vendredi 21 juillet 2017

La Tempête de feuilles extrait Poil de Carotte Jules Renard ( Roman France )

Résultat de recherche d'images pour "steinlen poil de carotte"
julesrenard.fr

 
                                                  La tempête de feuilles

            Il y a longtemps que Poil de Carotte, rêveur, observe la plus haute feuille du grand peuplier.
            Il songe creux et attend qu'elle remue.
            Elle semble détachée de l'arbre, vivre à part, seule, sans queue, libre.
            Chaque jour, elle se dore au premier et au dernier rayon du soleil.
            Depuis midi, elle garde une immobilité de morte, plutôt tâche que feuille, et Poil de Carotte perd patience, mal à son aise, lorsque enfin, elle fait signe.                    voyagerloin.com 
            Au-dessous d'elle, une feuille proche fait le même signe. D'autres feuilles le répètent, le communiquent aux feuilles voisines qui le passent rapidement.
            Et c'est un signe d'alarme, car, à l'horizon, paraît l'ourlet d'une calotte brune.
            Le peuplier déjà frissonne ! Il tente de se mouvoir, de déplacer les pesantes couches d'air qui le gênent.
            Son inquiétude gagne le hêtre, un chêne, des marronniers, et tous les arbres du jardin s'avertissent, par gestes, qu'au ciel, la calotte s'élargit, pousse en avant sa bordure nette et sombre.
Résultat de recherche d'images pour "steinlen poil de carotte" *          D'abord, ils excitent leurs branches minces et font taire les oiseaux, le merle qui lançait une note au hasard, comme un pois cru, la tourterelle que Poil de Carotte  voyait tout à l'heure, verser, par saccades, les roucoulements de sa gorge peinte et la pie insupportable avec sa queue de pie.
            Puis ils mettent leurs grosses tentacules en branle pour effrayer l'ennemi.
            La calotte livide continue son invasion lente.
            Elle voûte peu à peu le ciel. Elle refoule l'azur, bouche les trous qui laisseraient pénétrer l'air, prépare l'étouffement de Poil de Carotte. Parfois, on dirait qu'elle faiblit sous son propre poids et va tomber sur le village : mais elle s'arrête à la pointe du clocher, dans la crainte de s'y déchirer.
            La voilà si près que, sans autre provocation, la panique commence, les clameurs s'élèvent.
            Les arbres mêlent leurs masses confuses et courroucées au fond desquelles Poil de Carotte imagine des nids pleins d'yeux ronds et des becs blancs. Les cimes plongent et se redressent comme des têtes brusquement réveillées. Les feuilles s'envolent par bandes, reviennent aussitôt, peureuses, apprivoisées, et tâchant de se raccrocher. Celles de l'acacia, fines, soupirent ; celles du bouleau écorché se plaignent ; celles du marronnier sifflent, et les aristoloches grimpantes clapotent en se poursuivant sur le mur.
            Plus bas, les pommiers trapus secouent leurs pommes, frappent le sol de coups sourds.
            Plus bas, les groseilliers saignent des gouttes rouges, et les cassis des gouttes d'encre.
           Et plus bas, les choux ivres agitent leurs oreilles d'âne et les oignons montés se cognent entre eux, cassent leurs boules gonflées de graines.
            Pourquoi ? Qu'ont-ils donc ? Et qu'est-ce que cela veut dire ? Il ne tonne pas. Il ne grêle pas. Ni u**n éclair, ni une goutte de pluie. Mais c'est le noir orageux d'en haut, cette nuit silencieuse au milieu du jour qui les affole, qui épouvante Poil de Carotte.
            Maintenant, la calotte s'est toute déployée sous le soleil masqué.
Résultat de recherche d'images pour "aristoloches"  **        Elle bouge, Poil de Carotte le sait ; elle glisse et, faite de nuages mobiles, elle fuira : il reverra le soleil. Pourtant, bien qu'elle plafonne le ciel entier, elle lui serre la tête, au front. Il ferme les yeux et elle lui bande douloureusement les paupières.
            Il fourre aussi ses doigts dans ses oreilles. Mais la tempête entre chez lui, du dehors, avec ses cris, son tourbillon.
            Elle ramasse son coeur comme un papier de rue.
            Elle le froisse, le chiffonne, le roule, le réduit.
            Et Poil de Carotte n'a bientôt plus qu'une boulette de coeur.

*           montmartre-secret.com
**         google.fr


                                                                               extrait de Poil de Carotte

                                                                                     Jules Renard
            

jeudi 20 juillet 2017

Au Sud de la Fente 2 fin Jack London ( Nouvelle EtatsUnis )

Image associée
television.telerama.fr


                                                   Au Sud de la Fente ( 2  fin )

            - Eh ! qu'est-ce que ça peut vous faire ? rétorqua-t-il. Filez et sortez de mon chemin. Je veux pouvoir me retourner.
            L'instant d'après, malgré son imposante carrure, quelqu'un le poussait à faire demi-tour et l'envoyer vaciller, la malle lui faisant perdre l'équilibre, jusqu'à ce qu'il tombât contre le mur derrière lui. Il se mit à jurer mais se rendit soudain compte qu'il avait devant lui Mary Condon, dont les yeux furieux lançaient des flammes.
            - Bien sûr que j'appartiens au syndicat, dit-il. Je vous faisais marcher.
            - Où est votre carte ? demanda-t-elle sur un ton péremptoire.
            - Dans ma poche. Mais je peux pas la sortir maintenant. Cette foutue malle est trop lourde. Venez jusqu'à ma wagonnette et je vous la montrerai.
            - Posez cette malle, ordonna-t-elle.
            - Pourquoi donc ? J'ai une carte, je vous dis.
            - Posez-la, c'est tout. Je ne vais pas laisser un jaune manipuler cette malle. Vous devriez avoir honte, espèce de lâche, vous qui trahissez des travailleurs honnêtes. Comportez-vous comme un homme et rejoignez le syndicat.
            Le visage de Mary Condon était blême. Elle était, à l'évidence, en rage.
            - Penser qu'un homme fort comme vous devient un traître à sa classe ! J'imagine que vous n'attendez que de vous joindre à la milice pour tirer sur des syndicalistes lors de la prochaine grève ! Peut-être même que vous appartenez déjà à la milice. Vous êtes bien du genre...
            - Oh là, ça suffit !
            Bill laissa tomber la malle par terre dans un grand fracas, se redressa et enfonça la main dans la poche intérieure de son manteau.
            - Je vous ai dit que je vous faisais marcher. Tenez, regardez ça.
            C'était une carte syndicale parfaitement en règle.
            - D'accord, allez-y, dit Mary Condon. Et la prochaine fois ne plaisantez pas.
            Son visage se détendit quand elle vit l'aisance avec laquelle il mit la lourde malle sur ses épaules et ses yeux brillèrent en observant l'élégante carrure de cet homme. Toutefois, Bill n'en vit rien, trop occupé à déplacer la malle.                                                                        pressdemocrat.com
Image associée            L'occasion suivante où il vit Mary Condon ce fut pendant la grève des blanchisseurs. Ceux-ci, organisés en syndicat depuis peu, manquaient d'expérience dans la conduite des grèves et avaient demandé à Mary Condon de les aider. Ayant eu vent de ce qui se préparait, Freddie avait envoyé Bill se joindre au syndicat pour mener l'enquête. Le travail de Bill avait lieu dans la salle des lessives. Les hommes avaient été appelés en premier, ce matin-là, afin de donner du courage aux filles, et le hasasd voulut que Bill se trouvât près de la porte de l'atelier de calendrage quand Mary Condon apparut. Le directeur, homme grand et corpulent, lui barrait le passage. Il n'allait pas ses filles se faire enrôler par les grévistes et il apprendrait à cette Mary Condon à se mêler de ses affaires. Alors que Mary essayait de le cntourner; il abattit sa grosse main sur son épaule et la ramena en arrière. Elle regarda autour d'elle et vit Bill.                                                                                      
            - Eh, vous ! Mr Totts, dit-elle. Aidez-moi, je veux entrer.
            Bill sursauta, agréablement surpris. Elle se rappelait son nom pour l'avoir lu sur sa carte syndicale. L'instant d'après, le directeur avait été écarté de la porte et déblatérait sur le respect de la loi, tandis que les filles désertaient leurs machines. Pendant le reste de cette courte grève couronnée de succès, Bill agit en tant qu'homme de main et messager de Mary Condon. Puis, quand tout fut terminé, il retourna à l'université, redevint Freddie Drummond et se demanda ce que Bill Totts pouvait trouver à une telle femme.
            Freddie n'avait pas été atteint, mais Bill était tombé amoureux. Il était inutile de le nier et c'était ce qui, pour Freddie Drummond, représentait le danger. Eh bien, il avait accompli son travail. Ses aventures pouvaient maintenant cesser. Il n'avait plus besoin de franchir la Fente. Il ne manquait que trois chapitres à son dernier ouvrage, Tactiques et Stratégies des syndicats, et disposait de suffisamment de données pour les écrire convenablement.
            Il parvint également à la conclusion que s'il voulait affermir et ancrer son identité en tant que Freddie Drummond il lui fallait nouer des liens plus intimes au sein de son propre milieu social. Il était temps pour lui de se marier, et il se rendait bien compte que si Freddie ne le faisait pas, Bill ne manquerait pas de s'en charger, ce qui entraîneraient des complications épouvantables auxquelles il ne voulait même pas songer. C'est ainsi que Catheriene Van Vorst fit son entrée. Elle travaillait aussi à l'université, et son père, le seul qui disposât d'une fortune personnelle, dirigeait le département de philosophie. Lorsque les fiançailles furent annoncées officiellement, Freddie pensa que c'était en tous points un mariage avisé. D'apparence froide et réservée, Catherine était aristocrate et sainement conservatrice. Bien qu'elle fût chaleureuse à sa manière, elle possédait une forme de retenue égale à celle de Freddie.
            Tout semblait réussir à Freddie Drummond, mais il ne pouvait se défaire totalement des bas-fonds, de l'attrait de la liberté et de la vie sans entraves ni responsabilités qu'il avait menée au sud de la Fente. Alors que le jour de son mariage approchait, il s'aperçut qu'il avait bel et bien pris du bon temps et de plus et, de plus, qu'il lui serait extrêmement agréable d'effectuer une nouvelle escapade, de jouer au bon vivant et au panier percé une dernière fois, avant de retourner définitivement à ses amphithéâtres sévères et à son austère future épouse. Comme pour le tenter le tout dernier chapitre de Tactiques et Stratégies des Syndicats demeurait à écrire faute de quelques données essentielles qu'il avait négligé de collecter.
   *         C'est ainsi que Freddie Drummond se transforma une dernière fois en Bill Totts, réunit les informations dont il avait besoin et, malheureusement, rencontra sur sa route Mary Condon.
            De retour dans son bureau il n'aimait pas penser à cet épisode. Ce souvenir ne rendait que plus oppressant le sentiment de danger qu'il avait éprouvé. Bill Totts s'était comporté de manière abominable. Non seulement il avait rencontré Mary Condon au conseil central du travail, mais il s'était arrêté avec elle dans un restaurant sur le chemin du retour et lui avait offert des huîtres. Pis encore, avant de la quitter devant sa porte, il l'avait prise dans ses bras et l'avait embrassée sur les lèvres à plusieurs reprises. Les derniers mots de Mary restaient dans son oreille, des mots prononcés doucement, avec un touchant sanglot dans la gorge qui n'était autre qu'un cri d'amour :
            - O Bill, mon cher Bill, mon très cher Bill.
            Freddie Drummond frissonnait à ce souvenir, il voyait s'ouvrir un gouffre sous ses pieds. N'étant pas, par nature, polygame, il était épouvanté par les possibilités qu'offrait la situation.
           Celle-ci allait devoir prendre fin et pour cela il ne voyait que deux possibilités : soit devenir entièrement Bill Totts et épouser Mary Condon, soit rester entièrement Freddie Drummond et épouser Catherine Van Vost, faute de quoi son comportement deviendrait pire que méprisable, abject.
            Au cours des mois qui suivirent San Francisco fut déchiré par des conflits sociaux. Les syndicats et les associations du patronat s'étaient engagés dans le combat avec une détermination qui donnait à penser qu'ils comptaient régler leur différend dans un sens ou dans l'autre, une fois pour toutes. Cependant Freddie corrigeait les épreuves de son livre et donnait des cours, et ne bougea pas d'un pouce. Il se consacrait à Catherine Van Vost et, jour après jour, trouvait plus de raison de l'admirer et de la respecter, voire de l'aimer. La grève des conducteurs de tramway le tenta, mais pas aussi fortement qu'il ne l'aurait imaginé, et la grande grève des bouchers le laissa froid. Le fantôme de Bill Totts avait été éliminé et Freddie Drummond s'attaqua avec une ardeur renouvelée à la rédaction d'un opuscule qu'il projetait d'écrire depuis longtemps sur les rendements décroissants.
            Il n'était qu'à deux semaines de son mariage quand, un après-midi, Catherine Van Vorst vint le chercher et l'arracha à ses occupations pour l'emmener voir une maison des enfants récemment créée dans le cadre de l'oeuvre de bienfaisance à laquelle elle participait. La voiture appartenait à son frère, mais ils étaient seuls avec le chauffeur. Au point où elles croisent Kearny Street, Market Street et Geary Street se rejoignent comme les branches d'un V à angle aigu. Dans leur automobile, Frederick et Catherine descendaient Market Street et s'approchaient du virage en tête d'épingle pour prendre Geary Street. Néanmoins ils ignoraient ce qui arrivait par Geary Street à ce moment-là, programmé par le destin pour les rencontrer dans le virage. Bien qu'il fût informé par les journaux que la grève des bouchers faisait rage, Freddie Drummond n'y pensait pas le moins du monde. N'était-il pas assis à côté de Catherine ? En route il était occupé à lui exposer son point de vue sur l'activité des oeuvres de bienfaisance, point de vue que les aventures de Bill Totts avaient contribué à nourrir.
            Par Geary Street arrivaient six chariots à viande. A côté de chaque jaune qui conduisait était assis un policier. A l'avant, à l'arrière et de part et d'autre de cette procession défilait une escorte d'une centaine d'agents. Suivant l'arrière-garde policière, à une distance respectueuse, une foule avançait tranquillement mais vociférant des slogans, occupant la rue sur toute la longueur et sur une longueur de plusieurs pâtés de maisons. Le consortium des bouchers tentait de fournir de la viande aux hôteliers et, incidemment, de commencer à briser la grève. L'hôtel St Francis avait déjà été livré, au pris de maintes fenêtres brisquées et de nombreux coups sur la tête, et l'expédition avançait à présent pour apporter des vivres au Palace Hôtel.                                                 shc.stanford.edu
Image associée            Inconscient de tout cela Drummond parlait d'oeuvres de bienfaisance à Catherine alors que l'automobile, klaxonnant méthodiquement pour éviter les noeuds de la circulation, s'engageait dans une grande trajectoire courbe pour passer d'une branche du V à l'autre. Un grand chariot chargé de morceaux de charbon et tiré par quatre énormes chevaux arrivait de Kearny Street comme pour prendre Market Street, leur bloquant le passage. Le conducteur du chariot semblait indécis et le chauffeur de l'automobile qui roulait lentement mais n'écoutait pas les avertissements que lui criaient les policiers, vira à gauche, bien que ce fût interdit, afin de doubler le chariot.
            A cet instant Freddie Drummond interrompit la conversation. Il ne la reprit pas car la situation évoluait avec la rapidité d'un changement à vure au théâtre. Il entendit le rugissement de la foule à l'arrière et aperçut les policiers casqués et les chariots à viande qui vacillaient. Au même instant, reprenant son rôle et donnant du fouet le conducteur du chariot à charbon fit avancer ses chevaux et son véhicule jusque devant le défilé, puis tira brusquement sur les rênes et mit le frein, puis attacha fermement ses cordes sur le levier du frein et s'assit, visiblement décidé à ne plus bouger. L'automobile s'était arrêtée, elle aussi, Les gros chevaux haletants lui étant rentrés dedans.
            Avant que le chauffeur ne pût se dégager, une wagonnette brûlante, conduite par un vieil Irlandais qui fouettait son unique cheval pour le mettre au galop, s'était coincée dans les rue de l'automobile. Drummond reconnut l'animal et la wagonnette, car il les avait fréquemment conduits lui-même. L'Irlandais n'était autre que Pat Morrissey. De l'autre côté, une carriole transportant des tonneaux de bière rentrait dans le chariot à charbon tandis qu'un tramway qui descendait Kearny Street en actionnant furieusement sa cloche se précipitait en avant pour parachever le blocus, le conducteur lançant des insultes à l'agent de la circulation. Un véhicule après l'autre venait s'enferrer au même endroit et ajouter à la confusion. Les chariots à viande s'arrêtèrent. Les policiers étaient piégés. Le rugissement à l'arrière augmenta alors que la foule rejoignait l'attaque, tandis que les policiers de l'avant-garde fonçaient sur les véhicules qui bloquaient le passage.
           - Nous sommes cuits, remarqua Drummond calmement à l'adresse de Catherine.
           - Oui, dit-elle avec un calme égal. Quels sauvages sont ces gens-là !
           L'admiration qu'il éprouvait pour elle redoubla. Elle était bel et bien faite pour lui. Il n'aurait pas été choqué si elle avait poussé des hurlements et s'était accrochée à lui, mais une telle réaction...
C'était magnifique. Elle se tenait au milieu de cet ouragan avec la même sérénité que s'il s'était agi d'un embouteillage de calèches devant l'opéra.                                 berkeleyheritage.com
Image associée            Les policiers luttaient pour dégager un passage. Le conducteur du chariot à charbon, un homme imposant en manches de chemise, alluma une pipe qu'il commença à fumer tranquillement. Du haut de son siège il regarda complaisamment un officier de police qui lui lançait des imprécations et, pour toute réaction, se contenta de hausser les épaules. De l'arrière arrivait le bruit de coups de matraques et un concert de jurons, de hurlements et de vociférations. Une clameur soudaine retentit quand la foule brisa le barrage et fit descendre un des conducteurs de son chariot à viande. Le capitaine de police envoya des renforts de son avant-garde et la foule à l'arrière fut repoussée. Pendant ce temps de nombreuses fenêtres s'étaient ouvertes dans le grand immeuble situé sur la droite, dont les employés conscients de la lutte sociale à l'oeuvre, lançaient des fournitures de bureau sur la tête des policiers et des briseurs de grève. Corbeilles à papiers, encriers, presse-papiers, machines à écrire. Tout ce qui passait à portée de leurs mains étaient jeté par la fenêtre.
            Un agent de police, sous les ordres de son capitaine, escalada le chariot à charbon pour arrêter son conducteur. Celui-ci, se levant lentement et tranquillement comme pour lui obéir, saisit soudain l'agent dans ses bras et se jeta sur l'officier qui attendait en bas. Le conducteur était un jeune géant et, quand il monta au sommet de sa cargaison pour attraper un morceau de charbon de ses deux mains, un policier qui escaladait le chariot sur le côté lâcha prise et se laissa tomber au sol. Le capitaine ordonna à une demi-douzaine de ses hommes de prendre d'assaut le chariot. Le conducteur, passant d'un côté à l'autre de sa cargaison, les repoussait en leur lançant d'énormes morceaux de charbon sur la tête            La foule sur les trottoirs et les conducteurs des chariots bloqués rugissaient de contentement. Le conducteur du tramway fracassait des casques de policiers avec sa manette de direction, mais les agents finirent par l'assommer et le tirer de sa plate-forme. Le capitaine, furieux que ses hommes eussent été repoussés, conduisit l'assaut suivant sur le chariot à charbon. Une vingtaine d'agents commencèrent à grimper de tous les côtés de cette forteresse, mais le conducteur semblait se démultiplier. Parfois, six ou huit policiers tombaient simultanément sur le pavé et roulaient sous le chariot. Occupé à repousser une attaque à l'arrière de sa forteresse, le conducteur se retourna et vit que le capitaine s'apprêtait à monter sur le siège à l'avant du véhicule. L'officier était encore en l'air et en équilibre instable quand le conducteur lança sur lui un morceau de charbon de trente livres. Le capitaine le reçut en pleine poitrine et tomba en arrière, rebondissant sur le dos d'un charron pour atterrir sur le sol, heurtant au passage la roue arrière de l'automobile.
            Catherine crut qu'il était mort, mais il se releva et repartit à l'assaut. Elle tendit sa main gantée et flatta le flanc du cheval qui s'ébrouait en frissonnant. Cependant Drummond ne vit pas son geste. Il n'avait d'yeux que pour la bataille sur le chariot à charbon, tandis que, quelque part dans les méandres de sa psyché, un certain Bill Totts s'agitait et tentait de revenir à la vie. Drummond croyait au respect de la loi et au maintien des forces établies, mais le sauvage déchaîné qui était en lui ne voulait rien entendre. S'il y eut un moment où Freddie fit appel à sa volonté de fer pour se sauver, c'est bien celui-là. Mais il est écrit qu'une maison divisée ne peut que s'effondrer. Freddie Drummond découvrit que la moitié de sa volonté et de ses forces avaient été prises par Bill Totts et, au milieu, l'entité qui les constituait tous les deux se trouvait déchirée.
            Freddie Drummond était assis dans l'auto, tout à fait calme à côté de Catherine Van Vorst, mais celui qui regardait par les yeux de Freddie Drummond c'était Bill Totts et, quelque part derrière ces yeux, se battant pour le contrôle de leur corps commun, se trouvaient Freddie Drummond, le sociologue conservateur et raisonnable, et Bill Totts, le syndicaliste belliqueux. Ce fut Bill Totts qui, par ces yeux, pressentit ce que serait le dénouement inévitable du conflit sur le chariot. Il vit un policier parvenir au sommet de la cargaison, puis un deuxième et un troisième. Les agents chancelaient sur cette surface irrégulière mais ils faisaient tournoyer leurs longues matraques dans les airs. Le conducteur reçut un coup sur la tête. Il en esquiva un second qui atterrit sur son épaule. A l'évidence la partie était finie pour lui. Il bondit en avant, attrapa deux policiers dans ses bras et se jeta sur le trottoir pour se constituer prisonnier, sans relâcher son emprise sur ses deux adversaires.
Résultat de recherche d'images pour "jack london signature"  **        Catherine Van Vorst avait la nausée devant ce spectacle bhommerutal et sanglant. Cette sensation disparut cependant devant l'événement extraordinaire on ne peut plus inattendu qui
s'ensuivit. L'homme assis à côté d'elle poussa un hurlement d'une bestialité inouïe et se leva. Elle le vit bondir par-dessus le siège avant, sauter sur le large postérieur du charron et, de là, parvenir sur le chariot. Son assaut fut pareil à une tornade. L'agent de police stupéfait qui se tenait au sommet de la cargaison n'eut pas le temps de deviner l'intention de ce jeune homme bien habillé mais manifestement excité avant de recevoir un coup qui l'envoya valser dans les airs et retomber sur la chaussée. Un policier escaladant la cargaison reçut un coup de pied dans la figure qui lui assura le même sort. Trois autres agents montèrent au sommet et se précipitèrent sur Bill Totts qui, non content de recevoir un coup de matraque qui lui ouvrit le cuir chevelu, se vit arracher sa veste, son gilet et la moitié de sa chemise amidonnée. Il envoya, néanmoins, les trois policiers voler au loin et, faisant pleuvoir les morceaux de charbon sur ses opposants, il tint la forteresse.
            Le capitaine prit courageusement les devants de l'attaque mais fut renversé par un morceau de charbon qui lui éclata sur le front, comme pour le baptiser de noir. L'objectif de la police était de dégager le blocus avant que la foule n'arrivât depuis l'arrière. Celui de Bill Totts, au contraire, de tenir le chariot jusqu'à ce même moment. C'est ainsi que la bataille du charbon se poursuivait.
            La foule avait reconnu son champion. Big Bill, comme d'habitude, était en première ligne, et Catherine Van Vorst fut abasourdie d'entendre la foule cirer " Bill, ô Bill ! " de toute part. Pat Morrissey sur le siège de son chariot sautait en l'air et braillait d'une voix ravie :
            - Vas-y Bill ! Paie-les toi ! Tu vas en faire qu'une bouchée !
            Elle entendit une voix de femme hurler depuis le trottoir :
            - Attention, Bill, droit devant !
           Bill reçut l'avertissement et, de quelques coups de charbon bien placés, dégagea l'avant du chariot de ses assaillants. Catherine Van Vorst tourna la tête et vit, sur le bord du trottoir, une femme au teint coloré et aux yeux d'un noir profond dévorant du regard l'homme qui, quelques minutes auparavant, était encore Freddie Drummond.
            Des fenêtres de l'immeuble surgit un tonnerre d'applaudissements. Un nouveau déluge de chaises de bureau et de classeurs à tiroirs vola dans les airs. La foule avait percé sur un côté le barrage des chariots et elle avançait, chaque policier isolé devenant le centre d'un combat. Les conducteurs jaunes furent arrachés à leurs sièges, les harnais des chevaux furent coupés et les bêtes terrifiées autorisées à s'enfuir. De nombreux policiers se glissèrent en rampant sous le chariot de charbon pour se protéger, tandis que les chevaux détachés, parfois accompagnés d'un policier qui les montait ou essayait de les retenir, s'élançaient sur le trottoir opposé et s'engouffraient dans Market Street.                                                                           getyourwordsworth.com
Résultat de recherche d'images pour "jack london signature"            Catherine entendit la voix de la femme lancer un avertissement à Bill. Elle était de retour sur le bord du trottoir et criait :
            - Décampe, Bill ! C'est maintenant ou jamais  ! Fais vite !
            La police avait momentanément disparu. Bill Totts sauta sur la chaussae et s'approcha de la femme sur le trottoir. Catherine Van Vorst la vit jeter les bras autour de son cou et l'embrasser sur la bouche. Elle continua à observer l'homme d'un oeil curieux, alors qu'il poursuivait son chemin sur le trottoir, un bras autour des épaules de cette femme, parlant et riant avec elle, avec un abandon et une volubilité qu'elle n'aurait jamais imaginés possibles.
            La police était de retour pour relancer la circulation en attendant des renforts de nouveaux conducteurs et des che. Il avait toujours le bras autour des épaules de la femme. Assise dans son automobile, elle vit le couple traverser Market Street, franchir la Fente, puis disparaître dans Third Street pour rejoindre le quartier ouvrier.
         
            Dans les années qui suivirent, plus aucun cours ne fut donné à l'université de Californie par le dénommé Freddie Drummond, et plus aucun livre d'économie sur le syndicalisme ne parut sous le nom de Frederick. En revanche, on nota l'apparition d'un nouveau meneur dans le mouvement ouvrier, du nom de William Totts. C'est lui qui épousa Mary Condon, présidente de la section n° 974 de la Fédération internationale des gantiers. C'est lui, de même, qui appela à la tristement célèbre grève des cuisiniers et garçons de restaurant qui, avant son succès final, fut ralliée par des dizaines d'autres syndicats au nombre desquels figuraient, pour ne citer que les plus éloignés, ceux des plumeurs de poulets et des entrepreneurs de pompes funèbres.

*       pressdemocrat.com
**   dailymail.co.uk


                                                                                 Jack London

                                                             ( in Saturday Evenig Post le 22 mai 1909 )
         

            

mercredi 19 juillet 2017

Une lame de lumière Andrea Camilleri ( Roman policier Italie )

Une lame de lumière
       amazon.fr 


                                        Une lame de lumière

            Montalbano rêve. Un cauchemar : un cercueil, un cadavre pas vraiment mort dans la campagne éloignée d'une quinzaine de kilomètres de sa petite maison à Marinella. De plus Catarella parlait latin. Laissons au lecteur le plaisir de lire les dialogues savoureux de Camilleri. Réveillé le commissaire reprend pied dans la réalité. De son côté Livia sa compagne, éloignée, de longue date sombre dans un état dépressif. Les explications se présentent au long de l'enquête qui mobilise les inspecteurs de Vigata, retrouvés de livre en livre. L'histoire s'accélère lorsqu'on découvre une maison abandonnée visiblement occupée par des immigrants, des tunisiens employés dans l'agriculture. Dans le même temps un homme riche, qui paie la taxe à la mafia, confie une somme à sa toute jeune épouse pour qu'elle la dépose à la banque. Jalousie, amitié sans doute excessive, meurtre, le commissaire Montalbano qui s'ennuyait un peu n'a plus le temps de souffler, ainsi de Mimi, Fazio, Augelo et l'impossible et toujours aux ordres Catarella. Le tabutto est occupé
"........ - Occupé par qui ?
           - Par un cadavre de mort, dottori....... "  
            Le temps, Montalbano se le réserve pour des repas et des mets choisis dans son petit restaurant favori ou par Adelina. Ensuite digestion et petite marche jusqu'au môle et petite discussion avec un crabe. Toujours le même depuis toutes ces années ? La situation sentimentale de ce vieux célibataire se complique avec l'arrivée d'une jolie italienne propriétaire d'une galerie de tableaux.
Toute l'histoire donne du 'petit pour ce joli lieu et les rougets grillés, aubergines soigneusement mijotées et le bord de mer. Du bon Camilleri pour lecteurs qui n'aiment pas les excès meurtriers.    

           

            

mardi 18 juillet 2017

Pamela Stéphanie des Horts ( Biographie France )



amazon.fr



                                               Pamela        

                La vie riche et mouvementée, ô combien, d'une anglaise, fille d'aristocrates désargentés, les Digby. Elle refusa de faire comme ses deux soeurs un mariage sage et ennuyeux qui l'enfermerait à la campagne, et réussit sous prétexte de Sorbonne à vivre des premières amours qui la conduisent au Ritz, à Paris. Des amours courtes, des amies riches, l'une s'appelait Kennedy, elle croise John très souffrant d'un mal au dos qu'il supportera grâce à de fortes doses de médicaments. Dangereuse pour les épouses des hommes qu'elle convoite. Elle fut beaucoup abandonnée, mais rebondissait. Elle aimait les hommes, tous riches et célèbres, à deux exceptions près. Pamela à l'aise dans cette société, la Café Société qui précède la Jet société, grâce à son éducation et à son goût, son élégance épouse l'homme qui l'introduit auprès d'un père, Winston Churchill qu'elle appelle " dear papa ". Clementine Churchill n'apprécie guère sa bru, mais comme le grand-père aimera le petit Winston, et Randolph continue à boire en attendant un départ vers une quelconque destination. Nous sommes en 1941 et les bombes pleuvent sur Londres. Néanmoins la vie continue, les anglais sont stoïques, et les journalistes
notamment un certain Harriman qu'elle introduit auprès du ministre. Elle commence à jouer le jeu des intermédiaires. "..... Elle est brillante, vive et si gaie, c'est une hôtesse remarquable...... " Elle mène une vie de femme gourmande d'hommes et de richesses. Une rousse californienne chasse la jolie rousse anglaise du Château de l'Horizon où elle séjourne chez Ali Khan, et c'est Agnelli. L'auteur rappelle la proximité de Fiat avec le Duce, et décrit des scènes torrides. Séparation inévitable, Agnelli a besoin d'une épouse issue d'une famille honorable, italienne. Comme tous ses amants il l'a couverte de bijoux, Cartier principalement. Sa réputation sulfureuse attire ces hommes qu'elle convoite. Elle les aime, ils la guident dans les placements lorsqu'elle se trouve veuve de son deuxième mari
Leland, producteur à Broadway après dix ans de mariage. Car alors elle doit cacher les tableaux de la collection constituée lorsqu'elle fut la courtisane d'Elie de Rothschild qu'elle ne réussit pas à séparer de sa femme. Des bijoux, une collection de tableaux et tout le Gotha. "...... Quand ils ne pilotent pas des hors-bord sur la Méditerranée, ne dévalent pas tout schuss les pistes de Gstaad, ne dansent pas joue contre joue avec une beauté mystérieuse, les hommes du monde sont aux courses à Epsom, Ascott et Deauville...... " Mais c'est dans un salon que débuta sa liaison avec Maurice Druon, et Orson Wells tomba amoureux de la luxueuse automobile turquoise. Tant de noms Louise de Vilmorin, Hemingway, Dior et Madame Grès, Sinatra. C'est Babel, mais les dernières années de sa vie est consacrée à la politique et à, Averell Harriman retrouvé à Washington. Tous deux veufs ils se marient et le diplomate l'introduit. Elle organise des dîners et récolte des sous pour l'élection de Bill Clinton. Elle est de retour à Paris où elle représente les EtatsUnis. Pamela Harriman finit ses jours dans la piscine du Ritz en 1997. L'auteur essaime nombre de scènes chaudes au long des pages bourrées de noms de célébrités.




lundi 17 juillet 2017

Au sud de la fente 1/2 Jack London ( Nouvelle EtatsUnis )

Résultat de recherche d'images pour "san francisco tremblement de terre 1900"
partage-le.com



                                              Au Sud de la Fente

            Le San Francisco d'antan, c'est-à-dire le San Francisco d'hier encore, celui d'avant le tremblement de terre, était partagé en deux par la Fente. Celle-ci une crevasse métallique qui partageait le milieu de Market Street, laissait échapper le bourdonnement d'un câble interminable, infini, accroché selon les besoins aux voitures qu'il tractait dans un sens et dans l'autre. En réalité, il y avait deux fentes, mais dans la langue expéditive de l'Ouest, on gagnait du temps en les appelant, ainsi que bien d'autres choses qu'elles symbolisaient, " La Fente ". Au nord de la Fente se trouvaient les théâtres, les hôtels, les grands magasins, les banques et les sièges d'entreprises respectables. Au sud se massaient les usines, les taudis, les blanchisseries, les ateliers, les fabriques de chaudières et les logements ouvriers.
            La Fente était la métaphore du clivage entre les classes sociales et aucun homme ne la traversait, dans les deux sens, avec plus d'aisance que Freddie Drummond. Il s'était fait une spécialité de vivre dans les deux mondes et il y vivait parfaitement bien. Freddie Drummond était professeur au département de sociologie de l'université de Californie, et c'est en tant que tel qu'il traversa pour la première fois la Fente, qu'il vécut six mois dans le grand quartier ouvrier et écrivit " L'ouvrier non qualifié ", livre qui fut unanimement loué comme une adroite contribution à la littérature progressiste et une réplique imparable à la littérature contestataire. Politiquement et économiquement, l'ouvrage était en tout point orthodoxe. Les présidents des grandes compagnies ferroviaires achetèrent des tirages entiers pour les distribuer à leurs employés. L'Association des Industriels, à elle seule, en distribua cinquante mille exemplaires. En un sens c'était un livre presque aussi immoral que le très, et tristement célèbre, Message à Garcia, tandis que sa louange pernicieuse de l'épargne et de l'absence d'ambition le rapprochait de Mrs Wiggs du carré de chou.
Image associée  *         Au commencement, Freddie Drummond éprouva toutes les difficultés du monde à se mêler à la population des travailleurs. Il n'était pas accoutumé à leurs moeurs et eux ne l'étaient certainement pas aux siennes. Ils se méfiaient de lui : il n'avait pas d'expérience, ne pouvait faire état d'aucun travail antérieur, il avait les mains lisses et son exceptionnelle courtoisie n'augurait rien de bon. Dans un premier temps, Freddie Drummond pensa jouer le rôle d'un Américain indépendant et libre qui avait choisi de travailler avec ses mains, sans donner d'explications. Cependant il fut prompt à se rendre compte que cela ne marcherait pas. Au début les ouvriers l'acceptèrent, de façon tout à fait temporaire, comme un excentrique. Un peu plus tard, comme il commençait à prendre ses repères dans leur monde, il glissa insensiblement vers un rôle mieux adapté : celui d'un homme qui a connu des jours meilleurs, bien meilleurs, puis a subi un revers du destin, mais ne va pas tarder à rebondir.
            Il apprit beaucoup durant cette période et il tira de cet  apprentissage de nombreuses conclusions, souvent erronées, que l'on peut trouver dans les pages de son Ouvrier non qualifié. Il prit néanmoins des précautions avec la sage prudence des hommes de son milieu, qualifiant ses conclusions de provisoires. L'une de ses premières expériences eut lieu à la grande conserverie Wilmax où il fut affecté au travail à la pièce pour fabriquer de petites caisses de rangement. Une fabrique de boîtes fournissait les pièces, et tout ce que Freddie Drummon avait à faire était de les assembler pour leur donner la forme souhaitée et d'enfoncer des clous avec un petit marteau.
            Ce n'était pas du travail qualifié, c'était du travail à la pièce. Les travailleurs ordinaires de la conserverie gagnaient un dollar et demi par jour. Freddue Drummond découvrit que les hommes avec qui il travaillait gagnaient, sans se presser, un dollar et soixante quinze cents par jour. Au troisième jour il était capable de faire de même. Cependant il avait de l'ambition. Son but n'était pas de lambiner et, comme il était plus habile et vigoureux que la moyenne, au quatrième jour il gagna deux dollars et demi. Les ouvriers le regardèrent de travers et firent des commentaires spirituels dans un argot qu'il ne comprenait pas, où il était question de fayoter auprès du patron, d'accélérer la cadence et de ménager sa monture. Il était stupéfait de les voir traîner pour du travail à la pièce, et parvint à la conclusion que l'ouvrier non qualifié est intrinsèquement paresseux et entreprit le jour suivant de produire pour trois dollars de boîtes.                          forum-lozere.boardsmessage.com
Résultat de recherche d'images pour "san francisco tremblement de terre 1900"            Ce soir-là, en sortant de la conserverie, il fut pris à partie par ses collègues très en colère qui s'exprimaient dans un argot incohérent. Il ne comprenait pas le motif de leur action. Celle-ci fut énergique. Quand il refusa de ralentir le rythme de son travail et se lança dans une tirade sur la liberté de contrat, l'esprit d'indépendance américain et la dignité du labeur, ils entreprirent de compromettre sa capacité à accélérer la cadence. La bataille fut féroce car Drummond était vigoureux et athlétique, mais la foule finit par lui sauter sur les côtes, lui marcher sur le visage et lui écraser les doigts, si bien qu'il dut passer une semaine au lit avant de pouvoir chercher un autre emploi. Tous ces événements sont dûment consignés dans son premier ouvrage au chapitre " La Tyrannie du labeur".
            Un peu plus tard, alors qu'il travaillait dans un autre compartiment de la conserverie Wilmax comme assembleur de fruits, au milieu des femmes, il tenta de porter les boîtes de fruits deux par deux, ce qui fut promptement reproché par les assembleuses. Cela relevait indubitablement de la fainéantise de leur part. Néanmoins, il jugea qu'il n'était pas là pour changer les modalités de travail, mais pour les observer. Il transporta donc les boîtes une par une à partir de ce moment, et il étudia l'art du tirage au flanc de si près qu'il lui dédia un chapitre spécial de son livre, les derniers paragraphes étant consacrés à des conclusions provisoires.
            Au long de ces six mois il occupa de nombreux emplois et devint l'imitation parfaite d'un véritable travailleur. Il était naturellement doué pour l'étude du langage et il consigna ses observations dans des carnets, apprenant méthodiquement l'argot des ouvriers jusqu'à le parler de manière tout à fait intelligible. Cette maîtrise linguistique lui permit aussi de comprendre plus intimement leurs processus mentaux, et ainsi de réunir des données pour le chapitre d'un futur ouvrage qu'il comptait intituler " Synthèse sur la psychologie des classes laborieuses ".
            Avant de revenir à la surface après ce premier plongeon dans les bas-fonds de la société, il découvrit qu'il était bon acteur et faisait preuve d'un tempérament malléable. Il était stupéfait de sa propre souplesse. Une fois qu'il eut acquis la maîtrise du langage des prolétaires et surmonté un certain nombre de réticences qui l'entravaient, il constata qu'il était capable de pénétrer dans n'importe quel lieu de la vie populaire et de s'y sentir à l'aise, comme chez lui. Ainsi qu'il le formula dans la préface de son deuxième ouvrage, Le Travailleur, il essayait de connaître véritablement les ouvriers, et le seul moyen d'y parvenir était de travailler à leur côté, de manger leur nourriture, de dormir dans leur lit, de s'amuser de leurs divertissements et de partager leurs pensées et sentiments.
            Freddie Drummond n'était pas un grand penseur. Il n'avait aucune confiance dans les nouvelles théories. Toutes ces normes et valeurs étaient conformistes. Sa thèse qui portait sur la Révolution française était connue dans les annales universitaires, non seulement pour sa précision méticuleuse et exhaustive, mais pour le fait qu'il s'agissait du pavé le plus aride, le plus formel et le plus conventionnel jamais écrit sur le sujet. Il était d'un naturel très réservé et sa rigidité était aussi grande qu'inflexible. Il avait peu d'amis.  Il était trop peu démonstratif, trop froid pour cela. On ne lui connaissait pas de vices et personne ne lui avait découvert de tentations secrètes. Il détestait le tabac, abhorrait la bière et ne buvait jamais rien de plus fort qu'un verre de vin léger, de temps en temps, au dîner.     simuseum.org
Image associée            Lorsqu'il était en première année à l'Université, ses camarades au tempérament plus sanguin l'avaient surnommé "  La Glacière." Maintenant qu'il était professeur son sobriquet était " La Chambre froide ". Il n'avait qu'un regret, qu'on l'appelât Freddie. Ce surnom lui avait été attribué alors qu'il était arrière dans l'équipe de football de son université, et son esprit guindé ne s'en était jamais remis. Il serait Freddie à jamais, sauf dans les documents officiels et il entretenait des visions cauchemardesques d'un futur où il serait connu parmi les siens comme " Le vieux Freddie ".
            Il était très jeune pour être docteur en sociologie, car il n'avait que vingt-sept ans, et il paraissait plus jeune encore. D'apparence et d'allure c'était un universitaire bien charpenté, au visage lisse et au caractère aimable, soigné, simple et sain, réputé pour être un excellent athlète et posséder une grande connaissance de la culture ennuyeuse du genre respectable. Il ne parlait jamais de son travail en-dehors des cours et des réunions avec ses collègues, du moins au début de sa carrière, car plus tard, ses livres lui ayant apporté une embarrassante notoriété, il consentit à lire, de temps à autre des articles ou essais devant les membres de certaines sociétés savantes en lettres ou économie.
            Il faisait tout bien, trop bien même, dans sa tenue comme dans son comportement, il ne pouvait être que correct. Pour autant, il était loin d'être un dandy. C'était un universitaire et, par sa façon de se vêtir et ses manière, il ressemblait comme deux gouttes d'eau au type d'individu qui, depuis quelques années, est fabriqué si généreusement par nos institutions d'enseignement supérieur. Sa poignée de main offrait une agréable fermeté, ses yeux d'un bleu froid exprimaient une sincérité convaincante, sa voix forte et masculine à l'élocution claire plaisait à l'oreille. Le seul défaut de Freddie Drummond était sa rigidité. Il ne se détendait jamais. A l'époque où il jouait au football, plus la tension du jeu augmentait, plus il était concentré. Il avait la réputation d'un bon boxeur, mais on le considérait comme un automate doté de la précision inhumaine d'une machine lorsqu'il s'agissait de jauger la distance, choisir l'instant où frapper, se défendre, faire une parade ou pratiquer l'esquive. Il encaissait rarement beaucoup de coups et n'abusait pas de sa force non plus. Il était trop intelligent maître de lui pour frapper un coup un peu plus fort qu'il ne l'aurait voulu. Pour lui la boxe était une question d'exercice. Elle le maintenait en bonne condition physique.
            Au fil du temps Freddie Drummond se surprit à traverser plus souvent la Fente et à se perdre dans le quartier au sud de Market Street. Il y passait l'intégralité de ses vacances d'été et d'hiver et, qu'il y restât une semaine ou deux jours, le temps passé là lui était toujours agréable et profitable. Il y avait tant de données à recueillir ! Son troisième livre, " Les Masses et leurs maîtres ", devint un manuel de référence dans les universités américaines et, avant même d'y avoir réfléchi, il s'était attelé à la rédaction d'un quatrième ouvrage " La Tromperie des fainéants ".         lefigaro.fr 
Image associée            Quelque part dans la construction de son personnage se trouvait un noeud, une anomalie. Peut-être était-ce le rejet de son milieu et de son éducation, ou bien celui de son lignage, car ses aÎeux avaient de tout temps été des personnes cultivées, toujours est-il qu'il prenait plaisir à se trouver dans le monde des prolétaires. " La Chambre froide " auprès des siens, mais au sud de la Fente, un homme qui pouvait boire, fumer, jurer et se battre et qui jouissait d'une grande popularité. Tout le monde appréciait Bill et plus d'une fille tentait de gagner ses faveurs. Au début il n'était qu'un bon acteur, mais avec le temps, la simulation était devenue pour lui une seconde nature. Il ne jouait plus un rôle. Il en était même venu à aimer les saucisses, les saucisses avec du bacon qui, dans son milieu, étaient considérées comme un plat des plus répugnants.
            Ce qu'il avait entrepris par nécessité il le poursuivit par plaisir. Il se prit à redouter le moment du retour à son amphithéâtre et à sa rigidité coutumière. Il découvrit aussi qu'il attendait avec impatience l'heure où il pouvait à nouveau franchir la Fente, se laisser aller et faire les quatre cents coups. Il n'était pas mauvais mais en tant Big Bill Totts il participait à de nombreuses frasques qui n'auraient jamais été permises à Freddie Drummond et qui, en outre, ne lui auraient pas paru désirables. C'était l'aspect le plus étrange de sa découverte. Freddie Drummond et Big Bill Totts étaient totalement différents. Les désirs, goûts et inclinations de l'un étaient à l'opposé de de ceux de l'autre. Bill Totts pouvait se tourner les pouces en toute bonne conscience alors que Freddie Drummond condamnait le tirage au flanc comme une action perverse, criminelle et antiaméricaine qu'il dénonçait dans des chapitres entiers de ses livres. Freddie n'aimait pas danser, mais Bill ne manquait jamais une soirée à l'un des dancings locaux comme le Magnolia, le Western Star ou l'Elite. Il gagna d'ailleurs une imposante coupe en argent haute de 30 pouces au concours du meilleur déguisement lors du grand bal masqué annuel de la confrérie des bouchers et charcutiers. Bill Totts aimait les filles et les filles l'aimaient, alors que Freddie Drummond jouait délibérément les ascètes, ne cachait pas son opposition au suffrage des femmes et, secrètement, condamnait sans scrupules l'éducation mixte.
            Freddie Drummond changeait de manières en même temps que d'habit, et cela sans effort. Quand il entrait dans la petite pièce obscure où il accomplissait sa transformation, son port était un rien raide. Il se tenait trop droit, les épaules un peu trop en arrière, et son visage était grave, presque dur, pour ainsi dire sans expression. Cependant quand il apparaissait dans les habits de Bill Totts il était devenu un autre. Bill ne manquait pas de tenue, mais toute sa silhouette s'assouplissait et devenait séduisante. Le son même de sa voix était différent, son rire était fort et jovial, ses paroles devenaient plus familières et des jurons lui échappaient naturellement. Par ailleurs Bill Totts ne détestait pas les sorties tardives et parfois, dans des caves, il lui arrivait de s'engager dans des rixes amicales. Lors de pique-niques dominicaux ou en revenant d'un spectacle, il glissait avec aisance ses bras autour de la taille des femmes et faisait preuve d'un esprit aussi agile qu'agréable dans le badinage que l'on attendait d'un brave garçon de son milieu.                         pinterest.com 
Image associée            Bill Totts était si parfaitement lui-même, un travailleur et un honnête citoyen si authentique du quartier au sud de la Fente, qu'il était tout aussi conscient de la lutte des classes que ses camarades et que sa haine des briseurs de grève surpassait même celle d'un syndicaliste loyal ordinaire. Durant la grève des dockers Freddie parvint miraculeusement à se tenir à l'écart de cette étrange posture et à observer d'un oeil critique Bill Totts qui frappait d'une manière comique sur des jaunes. Bill était en effet un membre cotisant du syndicat des dockers et il se sentait indigné, légitimement, par les faux frères de sa profession. Big Bill Totts était si grand et si doué pour le combat qu'il se trouvait en première ligne lorsque des échauffourées se produisaient. A force de feindre d'être outragé à travers son alter-ego, Freddie Drummond le devint vraiment, et ce n'est que lorsqu'il regagnait l'atmosphère compassé de l'Université qu'il pouvait, la tête froide, tirer des conclusions de ses expériences et les coucher sur le papier, en bon sociologue. Que Bill manquât du recul qui lui permettrait de s'élever au-dessus des conflits de classe, Freddie en était tout à fait conscient, mais Bill lui-même, ne pouvait s'en rendre compte. Quand un briseur de grève prenait son travail il voyait rouge et ne voyait pas plus loin. C'était Freddie Drummon aux vêtements et au comportement impeccables, assis à son bureau ou devant ses étudiants du cours " Sociologie 17 ", qui portait un regard lucide sur Bill Totts, sur son environnement et sur l'ensemble du conflit entre syndicalistes et briseurs de grève, dans le rapport qu'il entretenait avec la prospérité de l'économie américaine et la compétition pour obtenir les marchés mondiaux. Bill Totts n'était pas capable de voir au-delà de son prochain repas et du combat de boxe du lendemain soir au Gaiety Athletic Club.
            C'est en rassemblant des données pour son livre Les Femmes et le travail que Freddie perçut le premier signal du danger qu'il courrait. Il était trop habile à vivre dans les deux mondes. Cette dualité qu'il avait développée était après tout très instable et, lorsqu'il méditait assis dans son bureau, il comprit que cela ne pouvait durer. C'était, en vérité, une phase de transition et il vit que s'il poursuivait ainsi il devrait inévitablement abandonner l'un des deux mondes. Il ne pouvait pas continuer à vivre dans les deux. Alors qu'il contemplait la rangée de livres élégamment alignés sur la plus haute étagère de sa bibliothèque tournante, ses propres livres, depuis sa thèse jusqu'au dernier, il décida que ce monde-ci était celui auquel il demeurerait fidèle. Bill Totts avait bien rempli sa fonction, mais il était devenu trop dangereux de l'avoir pour complice. Bill Totts allait devoir disparaître.
            A l'origine de la peur de Freddie Drummond il y avait Mary Condon, présidente de la section n° 974 de la Fédération Internationale des gantiers. Il l'avait vue, la première fois, depuis la galerie des spectateurs lors du congrès annuel de la Fédération des travailleurs du Nord-Ouest, et donc à travers les yeux de Bill Totts, sur qui la jeune femme avait produit la plus favorable impression.
Résultat de recherche d'images pour "greves sanfrancisco 1906"  **         Elle n'était, en revanche, pas du tout le genre de Freddie. Peu importait que sa silhouette fut splendide, élégante et musclée comme une panthère, qu'elle eut de merveilleux yeux noirs qui pouvaient se remplir du feu de la colère comme d'une espièglerie amoureuse. Il détestait les femmes à la vitalité trop exubérante, les femmes qui témoignaient d'un manque de... eh bien de réserve. Freddie Drummond acceptait la doctrine de l'évolution parce qu'elle était presque universellement admise par les universitaires, et il ne niait pas que l'homme eût gravi l'échelle des espèces depuis la fange ignoble où se vautraient des créatures inférieures et monstrueuses. Il n'était toutefois pas fier de cette généalogie et préférait ne pas y penser. C'est sans doute pour cette raison qu'il entretenait sa rigidité inflexible et en prêchait aux autres les vertus et préférait les femmes de son type, celles qui pouvaient se dégager de cette regrettable ascendance bestiale et, à force de discipline et d'empire sur soi, souligner l'étendue du gouffre qui les séparait de leurs lointains ancêtres.
            Pour Bill Totts ces considérations n'existaient pas. Il avait été attiré par Mary Condon à l'instant où ses yeux s'étaient posés sur elle et il s'était promis sur-le-champ de découvrir qui elle était. La deuxième fois qu'il la vit, tout à fait par hasard, il conduisait une wagonnette pour Pat Morrissey. Il s'était rendu dans une pension de Mission Street où il avait été appelé pour chercher une malle et l'emmener dans un garde-meubles. La fille de la propriétaire l'avait conduit dans la petite chambre dont l'occupante, une gantière, venait de partir pour l'hôpital, ce que Bill ignorait. Il se pencha, souleva un côté de la malle volumineuse, la hissa sur son épaule et, non sans difficulté, se remit debout, le dos tourné vers la porte. Il entendit à cet instant une voix de femme.
            - Vous appartenez au syndicat ? lui demanda-t-elle.

*              pinterest.com
**            matierevolution.fr



                                                                         à suivre......... 
                                                                                         2 suite et fin

            - Eh ! Qu'est-ce que ça peut vous..........

                                                                                       Jack London

mercredi 12 juillet 2017

Sonnet 59 - 10 Shakespeare ( Poèmes Angleterre )

Résultat de recherche d'images pour "soleil van gogh"
integral-form.fr



                                                   Sonnet 59

            Est-il vrai qu'il n'est rien de neuf ? Que tout
            A déjà existé ? Bien naïf notre esprit
            Qui s'échine à créer mais pour ne mettre au monde
            Qu'une seconde fois l'enfant d'autres époques  !

            Ah, si le souvenir, retraversant cinq cents
            Soleils antérieurs, me montrait ton image
            Dans quelqu'un des vieux livres où la pensée
            Commença d'être dite avec des lettres !

            Je découvrirais                    là ce qu'a pu dire
            De l'harmonie miraculeuse de ton corps
            Le monde ancien. Valait-il plus, ou moins ?
            Ou les âges s'engrènent-ils sans que rien change ?

            Ah, beaux esprits de ces temps révolus,
            Vous admiriez des êtres de moindre lustre !


                                                                           William Shakespeare


                                                 ****************


                                                 Sonnet 10
                                                                                                            pinterest.com         
Image associée            Honte, honte ! Consens que tu n'aimes personne,
            Toi qui es avec toi si imprévoyant !
            C'est vrai que beaucoup t'aiment, je te l'accorde,
            Mais il est clair que toi, tu n'as pas d'amour.
           
           Si débordant es-tu de haine meurtrière
           Qu'à t'armer contre toi tu n'hésites pas
           Et, de ce beau logis, recherches la ruine
           Quand tout ton soin devrait l'entretenir.

            Oh, change d'intention, que je puisse changer d'avis !
            Faudrait-il mieux loger la haine que l'amour ?
            Sois comme tu parais, gracieux et tendre. Prouve
            Qu'avec toi-même au moins tu peux être tendre,

            Et pour l'amour de toi procrée un autre toi,
            Pour qu'en toi ou par toi la beauté vive encore.


                                                                                  Shakespeare

Papiers collés 3 Georges Perros ( Flash France )

Papiers collés (Tome 3)

amazon.fr




                                             Papiers collés
                                                          ( extraits )

            Toute femme ne connaît et ne peut connaître qu'une fois Don Juan. Don Juan, image concrète d'un rêve. Si D. J. a de l'esprit, il n'est pas D. J.


*******


            Vous avez failli vous faire écraser. A un millimètre près. Votre coeur a battu. Vous avez été bouleversé. Eh bien, pour recréer ce langage ce fait divers raté, il faut du génie. Toute idée en nous est ainsi miraculée. C'est dans la mesure extrême où elle a frôlé la mort qu'elle se signale, exige une conservation.


*******

                                                                                                                     fanpop.com
Résultat de recherche d'images pour "van gogh"             J'aurai beaucoup plus souffert - au sens amoureux - par les hommes que par les femmes. Tous les hommes que j'ai aimés, c'était avec ce qu'à défaut d'autres mots, je dois bien appeler ma sensibilité. Avec une femme on rompt, et la souffrance monte en pointe, atteint un sommet. Mais le lendemain il n'y paraît plus. Seul le souvenir... plutôt d'essence nostalgique, ce qui constitue un genre de bonheur du malheur. Mais avec les hommes on traîne. Rien à se dire, rien à se faire. Et cependant la perpétuelle menace de les perdre. Une femme vous oublie. Un homme vous hait, dans la mesure où il est obligé de vous annuler de lui-même pour continuer sa quête.


**********************************


            Le premier homme qui a pensé au suicide a humilié la vie pour l'éternité. La vie est une grande vexée. 


*******


            Molière a besoin de notre présence pour être admirable. Shakespeare s'en passe.


*******
moncinemaamoi.info
   inconnus_dans_maison_04         Si le comédien s'appuie, pour incarner son personnage, sur la logique conventionnelle et consentie, s'il le ramène dans la vie en tentant de copier très exactement tel et tel tics, maintes façons d'être du caractère qu'il croit propre à la fiction qu'il se propose d'animer, le voilà dès l'abord terriblement limité. Et insuffisant. Seule la transcendance peut donner vie à un héros digne de ce nom. Les bons comédiens - Fresnay - sont d'excellents psychologues à l'état primaire. Les grands acteurs devinent, opèrent par intuition. Osent.

                                                                         Raimu 
                                                                                     in Théâtre Papiers collés


*******                                                                                                                  reseau-canope.fr     
Résultat de recherche d'images pour "^poésie dessin tableau" 
            La poésie donne le plaisir de ne pas avoir à comprendre. La compréhension elle-même est charmée, remet à plus tard. Car on ne comprend pas plus la prose digne de ce nom que la poésie, mais on s'obstine. La poésie libère la mémoire, s'apprend par coeur, se lit moins qu'elle ne se boit. Lire un poème pour la première fois, un grand poème, c'est une corvée, un indispensable travail. Le poème se laisse comprendre plastiquement, est fait d'ombre et de lumière. Difficiles à dégager. On se laisse faire par un poème, et un vers appris par coeur, sans le vouloir, c'est le signalement même de notre mémoire.


                                                               extrait de Papiers collés

                                                                                Georges Perros