, et autres propriétés du chanvre. Je peux ainsi achever ce que je voulais faire, à savoir déterminer la qualité de toutes sortes de chanvre.
            Je rentrai le  soir en canot avec sir William Warren descendu en chemin, et à la maison, et au lit.


                                                                                                                          31 juillet

            Levé de bonne heure, été au milieu de mes ouvriers, donné des ordres pour mes pièces du haut, qui me satisferont tout à fait. Puis à mon bureau et en réunion toute la matinée où je commence à acquérir de plus en plus d'importance. A midi avec Mr Coventry, dans sa voiture, à la Bourse, et dans Lombard Street nous rencontrâmes le commandant Browne du Rosebush. Ce dont il fut violemment en colère et menaça d'aller aujourd'hui trouver le Duc à Hampton Court pour le faire chasser pour n'avoir pas pris la mer. Mais à la Bourse nous décidâmes de manger un morceau ensemble, au Navire et prîmes un canot à Billingsgate, descendîmes pour monter à bord du Rosebush à Woolwich que nous avons trouvé en désordre. Mais après avoir fait peur aux officiers présents, nous les quittâmes pour mieux hâter les choses. A terre nous allâmes à l'arsenal parce que le navire n'était pas parti. Nous trouvons sir William Batten occupé à son inspection. Mais c'était si misérable et cela ressemble si peu à une inspection navale que j'en ai honte, et Mr Coventry aussi. Nous avons trouvé bien des défaillances, et entre autres le cubage de certains bois de charpente qu'on apporte en ce moment, dont nous parla Mr Deane l'adjoint. Et retour à la maison par le fleuve, causant tout le long des affaires du bureau et autres agréables conversations. Et je suis très fier d'être à ce point dans ses petits papiers, je crois vraiment y être.
            Rentrai tard et, comme c'était le dernier jour du moi, j'ai fait mes comptes avant d'aller au lit. Je trouve que je possède environ 650 livres, ce dont le Seigneur Dieu soit loué. Et au lit.
            Je n'ai bu que deux verres de vin aujourd'hui, et cela m'a cependant donné mal à la tête toute la  nuit et m'a indisposé toute la journée du lendemain, ce dont je me réjouis. Je suis maintenant en ville avec seulement mon domestique Will et Jane. Et parce que ma maison est en constructions, je couche dans la maison de sir William Penn parti pour l'Irlande. Ma femme, sa servante et le petit laquais sont partis pour Brampton. Je suis bien au courant des affaires et j'ai gagné la considération du bureau, et j'y travaille ferme, et j'y trouve profit.


                                                                     
                                                                                   à suivre.........

                                                                                                                  1er août 1662

            Levé avec.......