lundi 31 octobre 2016

La souris Saki - J. J. Munro ( nouvelle Grande Bretagne )

Afficher l'image d'origine
lasouris-web.org

                                                     La souris

            Theodoric Voler avait été élevé dès son plus jeune âge et jusqu'aux confins de la maturité par une mère dévouée dont le principal souci avait été d'épargner à son fils ce qu'elle appelait les réalités grossières de l'existence. Lorsqu'elle mourut, elle laissa Théodoric tout seul dans un monde qui était aussi réel que jamais et beaucoup plus grossier qu'il ne l'estimait nécessaire. Pour un homme de son tempérament et de son éducation un simple voyage en chemin de fer représentait une aventure périlleuse parsemée d'ennuis et de désagréments mineurs ; aussi lorsqu'il s'installa un matin de septembre dans un compartiment de seconde classe, ce fut avec des sentiments mélangés et une impression générale de malaise. il venait de passer quelques jours dans un presbytère de campagne
dont les habitants n'étaient pas plus enclins à commettre des brutalités que des obscénités mais qui dans la conduite d'une maison, faisaient preuve d'une négligence des plus fâcheuses. C'est ainsi que la voiture qui devait le conduire à la gare n'avait pas été commandée à temps et qu'au moment de son départ le valet d'écurie qui aurait dû l'atteler s'avéra introuvable. Avec une répugnance qui, pour être muette, n'en était pas moins intense, Théodoric se vit donc contraint d'aider la fille du passeur à harnacher le poney, opération qui consistait à farfouiller en tâtonnant dans un appentis mal éclairé baptisé indûment du nom d'écurie et qui en avait du moins l'odeur, sauf dans les endroits qui sentaient la souris. Sans craindre à proprement parler ces bestioles, Théodoric les classait au nombre des réalités grossières de l'existence et considérait que la Providence eût pu, avec un minimum de courage moral, réaliser depuis longtemps qu'elles n'étaient pas absolument indispensables au bonheur de l'humanité et les retirer dès lors de la circulation. Tandis que le train sortait doucement de la gare, l'imagination fertile de Théodoric se reprochait d'exhaler une faible odeur d'écurie, et d'arborer peut-être deux ou trois brins de paille moisis sur ses habits d'ordinaire si bien brossés. Par bonheur, le seul autre occupant du compartiment, une dame du même âge que lui environ, semblait plus encline à somnoler qu'à détailler sa mise. Le train ne devait pas s'arrêter avant le terminus, et la voiture n'avait pas de couloir, ce qui excluait la venue de tout autre compagnon de voyage. Et pourtant le train avait à peine atteint sa vitesse normale qu'il fut bien obligé de constater qu'il n'était pas seul dans le compartiment avec la voyageuse assoupie, et qu'il n'était même pas seul dans ses propres habits. Un mouvement de reptation sur sa chair trahissait la présence inopportune et fort désagréable, invisible quoique insistante d'une souris égarée qui avait dû s'engouffrer dans sa présente retraite durant l'épisode du harnachement du poney. Des coups de pied furtifs, de brusques secousses et des pincements distribués à l'aveuglette n'arrivèrent pas à déloger l'intrus dont la devise semblait être : *
Résultat de recherche d'images pour "souris dessin couleur"* " Toujours plus haut ", si bien que l'occupant légitime des vêtements se renversa sur la banquette et chercha à trouver rapidement un moyen de mettre un terme à cette usurpation. Il était hors de question qu'il continuât pendant une heure entière à servir de loge à une colonie de souris ( son imagination fertile avait déjà doublé le nombre des envahisseurs ). D'autre part, seul un déshabillage partiel était susceptible de le débarrasser de son  tourmenteur mais l'idée de se dévêtir en présence d'une dame, fût-ce dans une intention aussi louable, suffisait à faire monter jusqu'au bout de ses oreilles le rouge écarlate d'ignominie. Il n'avait jamais pu se résoudre à exposer aux yeux du beau sexe, ne fût-ce que l'ourlet de ses bas ajourés. Et si en l'occurrence la voyageuse semblait profondément endormie, la souris, de son côté, semblait dévorée par une furieuse envie d'excursionner sur toutes les parties accessibles de son corps. Si la théorie de la métempsychose n'est pas une pure chimère, cette souris-là avait dû être dans une vie antérieure membre du Club Alpin. Parfois elle perdait pied, tant elle était fébrile, et chutait d'un ou deux pouces ; puis, tout affolée, elle se mettait à mordre méchamment. Théodoric se trouva donc dans l'obligation d'entreprendre l'action la plus téméraire de sa vie. Fixant un regard angoissé sur sa compagne de voyage endormie, tandis que son visage prenait la teinte d'une betterave, il se saisit silencieusement et prestement des extrémités de sa couverture de voyage qu'il fixa aux filets à bagage qui lui faisaient face de manière à tendre une barrière substantielle entre la passagère et lui. Dans l'étroit vestiaire qu'il s'était ainsi aménagé, il entreprit avec une hâte désordonnée de s'extirper partiellement et de déloger entièrement la souris des diverses couches de tweed et de lainage qui l'emmaillotaient. Et au moment où la souris, ainsi démaillotée, bondissait toute affolée sur le plancher, la couverture, se détachant à chacune de ses extrémités, tomba avec un bruit sourd et poignant, qui tira aussitôt la dormeuse de son sommeil. D'un mouvement presque plus prompt que celui de la souris, Théodoric bondit sur la couverture dont il ramena les larges plis jusqu'à hauteur de son menton afin d'en recouvrir sa nudité, tandis qu'il s'effondrait dans le coin opposé du compartiment. Le coeur battant, le rouge au front, les veines du cou saillantes, il attendit bouche bée qu'on tirât la sonnette d'alarme. La passagère se contenta toutefois de fixer silencieusement ce personnage étrangement accoutré qui lui faisait vis-à-vis. Que pouvait-elle avoir vu, se demanda Théodoric, et en tout cas que pouvait-elle bien penser de  la posture dans laquelle il se trouvait ?
Résultat de recherche d'images pour "souris"      * *   - J'ai dû prendre froid, hasarda-t-il en désespoir de cause.
            - J'en suis vraiment navrée, répondit-elle. Et moi qui allais vous prier de bien vouloir baisser la vitre.
            - Ce doit être la malaria, ajouta-t-il en grinçant légèrement des dents, autant par peur que par désir d'étayer sa théorie.
            - J'ai une fiasque de cognac dans mon sac, si vous voulez bien le descendre, lui proposa la dame.
            - Jamais de la vie... je veux dire que je ne prends jamais rien contre la malaria. Je laisse faire la nature et j'attends que ça passe.
            - Vous avez dû attraper ça sous les Tropiques ?
            Théodoric, dont la connaissance des Tropiques se résumait à la balle de thé qu'un oncle envoyait chaque année de Ceylan, sentit que même la malaria lui faisait faux bond. Lui serait-il possible, se demandait-il alors, de lui dévoiler la vérité par doses homéopathiques ?
            - Craignez-vous les souris ? risqua-t-il en rougissant si possible encore davantage.
            - Pas à moins qu'elles n'arrivent en torrents comme celles qui dévorèrent l'évêque Hatto. Pourquoi me posez-vous cette question ?
            - J'en avais une à l'instant qui s'était glissée à l'intérieur de mes vêtements, dit Théodoric d'une voix qu'il eut peine à reconnaître pour la sienne. C'était une situation très embarrassante.
            - Je vous crois sans peine, pour peu que vous portiez des vêtements serrés comme cela semble être votre cas, observa-t-elle. Mais les souris ont d'autres idées que nous sur le confort.
            - J'ai dû m'en débarrasser pendant que vous dormiez, poursuivit-il entre deux hoquets, et c'est en essayant de m'en débarrasser que j'en suis arrivé à cet état dans lequel vous me voyez présentement.
            - Ce n'est sûrement pas le fait d'avoir rendu sa liberté à une petite souris qui a pu vous provoquer ce refroidissement, s'exclama-t-elle avec une légèreté que Théodoric jugea abominable.
            Elle avait manifestement deviné sa situation et jouissait de sa confusion. Tout le sang qui coulait dans ses veines sembla affluer au visage de Théodoric et une vague d'humiliation, plus affreuse qu'une invasion de souris, parut lui ravager l'âme. Puis, à mesure qu'il reprenait ses esprits, l'humiliation fit place à la terreur pure et simple. Chaque seconde qui passait rapprochait le train du terminus ou une foule grouillante aux mille yeux scrutateurs remplacerait cette unique paire d'yeux paralysants qui l'observaient de l'autre coin du compartiment. Il existait encore une chance infime, c'est que sa compagne de voyage retombât dans une bienheureuse torpeur. Mais à mesure que les minutes s'écoulaient, cette chance s'amenuisait. Le regard furtif que Théodoric lui jetait de temps en temps ne décelait qu'un regard bien éveillé.                                                      quizz.biz
Résultat de recherche d'images pour "souris"            - Nous devons approcher maintenant, dit-elle au bout d'un moment.
            Théodoric avait déjà observé avec une terreur croissante les alignements de bicoques sordides qui annonçaient le terme du voyage. Ces paroles agirent sur lui comme un signal. Telle une bête traquée qu'un chasseur vient de débusquer, et qui se précipite, éperdue, vers quelque autre havre provisoire, il rejeta sa couverture, et enfila ses vêtements avec une hâte frénétique. La gorge serrée, le coeur battant, il voyait défiler derrière la vitre dans un silence glacé les mornes gares de banlieue. Puis comme il finissait de se rajuster, le train ralentit pour s'arrêter définitivement et la femme parla.
            - Voudriez-vous avoir l'obligeance de me trouver un porteur qui puisse m'accompagner jusqu'à un taxi ? Je suis navrée de vous demander ce service alors que vous êtes souffrant, mais il est difficile de s'y retrouver dans une gare quand on est aveugle.

*             jymcicreations.canalblog.com
**           crdp-pupitre.ac-clerm

                                                                                                                   Saki
                                                                                               ( in Nouvelles complètes )
                                                                                                                                                         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire