jeudi 19 octobre 2017

Maximes et Pensées 1 Chamfort ( Flash France )

Caricatures de l’Index — deux journalistes boulonnais, Charles Aigre et Jean-Baptiste Hermand.
books.openedition.org


                                           Maximes et Pensées

     
              Amitié de cour, foi de renards, et société de loups.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

                                                                                                                    gallica.bnf.fr
Résultat de recherche d'images pour "caricatures finances 19è siècle"             La fortune pour arriver à moi, passera par les conditions que lui impose mon caractère.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


             On n'est point un homme d'esprit pour avoir beaucoup d'idées, comme on n'est pas un bon général pour avoir beaucoup de soldats.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


              Les économistes sont des chirurgiens qui ont un excellent scalpel et un bistouri ébréché, opérant à merveille sur le mort et martyrisant le vif.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

caricaturesetcaricature.com
Image associée            Autrefois le trésor royal s'appelait l'épargne. On a rougi de ce nom qui semblait une contrevérité, depuis qu'on a prodigué les trésors de l'Etat, et on l'a tout simplement appelé le trésor royal.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

   
                 M... disait, à propos de sottises ministérielles et ridicules :
            - Sans le gouvernement, on ne rirait plus en France.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


              C'est une chose remarquable que Molière qui n'épargnait rien, n'ait pas lancé un seul trait contre les gens de finance. On dit que Molière et les auteurs comiques du temps eurent là-dessus les ordres de Colbert.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                                                                                                                              toureiffel.paris 
Image associée
                 M.de Brissac, ivre de gentilhommerie, désignait souvent Dieu par cette phrase :
            '' Le Gentilhomme d'en haut . "


                                                                             Chamfort









    

mercredi 18 octobre 2017

Poil de Carotte 9 Comme Brutus - Lettres choisies- Le Toiton Jules Renard ( Roman France )


Résultat de recherche d'images pour "brutus enfant"
pinterest.fr



                                             Comme Brutus

            Monsieur Lepic
            Poil de Carotte, tu n'as pas travaillé l'année dernière comme je l'espérais. Tes bulletins disent que tu pourrais beaucoup mieux faire. Tu rêvasses, tu lis des livres défendus. Doué d'une excellente mémoire, tu obtiens d'assez bonnes notes de leçons, et tu négliges tes devoirs. Poil de Carotte, il faut songer à devenir sérieux.
            Poil de Carotte
            Compte sur moi, papa. Je t'accorde que je me suis un peu laissé aller l'année dernière. Cette fois je me sens la bonne volonté de bûcher ferme. Je ne te promets pas d'être le premier de ma classe en tout.
            Monsieur Lepic
            Essaie quand même.
            Poil de Carotte
            Non, papa, tu m'en demandes trop. Je ne réussirai ni en géographie, ni en allemand, ni en physique et en chimie, où les plus forts sont deux ou trois types nuls pour le reste et qui ne font que ça. Impossible de les dégoter ; mais je veux - écoute, mon papa - je veux, en composition française, bientôt tenir la corde et la garder ; et si malgré mes efforts elle m'échappe, du moins je n'aurai rien à me reprocher, et je pourrai m'écrier fièrement, comme Brutus : " O vertu ! tu n'es qu'un nom ! "
            Monsieur Lepic
            Ah ! mon garçon, je crois que tu les manieras.
            Grand frère Félix
            Qu'est-ce qu'il dit, papa ?
            Soeur Ernestine
            Moi, je n'ai pas entendu.
            Madame Lepic
             Moi non plus. Répète voir, Poil de Carotte ?
            Poil de Carotte
            Oh ! rien, maman.
            Madame Lepic
            Comment ? Tu ne disais rien, et tu pérorais si fort, rouge et le poing menaçant le ciel, que ta voix portait jusqu'au bout du village ! Répète cette phrase, afin que tout le monde en profite.
            Poil de Carotte
            Ce n'est pas la peine, va, maman.
            Madame Lepic
            Si, si, tu parlais de quelqu'un ; de qui parlais-tu ?
            Poil de Carotte
            Tu ne le connais pas, maman.
            Madame Lepic
            Raison de plus. D'abord, ménage ton esprit s'il te plaît, et obéis.
            Poil de Carotte
            Eh bien, maman, nous causions avec mon papa qui me donnait des conseils d'ami, et par hasard, je ne sais quel idée m'est venue, pour le remercier, de prendre l'engagement, comme ce Romain qu'on appelait Brutus, d'invoquer la vertu...
            Madame Lepic
            Turlututu, tu barbotes. Je te prie de répéter, sans y changer un mot, et sur le même ton, la phrase de tout à l'heure. Il me semble que je ne te demande pas le Pérou et que tu peux bien faire ça pour ta mère.
            Grand frère Félix
             Veux-tu que je répète, moi, maman ?
            Madame Lepic
            Non, lui le premier, toi ensuite, et nous comparerons. Allez, Poil de Carotte, dépêchez.
             Poil de Carotte    
 Il balbutie d'une voix pleurarde.
            Ve-ertutu-u n'e qu'un-un nom.
             Madame Lepic                                                   stephyprod.com
Résultat de recherche d'images pour "brutus enfant"             Je désespère. On ne peut rien tirer de ce gamin. Il se laisserait rouer de coups, plutôt que d'être agréable à sa mère.
            Grand frère Félix
            Tiens, maman, voilà comme il a dit : ( Il roule les yeux et lance des regards de défi ). Si je ne suis pas premier en composition française. ( Il gonfle ses joues et frappe du pied ), je m'écrierai comme Brutus ; ( Il lève les bras au plafond ). O vertu ! ( Il les laisse retomber sur ses cuisses ), tu n'es qu'un nom ! Voilà comme il a dit.
            Madame Lepic
            Bravo, superbe ! Je te félicite, Poil de Carotte, et je déplore d'autant plus ton entêtement qu'une imitation ne vaut jamais l'original.
            Grand frère Félix
            Mais, Poil de Carotte, est-ce bien Brutus qui a dit ça ? Ne serait-ce pas Caton ?
            Poil de Carotte
            Je suis sûr de Brutus : " Puis il se jeta sur une épée que lui tendit un de ses amis et mourut ".
            Soeur Ernestine
            Poil de Carotte a raison. Je me rappelle même que Brutus simulait la folie avec de l'or dans une canne.
            Poil de Carotte
            Pardon, soeur, tu t'embrouilles. Tu confonds mon Brutus avec un autre.
            Soeur Ernestine
            Je croyais. Pourtant je te garantis que mademoiselle Sophie nous dicte un cours d'histoire qui vaut bien celui de ton professeur au lycée.
            Madame Lepic
            Peu importe. Ne vous disputez pas. L'essentiel est d'avoir un Brutus dans sa famille, et nous l'avons. Que grâce à Poil de Carotte, on nous envie ! Nous ne connaissions point notre honneur. Admirez le nouveau Brutus. Il parle latin comme un évêque et refuse de dire deux fois la messe pour les sourds. Tournez-le : vu de face, il montre les taches d'une veste qu'il étrenne aujourd'hui, et vu de dos, son pantalon déchiré. Seigneur, où s'est-il encore fourré ? Non, mais regardez-moi la touche de Poil de Carotte Brutus ! Espèce de petite brute, va !


**************************
   Image associée   
     phil-ouest.com 

                                                                Lettres choisies

                                                     de Poil de Carotte à M. Lepic
                                                               et quelques réponses
                                                    de M. Lepic à Poil de Carotte

                                                                De Poil de Carotte à M. Lepic
                                                                                        
                                                                                                  Institution Saint-Marc

                    Mon cher papa,
            Mes parties de pêche des vacances m'ont mis l'humeur en mouvement. Des gros clous me
sortent des cuisses. Je suis au lit. Je reste couché sur le dos et madame l'infirmière me pose des cataplasmes. Tant que le clou n'a pas percé, il me fait mal.Après, je n'y pense plus. Mais ils se multiplient comme des petits poulets. Pour un de guéri, trois reviennent. J'espère d'ailleurs que ce ne sera rien.

                                                                                              Ton fils affectionné.

                                                                Réponse de M. Lepic

                    Mon cher Poil de Carotte,
            Puisque tu prépares ta première communion et que tu vas au catéchisme, tu dois savoir que l'espèce humaine ne t'a pas attendu pour avoir des clous. Jésus-Christ en avait aux pieds et aux mains. Il ne se plaignait pas et pourtant les siens étaient vrais.

                                                                                                     Ton père qui t'aime.

                                                         De Poil de Carotte à M. Lepic

                    Mon cher papa,
            Je t'annonce avec plaisir qu'il vient de me pousser une dent. Bien que je n'aie pas l'âge, je crois que c'est une dent de sagesse précoce. J'ose espérer qu'elle ne sera pas la seule et que je te satisferai toujours par ma bonne conduite et mon application.

                                                                                                 Ton fils affectionné.

                                                           Réponse de M. Lepic

                    Mon cher Poil de Carotte,
            Juste comme ta dent poussait, une des miennes se mettaient à branler. Elle s'est décidée à tomber hier matin. De telle sorte que si tu possèdes une dent de plus, ton père en possède une de moins. C'est pourquoi il n'y a rien de changer et le nombre de dents de la famille reste le même.

                                                                                                 Ton père qui t'aime.

                                                           De Poil de Carotte à M. Lepic            


                    Mon cher papa,            
            Imagine-toi que c'était hier la fête de M. Jâques, notre professeur de latin, et que, d'un commun accord, les élèves m'avaient élu pour lui présenter les voeux de toute la classe. Flatté de cet honneur, je prépare longuement le discours où j'intercale à propos quelques citations latines. Sans fausse modestie, j'en suis satisfait. Je le recopie au propre sur une grande feuille de papier ministre et, le jour venu, excité par mes camarades qui murmuraient : " Vas-y, vas-y donc ! "  je profite d'un moment où M. Jâques ne nous regarde pas et je m'avance vers sa chaire. Mais à peine ai-je déroulé ma feuille et articulé d'une voix forte :
                                           Vénéré Maître
que M. Jâques se lève furieux et s'écrie :
            - Voulez-vous filer à votre place plus vite que ça !
que mes amis se cachent derrière leurs livres et que M. Jâques m'ordonne avec colère :
            - Traduisez la version.
            Mon cher papa, qu'en dis-tu ?

                                                                 Réponse de M. Lepic

                    Mon cher Poil de Carotte,
            Quand tu seras député, tu en verras bien d'autres. Chacun son rôle. Si on a mis ton professeur dans une chaire, c'est apparemment pour qu'il prononce des discours et non pour qu'il écoute les tiens.

                                                            De Poil de Carotte à M. Lepic

                    Mon cher papa,
            Je viens de remettre ton lièvre à M. Legris, notre professeur d'histoire et géographie. Certes, il me parut que ce cadeau lui faisait plaisir. Il te remercie vivement. Comme j'étais entré avec mon parapluie mouillé, il me l'ôta lui-même des mains pour le reporter au vestibule. Puis nous causâmes de choses et d'autres. Il me dit que je devais enlever, si je voulais, le premier prix d'histoire et de géographie à la fin de l'année. Mais croirais-tu que je restais sur mes jambes tout le temps que dura notre entretien et que M. Legris qui, à part cela, fut très aimable, je le répète, ne me désigna même pas un siège ?
            Est-ce oubli ou impolitesse ?
            Je l'ignore et serais curieux, mon cher papa, de savoir ton avis.

                                                                 Réponse de M. Lepic 

                    Mon cher Poil de Carotte,
            Tu réclames toujours. Tu réclames parce que M. Jâques t'envoie t'asseoir, et tu réclames parce que M. Legris te laisse debout. Tu es peut-être encore trop jeune pour exiger des égards. Et si M. Legris ne t'a pas offert une chaise, excuse-le : c'est sans doute que, trompé par ta petite taille, il te croyait assis.

                                                         De Poil de Carotte à M. Lepic 
     
                    Mon cher papa,                                                                                     pinterest.fr  
Résultat de recherche d'images pour "lettres postales"            J'apprends que tu dois aller à Paris. Je partage la joie que tu auras en visitant la capitale que je voudrais connaître et où je serai de coeur avec toi. Je conçois que mes travaux scolaires m'interdisent ce voyage, mais je profite de l'occasion pour te demander si tu ne pourrais pas m'acheter un ou deux livres. Je sais les miens par coeur. Choisis n'importe lesquels. Au fond, ils se valent. Toutefois, je désire spécialement La Henriade par François-Marie-Arouet de Voltaire, et La Nouvelle Héloïse, par Jean-Jacques Rousseau. Si tu me les rapportes ( les livres ne coûtent rien à Paris ), je te jure que le maître d'étude ne me les confisquera jamais.

                                                                   Réponse de M. Lepic                    
                                                                                                                                                     Mon cher Poil de Carotte,
            Ta lettre de ce matin m'étonne fort. Je la relis vainement. Ce n'est plus ton style ordinaire et tu y parles de choses bizarres qui ne me semblent ni de ta compétence ni de la mienne.
            D'habitude, tu nous racontes tes petites affaires, tu nous écris les places que tu obtiens, les qualités et les défauts que tu trouves à chaque professeur, les noms de tes nouveaux camarades, l'état de ton linge, si tu dors et si tu manges bien.
            Voilà ce qui m'intéresse. Aujourd'hui, je ne comprends plus. A propos de quoi, s'il te plaît, cette sortie sur le printemps alors que nous sommes en hiver ? Que veux-tu dire ? As-tu besoin d'un cache-nez ? Ta lettre n'est pas datée et on ne sait si tu l'adresses à moi ou au chien. La forme même de ton écriture me paraît modifiée, et la disposition des lignes, la quantité de majuscules me déconcertent. Bref, tu as l'air de te moquer de quelqu'un. Je suppose que c'est de toi, et je tiens à t'en faire non un crime, mais l'observation.

                                                               Réponse de Poil de Carotte

                    Mon cher papa,
            Un mot à la hâte pour t'expliquer ma dernière lettre. Tu ne t'es pas aperçu qu'elle était en vers.


*************************


                                 .                                Le Toiton
  .jardizone.be   
Image associée            Ce petit toit où, tour à tour, ont vécu des poules, des lapins, des cochons, vide maintenant, appartient maintenant en toute propriété à Poil de Carotte pendant les vacances. Il y entre commodément, car le toiton n'a plus de porte. Quelques grêles orties en parent le seuil, et si Poil de Carotte les regarde à plat ventre, elles lui semblent une forêt. Une poussière fine recouvre le sol. Les pierres des murs luisent d'humidité. Poil de Carotte frôle le plafond de ses cheveux. Il est là chez lui et s'y divertit, dédaigneux des jouets encombrants, aux frais de son imagination.
            Son principal amusement consiste à creuser quatre nids avec son derrière, un à chaque coin du toiton. Il ramène de sa main, comme d'une truelle, des bourrelets de poussière et se cale.
            Le dos au mur lisse, les jambes pliées, les mains croisées sur ses genoux, gîté, il se trouve bien. Vraiment, il ne peut pas tenir moins de place, il oublie le monde, ne le craint plus. Seul, un bon coup de tonnerre le troublerait.
            L'eau de vaisselle qui coule non loin de là, par le trou de l'évier, tantôt à torrent, tantôt goutte à goutte, lui envoie des bouffées fraîches.
            Brusquement, une alerte.
            Des appels approchent, des pas.
            - Poil de Carotte ? Poil de Carotte ?
            Une tête se baisse et Poil de Carotte, réduit en boulette, se poussant dans la terre et le mur, le souffle mort, la bouche grande, le regard même immobilisé, sent que des yeux fouillent l'ombre.
            - Poil de Carotte, es-tu là ?
            Les tempes bosselées, Il souffre. Il va crier d'angoisse.
            - Il n'y est pas, le petit animal. Où diable est-il ?
            On s'éloigne, et le corps de Poil de Carotte se dilate un peu, reprend de l'aise.
            Sa penssée parcourt encore de longues routes de silence.
            Mais un vacarme emplit ses oreilles. Au plafond, un moucheron s'est pris dans une toile d'araignée, vibre et se débat. Et l'araignée glisse le long d'un fil. Son ventre a la blancheur d'une mie de pain. Elle reste un instant suspendue, inquiète, pelotonnée.
            Poil de Carotte, sur la pointe des fesses, la guette, aspire au dénouement, et quand l'araignée tragique fonce, ferme l'étoile de ses pattes, étreint la proie à manger, il se dresse debout, passionné, comme s'il voulait sa part.
            Rien de plus.
            L'araignée remonte. Poil de Carotte se rassied, retourne en lui, en son âme de lièvre où il fait noir.
            Bientôt, comme un filet d'eau alourdie par le sable, sa rêvasserie, faute de pente, s'arrête, forme flaque et croupit.


                                                                      à suivre................

                                                          
 
                              

             
             

dimanche 15 octobre 2017

Les furies Lauren Groff ( Roman USA )

Les furies
                     fnac.com


                                                                   Les Furies

            Lotto naquit avec un énorme front, de très grands pieds et de très grandes mains, épuisa sa mère qui ne put le nourrir longtemps, il grandit et à 22 ans, il mesurait 1m84, il épousa Mathilde, cheveux blonds vénitien. très mince, grande, 1m81. Amour vorace. Sa mère Antoinette, ne lui pardonna pas cette union. Avait-elle tort de suspecter sa nouvelle belle-fille de noirceurs cachées ?
Le livre est composée de deux parties, dans la 1è, Fortune, on découvre Antoinette quittant le New Hampshire et les levers matinaux dans les pièces glaciales, prenant un train jusqu'au bout de la ligne. Floride, la chaleur. Elle est belle, elle a des cheveux blonds qui descendent jusqu'au bas du dos. Sirène sera son travail jusqu'à sa rencontre avec un époux fermier. Bon homme une découverte va l'enrichir. Lotto entouré d'amis grandit, fume, la drogue circule alors Antoinette devenue au cours des ans grosse, obèse à la fin de sa vie, envoie Lancelot-Lotto, poursuivre ses études dans le Nord. A l'université ses conquêtes et ses débuts de comédien surtout dans le rôle d'Hamlet le rendent célèbre, de plus on le dit riche, et il vit une jeunesse heureuse et insouciante, jusqu'au jour où il croise Mathilde. Apprenant le mariage Antoinette lui coupe les vivres, ils tentent de vivre d'amour et d'eau fraîche, trouvent un appartement en sous-sol à Greenwich Village, bien aidés par la tante Sallie et la petite soeur Rachel, fidèles toujours. Mathilde, sans famille, dont on ne connaît pas le passé, très amoureuse se voue à son mari apprenti comédien, et trouve du travail dans une galerie d'art, de façon assez trouble semble-t-il. Mais Lotto se désespère, ne voit pas d'issue, boit beaucoup, le couple reçoit des amis qui apporte les plats qu'ils ne peuvent acheter. Ils sont sexuellement très attachés, fidèles tous deux, peut-être. Leur propriétaire, habite l'étage au-dessus, dit à son chat "..... Quels athlètes. Cela lui rappela la cage des singes lors d'une visite au zoo, un dimanche, où les capucins jouaient les catins avec bonheur..... " Mathilde ne veut pas d'enfant " Des pondeurs ". Ses raisons se révéleront en deuxième partie du livre, Les Furies. Tout tourne autour de Lotto. Lotto le bon copain de Samuel, devenu père après un cancer et l'ablation d'une partie de son appareil, Ariel, Cholie devenu tellement riche. Mathilde porte le ménage, Lotto désespéré, imbibé d'alcool, se lève une nuit et écrit sur son ordinateur, sur son père, sous forme de pièce. Vu à travers Lotto la pièce fut rapidement acceptée par un directeur de théâtre, mais plus loin lorsque l'histoire est racontée sous l'angle Mathilde, le projet eut besoin d'un sérieux coup de pouce. Néanmoins le succès fut au rendez-vous. Il écrivit cinq pièces, toutes connurent le succès. Lotto tant aimé, et jalousé sans doute aussi. Mathilde gère; refuse toute aide-ménagère, ne supportant pas de laisser à d'autres les soins du ménage. Ils possèdent un petit appartement à NewYork, une petite maison à la campagne, vivent sans ostentation, malgré leur fortune. L'auteur note des remarques très justes, telle celle sur la méconnaissance dans le couple. Ainsi Lotto apprenant une possible infidélité de son épouse après plus de vingt ans de mariage
" ....... Sa femme n'était pas pure. Elle avait été la maîtresse d'un autre....... Ça n'avait aucun sens. Soit c'était une pute, soit Lancelot était cocu.......  Tragédie, comédie, tout est question de point de vue......  - Sacré ego que le tien....... Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils pour la plupart....... "
Le livre est dense et chacun trouve ce qu'il souhaite, comme dans toute bonne histoire. Mais 
Fates and Furies,  est dans la liste des livres préférés du Président Obama pour l'année 2016. Quatrième livre de Lauren Groff née en 1978, avoue n'avoir rencontré personne en-dehors de sa famille jusqu'à l'âge de 19 ans, et s'être enfouie dans les livres.

vendredi 13 octobre 2017

Autour d'un fiacre Mac-Nab ( Nouvelles France )

Résultat de recherche d'images pour "cocher de fiacre"
insitu.revues.org


                                  Autour d'un Fiacre

            Un fiacre passait sur la place du Carrousel.
            Une bonne vieille y passait aussi. C'était son droit !
            Personne ne contestera ce droit !
            Le fiacre était noir et jaune ; il y avait écrit dessus " Camille ".
            Il peut arriver à tout le monde de s'appeler Camille !
            Le cocher avait un ruban jaune à son chapeau, des passepoils jaunes, un gilet jaune, des cheveux jaunes !
            On a un uniforme ou on n'en a pas !
            Le cheval aussi était jaune, de sa couleur naturelle. On ne lui en fera pas un crime. Et puis vous savez, des goûts et des couleurs...
            La bonne vieille avait le teint jaune ; mais le teint ne fait rien à l'affaire !
            Elle était sourde, c'est vrai ; mais un bon coeur fait pardonner bien des défauts !...
            Bref, les choses en étaient là quand le cheval se mit à trotter. ( Tout arrive ici-bas ! )
            Sur la place, il n'y avait que le fiacre et la bonne vieille. Or, cette place a cent trente-trois mètres de long et quatre-vingt-douze en large. Ce n'était pas l'espace qui manquait : on ne dira pas le contraire. ( Je voudrais bien voir qu'on dise le contraire ! )
            Et pourtant, le fiacre a écrasé la bonne vieille.
            Après tout, me direz-vous, une femme de plus ou de moins !... Je ne dis pas, mais cela n'en était pas moins fort désagréable pour le cocher !                                          youtube.com
Résultat de recherche d'images pour "le fiacre jean sablon paroles"            Ça pouvait lui faire du tort !
            Enfin, on lui a pardonné pour cette fois.
           Du reste, à quoi bon le punir ?
           S'il a écrasé une femme, est-ce une raison pour lui enlever son gagne-pain ?
           Il faut bien que tout le monde vive !...




                                                                                 Mac-Nab

                                                                                           in Poèmes mobiles 1885

            

mardi 10 octobre 2017

Poil de Carotte 8 Le porte-plume - Les joues rouges - Les poux ( Roman France )

Résultat de recherche d'images pour "gavroche paris"
pinterest.com
           

                                                       Poil de Carotte

                                                 " Le porte-plume "

            L'institution Saint-Marc, où M. Lepic a mis grand frère Félix et Poil de Carotte suit les cours du lycée. Quatre fois par jour, les élèves font la même promenade. Très agréable dans la belle saison et, quand il pleut, si courte que les jeunes gens se rafraîchissent plutôt qu'ils ne se mouillent, elle leur est hygiénique d'un bout de l'année à l'autre.
           Comme ils reviennent du lycée ce matin, traînant les pieds et moutonniers, Poil de Carotte, qui marche la tête basse, entend dire :
            - Poil de Carotte, regarde ton père, là-bas !
            M. Lepic aime surprendre ainsi ses garçons. Il arrive sans écrire, et on l'aperçoit soudain, planté sur le trottoir d'en face, au coin de la rue, les mains derrière le dos, une cigarette à la bouche.
            Poil de Carotte et grand frère Félix sortent des rangs et courent à leur père.
            - Vrai, dit Poil de Carotte, si je pensais à quelqu'un, ce n'était pas à toi.
            - Tu penses à moi quand tu me vois, dit M. Lepic.
            Poil de Carotte voudrait répondre quelque chose d'affectueux. Il ne trouve rien, tant il est occupé. Haussé sur la pointe des pieds, il s'efforce d'embrasser son père. Une première fois, il lui touche la barbe du bout des lèvres. Mais M. Lepic, d'un mouvement machinal, dresse la tête, comme s'il se dérobait. Puis il se penche et de nouveau recule, et Poil de Carotte qui cherche sa joue, la manque. Il n'effleure que le nez. Il baise le vide. Il n'insiste pas, et déjà troublé, il tâche de s'expliquer cet accueil étrange.
            - Est-ce que mon papa ne m'aimerait plus, se dit-il. Je l'ai vu embrasser grand frère Félix. Il s'abandonnait au lieu de se retirer. Pourquoi m'évite-t-il ? Veut-on me rendre jaloux ? Régulièrement, je fais cette remarque. Si je reste trois mois loin de mes parents, j'ai une grosse envie de les voir. Je me promets de bondir à leur cou comme un jeune chien. Nous nous mangerons de caresses. Mais les voici, et ils me glacent.
            Tout à ses pensées tristes, Poil de Carotte répond mal aux questions de M. Lepic qui lui demande si le grec marche un peu.
            Poil de  Carotte
            - Ca dépend. La version va mieux que le thème, parce que dans la version on peut deviner.
            Monsieur Lepic
            - Et l'allemand ?
            Poil de Carotte
            - C'est très difficile à prononcer, papa.
            Monsieur Lepic
            - Bougre ! Comment, la guerre déclarée, battras-tu les Prussiens, sans savoir leur langue vivante ?
            Poil de Carotte
            - Ah ! d'ici là, je m'y mettrai. Tu me menaces toujours de la guerre. Je crois décidément qu'elle attendra, pour éclater, que j'aie fini mes études.
            Monsieur Lepic
            - Quelle place as-tu obtenue dans la dernière composition ? J'espère que tu n'es pas à la queue .           Poil de Carotte
            - Il en faut bien un.
            Monsieur Lepic
            - Bougre ! moi qui voulais t'inviter à déjeuner. Si encore c'était dimanche ! Mais en semaine, je n'aime guère vous déranger de votre travail.
            Poil de Carotte
            - Personnellement je n'ai pas grand chose à faire ; et toi, Félix ?
           Grand frère Félix 
           - Juste, ce matin le professeur a oublié de nous donner notre devoir.
           Monsieur Lepic
           - Tu étudieras mieux ta leçon.
           Grand frère Félix
            - Ah ! je la sais d'avance, papa. C'est la même qu'hier.
            Monsieur Lepic
            - Malgré tout, je préfère que vous rentriez. Je tâcherai de rester jusqu'à dimanche et nous nous rattraperons.
            Ni la moue de grand frère Félix, ni le silence affecté de Poil de Carotte ne retardent les adieux et le moment est venu de se séparer.
            Poil de Carotte l'attendait avec inquiétude.                                   france-artisanat.fr 
Résultat de recherche d'images pour "porte plume bois"            - Je verrai, se dit-il, si j'aurai plus de succès ; si oui ou non, il déplaît maintenant à mon père que je l'embrasse.
            Et résolu, le regard droit, la bouche haute, il s'approche.
            Mais M. Lepic, d'une main défensive, le tient encore à distance et lui dit :
            - Tu finiras par me crever les yeux avec ton porte-plume sur ton oreille. Ne pourrais-tu le mettre ailleurs quand tu m'embrasses ? Je te prie de remarquer que j'ôte ma cigarette, moi.
            Poil de Carotte
            - Oh ! mon vieux papa, je te demande pardon. C'est vrai, quelque jour un malheur arrivera par ma faute. On m'a déjà prévenu, mais mon porte-plume tient si à son aise sur mes pavillons que je l'y laisse tout le temps et que je l'oublie. Je devrais au moins ôter ma plume ! Ah ! pauvre vieux papa, je suis content de savoir que mon porte-plume te faisait peur.
            Monsieur Lepic
            - Bougre ! tu ris parce que tu as failli m'éborgner.
            Poil de Carotte
            - Non, mon vieux papa, je ris pour autre chose ; une idée sotte à moi que je m'étais encore fourrée dans la tête.


+++++++++++++++++


                                                           LES JOUES ROUGES

 aliexpress.com                                                                            I
Image associée
            Son inspection habituelle terminée, M. le Directeur de l'Institution Saint-Marc quitte le dortoir. Chaque élève s'est glissé dans ses draps, comme dans un étui, en se faisant tout petit, afin de ne pas se déborder. Le maître d'étude, Violone, d'un tour de tête, s'assure que tout le monde est couché, et, se haussant sur la pointe du pied, doucement baisse le gaz. Aussitôt, entre voisins, le caquetage commence. De chevet à chevet, les chuchotements se croisent, et des lèvres en mouvement monte, par tout le dortoir, un bruissement confus, où de temps en temps, se distingue le sifflement bref d'une consonne.
            C'est sourd, continu, agaçant à la fin, et il semble vraiment que tous ces babils, invisibles et remuants comme des souris, s'occupent à grignoter du silence.
            Violone met des savates, se promène quelque temps entre les lits, chatouillant ça le pied d'un élève, là tirant le pompon du bonnet d'un autre, et s'arrête près de Marseau, avec lequel il donne, tous les soirs, l'exemple des longues causeries prolongées bien avant dans la nuit. Le plus souvent, les élèves ont cessé leur conversation, par degrés étouffés, comme s'ils avaient peu à peu tiré leur drap sur leur bouche, et dorment, que le maître d'étude est encore penché sur le lit de Marseau, les coudes durement appuyés sur le fer, insensible à la paralysie de ses avant-bras et au remue-ménage des fourmis courant à fleur de peau jusqu'au bout de ses doigts.
            Il s'amuse de ses récits enfantins, et le tient éveillé par d'intimes confidences et des histoires de coeur. Tout de suite, il l'a chéri pour la tendre et transparente enluminure de son visage, qui paraît éclairé en dedans. Ce n'est plus une peau, mais une pulpe, derrière laquelle, à la moindre variation atmosphérique, s'enchevêtrent visiblement les veinules, comme les lignes d'une carte d'atlas sous une feuille de papier à décalquer. Marseau a d'ailleurs une manière séduisante de rougir sans savoir pourquoi et à l'improviste, qui le fait aimer comme une fille.. Souvent, un camarade pèse du bout du doigt sur l'une de ses joues et se retire avec brusquerie, laissant une tâche blanche, bientôt recouverte d'une belle coloration rouge, qui s'étend avec rapidité, comme du vin dans de l'eau pure, se varie richement et se nuance depuis le bout du nez rose jusqu'aux oreilles lilas. Chacun peut opérer soi-même, Marseau se prête complaisamment aux expériences. On l'a surnommé Veilleuse, Lanterne, Joue Rouge. Cette faculté de s'embraser à volonté lui fait bien des envieux.
            Poil de Carotte, son voisin de lit, le jalouse entre tous. Pierrot, lymphatique et grêle, au visage farineux, il pince vainement, à se faire mal, son épiderme exsangue, pour y amener quoi ! et encore pas toujours, quelque point d'un roux douteux. Il zébrerait volontiers, haineusement, à coups d'ongles et écorcerait comme des oranges les joues vermillonnées de Marseau.
            Depuis longtemps très intrigué, il se tient aux écoutes ce soir-là, dès la venue de Violone, soupçonneux avec raison peut-être, et désireux de savoir la vérité sur les allures cachottières du maître d'étude. Il met en jeu toute son habileté de petit espion, simule un ronflement pour rire, change avec affectation de côté, en ayant soin de faire le tour complet, pousse un cri perçant, comme s'il avait le cauchemar, ce qui réveille en peur le dortoir et imprime un fort mouvement de houle à tous les draps ; puis, dès que Violone s'est éloigné, il dit à Marseau, le torse hors du lit, le souffle ardent :
            - Pistolet ! Pistolet !
            Pistolet ne semble pas entendre : Poil de Carotte exaspéré reprend :
            - C'est du propre !... Tu crois que je ne vous ai pas vus. Dis voir un peu qu'il ne t'a pas embrassé ! dis-le voir un peu que tu n'es pas son Pistolet.
            Il se dresse, le col tendu, pareil à un jars blanc qu'on agace, les poings fermés au bord du lit :
            Mais cette fois, on lui répond :
            - Et bien, après ?
            D'un seul coup de reins, Poil de Carotte rentre dans ses draps.
            C'est le maître d'étude qui revient en scène, apparu soudainement !

                                                                                  II                                cugetliber.ro 
Image associée
            - Oui, dit Violone, je t'ai embrassé, Marseau ; tu peux l'avouer, car tu n'as fait aucun mal. Je t'ai embrassé sur le front, mais Poil de Carotte ne peut pas comprendre, déjà trop dépravé pour son âge, que c'est là un baiser pur et chaste, un baiser de père à enfant, et que je t'aime comme un fils, ou si tu veux comme un frère, et demain il ira répéter partout je ne sais quoi, le petit imbécile !
            A ces mots, tandis que la voix de Violone vibre sourdement, Poil de Carotte feint de dormir. Toutefois, il soulève sa tête pour entendre encore.
            Marseau écoute le maître d'étude, le souffle ténu, ténu, car tout en trouvant ses paroles très naturelles, il tremble comme s'il redoutait la révélation de quelque mystère. Violone continue, le plus bas qu'il peut. Ce sont des mots inarticulés, lointains, des syllabes à peine localisées. Poil de Carotte qui, sans oser se retourner, se rapproche insensiblement, au moyen de légères oscillations de hanches, n'entend plus rien. Son attention est à ce point surexcitée que ses oreilles lui semblent matériellement se creuser et s'évaser en entonnoir ; mais aucun son n'y tombe.
            Il se rappelle avoir éprouvé parfois une sensation d'effort pareille en écoutant aux portes, en collant son oeil à la serrure, avec le désir d'agrandir le trou et d'attirer à lui, comme avec un crampon, ce qu'il voulait voir. Cependant, il le parierait, Violone répète encore :
            - Oui, mon affection est pure, pure, et c'est ce que ce petit imbécile ne comprend pas.
            Enfin le maître d'étude se penche avec la douceur d'une ombre sur le front de Marseau, l'embrasse, le caresse de sa barbiche comme d'un pinceau, puis se redresse pour s'en aller, et Poil de Carotte le suit des yeux, glissant entre les rangées de lits. Quand la main de Violone frôle un traversin, le dormeur dérangé change de côté avec un fort soupir.
            Poil de Carotte guette longtemps. Il craint un nouveau retour brusque de Violone. Déjà Marseau fait la boule dans son lit, la couverture sur ses yeux, bien éveillé d'ailleurs, et tout au souvenir de l'aventure dont il ne sait que penser. Il n'y voit rien de vilain qui puisse le tourmenter, et cependant, dans la nuit des draps, l'image de Violone flotte lumineusement, douce comme ces images de femmes qui l'ont échauffé en plus d'un rêve.
            Poil de Carotte se lasse d'attendre. Ses paupières comme aimantées, se rapprochent. Il s'impose de fixer le gaz, presque éteint ; mais, après avoir compté trois éclosions de petites bulles crépitantes et pressées de sortir du bec, il s'endort.

                                                                      111

            Le lendemain matin, au lavabo, tandis que les cornes des serviettes, trempées dans un peu d'eau froide, frottent légèrement les pommettes frileuses, Poil de Carotte regarde méchamment Marseau, et, s'efforçant d'être bien féroce, il l'insulte de nouveau, les dents serrées sur les syllabes sifflantes.
            - Pistolet ! Pistolet !
            Les joues de Marseau deviennent pourpres, mais il répond sans colère, et le regard presque suppliant :
            - Puisque je te dis que ce n'est pas vrai, ce que tu crois !
            Le maître d'étude passe la visite des mains. Les élèves, sur deux rangs, offrent machinalement d'abord, le dos, puis la paume de leurs mains, en les retournant avec rapidité, et les remettent aussitôt bien au chaud, dans les poches ou sous la tiédeur de l'édredon le plus proche. D'ordinaire, Violone s'abstient de les regarder. Cette fois, mal à propos, il trouve que celles de Poil de Carotte ne sont pas nettes. Poil de Carotte, prié de les repasser sous le robinet, se révolte. On peut, à vrai dire, y remarquer une tâche bleuâtre, mais il soutient que c'est un commencement d'engelure. On lui en veut, sûrement.
            Violone doit le faire conduire chez M. le Directeur.
             Celui-ci, matinal, prépare, dans son cabinet vieux vert, un cours d'histoire qu'il fait aux grands, à ses moments perdus. Écrasant sur le tapis de sa table le bout de ses doigts épais, il pose les principaux jalons : ici la chute de l'empire Romain ; au milieu, la prise de Constantinople par les Turcs ; plus loin l'Histoire moderne, qui commence on ne sait où et n'en finit plus.
            Il a une ample robe de chambre dont les galons brodés cerclent sa poitrine puissante, pareils à des cordages autour d'une colonne. Il mange visiblement trop, cet homme ; ses traits sont gros et toujours un peu luisants. Il parle fortement, même aux dames, et les plis de son cou ondulent sur le col d'une manière lente et rythmique. Il est encore remarquable pour la rondeur de ses yeux et l'épaisseur de ses moustaches.
            Poil de Carotte se tient debout devant lui, sa casquette entre les jambes, afin de garder toute sa liberté d'action.
           D'une voix terrible, le directeur demande :
           - Qu'est-ce que c'est ?
           - Monsieur, c'est le maître d'étude qui m'envoie vous dire que j'ai les mains sales, mais c'est pas vrai !                                                                                                    nouvelobs.com
Image associée            Et de nouveau, consciencieusement, Poil de Carotte montre ses mains en les retournant : d'abord le dos, ensuite la paume. Il fait la preuve : d'abord la paume, ensuite le dos.
            - Ah ! c'est pas vrai, dit le Directeur, quatre jours de séquestre, mon petit !
            - Monsieur, dit Poil de Carotte, le maître d'étude, il m'en veut !
            - Ah ! il t'en veut ! huit jours, mon petit !
            Poil de Carotte connaît son homme. Une telle douceur ne le surprend point. Il est bien décidé à tout affronter. Il prend une pose raide, serre ses jambes et s'enhardit, au mépris d'une gifle.
            Car c'est, chez Monsieur le Directeur, une innocente manie d'abattre, de temps en temps, un élève récalcitrant du revers de la main : vlan ! L'habileté pour l'élève visé consiste à prévoir le coup et à se baisser, et le directeur se déséquilibre, au rire étouffé de tous. Mais il ne recommence pas, sa dignité l'empêchant d'user de ruse à son tour. Il devait arriver droit sur la joue choisie, ou alors ne se mêler de rien.
            - Monsieur, dit Poil de Carotte réellement audacieux et fier, le maître d'étude et Marseau, ils font des choses.
            Aussitôt les yeux du Directeur se troublent comme si deux moucherons s'y étaient précipités soudain. Il appuie ses deux poings fermés au bord de la table, se lève à demi, la tête en avant, comme s'il allait cogner Poil de Carotte en pleine poitrine, et demanda par sons gutturaux.
            - Quelles choses ?
            Poil de Carotte semble pris au dépourvu. Il espérait ( peut-être que ce n'est que différé ) l'envoi d'un tome massif de M. Henri Martin, par exemple, lancé d'une main adroite, et voilà qu'on lui demande des détails.
            Le Directeur attend.Tous ses plis du cou se joignent pour ne former qu'un bourrelet unique, un épais rond de cuir, où siège, de guingois, sa tête.
            Poil de Carotte hésite, le temps de se convaincre que les mots ne lui viennent pas, puis, la mine tout à coup confuse, le dos rond, l'attitude apparemment gauche et penaude, il va chercher sa casquette entre ses jambes, l'en retire aplatie, se courbe de plus en plus, se ratatine, et l'élève doucement à hauteur de menton, et lentement, sournoisement, avec des précautions pudiques, il enfouit sa tête simiesque dans la doublure ouatée, sans dire un mot.

 cugetliber.ro                                                                  IV
Foto: Bancuri
            Le même jour, à la suite d'une courte enquête, Violone reçoit son congé ! C'est un touchant départ, presque une cérémonie.
            - Je reviendrai, dit Violone, c'est une absence.
            Mais il n'en fait accroire à personne. L'institution renouvelle son personnel, comme si elle craignait pour lui la moisissure. C'est un va-et-vient de maîtres d'étude. Celui-ci part comme les autres, et meilleur, il part plus vite. Presque tous l'aiment. On ne lui connaît pas d'égal dans l'art d'écrire des en-têtes pour cahiers, tels que : " Cahiers d'exercices grecs appartenant à... " Les majuscules sont moulées comme des lettres d'enseigne. Les bancs se vident. On fait cercle autour de son bureau. Sa belle main, où brille la pierre verte d'une bague, se promène élégamment sur le papier. Au bas de la page, il improvise une signature. Elle tombe, comme une pierre dans l'eau, dans une ondulation et un remous de lignes à la fois régulières et capricieuses, qui forment le paraphe, un petit chef-d'oeuvre. La queue du paraphe s'égare, se perd dans le paraphe lui-même. Il faut regarder de très près, chercher longtemps pour la retrouver. Inutile de dire que le tout est fait d'un seul trait de plume. Une fois, il a réussi un enchevêtrement de lignes nommé cul-de-lampe. Longuement, les petits s'émerveillèrent.
            Son renvoi les chagrine fort.
            Il conviennent qu'ils devront bourdonner le Directeur à la première occasion, c'est-à-dire enfler les joues et imiter avec les lèvres le vol des bourdons pour marquer leur mécontentement. Quelque jour, ils n'y manqueront pas.
            En attendant, ils s'attristent les uns les autres. Violone qui se sent regretté, a la coquetterie de partir pendant une récréation. Quand il paraît dans la cour, suivi d'un garçon qui porte sa malle, tous les petits s'élancent. Il serre des mains, tapote des visages, et s'efforce d'arracher les pans de sa redingote sans les déchirer, cerné, envahi et souriant, ému. Les uns suspendus à la barre fixe, s'arrêtent au milieu d'un renversement et sautent à terre, la bouche ouverte, le front en sueur, leurs manches de chemise retroussées et les doigts écartés à cause de la colophane. D'autres, plus calmes, qui tournaient monotonement dans la cour, agitent les mains, en signe d'adieu. Le garçon, courbé sous la malle, s'est arrêté afin de conserver ses distances, ce dont profite un tout petit pour plaquer sur son tablier blanc ses cinq doigts trempés dans du sable mouillé. Les joues de Marseau se sont rosées à paraître peintes. Il éprouve sa première peine de coeur sérieuse ; mais, troublé et contraint de s'avouer qu'il regrette le maître d'étude un peu comme une petite cousine, il se tient à l'écart, inquiet, presque honteux. Sans embarras, Violone se dirige vers lui, quand on entend un fracas de carreaux.
            Tous les regards montent vers la petite fenêtre grillée du séquestre. La vilaine et sauvage tête de Poil de Carotte paraît. Il grimace, blême, petite bête mauvaise en cage, les cheveux dans les yeux et ses dents blanches toutes à l'air. Il passe sa main droite entre les débris de la vitre qui le mord, comme animée, et il menace Violone de son poing saignant.
            - Petit imbécile ! dit le maître d'étude, te voilà content !
            - Dame ! crie Poil de Carotte, tandis qu'avec entrain, il casse d'un second coup de poing un autre carreau, pourquoi que vous l'embrassiez et que vous ne m'embrassiez pas, moi ?
            Et il ajoute, se barbouillant la figure avec le sang qui coule de sa main coupée :
            - Moi aussi, j'ai des joues rouges, quand je veux !


++++++++++++++++++++++

 pharmacie-homeopathie.com                                               Les poux
Résultat de recherche d'images pour "poux"
            Dès que grand frère Félix et Poil de Carotte arrivent de l'institution Saint-Marc, Mme Lepic leur fait prendre un bain de pieds. Ils en ont besoin depuis trois mois, car jamais on ne les lave à la pension. D'ailleurs, aucun article du prospectus ne prévoit le cas.
            - Comme les tiens doivent être noirs, mon pauvre Poil de Carotte, dit Mme Lepic.
            Elle devine juste. Ceux de Poil de Carotte sont toujours plus noirs que ceux de grand frère Félix ? Et pourquoi ? Tous deux vivent côte à côte, du même régime, dans le même air. Certes, au bout de trois mois, grand frère Félix ne peut montrer pied blanc, mais Poil de Carotte, de son propre aveu, ne reconnaît plus les siens.
            Honteux, il les plonge dans l'eau avec l'habileté d'un escamoteur. On ne les voit pas sortir des chaussettes et se mêler aux pieds de grand frère Félix qui occupent déjà tout le fond du baquet, et bientôt, une couche de crasse s'étend comme un linge sur ces quatre horreurs.
            M. Lepic se promène, selon sa coutume, d'une fenêtre à l'autre. Il relit les bulletins trimestriels de ses fils, surtout les notes écrites par M. le Proviseur lui-même : celles de grand frère Félix :
            " Étourdi, mais intelligent. ( Arrivera ) ". Et celle de Poil de Carotte :
            " Se distingue dès qu'il veut, mais ne veut pas toujours. "
            L'idée que Poil de Carotte est quelquefois distingué amuse la famille. En ce moment les bras croisés sur ses genoux, il laisse ses pieds tremper et se gonfler d'aise. Il se sent examiné. On le trouve plutôt enlaidi sous ses cheveux trop longs et d'un rouge sombre. M. Lepic, hostile aux effusions, ne témoigne sa joie de le revoir qu'en le taquinant. A l'aller, il lui détache une chiquenaude sur l'oreille. Au retour, il le pousse du coude, et Poil de Carotte rit de bon coeur.
            Enfin, M. Lepic lui passe la main dans les " bourraquins " et fait crépiter ses ongles comme s'il voulait tuer des poux. C'est sa plaisanterie favorite.
            Or, du premier coup, il en tue un.
            - Ah ! bien visé, dit-il, je ne l'ai pas manqué.
            Et tandis qu'un peu dégoûté il s'essuie à la chevelure de Poil de Carotte, Mme Lepic lève les bras au ciel :
            - Je m'en doutais, dit-elle, accablée. Mon Dieu ! nous sommes propres ! Ernestine, cours chercher une cuvette, ma fille voilà de la besogne pour toi.
            Soeur Ernestine apporte une cuvette, un peigne fin, du vinaigre dans une soucoupe, et la chasse commence.
            - Peigne-moi d'abord ! crie grand frère Félix. Je suis sûr qu'il m'en a donné.
            Il se racle furieusement la tête avec les doigts et demande un seau d'eau pour tout noyer.
            - Calme-toi, Félix, dit soeur Ernestine qui aime se dévouer, je ne te ferai pas de mal.
            Elle lui met une serviette autour du cou et montre une adresse, une patience de maman. Elle écarte les cheveux d'une main, tient délicatement le peigne de l'autre, et elle cherche, sans moue dédaigneuse, sans peur d'attraper des habitants.                                              pylones.com
Résultat de recherche d'images pour "poux"            Quand elle dit : " Un de plus ! " grand frère Félix trépigne dans le baquet et menace du poing Poil de Carotte qui, silencieux, attend son tour.
            - C'est fini pour toi, Félix, dit soeur Ernestine, tu n'en avais que sept ou hui ; compte-les. On comptera ceux de Poil de Carotte.
            Au premier coup de peigne, Poil de Carotte obtient l'avantage. Soeur Ernestine croit qu'elle est tombée sur le nid, mais elle n'a que ramassé au hasard dans une fourmilière.
            On entoure Poil de Carotte. Soeur Ernestine s'applique. M. Lepic, les mains derrière le dos, suit le travail, comme un étranger curieux. Mme Lepic pousse des exclamations plaintives.
            - Oh ! oh ! dit-elle, il faudrait une pelle et un râteau.
            Grand frère Félix accroupi remue la cuvette et reçoit les poux. Ils tombent enveloppés de pellicules. On distingue l'agitation de leurs pattes menues comme des cils coupés. Ils obéissent au roulis de la cuvette, et rapidement le vinaigre les fait mourir.
            Madame Lepic
            - Vraiment, Poil de Carotte, nous ne te comprenons plus. A ton âge et grand garçon, tu devrais rougir. Je te passe tes pieds que peut-être tu ne vois qu'ici. Mais les poux te mangent, et tu ne réclames ni la surveillance de tes maîtres, ni les soins de ta famille. Explique-nous, je te prie, quel plaisir tu éprouves à te laisser ainsi dévorer tout vif. Il y a du sang dans ta tignasse.
            Poil de Carotte
            - C'est le peigne qui m'égratigne.
            Madame Lepic
            - Ah ! c'est le peigne. Voilà comme tu remercies ta soeur. Tu l'entends, Ernestine ? Monsieur, délicat, se plaint de sa coiffeuse. Je te conseille, ma fille, d'abandonner tout de suite ce martyr volontaire à sa vermine.
            Soeur Ernestine
            - J'ai fini pour aujourd'hui, maman. J'ai seulement ôté le plus gros et je ferai demain une seconde tournée. Mais j'en connais une qui se parfumera d'eau de Cologne.
            Madame Lepic
            - Quant à toi, Poil de Carotte, emporte ta cuvette et va l'exposer sur le mur du jardin. Il faut que tout le village défile devant, pour ta confusion.
            Poil de Carotte prend la cuvette et sort ; et l'ayant déposée au soleil, il monte la garde près d'elle.
            C'est la vieille Marie-Nanette qui s'approche la première. Chaque fois qu'elle rencontre Poil de Carotte, elle s'arrête, l'observe de ses petits yeux myopes et malins et, mouvant son bonnet noir, semble deviner des choses.
            - Qu'est-ce que c'est que ça ? dit-elle.                      
            Poil de Carotte ne répond rien. Elle se penche sur la cuvette.
            - C'est-il des lentilles ? Ma foi, je n'y vois plus clair. Mon garçon Pierre devrait bien m'acheter une paire de lunettes.
            Du doigt, elle touche, comme afin de goûter. Décidément, elle ne comprend pas.
            - Et toi, que fais-tu là, boudeur et les yeux troubles ? Je parie qu'on t'a grondé et mis en pénitence. Écoute, je ne suis pas ta grand-maman, mais je pense ce que je pense, et je te plains, mon pauvre petit, car j'imagine qu'ils te rendent la vie dure.
            Poil de Carotte s'assure d'un coup d'oeil que sa mère ne peut l'entendre, et il dit à la vieille Marie-Nanette.
            - Et après ? Est-ce que ça vous regarde ? Mêlez-vous donc de vos affaire et laissez-moi tranquille.


                                                     
                                                                             à suivre....................

            Monsieur Lepic

       

            
       







lundi 9 octobre 2017

Les violettes de l'avenue Foch Simon Liberati ( Document France )

Les violettes de l'avenue Foch  etfnac.com

                                     Les violettes de l'avenue Foch

            Simon Liberati a rassemblé environ 40 articles publiés dans différents journaux, Homme, Lui, Purple, Madame Figaro, il raconte une visite chez Carla Bruni-Sarkozy, également dans Transfuge, l'Officiel, Libération. Portraits de mannequins, Naomi, Cindy, Claudia et les couturiers, Lagerfeld, Alaïa, Saint-Laurent, et leurs amis, époque Palace, Paris nocturne. Drogues et boissons. Amour, admiration pour Marisa Berenson. Interview de Jean- Pierre Léaud, toujours vêtu en Lanvin, aujourd'hui âgé, 70 ans déjà. Anecdotes, ce que préfère Libérati. Photographiés hier, inconnus aujourd'hui, films en mal de censure, à Tokyo, à New York Visconti et Helmut Berger, avec Eva Ionesco. Saint Tropez où l'auteur se rendait à la messe avec ses parents, dans la petite église. Logements divers, rue de Beaune, à Saint Germain des Prés. Rive gauche, rive droite, Simon Libérati nous raconte aussi la chapelle de la rue du Bac, et sa médaille dite miraculeuse. Des maisons ici ou là, alors que leur groupe est désargenté, Eva, Louboutin et quelques autres. Curieux, rapide lecture, quelques réflexions, souvenirs temps passé, hier, aujourd'hui.

vendredi 6 octobre 2017

Le jour d'avant Sorj Chalandon ( Roman France )

Le jour d'avant
                  fnac.com

                                                              Le jour d'avant

            Dans les corons, près des terrils, là-haut dans le nord, un 'tiot sur un vélomoteur, son grand frère Joseph Flavent derrière le tient par les aisselles ou lève les bras en l'air en chantant, faux, une nuit de décembre, traversent les rues verglacées. Après cinq jours d'arrêt les mineurs reprendront dans quelques heures le chemin de la mine. Certains, comme Joseph,  plus angoissés. Chacun sait que les tunnels ne sont pas en état, pas aérés "......... Pour faire des économies en temps et en personnel, les ventilateurs, les taffanels, les moyens de protection n'avaient pas été convenablement vérifiés....... "
Michel est encore un adolescent à qui l'aîné rapporte le pain d'alouette. Les parents sont des fermiers, l'oncle est mort victime du grisou, et le père ne cesse de dire à l'enfant " Venge-nous de la mine " puisque l'aîné a refusé de travailler la terre et préféré la fierté et la cruauté du travail du mineur.
L'auteur, Sorj Chalandon raconte, les 42 victimes de l'explosion survenue à Lievins le 27 décembre 1974 à 6h 19,  il est  Michel Flavent fils et surtout frère de celui dont il pleure chaque jour la mort. Marié il travaille à Paris, et s'est installé un repaire transformé en mausolée à la mémoire des mineurs.
Michel porte une vraie souffrance, revit chaque heure, les femmes devant leur maison attendant le terrible verdict. Mais l'histoire est plus compliquée passée la première partie du livre. Le rebondissement inattendu, les personnages attachants. Michel osera-t-il scruter son passé, acceptera-t-il de parler ? L'auteur est Michel, il l'a voulu, et écrit un roman, basé sur des faits réels, chaleureux sur les ouvriers mineurs, sur cette mine fermée depuis le drame. Michel confronté à la maladie, continue à nier certaines réalités, se cache, se blottit dans le silence, même lorsqu'il retourne au café de son enfance, Michel travailleur sans problème, la vérité dans un livre, sur une feuille pliée en quatre. Un bon livre, rude où les hommes peuvent être de bons camarades. Evidemment, Michel lit à un moment Germinal, on s'y croirait.

A M. Froment Meurice Victor Hugo ( Poème France )

Image associée
thesprucery.com



                                                  A M. Froment Meurice

            Nous sommes frères : la fleur
            Par deux arts peut être faite.
            Le poète est ciseleur ;
            Le ciseleur est poète.

            Poètes ou ciseleurs,
            Par nous l'esprit se révèle.
            Nous rendons les bons meilleurs,
            Tu rends la beauté plus belle.                                                                    pinterest.com
Résultat de recherche d'images pour "bijoux poete"
            Sur son bras ou sur son cou,
            Tu fais de tes rêveries,
            Statuaire du bijou,
            Des palais de pierreries !

            Ne dis pas : " Mon art n'est rien... "
            Sors de la route tracée,
            Ouvrier magicien,
            Et mêle à l'or la pensée !

            Tous les penseurs, sans chercher
            Qui finit ou qui commence,
            Sculptent le même rocher :
            Ce rocher, c'est l'art immense.

            Michel-Ange, grand vieillard,
            En larges blocs qu'il nous jette,
            Le fait jaillir au hasard ;                                       
Image associée            Benvenuto nous l'émiette.                                                                                                                                         
            Et, devant l'art infini,
            Dont jamais la loi ne change,
            La miette de Cellini
            Vaut le bloc de Michel-Ange.

            Tout est grand ; sombre ou vermeil,
            Tout feu qui brille est une âme.
             L'étoile vaut le soleil ;
             L'étincelle vaut la flamme.
                                                                                                                                                                                                                                                                    didiermasse.com                                                                                                                                   
                                                                          Paris, 22 octobre 1841
                                                          Hugo


                                                   

lundi 2 octobre 2017

Poil deC'est Carotte 7 Agathe - L'Aveugle - Le jour de l'an - Aller et Retour Jules Renard ( Roman France )



leparadisdaphrodite.eklablog.com


                                               Poil de Carotte

                                                      " Agathe "

            C'est Agathe, une petite fille d'Honorine, qui la remplace.
            Curieusement, Poil de Carotte observe la nouvelle venue qui, pendant quelques jours, détournera de lui sur elle, l'attention des Lepic.
            - Agathe, dit Mme Lepic, frappez avant d'entrer, ce qui ne signifie pas que vous défoncez les portes à coups de poing de cheval.
            - Ça commence, se dit Poil de Carotte, mais je l'attends au déjeuner.
            On mange dans la grande cuisine. Agathe, une serviette sur le bras, se tient prête à courir du fourneau vers le placard, du placard vers la table, car elle ne sait guère marcher posément ; elle préfère haleter, le sang aux joues.
            Et elle parle trop vite, rit trop haut, a trop envie de bien faire.
            M. Lepic s'installe le premier, dénoue sa serviette, pousse son assiette vers le plat qu'il voit devant lui, prend la viande, de la sauce et ramène l'assiette. Il se sert à boire, et le dos courbé, les yeux baissés, il se nourrit sobrement, aujourd'hui comme chaque jour, avec indifférence.
            Quand on change de plat, il se penche sur sa chaise et remue la cuisse.
            Mme Lepic sert elle-même les enfants, d'abord grand frère Félix parce que son estomac crie la faim, puis soeur Ernestine pour sa qualité d'aînée, enfin Poil de Carotte qui se trouve au bout de la table.
            Il n'en redemande jamais, comme si c'était formellement défendu. Une portion doit suffire. Si on lui fait des offres, il accepte, et sans boire, se gonfle de riz qu'il n'aime pas, pour flatter Mme Lepic qui, seule de la famille, l'aime beaucoup.
            Plus indépendants, grand frère Félix et soeur Ernestine veulent-ils une seconde portion, ils poussent, selon la méthode de M. Lepic, leur assiette du côté du plat. Mais personne ne parle.
            - Qu'est-ce qu'ils ont donc ? se dit Agathe.
            Ils n'ont rien. Ils sont ainsi, voilà tout.
            Elle ne peut s'empêcher de bâiller, les bras écartés, devant l'un et devant l'autre. M. Lepic mange avec lenteur, comme s'il mâchait du verre pilé.
            Mme Lepic, pourtant plus bavarde, entre ses repas, qu'une agace, commande à table par gestes et signes de tête.
            Soeur Ernestine lève les yeux au plafond.                                       agatheetcompagnie.fr
Bilboquet en bois - Legler            Grand frère Félix sculpte sa mie de pain, et Poil de Carotte, qui n'a plus de timbale, ne se préoccupe que de ne pas nettoyer son assiette, trop tôt, par gourmandise, ou trop tard, par lambinerie. Dans ce but, il se livre à des calculs compliqués.
            Soudain, M. Lepic va remplir une carafe d'eau.
            - J'y serais bien allée, moi, dit Agathe.
            Ou plutôt, elle ne le dit pas, elle le pense seulement. Déjà atteinte du mal de tous, la langue lourde, elle n'ose parler, mais se croyant en faute, elle redouble d'attention.
            M. Lepic n'a presque plus de pain. Agathe, cette fois, ne se laissera pas devancer. Elle le surveille au point d'oublier les autres et que Mme Lepic d'un sec : " Agathe, est-ce qu'il vous pousse une branche ? " la rappelle à l'ordre.
            - Voilà, Madame, répond Agathe.
            Et elle se multiplie sans quitter de l'oeil M. Lepic. Elle veut le conquérir par ses prévenances et tâchera de la signaler.
            Il est temps.
            Comme M. Lepic mord sa dernière bouchée de pain, elle se précipite au placard et rapporte une couronne de cinq livres, non entamée, qu'elle lui offre de bon coeur, tout heureuse d'avoir deviné les désirs du maître.
            Or, M. Lepic noue sa serviette, se lève de table, met son chapeau et va dans le jardin fumer une cigarette.
            Quand il a fini de déjeuner, il ne recommence pas.
            Clouée, stupide, Agathe tenant sur son ventre la couronne qui pèse cinq livres, semble la réclame en cire d'une fabrique d'appareils de sauvetage.


***********************


   picmix.com                                                        " Le programme "
Image associée
            - Ça vous la coupe, dit Poil de Carotte, dès qu'Agathe et lui se trouvent seuls dans la cuisine.
Ne vous découragez pas, vous en verrez d'autres. Mais où allez-vous avec ces bouteilles ?
            - A la cave, Monsieur Poil de Carotte.
           - Pardon, c'est moi qui vais à la cave. Du jour où j'ai pu descendre l'escalier si mauvais que les femmes glissent et risquent de s'y casser le cou, je suis devenu l'homme de confiance. Je distingue le cachet rouge du cachet bleu.
            " Je vends les vieilles feuillettes pour mes petits bénéfices, de même que les peaux de lièvres, et je remets l'argent à maman.
            " Entendons-nous, s'il vous plaît, afin que l'un ne gêne pas l'autre dans son service.
            " Le matin, j'ouvre au chien et je lui fais manger sa soupe. Le soir, je lui siffle de venir se coucher. Quand il s'attarde par les rues, je l'attends.
            " En outre, maman m'a promis que je fermerai toujours la porte des poules.
            " J'arrache des herbes qu'il faut connaître, dont je secoue la terre sur mon pied pour reboucher leur trou, et que je distribue aux bêtes.
            " Comme exercice, j'aide mon père à scier du bois.
            " J'achève le gibier qu'il rapporte vivant et vous le plumez avec soeur Ernestine.
            " Je fends le ventre des poissons, je les vide et fais péter leurs vessies sous mon talon.
            " Par exemple, c'est vous qui les écaillez et qui tirez les seaux du puits.
            " J'aide à dévider les écheveaux de fil.
            " Je mouds le café.
            " Quand M. Lepic quitte ses souliers sales, c'est moi qui les porte dans le corridor, mais soeur Ernestine ne cède à personne le droit de rapporter les pantoufles qu'elle a brodées elle-même.
            " Je me charge des commissions importantes, des longues trottes, d'aller chez le pharmacien ou le médecin.
            " De votre côté, vous courez le village aux menues provisions.
            " Mais vous devez, deux ou trois heures par jour et par tous les temps, laver à la rivière. Ce sera le plus dur de votre travail, ma pauvre fille ; je n'y peux rien. Cependant, je tâcherai quelquefois, si je suis libre, de vous donner un coup de main, quand vous étendrez le linge sur la haie.
            " J'y pense : un conseil. N'étendez jamais votre linge sur les arbres fruitiers. M. Lepic, sans vous adresser d'observation, d'une chiquenaude le jetterait par terre, et Mme Lepic, pour une tache, vous renverrait le laver.
            " Je vous recommande les chaussures. Mettez beaucoup de graisse sur les souliers de chasse et très peu de cirage sur les bottines. Ça les brûle.
            " Ne vous acharnez pas après les culottes crottées. M. Lepic affirme que la boue les conserve. Il marche au milieu de la terre labourée sans relever le bas de son pantalon. Je préfère relever le mien, quand M. Lepic m'emmène et que je porte le carnier.
            - Poil de Carotte, me dit-il, tu ne deviendras jamais un chasseur sérieux.
            " Et Mme Lepic me dit :
            - Gare à tes oreilles si tu te salis.
            " C'est une affaire de goût.
            " En somme, vous ne serez pas trop à plaindre. Pendant mes vacances, nous nous partagerons la besogne et vous en aurez moins, ma soeur, mon frère et moi rentrés à la pension. Ça revient au même.
            " D'ailleurs, personne ne vous semblera bien méchant. Interrogez nos amis : ils vous jureront tous que ma soeur Ernestine a une douceur angélique, mon frère Félix, un coeur d'or, M. Lepic l'esprit droit, le jugement sûr, et Mme Lepic un rare talent de cordon bleu. C'est peut-être à moi que vous trouverez le plus difficile caractère de la famille. Au fond, j'en vaux un autre. Il suffit de savoir me prendre. Du reste, je me raisonne, je me corrige ; sans fausse modestie, je m'améliore, et si vous y mettez un peu du vôtre, nous vivrons en bonne intelligence.
            " Non, ne m'appelez plus monsieur, appelez-moi Poil de Carotte, comme tout le monde. C'est moins long que M. Lepic fils. Seulement, je vous prie de ne pas me tutoyer, à la façon de votre grand-mère Honorine que je détestais, parce qu'elle me froissait toujours.


+++++++++++++++++


                                                              " L'aveugle "

            Du bout de son bâton, il frappe discrètement la porte.                tajan.auction.fr
Résultat de recherche d'images pour "maison campagne neige 1900"            Madame Lepic
            - Qu'est-ce qu'il veut encore, celui-là ?
            Monsieur Lepic
            - Tu ne le sais pas ? Il veut ses dix sous ;  c'est son jour. Laisse-le entrer.

            Mme Lepic, maussade, ouvre la porte, tire l'aveugle par le bras, brusquement, à cause du froid.
            - Bonjour, tous ceux qui sont là ! dit l'aveugle.
            Il s'avance. Son bâton court à petits pas sur les dalles comme pour chasser des souris, et rencontre une chaise. L'aveugle s'assied et tend au poêle ses mains transies.
            M. Lepic tend une pièce de dix sous et dit :
            - Voilà !
            Il ne s'occupe plus de lui ; il continue la lecture d'un journal.
            Poil de Carotte s'amuse. Accroupi dans son coin, il regarde les sabots de l'aveugle : ils fondent et, tout autour, des rigoles se dessinent déjà.
            Mme Lepic s'en aperçoit.
            - Prêtez-moi vos sabots, vieux, dit-elle.
            Elle les porte sous la cheminée, trop tard ; ils ont laissé une mare, et les pieds de l'aveugle inquiet sentent l'humidité, se lèvent, tantôt l'un, tantôt l'autre, écartent la neige boueuse, la répandent au loin.
            D'un ongle, Poil de Carotte, gratte le sol, fait signe à l'eau sale de couler vers lui, indique des crevasses profondes.
            - Puisqu'il a ses dix sous, dit Mme Lepic, sans crainte d'être entendue, que demande-t-il ?
            Mais l'aveugle parle politique, d'abord timidement, ensuite avec confiance. Quand les mots ne viennent pas, il agite son bâton, se brûle le poing au tuyau du poêle, le retire vite et, soupçonneux, roule son blanc d'oeil au fond de ses larmes intarissables.
            Parfois M. Lepic, qui tourne le journal, dit :
            - Sans doute, papa Tissier, sans doute, mais en êtes-vous sûr ?
           - Si j'en suis sûr ! s'écrie l'aveugle. Ça, par exemple, c'est fort ! Écoutez-moi, monsieur Lepic, vous allez voir comment je m'ai aveuglé.
            - Il ne démarrera plus, dit Mme Lepic.
            En effet, l'aveugle se trouve mieux. Il raconte son accident, s'étire et fond tout entier. Il avait dans les veines des glaçons qui se dissolvent et circulent. On croirait que ses vêtements et ses membres suent de l'huile.
            Par terre, la mare augmente ; elle gagne Poil de Carotte, elle arrive :
            C'est lui le but.
            Bientôt, il pourra jouer avec.
            Cependant, Mme Lepic commence une manoeuvre habile. Elle frôle l'aveugle, lui donne des coups de coude, lui marche sur les pieds, le fait reculer, le force à se loger entre le buffet et l'armoire où la chaleur ne rayonne pas. L'aveugle, dérouté, tâtonne, gesticule, et ses doigts grimpent comme des bêtes. Il ramone sa nuit. De nouveau, les glaçons se forment ; voici qu'il regèle.
            Et l'aveugle termine son histoire d'une voix pleurarde.
            - Oui, mes bons amis, fini, plus d'zieux, plus rien, un noir de four.
           Son bâton lui échappe. C'est ce qu'attendait Mme Lepic. Elle se précipite, ramasse le bâton et le rend à l'aveugle - sans le lui rendre.
            Il croit le tenir, il ne l'a pas.
            Au moyen d'adroites tromperies, elle le déplace encore, lui remet ses sabots et le guide du côté de la porte.
            Puis elle le pince légèrement, afin de se venger un peu ; elle le pousse dans la rue sous l'édredon du ciel gris qui se vide de toute sa neige, contre le vent qui grogne ainsi qu'un chien oublié dehors.
            Et avant de refermer la porte, Mme Lepic crie à l'aveugle, comme s'il était sourd :
            - Au revoir ; ne perdez pas votre pièce ; à dimanche prochain s'il fait beau et si vous êtes toujours de ce monde. Ma foi ! vous avez raison, mon vieux papa Tissier, on ne sait jamais ni qui vit ni qui meurt. Chacun ses peines et Dieu pour tous !


++++++++++++++++++++


deco-partner.com                                                       " Le jour de l'An "      
Image associée
            Il neige. Pour que le jour de l'an réussisse, il faut qu'il neige.
            Mme Lepic a prudemment laissé la porte de la cour verrouillée. Déjà des gamins secouent le loquet, cognent au bas, discrets d'abord, puis hostiles, à coups de sabot et, las d'espérer, s'éloignent à reculons, les yeux encore vers la fenêtre d'où Mme Lepic les épie. Le bruit de leurs pas s'étouffe dans la neige.
            Poil de Carotte saute du lit, va se débarbouiller, sans savon, dans l'auge du jardin, elle est gelée. Il doit en casser la glace, et ce premier exercice répand par tout son corps une chaleur plus saine que celle des poêles. Mais il feint de se mouiller la figure et, comme on la trouve toujours sale, même lorsqu'il a fait sa toilette à fond, il n'ôte que le plus gros.
            Dispos et frais pour la cérémonie, il se place derrière son grand frère Félix, qui se tient derrière soeur Ernestine, l'aînée. Tous trois entrent dans la cuisine. M. et Mme Lepic viennent de s'y réunir, sans en avoir l'air. Soeur Ernestine les embrasse et dit :
            - Bonjour papa, bonjour maman, je vous souhaite une bonne année, une bonne santé et le paradis à la fin de vos jours. Grand frère Félix dit la même chose, très vite, courant au bout de la phrase, et embrasse pareillement.
            Mais Poil de Carotte sort de sa casquette une lettre. On lit sur l'enveloppe fermée : " A mes chers parents ". Elle ne porte pas d'adresse. Un oiseau d'espèce rare, riche en couleur, file d'un trait dans un coin.
            Poil de Carotte la tend à Mme Lepic, qui la décachette. Des fleurs éclosent ornent abondamment la feuille de papier, et une telle dentelle en fait le tour que souvent la plume de Poil de Carotte est tombée dans les trous, éclaboussant le mot voisin.
            Monsieur Lepic
             - Et moi, je n'ai rien !
             Poil de Carotte
             - C'est pour vous deux ; maman te la prêtera.
             Monsieur Lepic
             - Ainsi, tu aimes mieux ta mère que moi. Alors, fouille-toi, pour voir si cette pièce de dix sous neuve est dans ta poche !
            Poil de Carotte
            - Patiente un peu, maman a fini.
            Madame Lepic
            - Tu as du style, mais une si mauvaise écriture que je ne peux pas lire.
            - Tiens, papa, dit Poil de Carotte empressé, à toi, maintenant.
            Tandis que Poil de Carotte, se tenant droit, attend la réponse, M. Lepic lit la lettre une fois, deux fois, l'examine longuement, selon son habitude, fait " Ah ! ah ! " et la dépose sur la table.
            Elle ne sert plus à rien, son effet entièrement produit. Elle appartient à tout le monde. Chacun peut voir, toucher, soeur Ernestine et grand frère Félix la prennent à leur tour et y cherchent des fautes d'orthographe. Ici, Poil de Carotte a dû changer de plume, on lit mieux. Ensuite, ils la lui rendent.
            Il la tourne et la retourne, sourit laidement, et semble demander :
            - Qui en veut ?
            Enfin il la resserre dans sa casquette.          
            On distribue les étrennes. Soeur Ernestine a une poupée aussi haute qu'elle, plus haute, et grand frère Félix une boîte de soldats en plomb prêts à se battre.
            - Je t'ai réservé une surprise, dit Mme Lepic à Poil de Carotte.
            Poil de Carotte
            - Ah, oui !
            Madame Lepic
            - Pourquoi cet : ah, oui ! Puisque tu la connais, il est inutile que je te la montre.
            Poil de Carotte
            - Que jamais je ne voie Dieu, si je la connais.
            Il lève la main en l'air, grave, sûr de lui. Mme Lepic ouvre le buffet. Poil de Carotte halète. Elle enfonce son bras jusqu'à l'épaule et, lente, mystérieuse, ramène sur un papier jaune une pipe en sucre rouge.
             Poil de Carotte, sans hésitation, rayonne de joie. Il sait ce qu'il lui reste à faire. Bien vite, il veut fumer en présence de ses parents, sous les regards envieux ( mais on ne peut pas tout avoir ! ) de grand frère Félix et de soeur Ernestine. Sa pipe de sucre rouge entre deux doigts seulement, il se cambre, incline la tête du côté gauche. Il arrondit la bouche, rentre les joues et aspire avec force et bruit.
            Puis, quand il a lancé jusqu'au ciel une énorme bouffée :
            - Elle est bonne, dit-il, elle tire bien.


++++++++++++++++


                                                           " Aller et Retour "                      eparadisdaphrodite.eklablog.com
Résultat de recherche d'images pour "rentree des classes separation dessins"
            MM Lepic fils et Mlle Lepic viennent en vacances. Au saut de la diligence, et du plus loin qu'il voit ses parents, Poil de Carotte se demande :
            - Est-ce le moment de courir au-devant d'eux ?
            Il hésite :
            - C'est trop tôt, je m'essoufflerais, et puis, il ne faut rien exagérer.
            Il hésite encore :
            - Je courrai à partir d'ici... non, à partir de là...
            Il se pose des questions :
            - Quand faudra-t-il ôter ma casquette ? Lequel des deux embrasser le premier ?
            Mais grand frère Félix et soeur Ernestine l'ont devancé et se partagent les caresses familiales. Quand Poil de Carotte arrive, il n'en reste presque plus.
            - Comment, dit Mme Lepic, tu appelles encore M. Lepic " papa ", à ton âge ? Dis-lui : " mon père " et donne-lui une poignée de main ; c'est plus viril.
            Ensuite elle le baise, une fois, au front, pour ne pas faire de jaloux.
            Poil de Carotte est tellement content de se voir en vacances, qu'il en pleure. Et c'est souvent ainsi : souvent, il manifeste de travers.
            Le jour de la rentrée ( la rentrée est fixée au lundi matin, 2 octobre ; on commencera par la messe du Saint-Esprit ) du plus loin qu'elle entend les grelots de la diligence, Mme Lepic tombe sur ses enfants et les étreint d'une seule brassée. Poil de Carotte ne se trouve pas dedans. Il espère patiemment son tour, la main déjà tendue vers les courroies de l'impériale, ses adieux tout prêts, à ce point triste qu'il chantonne malgré lui.
            - Au revoir, ma mère, dit-il d'un air digne.
            - Tiens, dit Mme Lepic, pour qui te prends-tu, pierrot ? Il t'en coûterait de m'appeler " maman " comme tout le monde ? A-t-on jamais vu ? C'est encore blanc de bec et sale du nez et ça veut faire l'original !
            Cependant elle le baise, une fois, au front, pour ne pas faire de jaloux


                                                                             à suivre...........
             
                                                                                      " Le porte-plume "

            L'institution Saint-Marc........