mercredi 29 mars 2017

LAliéniste Fabio Moon Gabriel Bâ ( BD Brésil )

ALIENISTE (L')

               amazon.fr

                                          L'Aliéniste

                                                       d'après l'oeuvre de J.M. Machado de Assis

            Aliéniste, le Docteur Simon Bacamarte dans un village proche de Rio de Janeiro, s'installe à 34 ans après avoir voyagé, refusant les offres de la monarchie qui lui propose la direction de l'Université de Combra. Au XIXè sc. un fou est un fou, sauf après la réflexion de Bacamarte. Jetant un regard autour de lui, à Itaguai donc, il constate tout d'abord qu'il n'y a pas de maison de fous. Il y aura donc " La Maison Verte ". Qui sera interné ? Bacamarte dit vouloir étudier et guérir et poursuit sa réflexion, utopiste, rêveur, Les fous sont habituellement enfermés lorsqu'ils sont furieux, circulent librement lorsqu'ils sont sans fureur. A la Maison Verte ils circuleront librement, par ailleurs le Conseil Municipal lui versera une somme sur chaque interné. Il étudia les déments et s'enrichit beaucoup. Il y eut le vacher, Jean de Dieu atteint de monomanie religieuse, Garcia, et d'autres, pour la plupart de braves gens. La population suivait. Durant ce temps le Docteur si savant chercha une femme qui pourrait lui donner des enfants forts et bien constitués. Il épousa une veuve sans grâce, mal faite, absolument docile, à qui il permit un séjour à Rio de Janeiro. Elle en revint ravie, les caisses pleines de robes et de bijoux. Les coffresétaient pleins aussi cela ne nuit pas à l'Aliéniste. Mais l'absurde se fait vite jour dans ce conte écrit par Machado dans les années 1840/1850 et plus. Les premiers internés furent libérés mais remplacés par d'autres montrant une attitude et un raisonnement parfaitement corrects. La révolte sourd, certains bien contents de se voir débarrassés de quelques proches firent grise mine au risque d'être arrêtés. Lisant cette jolie bande dessinée adaptée par deux jeunes dessinateurs toujours actifs, au fin graphique sur fond ocre, on ne peut que continuer à s'interroger, qui est fou, qu'est-ce qu'un fou?
















mardi 28 mars 2017

A la Mi-Carême Alfred de Musset ( Poème France )


Résultat de recherche d'images pour "Carnaval"
france-pittoresque.com




                   A la Mi-Carême 

                            I

            Le carnaval s'en va, les roses vont éclore ;
           Sur les flancs des coteaux déjà court le gazon    
           Cependant du plaisir la frileuse saison  
           Sous ses grelots légers rit et voltige encore,
           Tandis que, soulevant les voiles de l'aurore,
           Le Printemps inquiet paraît à l'horizon.

                          II

            Du pauvre mois de mars il ne faut pas médire ;
            Bien que le laboureur le craigne justement,
            L'univers y renaît ; il est vrai que le vent,
            La pluie et le soleil s'y disputent l'empire.
            Qu'y faire ? Au temps des fleurs, le monde est un enfant ;
            C'est sa première larme et son premier sourire.

                            III                                                                                     gamekyo.com
Résultat de recherche d'images pour "hiver printemps"
            C'est dans le mois de mars que tente de s'ouvrir
            L'anémone sauvage aux corolles tremblantes.
            Les femmes et les fleurs appellent le zéphyr ;
            Et du fond des boudoirs les belles indolentes,
            Balançant mollement leurs tailles nonchalantes,                  
            Sous les vieux marronniers commencent à venir.                                                                        

                            IV

            C'est alors que les bals, plus joyeux et plus rares,          
            Prolongent plus longtemps leurs dernières fanfares ;
            A ce bruit qui nous quitte, on court avec ardeur ;
            La valseuse se livre avec plus de langueur ;
            Les yeux sont plus hardis, les lèvres moins avares,
            La lassitude enivre, et l'amour vient au coeur.

                           V

            S'il est vrai qu'ici-bas l'adieu de ce qu'on aime
            Soit un si doux chagrin qu'on voudrait en mourir,
            C'est dans le mois de mars, c'est à la mi-carême,
            Qu'au sortir d'un souper un enfant du plaisir        
            Sur la valse et l'amour devrait faire un poème,                            
Résultat de recherche d'images pour "mondaines 1900"            Et saluer gaiement ses dieux prêts à partir.


                           VI
 
            Mais qui saura chanter tes pas pleins d'harmonie,
            Et tes secrets divins, du vulgaire ignoré,                                
            Belle nymphe allemande aux brodequins dorés                           toutartfaire.com
           Ô Muse de la valse ! ô fleur de poésie !
           Où sont de notre temps les buveurs d'ambroisie    
           Dignes de s'étourdir dans tes bras adorés ?

                          VII

            Quand sur le Cithéron, la Bacchanale antique
            Des filles de Cadmus dénouait les cheveux,
            On laissait la beauté danser devant les dieux ;
            Et si quelque profane au son de la musique,
            S'élançait dans les choeurs, la prêtresse impudique
            De son thyrse de fer frappait l'audacieux.

                           VIII

            Il n'en est pas ainsi dans nos fêtes grossières ;
            Les vierges aujourd'hui se montrent moins sévères,                            
            Et se laissent toucher sans grâce et sans fierté.                                    pinterest.com
Résultat de recherche d'images pour "nymphe 1900"            Nous ouvrons à qui veut nos quadrilles vulgaires ;
            Nous perdons le respect qu'on doit à la beauté,
            Et nos plaisirs bruyants font fuir la volupté.

                          IX

            Tant que régna chez nous le menuet gothique,
             D'observer la mesure on se souvient encor.
             Nos pères la gardaient aux jours de la thermidor,
             Lorsque au bruit des canons dansait la République,
             Lorsque la Tallien, soulevant sa tunique,
             Faisait de ses pieds nus claquer les anneaux d'or.                      

                         X                                                                                            

            Autres temps, autres moeurs, le rythme et la cadence
            Ont suivi les hasards et la commune loi,
            Pendant que l'univers, ligué contre la France,
            S'épuisait de fatigue à lui donner un roi,
            La valse d'un coup d'aile a détrôné la danse.
            Si quelqu'un s'en est plaint, certes, ce n'est pas moi.

                          XI

            Je voudrais seulement, puisqu'elle est notre hôtesse,
            Qu'on sût mieux honorer cette jeune déesse,
            Je voudrais qu'à sa voix on pût régler nos pas,
            Ne pas voir profaner une si douce ivresse,                                                 pinterest.com 
An Art Nouveau lamp, the bronze base by M Melodion, and the important fire polished double overlaid etched and carved tulip shaped shade be Galle, c 1900            Froisser d'un si beau sein les contours délicats,
            Et le premier venu l'emporter dans ses bras.

                         XII

         C'est notre barbarie et notre indifférence
         Qu'il nous faut accuser ; notre esprit inconstant    
         Se prend de fantaisie et vit de changement ;
         Mais le désordre même a besoin d'élégance ;
         Et je voudrais du moins qu'une duchesse, en France  
         Sut Valser aussi bien qu'un bouvier allemand.
                                                                                                                           
                                                                                                                                     
                                                                               Alfred de Musset

                                     

         


       


                         

                               

dimanche 26 mars 2017

Anecdotes et Réflexions d'hier pour aujourd'hui 73 Samuel Pepys ( Journal Angleterre )

Résultat de recherche d'images pour "turner peintre"
rillon.blog.lemonde.fr

                                                                                                                        1er juillet 1662

                    Au bureau. Notre réunion dura jusqu'à midi passé. Puis avec le commandant Cuttance par le fleuve à Deptford où le Royal James, à bord duquel milord partit récemment mais revint dans le Charles, était désarmé et la solde de l'équipage payée par sir William Batten et sir William Penn.
            Puis invitai Mr Shipley à dîner, et demandai ensuite à milord s'il fallait considérer ce bateau comme un navire de premier rang, ce que les hommes prétendaient, ou de deuxième. Il a répondu que nous remettions à payer jusqu'à ce qu'il ait pu en parler à son Altesse. Recommencé et aperçu Cooper le second que j'avais aperçu sur le Charles. Je lui demandai de m'enseigner les mathématiques, et l'idée me plaît. Je lui dis de venir me voir dans quelques jours.
            Vers le soir je le quittai et me rendis à Rotherhite par terre accompagné de Mr Crowley, vérificateur des rôles, nous entretenant de tout ce qu'il y a dans l'arsenal sur lequel il m'a fort éclairé.
Puis de retour par le fleuve passai une demi-heure à causer avec ma femme qui craignait que je ne veuille aller avec milord chercher la reine mère. Je l'ai tirée du doute. J'allai au lit alors qu'il faisait encore jour, afin de me lever tôt demain.


                                                                                                                    2 juillet

            Levé pendant que les cloches sonnaient 4 heures, et me mis à écrire mon journal, puis au bureau pour étudier les instructions relatives aux agents des arsenaux, car je désire beaucoup m'enquérir des abus qui s'y commettent. Au bout d'un moment arrive, comme prévu, le commissaire Pett puis un envoyé de Mr Coventry qui nous fait dire qu'il est dans son canot et qu'il nous attend. Descendîmes donc à la Tour le trouver et allâmes tous par le fleuve à Deptford. En chemin il nous fit remarquer la grande différence qu'il y a entre l'obéissance et la discipline des vieux commandants et les nouveaux que le roi nomme, ce que j'ai grand plaisir à lui voir reconnaître.. Là nous entrâmes dans le magasin pour examiner les approvisionnements et ses registres. Mais Mr Davis était absent, car une de ses parentes est morte chez lui, ce dont, lorsque je le vis un peu plus tard il se fait un souci fort ridicule, comme s'il n'y avait pas d'autre femme au monde. Il y a là tant de laisser-aller, comme pour le vérificateur des rôles et le commis à l'intendance que nous avons interrogés l'un après l'autre, que je ne vois pas qu'ils accomplissent le tiers de leur charge. Mais, à ma grande satisfaction, Mr Coventry veut corriger tout cela.                                                                      
            Mr Coventry alla à Londres et Mr Pett et moi à la paie où les deux sirs William étaient encore occupés à payer l'équipage du Royal James, puis dîner et de nouveau à la paie où j'ai aidé plusieurs serviteurs de milord Sandwich. Mais je fus chagriné de les voir si autoritaires, et à chaque fois ils allaient se plaindre à milord, comme s'ils avaient une telle autorité sur milord. Dans la soirée je me promenai avec Mr Davis, lui racontai la journée à son bureau et lui donnai des conseils. Puis rentrai avec les autres dans le canot   major. Et au lit.                                                                                           vanupied.com 


                                                                                                                       3 juillet
                                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                                       vanupied.com 

Résultat de recherche d'images pour "londres ete 1700"            Levé à 4 heures et à mon bureau jusqu'à 8 heures. Fait deux copies de notre marché avec sir William Rider etc. pour 500 tonnes de chanvre. J'ai de la peine à recopier, car il est secret, et à le rédiger.
            Puis à la maison pour m'habiller et au bureau où je me querelle avec sir Richard Ford au sujet de son fil de caret. Je vois que le Conseil de la Marine penche de mon côté, ce dont je me réjouis, bien que je regrette que retombe sur moi la charge de désobliger sir Richard.
            A midi nous avons tous, sur leur invitation, dîné au Dauphin, avec les officiers de l'artillerie. Il y avait là sir William Compton et Mr O'Neill et d'autres grands personnages. Somptueux dîner. Mais je n'ai bu, comme je continue à le faire, que ce que je m'accorde de vin.
            A la fin du repas on apporta à sir Willaim Compton un fusil qui tire sept fois, le meilleur de ces engins que j'ai jamais vu, fort pratique, nullement une amusette, car il a été fort apprécié et fabriqué en grand nombre.                                                                    
            A mon bureau tout l'après-midi, tant que je puis voir clair, pour régler de nombreuses affaires. Dans la soirée visite de Mr Lewis. Avec beaucoup d'esprit il me demanda si je m'étais jamais enquis de la Caisse de Chatham. Lorsqu'il se rendit compte que je ne demandais qu'à être mis au courant, il tira un papier où il m'exposait la gestion de cette Caisse. Dans l'ensemble il me dit qu'il y avait toujours eu des abus et que cela durait. Et quel acte méritoire ce serait de s'en occuper, ce que je me suis résolu à faire si Dieu me favorise. Et je l'en remercie vivement.
            Puis je rentrai à la maison et après un tour sur la terrasse avec ma femme qui, ces depuis que je m'applique à mon travail n'a guère eu ma compagnie, mais elle s'en satisfait puisqu'elle sait comment je passe mon temps. Et au lit.


                                                                                                         4 juillet
                                                                                         
                      Levé à 5 heures. Après avoir mis mon journal en état, à mon bureau pour mon travail auquel j'ai résolu de me consacrer, car je vois tous les jours ce que j'y gagne. Puis arrive Mr Cooper, second du Royal Charles. Il va m'apprendre les mathématiques. Je commence donc aujourd'hui. C'est un homme fort capable et il ne sera pas bien cher, je pense. Après une heure d'arithmétique, mon premier essai fut d'apprendre la table de multiplication. Nous nous sommes quittés jusqu'à demain. Et je retournai à mon travail jusqu'à midi. Arriva Mr Warren pour affaires et il a commencé à m'instruire de la nature du bois de sapin, du bois de construction et du bois en planches en m'indiquant la nature de chaque espèce. Nous passâmes ensuite à la question de la malhonnêteté de sir William Batten et des gens qu'il emploie et à d'autres de la même sorte. J'étais très content de sa compagnie et je restai à causer avec lui, tous deux seuls dans mon bureau jusqu'à 4 heures de l'après-midi, sans manger ni boire de la journée. Puis nous nous quittâmes et j'allai à la maison manger un morceau. Retour à mon bureau et vers le soir arriva Mr Shipley qui quitte Londres demain, de sorte que nous réglâmes à grand peine ses comptes avec milord. Lesquels ont beau être revendiqués et honnêtes sont pourtant si obscurs que je suis contrarié de constater la manière dont ils sont tenus. Ayant pris congé de lui comme de quelqu'un qui ne reviendra pas à Londres de longtemps, je mangeai une tartine de beurre et allai au lit. A sa demande, j'ai aujourd'hui expédié à mon frère Tom la vieille contrebasse de mon père que nous avons tous les deux si longtemps conservée. Je crains que Tom n'en fasse pas grand chose de bon.


                                                                                                      5 juillet 1662

     A mon bureau pour préparer notre réunion. Nous avons travaillé toute la matinée et à midi j'ai invité sir William Penn, que je déteste de tout mon coeur pour ses vils et déloyaux procédés, mais je crois impolitique de le laisser voir maintenant, et son fils William à dîner chez moi. Etaient aussi présents Mr Creed et mon cousin Alcock.  On m'avait donné un chevreuil il y a quelques jours et j'en fis servir une épaule à la broche et l'autre au four, et les abats en croûte, tout cela fort bien apprêté. Nous fûmes aussi gais que je pouvais l'être en cette compagnie, d'autant plus que je ne voulais pas paraître autrement à sir William Penn à quelques jours de son départ pour l'Irlande.
            Après dîner il s'en alla avec son fils et Mr Creed chercha avec toute sa rhétorique à me persuader d'aller à la comédie. Et, à dire vrai, mon naturel m'y incitait, nonobstant ma promesse et mon travail auxquels je me suis si étroitement tenus ces temps derniers. Mais je refusai et j'espère refuser toujours. Il est par-dessus tout à considérer que je n'ai jamais eu une telle tranquillité d'esprit que depuis que je m'applique à mon travail et que je me vois devenir de plus en plus propre à mon emploi et acquérir plus d'honneur, chaque jour davantage que la veille. Puis donc à mon bureau tout l'après-midi et à mes mathématiques le soir avec Mr Cooper. Puis souper, et au lit.


                                                                                                                         6 juillet
 france-pittoresque.com                                                                              Jour du Seigneur
Résultat de recherche d'images pour "arithmétique"            Resté longtemps au lit avec ma femme de façon gaie et plaisante. Puis je me levai et réglai les comptes avec ma femme pour le ménage, et je constate que mes dépenses pour ma cuisine, sans compter le vin, le bois, la chandelle, le savon et bien d'autres choses, s'élèvent à environ 30 shillings par semaine ou un peu plus.
            A l'église où Mr Milles a fait un sermon languissant. Rentré dîner à la maison avec mon frère Tom. Puis ma femme et moi retournâmes à l'église l'après-midi. Je passai ensuite mon temps à la Garde-Robe avec Mr Creed et Mr Moore à parler affaires, puis je montai souper avec milady qui me dit avec beaucoup d'ennui que milady Castlemaine est toujours aussi en faveur auprès du roi et qu'il vient la voir aussi souvent que par le passé. Ce dont, Dieu me le pardonne, je suis bien content.
            Il commençait à pleuvoir de sorte que j'empruntai un chapeau et un manteau à Mr Moore et rentrai à pied chez moi où je trouvai le capitaine Ferrer en compagnie de ma femme. Il partit au bout d'une heure et nous allâmes tous nous coucher.
            " Jack Cole, mon vieil ami, est venu me chercher à la Garde-Robe. Il m'a dit, entre autres que la plupart des principaux pasteurs de Londres resigneraient leur bénéfice et que tout ou tard le résultat serait fâcheux pour le roi et la Cour. "


                                                                                                                  7 juillet

            Levé et de bonne heure à mon bureau. Toute la matinée seul jusqu'au dîner et ensuite de nouveau à mon bureau. Vers 3 heures, avec ma femme, à Westminster. Suis resté dans la Grand-Salle pendant que ma femme allait voir ses parents. Quand elle revint nous rentrâmes à la maison toujours par le fleuve. Au bout d'un moment arriva Mr Cooper et nous nous mîmes à nos mathématiques. Puis souper, et au lit.
            Ce matin, mon travail au bureau a été de mettre de l'ordre dans les nouveaux registres et d'écrire au dos ce que sont ces registres et d'y inscrire certaines choses prises dans les anciens registres.


                                                                                                                      8 juillet

            Au bureau toute la matinée et dînai à la maison. Je me dépêchai ensuite d'arrêter mes comptes avec milord. Ce que j'ai fait avec quelque difficulté, parce que j'avais espéré tirer quelque avantage personnel de ces comptes en plus de ce qui me revient. Mais je n'y ai pas réussi et les ai apportés à milord auprès de qui ils ont fort bien passé. J'allai donc à la Garde-Robe, où je restai plus d'une heure seul avec milord et il semble bien me conserver son ancienne confiance. Il me dit de plus que Mr Coventry lui a parlé de moi très avantageusement, ce dont je suis très content. Il arrive au bout d'un moment rendre visite à milord. De sorte que nous nous sommes tous trois promenés dans la Grand-Salle un bon moment. Je le trouve intelligent et de bonne compagnie. Lui parti je rentrai à la maison par le fleuve en compagnie de Mr Moore pour bavarder. Il me quitta Cooper étant là pour me donner ma leçon. Nous avons travaillé jusqu'à la nuit tombée, et puis je mangeai un morceau et allai au lit à la lumière du jour.


                                                                                                                    9 juillet 1662
                                                                                                                       pegame.ens-lyon.fr    
Résultat de recherche d'images pour "arithmétique"            Levé à 4 heures et travaillé avec application à ma table de multiplication qui est la seule difficulté que je trouve dans l'arithmétique. Puis fis ma toilette, et à mon bureau où je fus occupé toute la matinée. Vint sir William Penn pour me faire ses adieux et m'ayant prié de faire un tour de jardin il m'a confié le soin de sa maison et m'a offert tous ses services pour tout ce qui me concerne. Je lui ai, Dieu me le pardonne, promis tous mes services et mon affection, bien que le gredin sache bien qu'il ne les mérite nullement de ma part et que je n'ai nulle intention de lui en rendre. Mais puisqu'il dissimule avec moi, il me faut dissimuler avec lui. Dînai à la maison puis retournai à la maison avec ma femme Tandis que j'étais une heure durant occupé à faire un trou derrière mon siè dans mon petit cabinet pour voir dans le bureau, elle me parlait de son voyage à Brampton, ce à quoi je consentirais volontiers si ce n'était pas si cher. Et rester ici serait fort incommode à cause de la saleté qu'il y aura nécessairement quand on démolira la maison.
            Puis à mon travail jusqu'au soir ; puis avec Mr Cooper. Puis vint Mr Milles le pasteur. Ce qu'il a rarement fait en ce qui me concerne, bien qu'il le fasse presque tous les jours pour d'autres. Mais c'est un habile homme, et il sait où il y a bonne chère et bon vin, chez sir William Batten. J'ai cependant été poli avec lui, bien que je l'aime comme j'aime tous ceux de sa profession. Puis souper, et au lit.


                                                                                                                    10 juillet

            Levé à 4 heures et avant d'aller au bureau ai fait des exercices d'arithmétique, et puis quand ma femme fut levée, je les appelai, elle et Sarah et j'arrangeai un différend qui les opposait, car c'est une si excellente servante que je répugnerais à m'en séparer. Puis toute la matinée au bureau où il y avait beaucoup de travail. Mais ce qui me contrarie c'est de voir un tel désordre dans notre conseil que, chacun s'occupant d'une affaire différente on n'arrive à rien.
            Dînai à la maison avec ma femme, puis de nouveau au bureau et appelé par sir William Batten j'allai au bureau des subsistances pour examiner tous les différents bureaux et bâtiments afin de vérifier leur usage et d'en rendre compte au Conseil du roi. Après avoir reçu le serment de Mr Lewis et du commandant Browne et d'autres, je revins au bureau où je restai seul à régler différentes affaires jusqu'au soir. Puis à la maison et au lit à la lumière du jour.


                                                                                                                 11 juillet
pearltrees.com
Résultat de recherche d'images pour "arithmétique table de multiplication"            Levé à 4 heures et travaillai assidûment à ma table de multiplication que je possède à peu près maintenant. Puis fis ma toilette et au bureau où arrivèrent bientôt Mr Pett et un messager qui vint dire de la part de Mr Coventry qu'il nous attend à la Tour dans son canot. Nous allons donc le retrouver et descendons d'abord jusqu'à Deptford où nous examinâmes des planches récemment livrées à bas prix, que nos officiers malhonnêtement voulaient sous-évaluer. Mais nous les avons trouvées de bonne qualité. Puis à Woolwich où nous avons soigneusement inspecté les bâtiments et les approvisionnements qui sont dans une grande confusion faute de magasins. Et puis chez Mr Acworth et Sheldon pour examiner leurs registres. Nous constatons qu'ils ne correspondent nullement au service du roi et à la sécurité en ce qui concerne les approvisionnements. Puis à la corderie où nous avons examiné le chanvre que nous trouvons fort gâté. Nous avons alors assisté à un essai comparé entre le fil de sir Richard Ford et le nôtre. Nous trouvons une grande inégalité. Nous sommes revenus par le fleuve vers 5 heures de l'après-midi et à Whitehall et de là à St James, dans le cabinet de Mr Coventry qui est fort propre et élégant. Nous avons eu un dîner délicat, puis nous avons parlé affaires et règlements et j'ai pensé à bien des choses qui mettront cela en meilleur ordre. Et dans l'ensemble mon coeur est réjoui de voir Mr Coventry si intelligent, capable et appliqué à faire du bien, et se conduire avec beaucoup de franchise et de respect envers Mr Pett et moi en particulier. Vers 9 (h) nous nous séparâmes après avoir beaucoup conversé et nous être mis d'accord sur beaucoup de choses touchant aux règlements à faire. Et par le fleuve, déposai Mr Pett au Temple, rentrai à la maison,      et au lit.


                                                                                                                    12 juillet

            Levé à 5 heures et rangeai ma maison pour mes ouvriers qui viennent lundi déposer le haut de ma maison. C'est un tracas qu'il faut endurer maintenant, mais cette pensée me tracasse beaucoup. Puis  mon bureau. Réunion jusqu'à midi, puis dîner et au bureau tout l'après-midi. Beaucoup de travail. Le soir avec Cooper à faire de l'arithmétique, puis arriva Mr Creed pour les comptes de milord et, lui parti, souper et au lit.


                                                                                                                    13 juillet  
                                                                                                   Jour du Seigneur
            M'étant par accident fait mal aux couillons, j'ai eu ma vieille douleur tout hier et ce matin, de sorte que j'ai gardé le lit tout ce matin. Puis je me suis levé et après que quelques-uns de mes gens sont allés à l'église, je me mis à enlever mes livres et mes papiers et à préparer mon cabinet pour demain quand on viendra démolir le haut de ma maison. J'allai dans la soirée au jardin et envoyai chercher Mr Turner qui, hier, me donna l'occasion de lui parler de nos querelles. Et je lui dis tout ce que je pensais et qu'il est en mon pouvoir de lui faire une impolitesse à propos de sa place de petit pourvoyeur. En définitive je lui fis comprendre, il me semble, qu'il lui appartenait de me témoigner son amitié et de servir mes intérêts. Après que je lui eus dit ce que je pensais, et qu'il en eut fait autant à mon égard nous descendîmes à la Tour où nous prîmes un canot pour aller à Deptford, car je voulais mettre ma signature et mon sceau en tant que juge de paix du Kent, contre un certain Annis qui doit être jugé mardi prochain aux assises de Maidstone pour avoir volé du plomb à l'arsenal de Woolwich. Je m'entretins avec Mr Turner, à l'aller et au retour, des défauts de notre façon de conduire les affaires de notre bureau. Il s'en rend compte. Mais je le crois fripon fieffé. Retour à la maison je trouve un lapin au feu et un bon souper, puis écrivis mon journal, et au lit.


                                                                                                                14 juillet 1662
cuisinealafrancaise.com
Résultat de recherche d'images pour "cuisine chevreuil"            Levé à 4 heures et fait de l'arithmétique, puis à mon bureau jusqu'à 8 heures. Puis dans Thames Street en compagnie du vieux Mr Green voir les goudronniers, où je me suis renseigné sur la nature et le prix du goudron, mais je n'ai pas pu avoir de Stockholm pour le bureau à moins de 10 livres et 15 shillings par laste, ce qui est très élevé. Puis rentrai et à mon bureau toute la matinée. A midi le Dr Thomas Pepys est venu et nous allâmes à la Bourse, puis rentrâmes pour le dîner où par hasard sont venus Mr Pearse le chirurgien, puis Mr Battersby le pasteur et Mr Dunn. Il se trouvait que j'avais un cuissot de chevreuil bouilli, de sorte qu'ils ont été fort bien et fort gaiement reçus. Mais mon niais de docteur a une si sotte conversation  que je suis las de lui. Eux partis je retournai à mon jardin avec ma femme, et puis au lit. Les tuiles de ma maison sont presque entièrement déposées, afin de la surélever. Et ce soir j'ai commencé à ne plus mettre mon gilet. J'ai aussi trouvé l'arche de Cornhill enlevée, ce qui était assez étrange.


                                                                                                                   15 juillet                                                                      
           Levé à 4 heures et après avoir un peu travaillé à ordonner mes papiers, chez moi, à mon bureau où je me suis occupé jusqu'à l'heure de la réunion. Toute la matinée au bureau où James Southerne, le commis de Mr Coventry, m'a proposé un brevet d'officier à signer, ce que j'ai refusé, disant qu'il appartenait à mon commis de le faire. J'étais cependant un peu tracassé d'être conduit à cela, mais je l'ai fait. La réunion se termina tard et je rentrai dîner à la maison où vinrent mon frère Tom et Mr Cooke et dînèrent avec moi. Je n'ai pas pu m'égayer à cause de mon travail et je retournai au bureau. Tous deux sortirent avec ma femme. Dans la soirée arriva Cooper et je l'emmenai par le fleuve afin qu'il m'instruisît de matière touchant les navires, ce qui fut du temps bien employé, et retour. Ma femme rentra et me dit qu'elle s'était bien distraite et était très contente de sa promenade avec eux. Vers le moment du coucher il commença à pleuvoir et, la maison étant toute ouverte par le haut, cela me contraria. Mais il n'y avait rien à y faire, et j'allai au lit.


                                                                          à suivre
                                                           
                                                                                             16 juillet 1662

            Au matin je trouvai.........


                                                                                                         
         
          


                                                                                   




                                                                                                                      

vendredi 24 mars 2017

Einstein Corinne Maier Anne Simon ( Bande dessinée France )


amazon.fr
nts

                                          Einstein
                                                        Une biographie dessinée

            " ....... Pour me punir de mon mépris de l'autorité, le destin a fait en sorte que je devienne moi-même une autorité....... " Albert Einstein naît à Ulm en Allemagne le 14 mars 1879. Ses parents  s'inquiètent, enfant solitaire, à l'école souvent rabroué, il ne s'intéresse en fait qu'à la géométrie.
"....... Je déteste la discipline et je m'ennuie en classe....... " Ses parents lui apportent la culture, mais son père peine dans ses entreprises. Ils quitteront Ulm où l'enfant insulté pense "..... je ne veux par ressembler à ces gens..... ils ont reçu un cerveau par erreur..... " Le cerveau d'Einstein, après sa mort, fut ausculté, il s'avéra plus petit que la moyenne. A seize ans il quitte l'école "..... Je n'en pouvais plus, l'école me tapait sur le système. Je préférais apprendre l'algèbre avec oncle Jakob........ " Les parents installés en Italie, ce qui plaît à Einstein, il est convenu qu'il poursuivra ses études à Munich. Les examens d'entrée passés avec difficulté "...... Enfin admis au prestigieux Polytecnikum, je me suis inscrit en physique..... Ce labo de physique, quel merveille...... " Ainsi intégré à la vie Zurichoise il croise les révolutionnaires russes "..... j'ignorais alors que j'étais entouré de gens qui allaient changer le monde... Comme moi ! ..... " Plus tard reconnu comme un coureur de jupons, il tombe à ce moment amoureux de Mileva qui lui donne deux fils. Elle est serbe, lui né en Allemagne ne veut pas retourner dans ce pays, il se dit apatride. Un poste peu exigeant lui est proposé à Berne, il peut donc poursuivre ses recherches "..... J'ai montré que la lumière est composée de "paquets " ( quanta ) qui transfèrent leur énergie aux électrons lors de la collision...... pas la plus connue de mes découvertes, l'effet photoélectrique m'a valu le prix Nobel de physique en 1921 " Epuisé il est alité plusieurs semaines mais toujours habité par les atomes - énergie et masse - il poursuit et pose les bases de la relativité. Il donne la très célèbre formule E = MC2. 1914 installé à Berlin avec une nouvelle compagne. "..... Beaucoup de théories ont été élaborées à partir de la mienne..... Le Bing-Bang, le Trou Noir..... " Parfois ses fils lui rendent visite venus de Zurich "......Tes fils arrivent....; Je suis réveillé. Je ne dors pas longtemps mais je dors vite..... " La bande dessinée n'est pas plus longue que d'autres mais les auteurs ont su rendre le personnage et l'ouvrage très vivant et drôle. Pas d'ennui devant tant de formules abstraites pour les béotions, dont je suis. Les années entre deux guerres amènent les billets anonymes glissés sous la porte, ou hurlé dans les rues " Sale juif ". Expression que Albert Einstein entend depuis longtemps. Mais le nazisme installé, appelé aux EtatsUnis il avance dans son travail de recherches, fuyant l'antisémitisme. " ..... Je suis devenu une sorte de VRP mondial de la Relativité....... La relativité était à la mode à NewYork. Apprenant le travail des Allemands sur une nouvelle bombe basé sur ses découvertes, il poursuit sa recherche de "...... La formule de l'Univers encore et toujours..... " Il meurt le 18 avril 1955; "...... Vous savez si l'humanité finit par s'autodétruire, le cosmos ne versera pas une larme sur notre disparition....... La mort c'est comme une vieille dette qu'on rembourse enfin...... Quel bonheur de courir après quelque chose de mystérieux dont je n'ai aperçu que le reflet. Quelque chose qui s'appelle... La beauté."




mercredi 22 mars 2017

Une jeunesse perdue Jean-Marie Rouart ( Roman France )


        amazon.fr

                                                       Une jeunesse perdue
            Muscles en perdition, joues sans éclat, maigreur suspecte, un certain âge et ces décrépitudes inavouables, inacceptables par des hommes aussi bien que par les femmes. L'auteur, le livre est écrit à la première personne, lucide, fait le bilan certains jours. A la tête d'une revue d'art, conférencier, il mène une bonne vie très parisienne, fréquente les restaurants cités en nombre, habite un logement à Saint-Germain des Prés, sous les toits acheté avec son épouse sous-préfète du côté de Vichy très occupée par un jardin qu'elle s'obstine à améliorer. Le couple se rencontre, a ses habitudes. L'homme pense sa femme fidèle, mais certaines lettres trouvées dans un tiroir secret d'un joli bureau le déconcerte. Alors que lui-même rêve d'un nouvel amour malgré sa jeunesse évaporée et un maintien tout à fait acceptable, libre de tout sentiment et sensible à la beauté, il croise, piégé, une flamboyante jeune femme russe. Manipulatrice, fossoyeuse des portefeuilles de ses amants, cela il l'apprendra un peu tard, il trouve toutes les excuses à ses écarts, elle si jeune et lui "..... - Tu es trop vieux..... " lui dit-elle. "........ Quel réconfort j'aurais trouvé auprès de ma femme si je n'avais découvert l'étendue de sa dissimulation ! Je ne pouvais décemment aller pleurer mes peines de coeur dans son giron...... " Amoureux en plein désarroi, veillé par une servante berrichonne conseillère pas écoutée, qui marmonne des mots venus de son Berri pour tenter de sauver ce pauvre maître foudroyé.
"....... L'agressivité que je ne pouvais diriger contre elle, je la retournais contre moi...... " Lorsque sans réponse à ses appels téléphonés, ses bouquets de fleurs, il se rend à son appartement, observateur il nous décrit les couloirs obscurs de l'immeuble Walter. Le désir preuve d'une jeunesse pas disparue, et les conséquences rudes pour tous, sauf pour Valentina, sans doute.


mardi 21 mars 2017

Deux-pièces Eliette Abecassis ( Roman France )

Deux-pièces. Le premier bikini par [Abécassis, Éliette]
amazon.fr


                                                                Deux-pièces

           Paris 1946 aux abords du bois de Boulogne, un jour de juillet, une jeune femme, danseuse nue au Casino de Paris, car aucun mannequin n'avait accepté cette prestation, porte pour la première fois un maillot de bain deux pièces. Elle défile devant le jury, entourée de femmes qui portent des  maillots entiers, sans cette coupure qui laisse à l'air le nombril, plus haut deux petits triangles couvrent à peine les seins, les cuisses sont haut découvertes. L'objet se nomme un " bikini ". Il est sorti de l'imagination d'un ingénieur automobile, Louis Réard. Il attend la réaction de l'assemblée réunie à la piscine Molitor, très courue l'été, transformée en patinoire l'hiver. Des vedettes de l'époque, Madeleine Sologne, Paulette Dubosc sont présentes, également des journalistes de mode. Gabrielle est l'une d'elles, elle est abordée par un homme, Antonin. Ils se reconnaissent, la guerre les a séparés. Et ils se racontent. Antonin "..... Où étais-tu ? - J'étais là? - A Paris ? Mais je t'ai cherchée partout..... " Bien plus tard, vers la fin de ce très court livre qui raconte la triste histoire des déportés, des prisonniers, qui pour certains sont revenus, attendus, on apprend la raison de cette séparation C'est l'histoire d'Antonin venu soutenir Louis Réard présenter ce petit vêtement en tissus qui portera le nom de l'île du Pacifique où " ..... eurent lieu les premiers essais nucléaires américains, en espérant qu'il ferait lui aussi l'effet d'une bombe. " Moins de 100 pages, c'est pourtant un roman, court. Quelques illustrations, notamment celui du mannequin déjà en couverture. De plus des dessins montrant des jeunes femmes dansant vêtues de petits deux pièces,datant de plusieurs siècles, en mosaïques, dans une villa sicilienne.

            

vendredi 17 mars 2017

Correspondance Proust Gallimard 13 ( Lettres France )


Résultat de recherche d'images pour "catleya proust"
pinterest.com



                                                                                                                         3 février 1922

            P.S. à ma lettre

             Mon cher Gaston
             Ma lettre n'ayant pas été mise à la Revue avant-hier ni hier, comme elle aurait dû l'être, j'y ajoute ce P.S. ESSENTIEL.
            Les épreuves ne sont pas venues mercredi ni jeudi, " au plus tard ", pas plus qu'auparavant Samedi " au plus tard ", et avant encore d'autres dates. Hélas je ne suis pas une machine que je puisse graisser indéfiniment pour qu'elle donne son plein de travail ; et il faut maintenant que j'interrompe mes médicaments. J'aurai donc moins de force pour travailler et en revanche plus d'effort à donner puisque au fur et à mesure que les épreuves tardent, le laps de temps qui m'est concédé pour les ajoutés est forcément plus court.  Je dis plus court, parce que je travaillerai comme si nous devions être en vente le 1er Mai, date que vous trouviez infiniment trop lointaine, que vous vouliez remplacer par une bien plus proche, et que moi, avec un très modeste bon sens, si lointaine qu'elle fût, je jugeais seule pratique et accessible. - . Donc je ferai comme si nous devions être chez les libraires le 1er Mai. Je ne donnerai pas une seconde d'effort de moins. Mais je reste persuadé que nous paraîtrons seulement le 1er Mai 1923. Et comme j'ai tant de livres à vous offrir qui, si je meurs paraîtront jamais ( A la Recherche du temps perdu commence à peine ), comme d'autre part en Mai 1923 on aura plus oublié les personnages qu'en Mai 1922, ce sera désastreux. Et ce désastre, compliqué de beaucoup d'autres, ne sera pas votre faute volontaire mon cher Gaston. Il tiendra ( oh ! je ne voudrais surtout pas vous contrarier, quand je vous contrarie, j'en suis, moi, contrarié un temps infini, demandez à Jacques l'amitié que j'ai pour vous ) uniquement à ceci : que vous n'avez aucune autorité sur votre imprimeur. Il se moque de nous, c'est visible à mille choses, rien qu'à ceci que la 1ère partie ( celle dont j'ai les épreuves ) était couverte de corrections presque à chaque mot, et qu'une fois que vous vous êtes décidé à la lui envoyer, elle a été faite prestissimo. Tandis que la seconde et dernière où il n'y avait presque aucune correction, ne peut pas arriver à revenir. Il vaut du reste mieux ne pas lui dire qu'il se moque de nous, puisque nous voulons désespérément tenter de paraître et n'avons donc pas avantage à le fâcher. En tout cas, en gros, je crois ( avec l'accroissement des ajoutés ) que votre système de 3 volumes au lieu de 2 est peut-être commercialement plus pratique. Donc dîtes-moi si je dois l'adopter. Ce sera volontiers.                                                                      
Résultat de recherche d'images pour "catleyas odette"            2° Prévenez d'avance M. Gabory , de façon que dès que mon travail sera terminé, je ne perde pas une heure pour qu'il commence sa lecture. Où demeure-t-il ?
            3° Ne faites pas de révision avec Jacques, ni sans Jacques. Ce sera autant de temps de gagné. Et les fautes sont si grossières que le lecteur rectifiera. Seulement qu'on mette Sodome et non Sodôme.
            Je suis si, si heureux que votre fils aille bien, que sa mère et vous n'ayez plus de soucis.
            Bien affectueusement votre ami

                                                                         Marcel Proust

Quand je vois le battage qu'on fait autour du livre le plus bête, le moins écrit en f, que j'aie jamais lu, St Magloire, je pense avec tristesse qu'on croira que j'ai mis 2 ans pour faire Sodome II. Si on vend 10 exemplaires de St Magloire, la gloire, sans calembour, peut en revenir à l'éditeur ( j'ignore qui c'est, l'ayant lu en revue ). Si l'éditeur est vous, vous êtes impardonnable de vous donner cette peine pour une pareille ineptie, indigne des belles, émouvantes, sobres et vraies Croix de Bois.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                       A Gaston Gallimard

                                                                                                           Paris le 2 Mars 1922

            Cher Gaston
            Je vous accuse réception et vous remercie infiniment des 3.000 francs reçus hier. J'espérais vous le dire ce soir chez vous. Mais j'ai des douleurs et je ne puis pas faire un mouvement.
            Je n'ai pu vous mettre au courant de beaucoup de choses ne vous ayant pas vu depuis si longtemps, mais je vous préviens, à tout hasard, que Morand m'ayant écrit : " J'ai reçu de Gallimard une lettre indirecte qui est terrible ", je vais probablement et en tous cas si cela vous convient lui écrire que je vous communique cette phrase afin de savoir comment il m'en rend responsable.
 pinterest.com                                                 Cher Gaston, 3 questions
LE JARDIN SECRET DE MARCEL PROUST: MARGERIE, DIANE DE            1°) Comme je ne passe pas mon temps à vous tenir au courant de choses inutiles, je ne crois pas vous avoir dit qu'un éditeur qui s'appelle Mr. Fabre m'a fait différentes propositions que j'ai refusées naturellement lui disant que j'appartiens à la NR.F. : mais depuis, Mr. Fabre m'a récrit au sujet de l'hommage à Paul Valéry auquel il voudrait me voir collaborer. Je ne sais pas si mes forces me le permettront, mais en tous cas, il faut préalablement savoir si cela vous convient ou non.
            2°) Est-ce que vous avez lu l'article de Mr. Curtius sur moi dans un journal de Munich. Je voudrais bien savoir ce qu'il signifie. Peut-être l'un de vos collaborateurs, qui sans me connaître personnellement est en sympathie avec moi, voudra bien me le dire ( par exemple Mr. Schlumberger ou Mr. Crémieux )
            3°) J'ai vu dans le Chicago Tribune qu'on avait traduit Du Côté de chez Swann. Ont-ils le droit ?
            Voulez-vous remercier votre frère qui a pris la peine de m'envoyer ce chèque. Je vous suis reconnaissant d'en avoir élevé le montant, mais j'étais pleinement satisfait du premier système s'il vous convenait mieux, en tous cas la ponctualité de votre frère est ébouriffante ( seulement je ne sais toujours pas à quel mois c'est imputable ).
            Comme cette lettre est absolument personnelle, si cela pouvait vous être agréable que je vous en écrive une autre où je ne mettrais rien que vous ne puissiez montrer, mais où je vous remercierais simplement de la façon scrupuleuse avec laquelle je suis réglé etc, je suis tout disposé à le faire car cette autre lettre vous permettrait de détruire certaines légendes qui me contrarient infiniment. - J'avance dans Sodome III
            Bien affectueusement

                                                                                                      Marcel Proust


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                      A Marcel Proust
                                                                              ( extraits )

                                                                                                           26.4.1922

            Mon cher Marcel,
            Vous n'avez pu me toucher par téléphone dimanche car j'étais à Abbeville, ainsi que je vous l'avais dit pour vérifier l'expédition de votre livre.
            Les caisses sont maintenant bien arrivées ; les paquets des libraires préparés ; le camion de la Maison du Livre les distribuera vendredi soir et samedi matin. Ainsi Sodome et Gomorrhe II sera bien en vente le samedi 29 exactement, ainsi que vous le désiriez.
            .............                                                                                          flickr.com
Résultat de recherche d'images pour "catleyas odette"            Voulez-vous marquer d'une croix les noms des personnes auxquelles vous désirez que j'envoie directement les exemplaires de service, et voulez-vous que je vous fasse parvenir les autres pour que vous puissiez les dédicacer. Je suis d'ailleurs à votre disposition pour nous mettre d'accord à ce sujet......
            ..... Je vous envoie par le même courrier l'exemplaire justificatif  de "Sodome II ".
           .......Je suis navré que vous soyez si souffrant en ce moment. Nous voudrions tant, tous ici et moi en particulier, que votre santé s'améliore. Je n'ose vous demander si vous êtes bien soigné.........
           .......Je vous envoie toute mon affection.


                                                                                                Gaston Gallimard


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                        A Marcel Proust
                                                                                ( extraits )

            Monsieur Marcel Proust
                44 rue Hamelin
                        Paris
                                                                                       29.4.1922

            Mon cher Marcel,
            J'avais été faire une démarche hier soir  pour avoir une annonce dans " Le Temps - Le Gaulois et Le Figaro " samedi...... vous préférez qu'elle soit reportée à mardi. Je vais essayer de l'obtenir....... je trouve cela préférable. Il n'est pas bon de faire de la publicité le jour même de la mise en vente. Mon avis est même que les annonces sont surtout efficaces dans un journal, à la suite d'un article dans ce journal........
            ......... Un extrait paraît aujourd'hui au Figaro. Et j'ai reçu la promesse d'une série d'échos, de notes que j'ai demandés à l'Eclair, à l'Intransigeant, à Comoedia, etc...
            Bien affectueusement


                                                                                          Gaston Gallimard
Résultat de recherche d'images pour "sodome et gomorrhe II"
            P.S.............


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                              A Marcel Proust 
                                                                                 ( extraits )

Monsieur Marcel Proust
        44 rue Hamelin                                                                1.5.1922
            Paris    

            Mon cher Marcel,
            Je vous apporte 100 exemplaires en édition originale, dont 20 sur pur fil de " Sodome et Gomorrhe 11 "........
            ........... Si toutefois vous ne pouvez pas vous fatiguer à continuer ce service de presse, je vous rappelle que je suis à votre disposition pour faire faire les envois.........
            .......... Je vous rappelle que vous avez envoyé pour les précédents volumes de " A la Recherche du Temps perdu " un "exemplaire sur papier pur fil à chacun des membres de l'Académie Goncourt.........
            Bien affectueusement


                                                                                                    Gaston Gallimard


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                            A Marcel Proust

Monsieur Marcel Proust
        44 rue Hamelin                                                                            Paris le 3 Mai 1922
            Paris                                                

            Monsieur,
            D'ordre de Monsieur Gaston Gallimard je vous envoie les différentes pièces établies pour le lancement de Sodome et Gomorrhe 11
            Vous voudrez bien trouver ci-inclus
             Un signet
             une bande
             une prière d'insérer
             une affiche
             Veuillez croire, monsieur, à l'expression de mes sentiments les meilleurs


                                                                                             Simon de Vaulchier


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                     A Gaston Gallimard

  midilibre.fr                                                                                                     9 mai 1922
Résultat de recherche d'images pour "1er mai"
            Mon cher Gaston
            Avouez que je n'ai pas de chance en dehors de tout ce que j'avais déjà pris pur, avant-hier par hasard, un médicament très dangereux de cette façon, j'ai eu le tube digestif brûlé comme par du vitriol j'ai souffert... pendant trois..un véritable martyre, et quoique les douleurs soient fort émoussées, je ne puis rien prendre et on va être obligé de me plâtrer l'estomac pour me boucher les ulcérations.
            Je n'aime pas beaucoup parler de ma santé, mais j'ai tenu à vous raconter cela, pour que comprenant l'état de faiblesse où je suis vous m'excusiez d'être un peu lent.
            Je vous avais marqué dans le n° d'Eve ci-inclus et contrairement à ce que vous croyez, c'est précisément au-dessous de l'article de Clauzel sur Morand qu'est la phrase " A ne pas laisser lire aux jeunes filles " ou quelque chose d'approchant. Je vais écrire à Mr Martin du Gard, tout en relevant .. que vous me dites. Je me règle sur vous au lieu qu'au contraire. Mais ceci est un peu fatigant à vous expliquer par lettre. Je vous expliquerai, dès que je serai un peu moins faible, pour quelles raisons les Boulenger ( surtout Marcel ) me semblent à ne pas choisir pour un article dans le Figaro. Il me semble que quelqu'un comme Schlumberger ferait au contraire cela très bien. Si vous voyez Mr Malexis excusez-moi auprès de lui en lui disant ce qui m'est arrivé. Mon livre pour lui est dédicacé et empaqueté mais depuis avant-hier on ne peut me quitter de sorte que tous mes nouveaux envois restent en panne dans ma chambre. Je pense d'une heure à l'autre pouvoir les faire partir. Est-ce qu'une agence de publicité manuelle, je ne sais pas quoi, a une importance quelconque. Pourquoi est-ce que la carte dont je vous remercie mille fois écrit en gros caractères Swan ( avec une seule " n " )
( ? ) Ce sont des erreurs permises à tout ce qui ne touche pas la N.R.F. Mon cher Gaston je sens, comme Phèdre, que ma force m'abandonne et je ne peux plus que vous dire que toute mon affection.


                                                                                                       Marcel Proust

P.S. Si vous con naissez Mr Robert Kemp pouvez-vous vous charger de lui dire mon état, sans lequel je l'aurais remercié d'un article entre nous ( détestable ) mais très bien intentionné.

                                                                                                           Marcel Proust


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                           A Gaston Gallimard

                                                                                                       17 ou 18 mai 1922

            Mon cher Gaston                                                                                      pinterest.com 
For readers of In Search of Lost Time: Cattleya Labiata. The orchid favored by Odette de Crecy.            Je vous retourne ( en y joignant une autre demande du même genre reçue par moi, je ne peux pas mettre la main sur les autres ) la demande d'Hellens. L'entourage ne me paraît pas enchanteur, mais agréable et, puisque votre avis est d'accepter, j'accepte volontiers ( et avec plaisir ). Quant à de l'inédit je me demande s'il ne convient pas de le réserver plutôt pour des revues françaises car ici personne ne saura qu'il a paru de l'inédit au Disque Vert. - . Pour la Neue Rundshau j'ai répondu à M. Benoist-Méchin en lui disant votre généreuse autorisation. Je crains d'avoir répondu un peu tard. Je crois que vous ferez bien de ne pas parler de cette revue à vos autres solliciteurs ( dont les lettres sont ci-incluses ). D'autant même que j'ignore si ma réponse atteindra M. Benoist-Méchain. Dès que j'aurai un mot de lui je vous en informerai. Il est préférable de lui laisser le temps d'arranger cela à sa guise car il me semble fort intelligent et jouissant d'un certain prestige intellectuel là-bas. Je ne le connais pas ; j'ai connu autrefois sa mère, la B.. Benoist-Méchin. Que les générations se ressemblent peu ! - . Avez-vous encore quelques exemplaires sans marque d'édition ( je ne veux pas dire des originales ). Quelques-uns me seraient bien utiles. - . Je crains d'avoir fâché Régnier ( et tiens absolument à ne pas m'en informer ).Je le crains d'abord parce que j'aime beaucoup Régnier, ensuite parce que cela diminuerait mon autorité au Comité Blumenthal. Or je sens que pour diverses raisons ma position y sera momentanément moins forte et il y a besoin de beaucoup de force pour Paulhan. Morand me recommande diverses candidatures, très intéressantes je n'en doute pas mais il n'y a pas un nombre indéfini de prix ! En pensant à Paulhan ( et d'ailleurs ce n'était que dû ) j'ai envoyé une originale à Me Blumenthal, une à Me Muhlfeld, une à Jaloux, une à Bergson etc.
            Je vois que dans votre liste aucun journal de Bruxelles ne figure. Or beaucoup ont été chaque fois charmants pour moi. Je ne sais plus les noms. En tous cas l'Indépendance belge me semble un oubli. De même ce M. Gahier ( journaux réactionnaires d'Ille-et-Vilaine etc ) qui faisait chaque fois des articles remarquables sur Gide et sur moi. Voici que j'ai égaré l'adresse de Me Fitz-Gérald. Mille fois pardon de vous la redemander ( je peux lui envoyer une des " onzième édition " que j'ai fait acheter, n'est-ce pas ? ) Avez-vous tâter Schlumberger et Flers ? A la rigueur je pourrais demander à Jacques Boulenger. ( Est-il vrai que Marcel Boulenger se présente à l'Académie ? ) Un libraire que mon frère connaît lui a dit qu'il vendait malgré le prix 50 Sodome 11 par jour. Je ne sais pas si c'est beaucoup ou peu. Mais il avait l'air de craindre qu'on ne tirât pas assez. Au revoir mon cher Gaston la fatigue seule arrête un bavardage qui vous montre comme nous aurions des choses à nous dire si nous pouvions nous voir souvent. Que j'aimerais la vie N.R.F., un petit couvent lettré où je pourrais chaque jour demander à Frère Jacques ( Jacques Rivière ) non pas dormez-vous mais avez-vous bien dormi. Il sonnerait les Matines et moi plutôt l'Angelus du soir. Quel regret de se connaître quand on ne peut plus se voir ?
            Très affectueusement à vous


                                                                                           Marcel Proust

Une femme que j'ai aimée il y a 30 ans m'écrit une lettre furibonde pour me dire qu'Odette c'est elle, que je suis un monstre. De telles lettres, ( et les réponses ) voilà qui tue tout travail. Je ne parle pas du plaisir. Il y a longtemps que j'y ai renoncé.
 
P.S. Avez-vous lu le réquisitoire prétendu grammaticale de Souday. C'est autant de fautes de français qu'il fait. Et sa défense des gens du monde. Quelle jolie réponse à lui faire si je n'étais bien avec lui.

Page 1 ( absurde pagination



         
         

.