vendredi 10 mars 2017

Dans le verger Virginia Woolf ( Nouvelle Grande-Bretagne )

Résultat de recherche d'images pour "peintre impressionnistes Moma"
pinterst.fr in MOMA NYC

                                                                     Dans le verger

            Miranda dormait dans le verger, étendue sur une chaise longue sous le pommier. Son livre était tombé dans l'herbe et son doigt semblait encore désigner la phrase : " Ce pays est vraiment un des coins du monde où le rire des filles éclate le mieux... " Comme si elle s'était juste endormie à ce moment. Les opales à son doigt viraient au vert, puis au rose et encore à l'orange sous le soleil qui filtrait à travers les pommiers et les emplissait. Puis quand la brise se leva sa robe violette ondula, comme une fleur attachée à une tige. Les brins d'herbe se balancèrent et le papillon blanc voleta, de ci de là, juste au-dessus de son visage.
            A quatre pieds en l'air, au-dessus de sa tête, les pommes pendaient. Il y eut soudain des cris violents, comme si l'on frappait avec violence des gongs de cuivre fêlés, dans un mouvement irrégulier et brutal. Ce n'était que les écoliers récitant à l'unisson la table de multiplication, interrompus par le maître, grondés, puis recommençant la table de multiplication. Mais cette clameur passa quatre pieds au-dessus de la tête de Miranda à travers les branches de pommiers et vint frapper le petit garçon du vacher qui cueillait des mûres dans la haie alors qu'il aurait dû être à l'école et le fit s'écorcher le pouce sur les ronces.
            Ensuite un cri solitaire, un cri d'homme, triste, brutal. Le vieux Parsley était bel et bien ivre mort.                                                                              masmoulin.blog.lemonde.fr in MOMA
Résultat de recherche d'images pour "peintre impressionnistes Moma"            Alors les plus hautes feuilles du    pommier, posées à plat comme des petits poissons sur fond bleu, à trente pieds au-dessus de la terre, carillonnèrent sur une note pensive et lugubre. C'était l'orgue de l'église qui jouait l'un des Cantiques anciens et modernes. Le son flotta puis fut pulvérisé par une compagnie de litomes qui volaient à une vitesse folle, là-bas ou ailleurs. Miranda dormait, étendue trente pieds plus bas.                                                                            
            Puis au-dessus du pommier ou du poirier, à deux cents pieds au-dessus de Miranda qui dormait étendue dans le verger, des cloches sonnèrent sourdement, par intermittence, maussades et didactiques, car c'était les relevailles de six pauvresses de la paroisse et le curé rendait grâce au ciel.
            Au-dessus de tout ça, dans un grincement aigu, la plume doré du clocher tourna du sud à l'est. Le vent changeait, il bourdonnait au-dessus de tout, au-dessus des bois, des prés, des collines, à des lieues au-dessus de Miranda endormie au verger. Irrésistiblement il avançait, aveugle et stupide, sans rencontrer le moindre obstacle, puis fit demi-tour et vira de nouveau au sud. A des lieues plus bas, dans un espace grand comme le chas d'une aiguille, Miranda se dressa et s'écria tout fort :
            - Oh, je vais être en retard pour le thé !
            Miranda dormait au verger, ou peut-être ne dormait-elle pas, car ses lèvres bougeaient très doucement, comme si elles disaient : " Ce pays est le coin du monde... où le rire des filles... éclate... éclate... éclate... " Puis elle sourit et laissa sombrer son corps de tout son poids sur la terre énorme, pensa-t-elle, qui se lève pour me porter sur son dos, comme si j'étais une feuille, ou une reine. A ce moment les enfants récitèrent la table de multiplication. Ou, continua Miranda, comme si étendue en haut d'une falaise j'entendais le cri des mouettes au-dessus de moi. Plus haut elles volent, poursuivit-elle, tandis que le maître grondait les enfants et tapait Jimmy sur les doigts jusqu'à ce qu'ils saignent, et plus elles volent au fond de la mer, répéta-t-elle. Et ses doigts se détendirent, et ses lèvres se refermèrent doucement, comme si elle flottait sur la mer.. Puis quand le hurlement de l'ivrogne résonna au-dessus de sa tête, elle respira profondément, dans une extraordinaire extase, car il lui       semblait avoir entendu la vie même s'exprimer par une langue rude, dans une bouche écarlate, par le   wahooart.com  in MOMA                           vent, par les cloches, par les vertes feuilles incurvées des choux.
Résultat de recherche d'images pour "peintre impressionnistes Moma"           Naturellement elle se mariait à l'église quand l'orgue joua un air des Cantiques anciens et modernes, et quand les cloches sonnèrent après les relevailles des six pauvresses, le bruit sourd, morne et intermittent lui fit penser que la terre elle-même frissonnait sous les sabots du cheval qui galopait vers elle.
            - Ah ! je n'ai qu'à attendre, soupira-t-elle.
            Il lui sembla que tout avait déjà commencé à bouger, à crier, à galoper, à voler autour d'elle, au-travers d'elle, vers elle, dans un ordre préétabli.
            Mary est en train de couper le bois, pensa-t-elle, Pearman mène les vaches, les charrettes remontent des champs, le cavalier, et elle traça les contours que formaient les hommes, les charrettes, les oiseaux et le cavalier sur le paysage, jusqu'à ce que le battement de son propre coeur semblent les repousser tous vers l'extérieur.
            A des lieues en l'air, le vent tourna, la plume dorée du clocher grinça et Miranda se leva d'un bond et s'écria :
            - Oh, je vais être en retard pour le thé !                  toutpourlesfemmes.com
Résultat de recherche d'images pour "chagall"            Miranda dormait au verger, dormait-elle ou ne dormait-elle pas ? Sa robe violette se déploya entre les deux pommiers. Il y avait vingt-quatre pommiers dans le verger, certains penchaient légèrement, d'autres poussaient tout droit avec un élan du tronc qui s'épanouissait en branches et se transformait en rondes gouttes rouges ou jaunes. Chaque pommier avait assez d'espace. Le ciel épousait exactement les feuilles. Quand la brise se levait, la ligne des branches contre le mur s'inclinait légèrement, puis revenait. Un hochequeue fila d'un coin à l'autre en diagonale. Sautillant avec précaution, une grive s'avança vers une pomme tombée. Depuis l'autre mur un moineau voleta juste au-dessus de l'herbe. L'élan des arbres vers le ciel était contrarié par ces mouvements. Les murs du verger renforçaient l'impression de densité, car, à des lieues au-dessous, la terre était contractée, ridée en surface par les vacillations de l'air. Au coin du verger le bleu-vert était fendue d'une strie violette. Comme le vent tournait une grappe de pommes fut projetée si haut qu'elle masqua deux vaches dans le pré.
            - Oh, je vais être en retard pour le thé ! s'écria Miranda.
            Et les pommes revinrent pendre juste en travers du mur.


                                                                                    Virginia Woolf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire