dimanche 31 décembre 2017

GOÛTS ROYAUX Verlaine ( Poème France )

Résultat de recherche d'images pour "fleur odorat"
reenchantonslaterre.fr


                                                 GOÛTS ROYAUX

            Louis XV aimait peu les parfums. Je l'imite
            Et je leur acquiesce en la juste limite.
            Ni flacons, s'il vous plaît, ni sachets en amour
            Mais, ô qu'un air naïf et piquant flotte autour
            D'un corps, pourvu que l'art de m'exciter s'y trouve ;
            Et mon désir chérit, et ma science approuve
            Dans la chair convoitée, à chaque nudité,
            L'odeur de la vaillance et de la puberté
            Ou le relent très bon des belles femmes mûres,
            Même j'adore - tais, morale, tes murmures -
            Comment dirai-je ? ces fumets, qu'on tient secrets,
            Du sexe et des entours, dès avant comme après
            La divine accolade et pendant la caresse,
            Quelle qu'elle puisse être, ou doive, ou le paraisse.
            Puis, quand sur l'oreiller mon odorat lassé,
            Comme les autres sens, du plaisir ressassé,
            Somnole et que mes yeux meurent vers un visage
            S'éteignant presque aussi, souvenir et présage
            De l'entrelacement des jambes et des bras,
            Des pieds doux se baisant dans la moiteur des draps,                     dailygeekshow.com
            De cette langueur mieux voluptueuse monte
            Un goût d'humanité qui ne va pas sans honte,
            Mais si bon, mais si bon qu'on croirait en manger !
            Dès lors, voudrais-je encor du poison étranger,
            D'une fragrance prise à la plante, à la bête,
            Qui vous tourne le coeur et vous brûle la tête   
             Puisque j'ai, pour magnifier la volupté,
             Proprement la quintessence de la beauté !


                                                                                  Verlaine
                                                                                              in Parallèlement
             

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 83 Samuel Pepys ( Journal Angleterre )

Résultat de recherche d'images pour "patinage 18è siècle peinture"
pinterest.com
                     .

                                                              Décembre

                                                                                      1er Décembre 1662

            Levé et en voiture avec sir John Mennes et sir William Batten à Whitehall, dans la chambre du Duc où celui-ci parachevait sa toilette. Nous nous rendîmes, ainsi que milord Sandwich, alors dans son cabinet parler des affaires de la Marine. Mr Coventry eut là la très grande bonté à mon égard de parler au Duc de la peine que j'avais eue à faire un recueil de tous les contrats pour les mâts, recueil bien utile. De là chez milord Sandwich avec Mr Moore parler affaires. Ensuite, traversant le parc, vis pour la première fois, car il gelait à pierre-fendre, des gens faire des glissades sur leurs patins. C'est un art très élégant. Me rendis aux appartements de Mr Coventry, au palais St James, où on nous servit un pâté de chevreuil et nous fûmes fort gais. Nous plaisantâmes le major Norwood d'avoir livré Dunkerque.
            Restâmes 3 ou 4 heures puis à la chambre du Conseil où se réunirent le du d'York, le prince Rupert et d'autres comme membres de la Commission de Tanger. Mr Creed, futur secrétaire, nous lut notre commission et nous nous mîmes à discuter les questions telles que, pour commencer, la fourniture immédiate de vivres puis leur diminution afin de fournir l'argent qui, en conséquence, servira à construire la jetée. D'autres questions seront à l'ordre du jour de la prochaine réunion.
            Cela fait j'allai au Cockpit où il y avait foule et longue attente. Je vis jouer Le vaillant Cid, pièce que j'ai lue avec délectation, mais jouée est fort ennuyeuse, car il n'y a point là de plaisir, bien que jouée par Betterton, ma chère Ianthe et une autre belle personne qui remplace Roxalana. Ni le roi, ni la reine n'ont souri une seule fois de toute la représentation, et personne n'a paru trouver d'autre plaisir que celui que procuraient le haut rang et l'élégance de l'assistance
.            Puis chez milord, mais je ne restai pas, Mr Moore étant couché, et rentrai à pied avec un porteur de torche. J'arrivai à minuit, réveillai mon petit laquais et me mis au lit.


                                                                                             2 Décembre

            Avant mon départ pour le bureau eus une nouvelle querelle avec ma femme au sujet de Sarah pour qui elle a une haine mortelle, je ne sais pour quelle raison, et qui me paraît une excellente servante. Puis réunion au bureau toute la matinée, puis dînai avec ma femme, à la maison, et après dîner fis très sérieusement la leçon à Jane, avant de la prendre comme femme de chambre. Je le lui dis de telle façon que la pauvre fille pleura et promit d'être dévouée et soigneuse. Puis au bureau où nous avons siégé en réunion de la commission de la Caisse. La séance levée, je restai tard à mon bureau à préparer des affaires, puis à la maison, ayant froid. Ce soir pour la première fois j'ai mis un gilet. Et au lit.

                                                                                                 3 Décembre        pinterest.com
Image associée
            Appelé par le commissaire Pett et allons par le fleuve, bien malgré moi à Deptford, après avoir pris une boisson du matin chaude, fûmes occupés avec Mr Wood et nos officiers toute la matinée à mesurer ses mâts de la Nouvelle-Angleterre, ce que je vis avec grande satisfaction tout en m'instruisant, bien que je voie grande négligence et indifférence chez les officiers du roi.
            Cela fait dînai au Globe avec Mr Wood, puis rentrai par le fleuve avec Mr Pett, lisant pendant tout le trajet ses comptes pour la Caisse. J'ai vu des choses qui ne me plaisent point, par exemple, qu'il s'accorde 300 livres pour s'être occupé pendant une certaine année de la Caisse et 150 livres par an les autres années. Je ne le lui ai pas reproché directement, mais le ferai quand ils seront lus au Conseil.
         Nous nous arrêtâmes aussi à Limehouse pour voir deux bûches en construction, c'est là une chose à laquelle nous attachons grand prix. Nous voulions voir leur gabarit, qui est de 50 pieds à la quille et ils jaugent environ 60 tonneaux.
            Rentré et travaillai un peu, puis, prenant Mr Pett en chemin à pied jusqu'au Temple, voyons passer des carrosses de l'ambassadeur de Russie, les laquais non point en livrée mais en costume de leur pays, l'un d'une couleur, l'autre d'une autre. C'était fort étrange.
            Au Temple parlai avec Mr Turner et Calthrope, puis rentrai à pied, souffrant un peu à cause du froid que j'ai pris aujourd'hui sur le fleuve, ce qui m'inquiète.
            A mon bureau travaillai un bon moment, puis rentrai et pris un posset ( boisson ), puis au lit.   


                                                                                                        4 Décembre

            Réglai des affaires au bureau toute la matinée, et de nouveau après dîner jusqu'au soir, puis rentrai examiner mon dossier de Brampton pour demain. Nous devons nous rencontrer avec nos avocats en vue d'un arbitrage, ce qui m'a occupé très tard. Et, au lit.


                                                                                                        5 Décembre 1662

            Levé, il y a de la neige et il gèle à pierre-fendre. J'appelai Sarah qui part aujourd'hui ou demain. Je lui payai ses gages et lui donnai 10 shillings moi-même et à ma femme 5 shillings pour qu'elle les lui remît. Pour ma part, je pense que jamais servante et maîtresse ne se sont séparées pour d'aussi sottes raisons. Tout simplement parce que ma femme pense qu'elle est désagréable, pour tout le reste c'est une bonne servante. Cette fille pleura et j'étais prêt à pleurer moi aussi, mais pour avoir la paix je consens qu'elle parte, et d'autant plus, quoique je n'en dise rien, que c'est Jane qui va sans doute la remplacer. 
            Ensuite, allai à pied, vers l'Hôtel de Ville où j'étais convoqué par les commissaires de la lieutenance, mais ils ne siégeaient pas ce matin-là. Rencontrant en chemin Will Swan je l'emmenai dans une maison voisine et lui donnai une boisson du matin de bière au beurre. Il continue à me raconter nombre de ses histoires de fanatique fieffé gredin. Mais j'agis ainsi pour le faire parler pour savoir ce que lui et son parti pensent. Je vois qu'ils sont convaincus que Dieu ne va bénir ni la Cour ni l'Eglise telles qu'elles sont établies, mais qu'elles doivent être purifiées. La plus mauvaise nouvelle est la mort de Mr Chetwind, mon vieil et intelligent ami. Il a laissé 3 000 livres en mourant, ce que je n'aurais pas cru, tant il a toujours vécu richement et élégamment. Il a légué à la femme de Symons 300 livres et a fait de Will un de ses exécuteurs testamentaires.
            De là au Temple voir mon avocat puis à Grey's Inn pour rencontrer Mr Cole, mais ce ne fut pas possible, je fis donc un tour de promenade dans le jardin que la neige et le gel rendaient fort agréable. De là chez mon frère où je mangeai quelque chose pour dîner et fis quelques copies de l'état préparé hier soir des propriétés de mon oncle. Puis à l'église du Temple où je me promenai tout seul jusqu'à 4 ou 5 heures, et au cabinet de mon cousin Turner, et restai allant et venant entre celui-ci et les cabinets de Calthrope et de Bernard jusque si tard que, comme Mr Cole n'arrivait pas nous renonçâmes à notre réunion. Emmenai en voiture mon oncle Thomas à sa maison, parlant de notre désir de faire la paix, je le déposai à l'extrémité de Gracious Street. Et à la maison où je trouve Gosnell arrivée. Ma femme me dit qu'elle a tout l'air d'une bonne dame de compagnie, ce dont je me réjouis. Et à mon bureau, je travaillai un peu, et rentrai, extraordinairement tracassé et soucieux pour mon père, car il semble tout à fait possible que mon oncle réussira à obtenir la plus grande partie des propriétés. Mais dans la soirée je chasse ces pensées pour me divertir avec ma femme et grâce à Gosnell. Elle chante extrêmement bien et j'aurai bien grand agrément de sa présence. Puis joyeusement au lit.


                                                                                                                    6 Décembre

            Levé et réunion au bureau toute la matinée. Seul avec Mr Coventry, les autres occupés à payer la solde des équipages et désarmer les navires. Dînai à la maison avec ma femme et Gosnell, très content d'elle. Restai avec elles un bon moment jusqu'à ce que ma femme parût remarquer que j'étais maintenant davantage à la maison que je ne l'étais en d'autres moments. J'allai au bureau travailler jusque tard et à 9 heures allai à pied chez Mr Rawlinson pensant trouver mon oncle Wight. Il y était mais aussi quantité de parentes de sa femme et je ne sais qui. Mr Rawlinson me parut fort bien remarqué que sa femme le mène par le bout du nez. Je repartis pour mon bureau et ayant fait mon travail je rentrai. Et après une chanson de Gosnell, nous fûmes au lit.


                                                                                                                    7 Décembre
        pinterest.com                                                                                            Jour du Seigneur
Résultat de recherche d'images pour "patinage 18è siècle peinture"            Beaucoup de neige. A l'église ce matin avec ma femme ( c'est la 1è fois depuis son séjour à Brampton ) et Gosnell l'accompagnait, ce qui était fort gracieux à voir. Puis de retour nous dînâmes en haut dans la salle à manger pour la première fois depuis qu'elle a été restaurée. Dans l'après-midi je pensais aller à l'église française, mais trouvant les paroissiens hollandais et le sermon pour les paroissiens français commencé en hollandais, je revins à la maison et allai dans notre tribune où je trouvai ma femme et Gosnell et après un sermon somnolent nous allâmes tous trois chez ma tante Wight, où il y avait abondance de sa compagnie habituelle. Nous restâmes assez longtemps à causer, et je me trouvai en désaccord, comme d'ordinaire, avec ma tante, sur la beauté de la reine, ce que je conteste vigoureusement, disant que si j'ai un beau nez alors le sien est beau, et ainsi de suite. Et après une longue conversation, voyant la salle pleine et peu désireux que nous restions tous les trois, je pris congé, et avec seulement ma femme, j'allai voir sir William Penn qui a maintenant quitté son lit et se tient assis au coin du feu. Après quelques propos, à la maison, souper et après la prière, au lit.
Ce soir est venu le frère de ma femme. Il a parlé à ma femme et à Gosnell de sa femme. Elles m'en parlèrent ensuite, et je subodore que, je le crains, il se trompe croyant avoir trouvé une riche épouse, et je redoute qu'elle ne se réveille autre. Et au lit.


                                                                                                              8 Décembre

            Levé et emmenant Gosnell en voiture je la déposai à Temple Bar, où elle avait des affaires personnelles à régler aujourd'hui. En chemin elle me dit que Balty lui avait raconté que ma femme      allait chaque jour de la semaine à la Cour et au théâtre et qu'elle serait libre de sortir autant qu'elle le voudrait, et quantité d'autres choses fausses, ce qui me contrarie, et je crains que cette fille ne soit venue dans cette espérance, ce qui me tracasse.
            Puis allai voir le Duc et Mr Coventry, seul, les autres étant occupés à la paie et ailleurs. Avec seul Mr Coventry j'ai relu notre lettre à milord le trésorier, qui est maintenant, aussi bien qu'elle peut l'être. Puis chez milord Sandwich où j'ai fait les comptes de milord avec  Mr Moore, puis dînai avec lui et Battersby son ami, fort bien et gaiement et bonne conversation. Puis au parc voir les gens glisser avec leurs patins, ce qui est un joli spectacle, puis chez le Duc où la commission de Tanger se réunissait. Là, tous assis autour d'une table nous avons eu une bonne discussion sur cette affaire, à ma grande satisfaction. Cela terminé et apprenant le titre de la pièce jouée ce soir devant le roi, je ne voulus pas rester et revins en voiture à la maison, où je trouvai ma femme tourmentée parce que Gosnell vient dire que son oncle, le juge Jegon, exige qu'elle vienne chez lui trois fois par semaine pour s'occuper d'une affaire à elle confiée par sa mère, et qui si on ne lui donne pas ce temps de libre il ne lui permettra de prendre aucune place, ce qui nous tourmente tous les deux, mais nous n'y pouvons rien. Et, comme je crois que c'est une intervention providentielle de Dieu pour m'empêcher de dépenser plus que je ne puis me le permettre, je n'en suis pas mécontent et ferai partager ce sentiment à ma femme, je sais qu'elle y prêtera attention, la pauvre, bien que pour tout de bon la solitude de son existence ne puisse pas ne pas lui peser. Je fis donc chanter Gosnell et nous restâmes à regarder le livre de danses jusqu'à minuit, sans remarquer que le temps passait. Et la prière et, au lit.


                                                                                                           9 Décembre

            Restai longtemps couché avec ma femme, à la faire s'accommoder du départ de Gosnell, et je vois qu'elle s'en accommodera comme moi. Au bureau en réunion toute la matinée, espérais dîner avec Mr Coventry, mais il se trouva forcé de se rendre à Whitehall. Je dînai donc tout seul, emmenant Mr Hayter à la maison, mais lui, le pauvre, n'était pas très bien et ne put rien manger. Je restai chez moi tout l'après-midi, contrarié par le départ cet après-midi de Sarah, qui pleurait à chaudes larmes, ce dont j'étais bien prêt moi aussi, et Jane aussi. Et puis bientôt ce fut le départ de Gosnell, ce qui m'affligea aussi, quoique, pour bien des raisons, il vaille mieux que je sois exempt de cette dépense. Tout cela me fait paraître ma maison bien solitaire, ce qui m'afflige beaucoup, et c'est d'humeur mélancolique que je partis pour le bureau, où je restai travailler jusqu'à ce que je fusse appelé par sir George Carteret au bureau du Trésor à propos de la lettre de milord le trésorier, qu'à cause de lui je dois me donner à nouveau le mal de réécrire entièrement. Rentrai et tard au bureau avec sir John Mennes examinai les comptes de Mr Creed. Rentrai souper; et ma femme et moi allâmes mélancoliquement nous coucher.


                                                                                                       10 Décembre
   pinterest.com
Image associée            Me levai ce matin recevant un message de sir George Carteret et une lettre de Mr Coventry, l'une contredisant l'autre, au sujet de notre lettre à milord le trésorier, ce qui me tracasse, mais j'allai voir sir George Carteret et désirant satisfaire l'un et l'autre je crois que j'en ai trouvé le moyen. Revins au bureau avec sir George Mennes dans sa voiture, mais il y avait tellement de neige que c'est à peine si on pouvait passer dans les rues. Au bureau discussion avec sir William Batten, nous avons discuté les comptes de Mr Creed. Je crains qu'il ne s'écoule un bon moment avant que nous ayons fini, et que nous ne rencontrions de grandes difficultés.
            Puis au Dauphin où nous avons tous trois invité les commissaires aux comptes de l'Echiquier, Wood et Beale. Sir George Carteret vint nous retrouver. Nous fîmes un bon dîner qui nous coûta 5 livres 6 shillings ( 26 shillings pour moi ), et ensuite nous discutâmes de nos salaires, je crois qu'ils vont maintenant en autoriser le paiement, et d'autres affaires.
            Rentrai à la maison où je trouve notre nouvelle cuisinière, Susan, recommandée par le frère de ma femme, ce qui ne me la fait pas estimer davantage, mais comme elle a bon air et qu'elle est jolie, je veux bien faire l'essai. Et Jane commence son travail de femme de chambre
            Puis au bureau, je restai tard à ranger des papiers et mes registres et des affaires. Il faisait très froid. Et rentrai souper.


                                                                                                            11 Décembre 1662

            Levé, la neige fortement gelée, en réunion toute la matinée au sujet des comptes de Mr Creed. Je l'ai en partie servi, en partie desservi. Il dîna avec moi et resta tout l'après-midi à discuter des façons d'obtenir de l'argent, tâche à laquelle je m'attache maintenant entièrement. Il partit dans la soirée et j'allai à mon bureau, achevant tout ce qui a trait à notre fameuse lettre, si longue à faire, à milord le trésorier, jusqu'à presque une heure du matin. Rentrai l'esprit fort tranquillisé, et au lit.


                                                                                                              12 Décembre

            Après le grand gel, je trouve au réveil un grand dégel, et ma maison en est toute inondée, ce qui me contraria.
            Au bureau et à la maison, travaillai toute la matinée. Dînai avec ma femme et restai causer avec elle tout l'après-midi, puis au bureau où j'examinai mon exemplaire du livre de Mr Hollond jusqu'à 10 heures du soir. Rentrai souper et, au lit.


                                                                                                            13 Décembre

            Dormis longtemps tant et si bien que John Mennes et sir William Batten étaient partis pour Portsmouth avant que j'eusse quitté mon lit et sir George Carteret était passé au bureau avant que je fusse levé. Debout donc en hâte et descendis le voir. Réunion avec Mr Coventry, et Field et Stint arrivèrent et reçurent les 41 livres que leur accordait le jugement rendu contre moi et Harry Kembe. Nous signâmes aussi des billets à ordre de 500 livres pour servir aux dommages-intérêts de Mr Porter et Smith pour le reste, mais je n'ai signé qu'après avoir obtenu que Mr Coventry fût allé avec moi trouver sir William Penn et que celui-ci eût promis en sa présence de payer sa part de ce qui serait accordé en dommages-intérêts, et tous deux ont estimé que sir William Batten ne pouvait faire moins. Nous nous quittâmes à midi et je dînai avec ma femme, puis je retournai au bureau où je terminai ma lecture d'hier soir et fis bien nettoyer et ranger mon cabinet. Puis j'écrivis par la poste différentes lettres, dont une à sir William Batten à propos de nos affaires avec Field, demandant à lui aussi son engagement. J'ai fait insérer cette lettre dans notre registre de correspondance officielle. Puis rentrai souper et, au lit.


                                                                                                                                      14 Décembre                              lesconferencesdemathilde.com                                                                Jour du Seigneur         
Image associée            Restai au lit, avec grande satisfaction, causer au lit avec ma femme, puis levés et à l'église. Retour à la maison fîmes un élégant dîner tout seuls. Après dîner j'allai à pied jusqu'à Whitehall et chez milord et marchai de long en large jusqu'à l'heure de l'office à la Chapelle et allai à la Chapelle royale où j'entendis le service, puis chez milord où se trouvaient Mr Howe et Mr Paget, l'avocat vieil amateur de musique. Nous avons chanté des psaumes de Mr Lawes et joué des symphonies jusqu'au soir où je fus appelé au logis de Mr Creed. Etaient présents le capitaine Ferrer,sa femme et William Howe. Nous avons fort bien soupé et bien divertis à converser. Après souper je fus appelé par milord et restai causer de ses affaires et des miennes et des affaires publiques, avec grand plaisir. Il me conseilla de ne pas me fier à sir Robert Bernard. Je lui dis adieu et revins chez Mr Creed. Mr Moore avec qui j'avais l'intention de coucher étant couché sans rien sur le corps, sans drap. Et après quelque entretien, au lit où je me sentis indisposé, bien que le lit fût bon, ayant toute la nuit l'estomac chargé de mon souper trop lourd.


                                                                                                             15 Décembre 1662

            Levé et allai chez milord, puis chez le Duc que je suivis dans le parc où, bien que la glace fût rompue et dangereuse, il voulait aller glisser sur ses patins. Ce qui ne me plaisait pas, mais il glisse très bien. Puis retour et dans son cabinet où arrive milord Sandwich. Avec Mr Coventry nous entretînmes longuement des affaires de la Marine. En vérité je me vois de plus en plus l'obligé de Mr Coventry qui s'applique à me faire tout le bien qu'il peut vis-à-vis du Duc. 
            Puis promenade un bon moment dans les galeries, rencontrai le Dr Clarke qui, au cours de la conversation me dit que le rang éminent de sir Charles Berkeley ne tient qu'à ce qu'il est entremetteur entre le roi et milady Castlemaine et que, malgré cela, le roi est très bon pour la reine, dont il dit que c'est une des meilleures femmes du monde. C'est étrange comme le roi est ensorcelé par cette jolie Castlemaine.
            Puis chez milord et avec Mr Creed, Moore et Howe, à la Couronne où nous dînâmes. Ensuite je me promenai dans les galeries, regardant de temps en temps les tableaux, jusqu'à la réunion du Duc et de la commission de Tanger. Le Duc ne resta pas. Le seul point était, nous entretenir avec milord Rutherford nommé aujourd'hui gouverneur de Tanger pour je ne sais quelles raisons, et milord Peterborough est rappelé en Angleterre. On a beau dire que c'est sans animosité, tout le monde voit  bien qu'il n'en est rien. Je regrette de voir un gouverneur catholique envoyé commander là-bas où presque tous les officiers le sont déjà. Mais Dieu sait la raison de tout cela, et tous peuvent voir combien instable est la situation de courtisan.
            Rentrai en voiture m'arrêtant en chemin chez sir John Birkenhead pour lui parler de mon imposition à 42 livres pour les loyaux serviteurs du roi dans l'indigence, et je vois que je n'y puis rien.. Mais il me dit que c'est sir Robert Fort qui a procédé abusivement envers moi, renseignement dont je ferai usage plus tard, au bon moment.
            De là chez le major général, sir Richard Browne, au sujet de mon imposition d'armes pour la milice, mais il était sorti. En traversant l'arrière des abattoirs du marché de Newgate ma voiture fit tomber deux quartiers de boeuf dans la boue, les bouchers arrêtèrent alors les chevaux, et suivit un grand attroupement dans la rue, l'un criant qu'on lui avait causé pour 40 shillings de dommages, l'autre pour 5 livres. Mais en descendant je vis qu'on avait quasiment rien fait, de sorte que je leur donnai 1 shilling et qu'ils en furent parfaitement satisfaits, et je rentrai., 
            Allai voir milady Batten qui me dit qu'elle vient de recevoir une lettre de sir William racontant que lui et sir John Mennes ont failli se noyer en route tant les eaux étaient hautes, mais qu'il va bien. Mais grand Dieu ! quelle mine hypocrite elle prenait en me le racontant.
            Puis je fus voir sir William Penn, restai longtemps causer, me faisant passer plus homme d'action et de résolution dans les affaires publiques que je ne le fus jusqu'à maintenant. Il écoute, mais je sais qu'au fond c'est un gredin et que cela ne lui plaît pas. Mais je vois bien que je puis lui tenir tête, et le plus sera le mieux, en m'occupant de mon travail comme avant. Ce en quoi Dieu me bénit et continue à me bénir. Rentrai et, au lit, fort satisfait, et causai et bavardai avec ma femme pendant que je soupais, à notre vif plaisir.


                                                                                     à suivre...............
                                                                                                          16 Décembre 1662
            Levé et............





















            
                   



            

jeudi 28 décembre 2017

Le Matin Jonathan Swift ( Poème Irlande )

Image associée
skynetblogs.be


                                               Le Matin

            C'est l'heure où à peine une rare voiture
            Signale l'approche du matin rosissant.
            Du lit de Monsieur s'est échappée Bettine,
            Furtivement elle va défaire le sien.
            L'apprenti bouif, devant la porte du patron
            Désherbe l'allée, puis mouille le sol en cercles.
            Moll ayant manié le balai avec brio
            Passe au frottage de l'entrée et des marches.                                 skynetblogs.be
            Le petit balayeur recherche la rigole
            Là où les roues ont emporté le morceau                                           
Image associée            Le charbonnier lance son cri rythmé,
            Les notes aigües du ramoneur le couvrent
            La queue de fâcheux se forme devant chez le Lord.
            Moll, la souillon piaule à travers la rue
            Le geôlier retourne visiter son troupeau
            Qu'il lâche la nuit pour courir les pourboires.
            Les baillis reprennent leur faction silencieuse
            Et les écoliers flânent, cartables en main.


                                                              Jonathan Swift
                                                                                    ( 1709 )

mardi 26 décembre 2017

Un certain M. Piekielny François-Henri Deserable ( Roman France )

Un certain M. Piekielny
      fnac.com           


                                                Un certain M. Piekielny     

            Un jour l'auteur se trouva devant le 16 de la rue Grande-Polulanka à Wilno, en Lituanie. Auparavant il était passé devant la statue d'un jeune garçon tenant une chaussure dans sa main,Roman Kacew, devenu Romain Gary au fil des ans. Jeune encore l'auteur avait lu "La Promesse de l'aube ", autobiographie de Gary, et sur trois pages, l'écrivain, diplomate, double prix Goncourt, raconte sa vie dans cet immeuble et note qu'un certain M. Piekielny leur voisin, et seul parmi les habitants crut sa mère qui  voulait, souhaitait, désirait, pour son Romulchka, il serait d'Annunzio et d'autres mais pas moins. Il le dit à l'enfant mais lui demanda en retour de toujours rappeler à ses interlocuteurs, ses amis ou des présidents, qu' " au 16 rue Grande-Polulanka habitait un certain M. Piekielny ". Romain Gary a romancé sa vie, de son père il disait qu'il fut un acteur du muet, mais Désirable fasciné par l'écrivain-diplomate parti à la recherche de M. Piekielny trouva le père un modeste fourreur juif, séparé de sa mère juive aussi. De Varsovie à Wilno où ils vécurent tous deux jusqu'en 1923, arrivés à Nice il acquit sa personnalité. Mais l'auteur nous fait parcourir les années historiques, jusqu'en ce mois de décembre 1980 et poursuit ses recherches dans les archives de Wilno détruit, cherche-t-il une ombre, difficile car sans doute "...... La petite souris grise de Wilno a depuis longtemps terminé sa minuscule existence dans les fours crématoires...... Il était juif Piekielny pas un de ces Juifs du soleil et du beau langage...... il était un juif de la neige et du silence....... " La quête est longue car les occupants, les Allemands puis les Russes ont détruit les archives. Et Désirable poursuit sa jeune aventure d'écrivain hockeyeur, rencontre ceux qui ont parlé avec Gary, Grenier, Pivot, revient sur la vie de son héros. Au cours de ses fréquents séjours à Wilno il repasse devant la statue du jeune Roman et parfois quelqu'un dépose une fleur dans la chaussure. Gary s'il est un écrivain est aussi un lecteur, notamment de Gogol. Et là notre auteur trouve une nouveau fil et en même temps déroule la carrière de Romain Gary, de ses débuts d'écrivain, de sa vie de pilote de chasse pendant la guerre, de sa vie de diplomate, de ses épouses, et de sa promenade matinale de la rue du Bac au Jardin du Luxembourg. "....... Gary écrit le nom de Piekielny sur la page. Le fait-il naître, renaître ?........ Je ne sais pas....... Il écrit. Il ne pense qu'à cela. Tenir le monde en vingt-six lettres et le faire ployer sous sa loi. " Quelques photos complètent ce livre curieusement écrit et intéressant sujet. - Voir le post du    27 / 7 " Un Mariage en douce " d'Ariane Chemin, Romain Gary et Jean Seberg.

            


            

lundi 25 décembre 2017

Lettre sur les aveugles Diderot ( Lettre France )






Résultat de recherche d'images pour "lettre pour aveugle"
deslettres.fr



                                                        Lettre sur les aveugles

                                                                        à l'usage de ceux qui voient

                                                                                                          Possunt, nec videntur
                                                                                                                               Virgile

            Je me doutais bien, madame, que l'aveugle-né, à qui M. de Réaumur vient de faire abattre la cataracte, ne nous apprendrait pas ce que vous vouliez savoir ; mais je n'avais garde de deviner que ce ne serait ni de sa faute, ni la vôtre. J'ai sollicité son bienfaiteur par moi-même, par ses meilleurs amis, par les compliments que je lui ai faits ; nous n'en avons rien obtenu, et le premier appareil se lèvera sans vous. Des personnes de la première distinction ont eu l'honneur de partager son refus avec les philosophes ; en un mot, il n'a voulu laisser tomber le voile que devant quelques yeux sans conséquence. Si vous êtes curieuse de savoir pourquoi cet habile académicien fait si secrètement des expériences qui ne peuvent avoir, selon vous, un trop grand nombre de témoins éclairés, je vous répondrai que les observations d'un homme aussi célèbre ont moins besoin de spectateurs quand elles se font, que d'auditeurs, quand elles sont faites. Je suis donc revenu, madame, à mon premier dessein ; et, forcé de me passer d'une expérience où je ne voyais guère à gagner pour mon instruction ni pour la vôtre, mais dont M. de Réaumur tirera sans doute un bien meilleur parti, je me suis mis à philosopher avec mes amis sur la matière importante qu'elle a pour objet. Que je serais heureux, si le récit d'un de nos entretiens pouvait me tenir lieu, auprès de vous, du spectacle que je vous avais trop légèrement promis !
            Le jour même que le Prussien faisait l'opération de la cataracte à la fille de Simoneau, nous allâmes interroger l'aveugle-né du Puisaux ; c'est un homme qui ne manque pas de bon sens ; que beaucoup de personnes connaissent ; qui sait un peu de chimie, et qui a suivi, avec quelque succès, les cours de botanique au Jardin du Roi. Il est né d'un père qui a professé avec applaudissement la philosophie dans l'université de Paris. Il jouissait d'une fortune honnête, avec laquelle il eût aisément satisfait les sens qui lui restent ; mais le goût du plaisir l'entraîna dans sa jeunesse : on abusa de ses penchants ; ses affaires domestiques se dérangèrent, et il s'est retiré dans une petite ville de province, d'où il fait tous les ans un voyage à Paris. Il y apporte des liqueurs qu'il distille, et dont on est très content. Voilà, madame, des circonstances assez peu philosophiques ; mais, par cette raison même, plus propres à vous faire juger que le personnage dont je vous entretiens n'est point imaginaire.
            Nous arrivâmes chez notre aveugle vers les cinq heures du soir, et nous le trouvâmes occupé à faire lire son fils avec des caractères en relief : il n'y avait pas plus d'une heure qu'il était levé ; car vous saurez que la journée commence pour lui, quand elle finit pour nous. Sa coutume est de vaquer à ses affaires domestiques, et de travailler pendant que les autres reposent. A minuit, rien ne le gêne ; et il n'est incommode à personne. Son premier soin est de mettre en place tout ce qu'on a déplacé pendant le jour ; et quand sa femme s'éveille, elle trouve ordinairement sa maison rangée. La difficulté qu'ont les aveugles à recouvrer les choses égarées les rend amis de l'ordre ; je me suis aperçu que ceux qui les approchaient familièrement partageaient cette qualité, soit par un effet du bon exemple qu'ils donnent, soit par un sentiment d'humanité qu'on a pour eux. Que les aveugles seraient malheureux sans les petites attentions de ceux qui les environnent ! Nous-mêmes, que nous serions à plaindre sans elles ! Les grands services sont comme de grosses pièces d'or ou d'argent qu'on a rarement occasion d'employer ; mais les petites     attendions sont une monnaie courante qu'on a toujours à la main.                                                                         en.most-famous-paintings.com                                              
Image associée            Notre aveugle juge fort bien  des symétries. La symétrie, qui est peut-être une affaire de pure convention entre nous, est certainement telle, à beaucoup d'égards, entre un aveugle et ceux qui voient. A force d'étudier par le tact la disposition que nous exigeons entre les parties qui un tout, pour l'appeler beau, un aveugle parvient à faire une juste application de ce terme. Mais quand il dit : " cela est beau ", il ne juge pas ; il rapporte seulement le jugement de ceux qui voient : et que font autre chose les trois quarts de ceux qui décident d'une pièce de théâtre, après l'avoir entendue, ou d'un livre, après l'avoir lu ? La beauté, pour un aveugle, n'est qu'un mot, quand elle est séparée de l'utilité ; et avec un organe de moins, combien de choses dont l'utilité lui échappe ! Les aveugles ne sont-ils pas bien à plaindre de n'estimer beau que ce qui est bon ? Combien de choses admirables perdues pour eux ! Le seul bien qui les dédommage de cette perte, c'est d'avoir des idées du beau, à la vérité moins étendues, mais plus nettes que des philosophes clairvoyants qui en ont traité fort au long.
            Le nôtre parle de miroir à tout moment. Vous croyez bien qu'il ne sait ce que veut dire le mot miroir ; cependant il ne mettra jamais une glace à contre-jour. Il s'exprime aussi sensément que nous sur les qualités et les défauts de l'organe qui lui manque : s'il n'attache aucune idée aux termes qu'il emploie, il a du moins sur la plupart des autres hommes l'avantage de ne les prononcer jamais mal à propos. Il discourt si bien et si juste de tant de choses qui lui sont absolument inconnues, que son commerce ôterait beaucoup de force à cette induction que nous faisons tous, sans savoir pourquoi, de ce qui se passe en nous à ce qui se passe au-dedans des autres.
            Je lui demandai ce qu'il entendait par un miroir !
            - Une machine, me répondit-il, qui met les choses en relief loin d'elles-mêmes si elles se trouvent placées convenablement par rapport à elle. C'est comme ma main, qu'il ne faut pas que je pose à côté d'un objet pour le sentir.
            Descartes, aveugle-né, aurait dû, ce me semble, s'applaudir d'une pareille définition. En effet, considérez, je vous prie, la finesse avec laquelle il a fallu combiner certaines idées pour y parvenir. Notre aveugle n'a de connaissance des objets que par le toucher. Il sait, sur le rapport des autres hommes, que par le moyen de la vue on connaît les objets, comme ils lui sont connus par le toucher ; du moins, c'est la seule notion qu'il s'en puisse former. Il sait, de plus, qu'on ne peut voir son propre visage, quoiqu'on puisse le toucher. La vue, doit-il conclure, est donc une espèce de toucher qui ne s'étend que sur les objets différents de notre visage, et éloignés de nous. D'ailleurs, le toucher ne lui donne l'idée que du relief. Donc, ajoute-t-il, un miroir est une machine qui nous met en relief hors de nous-mêmes. Combien de philosophes renommés ont employé moins de subtilité, pour arriver à des notions aussi fausses ! mais combien un miroir doit-il être surprenant pour notre aveugle ? Combien son étonnement dut-il augmenter, quand nous lui apprîmes qu'il y a de ces sortes de machines qui agrandissent les objets ; qu'il y en a d'autres qui, sans les doubler, les déplacent, les rapprochent, les éloignent, les font apercevoir, en dévoilent les plus petites parties aux yeux des naturalistes ; qu'il y en a qui les multiplient par milliers, qu'il y en a enfin qui paraissent les défigurer totalement ? Il nous fit cent questions bizarres sur ces phénomènes. Il nous demanda, par exemple, s'il n'y avait que ceux qu'on appelle naturalistes qui vissent avec le microscope ; et si les astronomes étaient les seuls qui vissent avec le télescope, si la machine qui grossit les objets était plus grosse que celle qui les rapetisse ; si celle qui les rapproche était plus courte que celle qui les éloigne ; et ne comprenant point comment cet autre nous-même que, selon lui, le miroir répète en relief, échappe au sens du toucher :
            - Voilà, disait-il, deux sens qu'une petite machine met en contradiction : une machine plus parfaite les mettrait peut-être plus d'accord, sans que, pour cela, les objets en fussent plus réels ; peut-être une troisième plus parfaite encore, et moins perfide, les ferait disparaître, et nous avertirait de l'erreur.
            - Et qu'est-ce, à votre avis, que des yeux ? lui dit M. de...
            - C'est, lui répondit l'aveugle, un organe, sur lequel l'air fait l'effet de mon bâton sur ma main.
Résultat de recherche d'images pour "aiguille pour aveugle"  *          Cette réponse nous fit tomber des nues ; et tandis que nous nous entre-regardions avec admiration :
            - Cela est si vrai, continua-t-il, que quand je place ma main entre vos yeux et un objet, ma main vous est présente, mais l'objet vous est absent. La même chose m'arrive, quand je cherche une chose avec mon bâton, et que j'en rencontre une autre.
            Madame, ouvrez la " Dioptrique " de Descartes, et vous y verrez les phénomènes de la vue rapportés à ceux du toucher, et les planches d'optique pleines de figures d'hommes occupés à voir des bâtons. Descartes, et tous ceux qui sont venus depuis, n'ont pu nous donner d'idées plus nettes de la vision ; et ce grand philosophe n'a point eu à cet égard plus d'avantage sur notre aveugle que le peuple qui a des yeux.
            Aucun de nous ne s'avisa de l'interroger sur la peinture et sur l'écriture ; mais il est évident qu'il n'y a point de questions auxquelles sa comparaison n'eût pu satisfaire ; et je ne doute nullement qu'il ne nous eût dit, que tenter de lire ou de voir sans avoir des yeux, c'était chercher une épingle avec un gros bâton. Nous lui parlâmes seulement de ces sortes de perspectives, qui donnent du relief aux objets, et qui ont avec nos miroirs tant d'analogie et tant de différence à la fois ; et nous nous aperçûmes qu'elles nuisaient autant qu'elles concouraient à l'idée qu'ils s'est formée d'une glace, et qu'il était tenté de croire que la glace peignant les objets, le peintre, pour les représenter, peignait peut-être une glace.
            Nous lui vîmes enfiler des aiguilles fort menues. Pourrait-on, madame, vous prier de suspendre ici votre lecture et de chercher comment vous vous y prendriez à sa place ? En cas que vous ne rencontriez aucun expédient je vais vous dire celui de notre aveugle. Il dispose l'ouverture de l'aiguille transversalement entre ses lèvres, et dans la même direction que celle de sa bouche ; puis, à l'aide de sa langue et de la succion, il attire le fil qui suit son haleine, à moins qu'il ne soit beaucoup trop gros pour l'ouverture ; mais, dans ce cas, celui qui voit n'est guère moins embarrassé que celui qui est privé de la vue.
            Il a la mémoire des sons à un degré surprenant ; et les visages ne nous offrent pas une diversité plus grande que celle qu'il observe dans les voix. Elles ont pour lui une infinité de nuances délicates qui nous échappent, parce que nous n'avons pas, à les observer, le même intérêt que l'aveugle.Il en est pour nous de ces nuances comme de  notre propre visage. De tous les hommes que nous avons vus, celui que nous nous rappellerions le moins, c'est nous-même. Nous n'étions les visages que pour reconnaître les personnes ; et si nous ne retenons pas le nôtre, c'est que nous ne serons jamais exposés à nous prendre pour un autre ni un autre pour nous. D'ailleurs les secours que nos sens se prêtent mutuellement les empêchent de se perfectionner. Cette occasion ne sera pas la seule que j'aurai d'en faire la remarque.
            Notre aveugle nous dit, à ce sujet, qu'il se trouverait fort à plaindre d'être privé des mêmes avantages que nous, et qu'il aurait été tenté de nous regarder comme des intelligences supérieures, s'il n'avait éprouvé cent fois combien nous lui cédions à d'autres égards. Cette réflexion nous en fit faire une autre.
            - Cet aveugle, dîmes-nous, s'estime autant et plus peut-être que nous qui voyons : pourquoi donc, si l'animal raisonne, comme on n'en peut guère douter, balançant ses avantages sur l'homme, qui lui sont mieux connus que ceux de l'homme sur lui, ne porterait-il pas un semblable jugement ?
            - Il a des bras, dit peut-être le moucheron, mais j'ai des ailes.
            - S'il a des armes, dit le lion, n'avons-nous pas des ongles ?
            L'éléphant nous verra comme des insectes ; et tous les animaux, nous accordant volontiers une raison avec laquelle nous aurions grand besoin de leur instinct, se prétendront doués d'un instinct avec lequel ils se passent fort bien de notre raison. Nous avons un si violent penchant à surfaire nos qualités et à diminuer nos défauts, qu'il semblerait presque que c'est à l'homme à faire le traité de la force, et à l'animal celui de la raison.
            Quelqu'un de nous s'avisa de demander à notre aveugle s'il serait content d'avoir des yeux :
            - Si la curiosité ne me dominait pas, dit-il, j'aimerais bien autant avoir de longs bras : il me semble que mes mains m'instruiraient mieux de ce qui se passe dans la lune que vos yeux ou vos télescopes ; et puis les yeux cessent plus tôt de voir que les mains de toucher. Il vaudrait donc bien autant qu'on perfectionnât en moi l'organe que j'ai, que de m'accorder celui qui me manque.
            Notre aveugle s'adresse au bruit ou à la voix si sûrement que je ne doute pas qu'un tel exercice ne rendît les aveugles très adroits et très dangereux. Je vais vous en raconter un trait qui vous persuadera combien on aurait tort d'attendre un coup de pierre, ou à s'exposer à un coup de pistolet de sa main, pour peu qu'eût l'habitude de se servir de cette arme. Il eut dans sa jeunesse une querelle avec un de ses frères, qui s'en trouva fort mal. Impatienté des propos désagréables qui en essuyait, il saisit le premier objet qui lui tomba sous la main, le lui lança, l'atteignit au milieu du front, et l'étendit pas terre.
            Cette aventure et quelques autres le firent appeler à la police. Les signes extérieurs de la puissance qui nous affectent si vivement, n'en imposent point aux aveugles. Le nôtre comparut devant le magistrat comme devant son semblable. Les menaces ne l'intimidèrent point :
            - Que me ferez-vous ? dit-il à M. Hérault.
            - Je vous jetterai dans un cul de basse-fosse, lui répondit le magistrat.
            - Eh ! monsieur, lui répliqua l'aveugle, il y a vingt-cinq ans que j'y suis.
            Quelle réponse, madame ! et quel texte pour un homme qui aime autant à moraliser que moi ! Nous sortons de la vie comme d'un spectacle enchanteur ; l'aveugle en sort ainsi que d'un cachot : si nous avons à vivre plus de plaisir que lui, convenez qu'il a bien moins de regret à mourir.
            L'aveugle du Puisaux estime la proximité du feu aux degrés de la chaleur ; la plénitude des vaisseaux, au bruit que font en tombant les liqueurs qu'il transvase, et le voisinage des corps, à l'action de l'air sur son visage. Il est si sensible aux moindres vicissitudes qui arrivent dans l'atmosphère, qu'il peut distinguer une rue d'un cul-de-sac. Il apprécie à merveille les poids des corps et les capacités des vaisseaux ; et il s'est fait de ses bras des balances si justes, et de ses doigts des compas si expérimentés, que dans les occasions où cette espèce statique a lieu, je gagerai toujours pour notre aveugle contre vingt personnes qui voient. Le poli des corps n'a guère moins de nuances pour lui que le son de la voix, et il n'y aurait pas à craindre qu'il prît sa femme pour une autre, à moins qu'il ne gagnât au change. Il y a cependant bien de l'apparence que les femmes seraient communes, chez un peuple d'aveugles, ou que leurs lois contre l'adultère seraient bien rigoureuses. Il serait si facile aux femmes de tromper leurs maris, en convenant d'un signe avec leurs amants !
 
*   corsoerica.blogspot.fr
     
                                                                          à suivre...............

            Il juge de la.........
     
           

jeudi 21 décembre 2017

Noir comme la mer Mary Higgins Clarke ( Roman Policier EtatsUnis )

Noir comme la mer     
        fnac.com


                                                    Noir comme la mer

            Morrison, à l'origine petit armateur, a réussi. Il possède aujourd'hui une flotte de vingt bateaux fluviaux et un bateau de croisière très luxueux, le Queen Charlotte. Et comme Mary Higgins Clarke vit dans l'actualité elle précise que l'armateur a donné au bateau le nom de l'arrière-petite-fille de la reine Elisabeth II. Pour l'inauguration une centaine de passagers, triés sur le volet, surtout très argentés, se rendront de NewYork à Southampton en Grande Bretagne. Voyage de six jours minuté, car après l'arrivée à 8 heures du matin, d'autres voyageurs prendront le chemin inverse. Mais le capitaine Fairfax et Morrison seront à la peine. Qui pouvait en douter alors qu'Alvira et Willy, personnages récurrents d'un certain nombre des précédents ouvrages sont présents à bord de ce voyage inaugural. Sont, entre autres présents, lady Em, richissime vieille dame collectionneuse de bijoux de grande valeur et notamment d'un inestimable collier d'émeraudes ayant appartenu à Cléopâtre qui'aurait maudit celui qui le porterait en mer. La richissime vieille dame peut-elle faire confiance à sa dame de compagnie, depuis vingt ans, femme athlétique, à son homme d'affaires comptable, une part du mystère du roman. Mais il y a Célia qui connaît assez bien lady Em, mais est accusée à travers Steven son ex-fiancé, de malversations financières, montage à la Madoff, Elle est gemmologue, ce qui donne quelques pages sur les pierres précieuses. Quelques femmes capricieuses, un professeur conférencier raconte Shakespeare et Ted, avocat, qui plaide pour le retour en Egypte des pièces volées, ici le collier d'émeraudes de Cléopâtre. Une vie de couple agitée, des cabines avec balcon cloisonné, une tempête en fin de parcours. Les chapitres très courts, l'intrigue prend vite le lecteur. Qui peut mourir au cours de ce voyage élégant, plein d'intérêt grâce aux différentes conférences, une cuisine copieuse et variée quoique les passagers reviennent souvent leurs habitudes, muffins, salade poulet,  et un homme qui se dit policier chargé par Interpol de débusquer l'homme aux mille visages réputé pour ses vols de bijoux et jamais débusqué. Mais il a pris soin de signaler sa présence à travers les réseaux sociaux. Peut-on dire un " joli ? " roman pour une histoire policière, oui, sans doute, mystère, un peu d'inquiétude pour quelques personnages, pas de morts épouvantables, des commentaires piquants et bien vus sur la société. Un bon moment passé avec des personnages vus par l'oeil pas naïf du tout de Mary Higgins Clarke.

mercredi 20 décembre 2017

Les Oranges Alphonse Daudet ( Nouvelle France )


Image associée
coopcoco.ca


                                                    Les Oranges

                                                                    Fantaisie

            A Paris, les oranges ont l'air triste de fruits tombés, ramassés sous l'arbre. A l'heure où elles vous arrivent, en plein hiver pluvieux et froid, leur écorce éclatante, leur parfum exagéré dans ce pays de saveurs tranquilles, leur donnent un aspect étrange, un peu bohémien. Par les soirées brumeuses, elles longent tristement les trottoirs, entassées dans leurs petites charrettes ambulantes, à la lueur sourde d'une lanterne de papier rouge. Un cri monotone et grêle les escorte, perdu dans le roulement des voitures, le fracas des omnibus
            - A deux sous la Valence !
            Pour les trois quarts des Parisiens, ce fruit cueilli au loin, banal dans sa rondeur, où l'arbre n'a rien laissé qu'une mince attache verte, tient de la sucrerie, de la confiserie. Le papier de soie qui l'entoure, les fêtes qu'il accompagne contribuent à cette impression. Aux approches de janvier surtout, les milliers d'oranges disséminées par les rues, toutes ces écorces traînant dans la boue du ruisseau, font songer à quelque arbre de Noël gigantesque qui secouerait sur Paris ses branches chargées de fruits factices. Pas un coin où on ne les rencontre. A la vitrine claire des étalages, choisies et parées ; à la porte des prisons et des hospices, parmi les paquets de biscuits, les tas de pommes ; devant l'entrée des bals, des spectacles du dimanche. Et leur parfum exquis se mêle à l'odeur du gaz, au bruit des crincrins, à la poussière des banquettes du paradis. On en vient à oublier qu'il faut des orangers pour produire des oranges, car pendant que le fruit nous arrive directement du Midi à pleines caisses, l'arbre taillé, transformé, déguisé, de la serre chaude où il passe l'hiver ne fait qu'une courte apparition au plein air des jardins publics.                                                                    pinterest.fr
Image associée            Pour bien connaître les oranges, il faut les avoir vues chez elles, aux îles Baléares, en Sardaigne, en Corse, en Algérie, dans l'air bleu doré, l'atmosphère tiède de la Méditerranée. Je me rappelle un petit bois d'orangers, aux portes de Blidah, c'est là qu'elles étaient belles ! Dans le feuillage sombre, lustré, vernissé, les fruits avaient l'éclat de verres de couleur, et doraient l'air environnant avec cette auréole de splendeur qui entoure les fleurs éclatantes. Cà et là des éclaircies laissaient voir à travers les branches les remparts de la petite ville, le minaret d'une mosquée, le dôme d'un marabout, et au-dessus l'énorme masse de l'Atlas, verte à sa base, couronnée de neige comme d'une fourrure blanche, avec des moutonnements, un flou de flocons tombés.
            Une nuit, pendant que j'étais là, je ne sais par quel phénomène ignoré depuis trente ans cette zone de frimas et d'hiver se secoua sur la ville endormie, et Blidah se réveilla transformée, poudrée à blanc. Dans cet air algérien si léger, si pur, la neige semblait une poussière de nacre. Elle avait des reflets de plumes de paon blanc. Le plus beau, c'était le bois d'orangers, Les feuilles solides gardaient la neige intacte et droite comme des sorbets sur des plateaux de laque, et tous les fruits poudrés à frimas avaient une douceur splendide, un rayonnement discret comme de l'or voilé de claires étoffes blanches. Cela donnait vaguement l'impression d'une fête d'église, de soutanes rouges sous des robes de dentelles, de dorures d'autel enveloppées de guipures...
            Mais mon meilleur souvenir d'oranges me vient encore de Barbicaglia, un grand jardin auprès d'Ajaccio où j'allais faire la sieste aux heures de chaleur. Ici les orangers, plus hauts, plus espacés qu'à Blidah, descendaient jusqu'à la route, dont le jardin n'était séparé que par une haie vive et un fossé. Tout de suite après, c'était la mer, l'immense mer bleue... Quelles bonnes heures j'ai passées dans ce jardin ! Au-dessus de ma tête, les orangers en fruits et en fleurs brûlaient leurs parfums d'essences. De temps en temps, une orange mûre, détachée tout à coup, tombait près de moi comme alourdie de chaleur avec un bruit mat, sans écho, sur la terre pleine. Je n'avais qu'à allonger la main. C'étaient des fruits superbes, d'un rouge pourpre à l'intérieur. Ils me paraissaient exquis, et puis l'horizon était si beau. Entre les feuilles, la mer mettait des espaces bleus, éblouissants comme des morceaux de verre brisé, qui miroitaient dans la brume de l'air. Avec cela, le mouvement du flot agitant l'atmosphère à de grandes distances, ce murmure cadencé qui vous berce comme dans une barque invisible, la chaleur, l'odeur des oranges... Ah ! qu'on était bien pour dormir dans le jardin de Barbicaglia !
Image associée
  *       Quelquefois cependant, au meilleur moment de la sieste, des éclats de tambour me réveillaient en sursaut. C'étaient de malheureux lapins qui venaient s'exercer en bas, sur la route. A travers les trous de la haie, j'apercevais le cuivre des tambours et les grands tabliers blancs sur les pantalons rouges. Pour s'abriter un peu de la lumière aveuglante de la route que la poussière leur renvoyait impitoyablement, les pauvres diables venaient se mettre au pied du jardin, dans l'ombre courte de la haie. Et ils tapaient ! et ils avaient chaud ! Alors m'arrachant de force à mon hypnotisme, je m'amusais à leur jeter quelques-uns de ces beaux fruits d'or rouge qui pendaient près de ma main. Le tambour visé s'arrêtait. Il y avait une minute d'hésitation, un regard circulaire pour voir d'où venait la superbe orange roulant devant lui dans le fossé ; puis il la ramassait bien vite et mordait à pleine dents sans même enlever l'écorce. Je me souviens aussi que tout à côté de Barbicaglia, et séparé seulement par un petit mur bas, il y avait un jardinet assez bizarre que je dominais de la hauteur où je me trouvais. C'était un petit coin de terre bourgeoisement dessiné. Ses allées blondes de sable, bordées de buis très vert, les deux cyprès de sa porte d'entrée lui donnaient l'aspect d'une bastide marseillaise. Pas une ligne d'ombre. Au fond un bâtiment de pierre blanche avec des jours de caveau au ras du sol. J'avais d'abord cru à une maison de campagne ; mais, en regardant mieux, la croix qui la surmontait, une inscription que je voyais de loin creusée dans la pierre, sans en distinguer le texte, me firent reconnaître un tombeau de famille corse. Tout autour d'Ajaccio, il y a beaucoup de ces petites chapelles mortuaires dressées au milieu de jardins à elles seule. La famille y vient, le dimanche, rendre visite à ses morts. Ainsi comprise, la mort est moins lugubre que dans la confusion des cimetières. Des pas amis troublent seuls le silence.
            De ma place, je voyais un bon vieux trottiner tranquillement par les allées. Tout le jour, il taillait les arbres, bêchait, arrosait, enlevait les fleurs fanées avec un soin minutieux ; puis, au soleil couchant, il entrait dans la petite chapelle où dormaient les morts de sa famille ; il resserrait la bêche, les râteaux, les grands arrosoirs ; tout cela avec la tranquillité, la sérénité d'un jardinier de cimetière. Pourtant, sans qu'il s'en rendît bien compte, ce brave homme travaillait avec un certain recueillement, tous les bruits amortis et la porte du caveau refermée chaque fois discrètement comme s'il eût craint de réveiller quelqu'un. Dans le grand silence radieux, l'entretien de ce petit jardin ne troublait pas un oiseau, et son voisinage n'avait rien d'attristant. Seulement la mer en paraissant plus immense, le ciel plus haut, et cette sieste sans fin mettait tout autour d'elle, parmi la nature troublante, accablante à force de vie, le sentiment de l'éternel repos...

*     valencia.com 
                         
                                                       Alphonse Daudet

                                                                                                       in Les lettres de mon Moulin

            

dimanche 17 décembre 2017

Millenium 5 La fille qui rendait coup pour coup David Lagercrantz ( Policier Suède )

Millénium 5 - La fille qui rendait coup pour coup
                   fnac.com

                                           Millenium 5
                              Lafille qui rendait coup pour coup

            Il y a d'abord Stockholm, en été, brûlant sous un soleil étouffant, les gens suent puis des pluies abondantes, et il y a la ville en décembre, les mêmes passants se pressent dans le froid et la neige. Juin, et décembre, un an et demi plus tôt, l'auteur nous emmène dans une histoire un peu différente des premiers Millenium. Lisbeth toujours farouche, tabassée mais prête à la vengeance, est emprisonnée pour des faits sans importance, mais se trouve plus abritée qu'à l'extérieur. Cependant dans la prison règne la terreur. Benito, frappe, sans doute à la solde ou à la tête d'un gang, et supplicie le soir toujours à la même heure Faria Kazi, accusée par ses frères d'avoir défenestré l'un d'eux. Faria  enfermée, obligée de porter parfois le djihab, depuis la mort de sa mère, est promise en mariage, 2è épouse, à un riche commerçant de Jakarta. Sort d'autant plus effrayant que Faria a rencontré un jeune homme, Jamal. Lisbeth toujours aussi experte en informatique redresse la situation et ameute les gangs introduits à la prison. Arrivent enfin Mikael Blomkvist, reporter à Millenium et l'inspecteur Bublanski appelé pour un meurtre lié à Lisbeth et sa soeur jumelle, Camillia sans doute réfugiée en Russie aujourd'hui et à d'autres jumeaux, Léo et Dan entre autres. Un organisme secret, le Registre, a décidé des années auparavant de suivre et d'étudier le comportement, l'intelligence et l'évolution de ces enfants abandonnés et placés dans des familles de milieux opposés. L'occasion pour l'auteur de nous parler de Keynes, l'un des garçons, Léo, arrivé dans une famille bourgeoise et riche, à tendance au repli sur soi et bon pianiste est obligé d'entrer dans l'entreprise du père. A la suite d'une attaque informatique, un risque de krach boursier, il donne une conférence - " Le marché boursier n'est pas une chose qui existe...... Le marché est une construction. A partir du moment où l'on cesse d'y croire, il cesse d'exister........ Nous ne sommes pas dans le monde de Picsou, où on se baigne littéralement dans l'or........  nos épargnes sont des chiffres sur des écrans d'ordinateur, des chiffres qui fluctuent sans cesse...... Imaginez...... qu'elles se trouvent subitement effacées....... Il suffit que l'on croie que les autres doutent..... Tout le monde veut avoir une longueur d'avance, commencer à courir avant qu'un autre ne le fasse, pour ainsi dire. Et ce phénomène n'a pas changé depuis l'époque de Keynes....... " -
Dan placé dans un foyer sans sentiment, admis pour son travail sans rémunération, survivra grâce à son don pour la musique et à une guitare. Mais les événements vont se précipiter, et Lisbeth outre son caractère intransigeant a appris à observer. " La reconnaissance de mouvement est une science précoce...... Elle ne doutait pas que la gestuelle de chacun constitue une empreinte mathématique spécifique...... Il existait bien un certain nombre de programmes téléchargeables sur le Net....... " Méfiants, elle et ceux qui la suivent prennent soin de garder téléphones et ordinateurs éloignés lors de leurs déplacements et conversations secrètes. Ils craignent les faux tweets. Les faits révélés au cours ,de l'enquête auront-ils le temps d'attirer le public et vendre le journal avant qu'un autre fait troublant n'éloigne les lecteurs. L'auteur aborde plusieurs sujets d'actualité, notamment l'emploi du curare et de son contrepoison. Intrigue dramatique, le volume 6 en préparation attendu.

lundi 11 décembre 2017

Ce que c'est que la mort Victor Hugo ( Poèmes France )


Résultat de recherche d'images pour "victor hugo"
louyehi.wordpress.com



                                            Ce que c'est que la mort
                                                                                                                      louyehi.wordpress.com
            Ne dites pas : mourir ; dîtes : naître. Croyez.
            On voit ce que je vois et ce que vous voyez ;
            On est l'homme mauvais que je suis, que vous êtes ;
            On se rue aux plaisirs, aux tourbillons, aux fêtes ;
            On tâche d'oublier le bas, la fin, l'écueil,
            La sombre égalité du mal et du cercueil ;
            Quoique le plus petit vaille le plus prospère ;
            Car tous les hommes sont les fils du même père ;
            Ils sont la même larme et sortent du même oeil.
            On vit, usant ses jours à se remplir d'orgueil ;
            On marche, on court, on rêve, on souffre, on penche,                   
                                                                             on tombe,
            On monte. Quelle est donc cette aube ? C'est la tombe.
            Où suis-je ? Dans la mort. Viens ! Un vent inconnu
            Vous jette au seuil des cieux, On tremble ; on se voit nu,
            Impur, hideux, noué des mille noeuds funèbres
            De ses torts, de ses maux honteux, de ses ténèbres ;
            Et soudain on entend quelqu'un dans l'infini
            Qui chante, et par quelqu'un on sent qu'on est béni,                        louyehi.wordpress.com
            Sans voir la main d'où tombe à notre âme méchante
            L'amour, et sans savoir la voix qui chante.
            On arrive homme, deuil, glaçon, neige ; on se sent
            Fondre et vivre ; et, d'extase et d'azur s'emplissant,
            Tout notre être frémit de la défaite étrange
            Du monstre qui devient dans la lumière un ange.


                                                                      Victor Hugo
                                   Au domaine de la tour Blanche, jour des Morts
                                                                                                      novembre 1854

dimanche 10 décembre 2017

Fromages Valerie Ferreira & Aimery Chemin ( Document France )

 amazon.frferme de 


                                        Fromages     

            Délicieux et merveilleux pour tous ceux qui préfèrent le salé plutôt que le sucré.
            Un bel album où les images des troupeaux de vaches, des alpages verts du Cantal et d'ailleurs; du savoir-faire du fromager et de la fromagère, tout porte à consulter pour le plaisir le livre qui comporte aussi et surtout des recettes appétissantes, environ soixante. Que sait-on des Salers, ces belles vaches brunes. Là-bas dans le Cantal, la jeune fermière a repris la ferme tenue par son père et son oncle, pourtant la traite de l'important troupeau est rude. Les vaches n'acceptent de donner leur lait qu'après la tétée de leur veau venu auprès de sa mère déjà au licou. Ensuite vient le travail du fromager qui livre la Fourme de Salers. Que dire des recettes ? Elles mettent en appétit les plus réfractaires au fromage.
            Camembert pané au seigle, ajouté 1 oeuf, un peu de farine, et un camembert.
            Cake de maïs au Sainte-Maure, ajouté 10 anchois, 2 brins de romarin, etc....
            Le pays basque offre le lait de chèvres des Pyrénées, biologique et en petite quantité à la ferme de Pedronia d'Anita Duhau.
            Fondre pour l'aligot à la tome fraîche de l'Aubrac, avec ail et ciboulette.
            Encore un mélange :
            Aubergines confites à l'agneau et au bleu de Sassenage.
            Et enfin le casting ! Préparer un plateau de fromages "........ Qui dit repas de bons vivants et de fines bouches, dit forcément plateau de fromage....... " Des pâtes fraîches ou persillées, choisir les produits en fonction des saisons. De bons conseils, un livre chargé de belles recettes. Bon appétit!....