jeudi 25 avril 2013

Tout seul Domenech Raymond ( récit autobiographie France )




            De défaites cuisantes en espoirs vains, les fans de foot ont vibré, vécu les affres d'attente désespérée de buts. Pour conduire à la victoire une équipe de onze, vingt-deux ou trente joueurs il faut un sélectionneur. De 2004 à 2010 ce fut Raymond Domenech. Sélection, présélection, malaise et entorses, colère et jalousie, le coach a le devoir d'être psychologue, un peu sorcier pour déjouer d'éventuels jeteurs de sorts " ... La superstition m'a fait hésiter à saluer... qui venait me dire bonjour... il m'a glissé quelques mots sur la chance... Je suis allé me laver les mains ensuite, réaction grave, je l'admets, mais j'avais quasiment senti chez lui la volonté de me prendre quelque chose. On devient fou dans ce métier !... " D'autres anecdotes nous rappellent qu'approcher et taper le ballon rond, joueur ou spectateur, excite l'homme, l'enfant, la mère pour toutes sortes de raisons. Dans ce livre passionnant qui a largement trouvé ses lecteurs, l'intrigue est le comportement d'hommes adulés, "... immatures... " dit-on, capables de mettre en cause la réussite d'un match pour un numéro sur le maillot, le 10 bien connu. Raymond Domenech tient un journal et d'après ses notes nous raconte les contentieux provoqués par des joueurs capricieux entourés de leurs, qui, avocat, un autre de son agent lors de la préparation des Coupes d'Europe, du Monde. L'histoire est d'autant plus excitante à lire que tous les spectateurs ont vécu en direct la déchéance de l'équipe de France en Afrique du Sud et l'usure du poste, manager autant que protecteur, habile et provocant. Sali par trop d'accusations, une ou des taupes au sein d'une équipe qui connut les affres de l'épopée Zahia, fournisseurs d'informations internes à une presse avide de papiers, Domenech joueur lui-même à Lyon où il est né, et dans différents clubs, selon un cursus classique, aime aussi le théâtre, il joua au petit théâtre de la Croix-Rousse dans sa ville natale après avoir été élève du Lycée Ampère,  et termine son livre par une tirade de Cyrano " Ha ! ha ! les Compromis,
                                                                  Les Préjugés, les Lâchetés !   Que je pactise ?
                                                                 Jamais, Jamais..............   
Un reproche pourtant à ce livre pour les femmes, les hommes, toutes générations, il manque un ballon sur la photo.           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire