jeudi 1 mai 2014

Correspondance Proust Reynaldo Hahn 14 ( lettres France sélection )


mondeduvoyage.com
                                                                                                                           1912

            Mon Genstil
            Trop buncht ! Merci et Merci. Grand et grand plesir. Si venez ce soir, sauf avis préalable ne venez pas trop tôt car ai travaillé toute la nuit jusqu'à dix heures matin. Et maintenant fumser etc. et puis si je peux  : Dormir. Et plus content après un mot qui m'annonce plesir.

                             Buncht


                                                                                                                            1912

            Mon cher petit Gunimels
            C'est moi que votre petit télégramme fait pleurser, mais genstiment. Genstil mais je n'aime que vous. Si je vous le laisse tant ignorer c'est pour éviter tyrannie etc. Vous savez buncht qu'involontairement je vous ai fasché quand nous sommes sortis etc. Mais je suis tellement fastiné après ma mauvaise nuit que je veux fumer vite pour tâcher de dormir, car j'ai besoin et besoin. Mais je n'aurais pas pu m'endormir sans vous avoir embrassé, sans vous avoir donné le baiser de Combray, j'embrasse votre petite main mon Gunibuls.

                            Buncht                                                                                              

            J'ai reçu une lettre qui vous abousera.                                                                 actualitte.com
            Mon genstil votre petit mot de ce matin restera dans les souvenirs de notre amitié et de ma vie
( pléonasme ) comme une des deux ou trois choses qui m'a le plus ému et ravi.

                                                                                                                         

                                                                                                                 Mars 1912

            Mon cher petit Gunibuls
            Je ne peux pas te répondre de peur que ma lettre ne soit lue comme tu es si peu ordonné. Mais le coup que la tienne m'a donné a été d'autant plus terrible que avant hier je t'ai téléphoné sans que tu me dises rien du tout de cela, si bien qu'en lisant ta lettre j'ai d'abord hésité entre deux personnes et que je me demande si tu ne m'en as pas d'abord écrit une que je n'aurais pas eue. ( Ceci pas pour dire que tu aurais dû m'écrire. Au contraire tu es trop genstil de m'avoir écrit ). Mais parce que le " style " de ta lettre a l'air d'impliquer une autre. Tu sais que tu es toujours avec moi, que je te fais toute la nuit la conversation, ce serait donc assez peu de te dire que je pense à toi. Je te recommande autre chose. L'autre soir quand j'ai eu fini de te téléphoner, on m'a peu à peu appeler sans arrêter. Je ne voulais pas répondre parce que comme Nicolas n'était pas là j'avais peur que si on entendait ma voix on ne sache que j'étais réveillé etc. Mais enfin pour tâcher de voir qui m'appelait j'ai mis le cornet à mon oreille et j'ai entendu la belle voix grave de mon Binibuls qui disait : " Les Fauchier Magnan sont des horreurs " à qui une voix comme écorchée  et agréablement juteuse de sève que j'ai cru reconnaître pour celle de Peter disait quelque chose comme : " Mais Reynaldo. " J'ai raccroché. Mais sans savoir alors ce que vous m'écririez aujourd'hui j'ai été un peu effrayé de penser non ( ce qui était pourtant la seule chose à qui cela aurait pu me faire penser ) qu'on entendait d'ailleurs ce que vous dîtes au téléphone, mais qu'on pouvait l'entendre aussi de chez vous. Et faites bien attention à ne pas dire des choses du genre de celles que vous m'avez écrites. Bonjour mon petit Bugnibuls. Écrivez-moi quand vous pourrez ce que vous saurez. Je vous donne bonsjours.
philatema.com


                                  Marcel
                                               
            Bonjour encore mon petit Bugnibuls. Quand je pense que je t'ai chanté tant ces nuits-ci sans savoir, et raconté des frivolités. Je ne peux pas me décider à te dire hasdieu et je voudrais tout le temps te récrire.Adieu mon cher petit genstil qui ne comprend pas pourquoi je n'ai pas pu regarder Zadig et qui a cru que c'était de l'indifférence. Mais pour d'autres choses tu me comprends et tu sais que ta lettre m'a fait la même chose que deux choses un jour où Maman est venue me dire : " Pardon de te réveiller, mais ton père s'est trouvé mal à l'École " et un autre jour plus récent à Evian*. Adieu mon genstil.
            Brûlez lettre mon genstil tout de suite.

* Madame Proust mourut en 1905 peu après que sa maladie fut révélée à Evian.



                                                                                                                                                                Fin avril 1912

            Cher Minibuls

            Comme je ne pouvais pas parler au moment où vous me disiez et disiez, à propos du petit Mozart dont vous me semblez si souvent la réincarnation que cela fait croire à la transmigration des âmes - je vous réponds pas ces deux vers :

            Quoiqu'il n'ouvre les yeux que la nuit, ton chat-huant,
            Le pauvre Binibuls ira voir à Don Juan

            Bonsjours.
                                 
                                                                                                    B.

            Est-ce que tu ne conviens pas que nous achetions un hôtel historique où tu représenterais dans un étage et moi l'autre. Il me semble que dans l'ancien hôtel des Archevêques de Sens ou des Bénédictins anglais ta prélature et ma vermine feraient un contraste assez sanctifiant.



                                                                                                                   Mi-juillet 1912

            Mon cher Genstil
            J'ai pris froid et je tousse un peu et ai une espèce de petit rhumatisme. Ce n'est rien mais je n'ose pas me lever et c'est une cruelle souffrance morale pour moi de ne pas aller vous voir aujourd'hui ; mais j'ai mis beaucoup de tricots pour avoir chaud et je pense être bien demain et aller chez vous.

                             Votre petit
                                                                                                     Binuls MARCEL

            Mon cher Genstil je voudrais bien que vous veniez demeurer chez moi. Je ferais arranger ma salle à manger qui est très grande, sans que vous vous en rendiez compte, en chambre à coucher pour vous. Je ferais mettre double porte au petit salon qui serait votre salon et où vous feriez musique aussi fort que vous voudriez. Vous auriez salle de bains et cabinet de toilette, Céline vous ferait la cuisine et ainsi vous n'auriez pas l'ennui d'avoir à faire des comptes, du ménage etc. Et si meson vous déplaît je déménagerai et nous irons où vous voudrez. Qu'en pensez-vous ?                                                                                                                                                                                                                                                                     resistanceinventerre.wordpress.com                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Mi-août 1912

            Grand Hôtel Cabourg

            Mon petit Bunchtniguls
Image du blog blogdanse sur http://blogdanse.easy4blog.com            Quoique vous m'abandonnerez je regarde beaucoup votre petit visage et pense et pense. Et j'ai eu bien chagrin mort de Massenet à cause de souvenirs pour moi et plus en réfléchissant à souvenirs pour vous. Je sais qu'il vous avait désillusionné. Mais enfin après cette désillusion le souvenir des années confiantes revenait tout de même et dernièrement il était allé vous voir bien genstiment m'avez-vous raconté. Et puis l'immondice de Julien* ou les ruses grammaticales de Brussel pour ne pas se laisser extorquer un aveu formel d'admiration, quand on pense à tout ce qu'on écrit sur des ordures, et lui a tant de grâce, de sérénité, d'originalité, de naturel qu'il a eue.. Et puis enfin il connaissait bien mon petit Buncht, et c'est un miroir brisé. Est-ce que tu reçois seulement mes petites lettres. Pour mêler toujours intérêt de tendresse, ne pourrais-tu aller si tu es à Paris chez Horpillard voir les tables du milieu du salon. Je la voudrais dans les 400 ou 450 fr. Elle peut être de n'importe quel style, car ils m'ont dit qu'ils avaient de tout. Il est vaguement question que je loue en Septembre une maison dans le petit Beg Meil. Mais cela me semble bien laid. J'ai vu ici Vaudoyer qui était chez Artus** J'ai fait aussi la connaissance de ton amie Mme Sheikévitch. Elle a recommandé Suarès  à Hébrard qui s'attendait à ce qu'il ne consentît qu'à faire des choses extraordinaires et quand quand il lui a demandé ce qu'il voulait faire a répondu n'importe ce que vous voudrez. Je crois que je vous hescrit ce qu'il dit de Miss Duncan dans son article sur Nijinski : " La commère de Chicago aux genoux cagneux etc ".  Les Russes ont brillé à Deauville et dans des pièces où j'aurais aimé les voir, mais la pensée qu'ils seraient agrémentés de Murat, Doudeauville etc m'a fait donner mer billets et rester à Cabourg qui est en effet plus bourg et moins ville, que Deauville. Ainsi je ne vois personne que tu connaisses. Peut'être est-ce une chose très connue et que tu sais, mais j'ai été renversé d'apprendre que le jeune Prince de Léon, marié depuis 4 ou 5 ans avec une fille de Jarnac ( nul ne le soupçonne ) est à Cabourg dans une villa avec une cocotte. Bien plus d'Alton est allé avec lui et la cocotte au bal de Deauville et préalablement à un dîner que Fels leur donnait. J'ai appris à Paris avant mon départ - via Bibesco mais Tombeau - que Gide et Ghéon, séparément, ne se contentaient pas d'un vague platonisme. Et la précision des choses que j'ai apprises m'a rendu plus révoltante l'hypocrisie de Ghéon dans ses articles sur Saint Sébastien etc. Adieu mon cher oublieur, je te fais mille tendresses.

                          BUNIBULS

            Ce que je t'ai dit plus haut pour le "naturel " de Massenet est à cause de ce qu'on redit sans cesse de son manque de naturel. J'aime autant Pelléas que toi tu ne l'aimes pas, mais enfin je trouve que la mort de Manon est plus " naturelle " que celle de Mélisande. Et sans doute ( Brunetière ) l'originalité qu'il y a dans ce que dit Mélisande serait précisément l'originalité de ce que disait Manon et n'est donc plus originale. Poème d'Octobre est bien joli. Et Cette ville où j'ai vu s'envoler aussi. Et encore beaucoup. Et je suis sûr que malgré la méchanceté de Julien tout cela sera toujours aimé et charmant. C'est cela le seul naturel, le naturel de quelqu'un qui a de la grâce et de la singularité, le naturel de la musique de Massenet et de la prose de Musset ou ses contes en vers. Adieu mon cher genstil..              
     
*    Chronique nécrologique de Massenet. 
**  Écrivain. -  Marie Scheikévitch divorcée de Carolus Duran devient une amie très proche de Proust et un grand soutien de la " recherche du temps perdu " à sa sortie.



                                                                                                                                                            Août 1912  
                                                                                              Cabourg
            Cher Gueninuls
            J'avais lu votre petit bouquet bouquin sur Massenet ( celui sur son enterrement avec la petite peinture au-dessus ) et je vous hescrit pour vs dire que l'imagination d'autant plus décevante qu'elle est plus précise et le petit enterrement de village d'Ambegreville* où il est allé faire son dernier dodo, m'avait (!) trouvé très joli. Mais je ne vous ai pas envoyé lettre parce que j'étais trop fasché. Mon genstil reposez-vous, le lit, la chasteté, l'absence d'alcool font plus contre maux de gorge que tout. Irez-vous chez Sarah ? Il y a ici ( à Houlgate peut-être mais tt le temps ici ) Mme Gross et sa petite fille à qui je fus présenté mais je ne savais pas qui c'était. Faut-il lui parler de vous ( j'ai écrit sur double feuille trop faschant pour moi qui n'ai déjà plus de papier ménage. Enfin je ne t'écris qu'une ligne c'est pour te pourvoyer que je voudrais puisque tu n'as pas où te fourrer que tu ailles résider vite bd Hausmann. Je t'y hospitalise jusqu'à ce que tu aies un bon logis. Et si tu n'en trouves pas et t'accoutumes, je ne te chasserai pas de chez moi mon gentil. Je te complimente et bonjour.

                      Marcel

            Je danse un peu tous les 2 jours pour dérouiller mes articulations mais pas le pas de l'ours que je trouve trop commun et un peu difficile pour gentil.

* réunion de deux villes : Egreville et Ambérieux. 



                                                                                                                                                        Août 1902
                                 Grand Hôtel Cabourg

            Comme vous m'avez hescrit enfin et que je suis un peu moins fasché, alors quoique je vous ai écrit hier, je vous bonjoure encore aujourd'hui. Et je vous dis seulement que je voudrais que vous occupiez le bd Haussmann jusqu'à ce que trouviez appartement et que si ne trouvez pas je me ferai frotter les mains. Et comme j'ai exilé Céline dans ses terres de Marigny, je vous engagerai un cordon bleu qui vous fera oublier Paillard. Autre part je veux bien lire votre véritable article sur Massenet si vous en avez mis en circulation d'autre que le petit bout sur enterrement. Et vous avez bien raison de ne pas vous contraindre pour le louanger ( comme moi je ne me contrains pas d'aimer ce que vous n'aimez pas, Pelléas, Salomé, mais moi c'est sans raison, n'y connaissant pas ). Et pourquoi que vous vous contraindriez d'aimer ce qui vous plaît ?
A-t-on ( Brunetière ) pas vu toujours les plus grands génies n'avoir aucun scrupule d'aimer ce qui leur plaît et de pester contre les choses qu'ils jugent mauvaises, et qui plaisent, même dans leur vieillesse. A-t-on vu se faire scrupule de suivre en cela leurs goûts et leurs dégoûts, Lafontaine, Boileau, Rossini, Corneille, Ménandre ? David faisait-il autrement ? Et Boucher, Falconnet, Hokusaï et Mérimée ? Que disait de ses contemporains Chateaubriand et qu'en disait Aristophane ? Seuls les vieux cons comme Verdi, ou les auteurs de second ordre ( je n'ose dire le nom qui vient par peur que cela traîne ) ont peur de méconnaître ce qu'ils n'aiment pas, s'éloignent etc.
            Adieu très moschant.

                       ( lettre sans signature )



                                                                                                                   Août-Septembre 1912

             Cabourg
            Petit Bunchtnibuls
            Ma lettre pour toi vient encore de partir, et je viens après de te recevoir. Merci mon bon genstil. Je n'ai pu jouer ton petit Rossignol parce que je suis cousché mais j'ai lu titres, épigraphes, indications ( je ne sais si les pianistes à l'endroit où il leur est prescrit de jouer " occidentalement " ne te demanderont pas quelques explications. Il est vrai que les explications doivent être du genre de celles que tu crois bon pour plus de clarté d'ajouter entre parenthèses, telles que Rêveries de Calvin adolescent, cela ne les avancera peut'être pas à grand chose mais en tous cas cela leur clora le bec. Et puis " occidentalement " a l'avantage qu'à côté de lui qui songerait à s'étonner " d'argentin, de flâneur, de avec une mélancolie moqueuse, etc. " Le Cte de Greffulhe m'a charmé. Cet homme est vraiment très gentil. Mon " ami Papillon " que tu n'admets pas était venu me faire hier soir une visite et était allé la veille dîner à Dieppe chez ce comte sans particule. Mais je n'avais pas encore reçu ta lettre. Mon genstil c'est à ne plus oser monter en auto. L'autre jour le petit Nahmias a écrasé une petite fille qui est morte le surlendemain, deux jours après Bardac en a écrasé une autre qui est morte sur le coup ( inutile de parler de cela qui a été dissimulé ! ) Et il n'y avait pas de leur faute ! Mais si cela m'arrivait je ne sais ce que je deviendrais. Je crois que c'est dans la fin de " la Jalousie " que je dis : " Mon pays ". Comme c'est vrai. Comme j'apaise ma nostalgie quand je suis à penser à toi. Tes petites lignes sur ta petite maman sont bien gentilles. Adieu mon enfant Reynaldo. J'ai beaucoup à te dire mais bien

                                                                              Ton ami
                                                                                                 Marcel

            Connais-tu Fanny Robert pour le nom seul de laquelle mon Standishisme se réveille*

            Hélas que j'en ai vu de ces petites vieilles
            Débris d'humanité pour l'éternité murs !

* Sentiment de Mme Henry Standish qui se valorisait de son appartenance à l'aristocratie. Suivent des vers de Baudelaire.



                                                                                                                Août-Septembre 1912

                                    Cabourg
            Mon cher Genstil
            J'ai été bien étonné et bien content quand j'ai vu une lettre de toi encore aujourd'hui. Et j'ai eu peur que tu n'aies cru que ma seconde d'hier était une réponse. Mais quand je l'ai lue j'ai été tristch. Car en lisant ta dernière lettre et en voyant que tu avais tant à faire et étais si fatigué j'étais bien fasché de t'avoir parlé d' Hoppilliart. Et en voyant que tu ne m'en parlais pas dans ta lettre j'ai été bien constent. Mais je vois que mon Genstil n'avait rien oublié et que j'ai été comme toujours pour lui une cause de fatigue et d'ennui. Pardon mon genstil, cela me fait bien plaisir et me fait bien utile de savoir ce que tu me dis. Mais en lisant ces détails sublimement triviaux sous ta plume, j'ai pensé à Apollon* gardant les troupeaux d'Admète. Tel est mon genstil, plus intelligent et génial que personne, mais encore surpassant son génie par sa bonté. Merci buntchtnibuls. J'ai eu une seconde entrevue avec Mme Scheikévitch. Et comme je suis très dépourvu, la moindre femme agréable me trouble un peu et je lui manifeste malgré moi une sorte de sympathie que je ne soutiens pas ensuite. Et je crains que cela ne soit encore arrivé ainsi. En tous cas elle a été parfaite pour moi. Et je l'ai beaucoup touchée en lui disant ce que tu m'avais dit d'elle. Mais elle m'a déchiré le coeur en me disant que la vieille Arman était venue lui demander des renseignements sur la manière dont elle s'était tirée son coup de revolver**. Ma seule interprétation est que cela peut être interprété dans ce sens qu'elle avait envie de se... manquer. Mme Gross que je n'ai pas revue à dit au petit Nahmias qu'il était tout à fait le même que le Maurice Bernhardt. Et Nahmias qui n'est certain de rien tant que je ne lui ai pas confirmé est venu me demander avec sérieux et timidité : " Dois-je considérer que c'est un honneur pour moi, M. Proust, ou le contraire ? " Ne pas répéter car les Gross sont maintenant intimes avec lui. Qu'est-ce que ces gens ? les connais-tu ? Je t'embrasseeee.
                         
                                                                                                         BI NI GULS

            Trop moschant que Nicolas a renversé du café sur lettre, je n'ai pas le courage de recommencer, pardon et gentillesses.

*   Apollon ayant tué les Cyclopes se voit imposer par Zeus une année de servitude auprès d'un mortel, Admète, berger.
** Anatole France infidèle à Mme Arman de Caillavet lors d'un voyage en Argentine, tenta de se suicider.



                                                                                                                                                      Novembre 1912
                                                                                                                               
            Cher Genstil
            Ne sachant pas si je serai prêt assez tôt pour aller chez toi je te préviens que j'ai écrit hier une sorte de morceau de nouvelle, " C'est une Prière " ( Borda ) détaché de mon livre, de le Temps Perdu, nouveau style, destiné à Hepp*. Donc peux-tu lui demander rendez-vous. C'est court, cela se tient, il faudra cependant mettre " Extrait de " etc. Il faudrait que cela parut au plus tard le 1er février si possible car je suppose que mon livre paraîtra à ce moment-là. Cela se compose des dîners chez Verdurin que vous aviez trouvés comiques ( fondus en un seul ) après lequel Swann entend la phrase de la sonate qui devient l'air national de leur amour. Deux lignes de points. Swann abandonné par Odette va en soirée chez Mme de St Euverte ( là où il y a des valets de pied Mantegnastes et les monocles ). Tout à coup il réentend la petite phrase qui lui fait comprendre ce qu'il a perdu en lui chantant " les refrains oubliés du bonheur ". Reculant devant l'horrible louchonnerie  d'appeler cela ( téléphonez à Davenport** ) : " La petite phrase de la Sonate ", je l'appellerai Le Temps Perdu ce qui aura l'inconvénient de faire croire que c'est cela le temps perdu dans le volume. Mais tant pis. Ce n'est pas louchon du tout n'est-ce pas : " La petite phrase de la Sonate ? "... Nullemation. -
            Genstil j'espère que ton petit organe va bien et que tu fais genstiment pansements. Mais sans vouloir te fâscher, il me semble plus genstil de ne pas aller en Roumanie pendant que choléra ( qui t'attirait déjà à Pétersbourg quand Diaghilew te fit faire ce si utile boyage ). Je ne suis pas faschant du tout n'est-ce pas... Aucunyadhès. Je suis levé, tu sais. Oui ce serait plus genstil de faire conférences près du lit de ton Buncht.

            L'absence est le plus grand des maux
            Non pas pour toi cruel mais pour celui qui reste !***

                              ( lettre sans signature )

*      Proust se vit refuser l'extrait par Hepp critique littéraire au Gaulois. De même le volume entier ne fut accepté dans un premier temps par aucun éditeur ( Gallimard, Fasquelle, Ollendorff ). Proust le fera édité à compte d'auteur chez Grasset en mars 1913.
**    Lorsque une chose leur paraît mauvaise elle leur fait mal aux dents, Davenport est dentiste d'où... Hahn, Proust et Peter usent d'expressions particulières, nullemation - nullement / aucunyadhès-aucunement.
*** LA Fontaine : Les deux pigeons.



                                                                                                                                                     3 décembre 1912

            Mon bien genstil
            Je t'envoie un petit bonsjour. Tu es tellement mélangé maintenant avec ma pensée, mon sommeil, mes lectures que t'écrire me paraît presque aussi faschant que de m'écrire à moi-même. Je suis aussi fasché ce soir mais t'en avouerai difficilement la raison : aussi la voici tt de suite. C'est que depuis 8 jours je me soignchais pour aller entendre 3 quatuors de Beethoven que le quatuor Capet jouait ce soir salle Gaveau. Et j'ai eu une crise tellement monchant qu'il m'a été impossible de me lever. Et je ne peux te dire combien je suis fasché.
            Mon Genstil j'espère que ta petite cicatrice ( Doyen* ) est bien fermée. Si tu as des petits lavages à faire n'y manque pas. Et porte-toi gentiment. Ton petit évanouissement si gentil me fait penser à celui de Pascal quand il ne put convaincre les gens de Port-Royal de ne pas signer le Formulaire**. Tu sais comme c'est beau toutes ces raisons et la nièce de Pascal ajoute : " M. Pascal qui aimait la vérité par-dessus toute chose et qui avait mal de tête et malgré cela s'était efforcé pour leur faire sentir ce qu'il sentait lui-même et qui s'était exprimé très vivement malgré sa faiblesse, fut si pénétré de douleur qu'il se trouva mal, perdit la parole et la connaissance. ( Il n'en est pas moins convenu que les gens du XVIIè siècle n'avaient aucune sensibilité ).
Tout le monde fut surpris ; on s'empressa pour le faire revenir ; ensuite tous ces messieurs se retirèrent  ( preuve de tact ). Il ne resta plus que M. de Roannez, M. Perrier, M. Perrier le fils et M. Domat. Lorsqu'il fut tout à fait remis Mme Perrier lui demanda ce qui lui avait causé cet accident, il répondit : " Quand j'ai vu toutes ces personnes que je regardais comme étant ceux à qui Dieu avait fait connaître la vérité, s'ébranler et succomber, je vous avoue que j'ai été si saisi de douleur que je n'ai pas pu la soutenir et il a fallu ( lansgage ) y succomber. " Il n'y a aucune sensibilité là-dedans n'est-ce pas. Aucunyades ! Je suis trop malade pour te kospier ainsi et kospier. Sans cela j'ai une bien gentille chose de Boileau et qui montre sa belle âme. Le Verrier ayant mis à ses oeuvres de Boileau des notes louangeuses mais inexactes ( dont plus d'un poète de notre connaissance n'eût pas été mécontent ), Boileau à chacun dit : " Cela n'est point vrai
( très St Saëns d'accent mais non d'Ame ). Je ne connaissais point M. Racine dans le temps où je la fis*** et tout ce que vous me dites de Molière ( du bien que Molière disait de Boileau ) est trop petit pour estre raconté. " Nous ne connaissons pas de poètes qui n'eussent agi ainsi n'est-ce pas.
            Mille gentillesses.

                 ( Sans signature )

*      Proust prit le Dr Doyen pour modèle du Dr Cottard.
**   1661 Lutte contre le jansénisme, LouisXIV ordonne à tous les ecclésiastiques de signer le Formulaire du pape Alexandre VII condamnant les cinq propositions de Jansénius.
*** La VIè satire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire