vendredi 9 mars 2018

L e Paresseux Le Fromage Saint-Amant ( Poème France )


Choloepus hoffmanni (Puerto Viejo, CR) crop.jpg
he.wikipedia.org


                                            Le Paresseux

            Accablé de paresse et de mélancolie,
            Je rêve dans un lit où je suis fagoté,
           Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté,
               Ou comme un Don Quichotte en sa morne folie.                                                                                                                     
Image associée
           Là, sans me soucier des guerres d'Italie,
           Du comte Palatin, ni de sa royauté,
          Je consacre un bel hymne à cette oisiveté
          Où mon âme en langueur est comme ensevelie.

          Je trouve ce plaisir si doux et si charmant,
          Que je crois que les biens me viendront en dormant,
          Puisque je vois déjà s'enfler ma bedaine,
            
          Et hais tant le travail, que les yeux entrouverts,
          Une main hors des draps, cher Baudoin, à peine                    
          Ai-je pu me résoudre à t'écrire ces vers.                                           twitter.com


                                                                  Marc-Antoine de Saint-Amant  - 1631  -
                                                                               ( 1594 - 1661 )


**************************



                                             Le Fromage                                                      maisoncario.fr      
Image associée
            Assis sur le bord d'un chantier
            Avec des gens de mon mestier,
            C'est-à-dire avec une trouppe
            Qui ne jure que par la couppe,
            Je m'escrie, en laschant un rot :
            Beny soit l'excellent Bilot !
             Il nous a donné d'un fromage
            A qui l'on doit bien rendre hommage.
            Ô Dieu ! Quel manger précieux !
            Quel goust rare et délicieux !
            Qu'au prix de luy ma fantaisie
            Incague la saincte ambroisie !
            Ô doux cottignac de Baccus !
            Fromage, que tu vaux d'escus !
            Je veux que ta seule mémoire
             Me provoque à jamais à boire.

            A genoux, enfans debauchez,
            Chers confidents de mes pecherz
            Sus ! qu'à plein gosier on s'escrie :
            Beny soit le terroir de Brie !
            Beny soit son plaisant aspect !
            Qu'on n'en parle qu'avec respect !
            Que ses fertiles pasturages
            Soient à jamais exempts d'orages !
            Que Flore, avec ses beaux atours,
            Exerçant mille amoureux tours                                                      focus-cuisine.com
Résultat de recherche d'images pour "fromage brie de meaux"            Sur une immortelle verdure,
            Malgré la barbare froidure
            Au visage morne et glacé,                                                   
            Y tienne à jamais enlacé
             Entre ses bras plue blancs qu'albastre
             Le gay Printemps, qui l'idolastre !
             Que, comme autrefois Apollon
             Délaisse torche et violon,
             Et s'en vienne dans ces prairies,
             Dans ces grandes plaines fleuries,
             Garder, en guise de vacher,
             Un troupeau qui nous est si cher,
             Et dont la mamelle féconde
             Fournit de laict à tout le monde.
             Mais je veux l'encharger aussi
             Qu'il en plus de soucy,
             S'il faut qu'un jour il s'y remette,
             Qu'il ne fit de celui d'Admette,
             Lors que le patron des mattois
             Portant cinq crocs au lieu de doits
             Qui faisoient le saut de la carpe,
             Joua sur ses boeufs de la harpe,
             Et le laissa sous un ormeau
             Fluster son soul d'un chalumeau,
             Que jadis l'amoureux martyre
             Fit entonner au grand satyre.

Image associée            On dit que, quand il fut duppé
            Il estait si fort occuppé
            Dans une douce rêverie,
            Qu'il  n'en vit point la tromperie
            Chose estrange ! à mon jugement,
            De convaincre d'aveuglement
            Celuy dont la vertu premiere
            Ne consiste qu'en la lumiere !
            Tout beau, Muse, tu vas trop haut,
            Ce n'est pas là ce qu'il nous faut :
            Je veux que ton stile se change
            Pour achever cette louange.

            Encore un coup donc, compagnons,
            Du beau Denys les vrais mignons,
            Sus ! Qu'à plein gosier on s'escrie :
            Beny soit le terroir de Brie !

            Pont-l'Evesque, arrière de nous !
            Auvergne et Milan, cachez-vous !
            C'est luy seulement qui merite
                  Qu'en or sa gloire soit escrite ;                                                                                                       fr.123rf.com
Image associée            Je dis en or avec raison,
            Puis qu'il fera comparaison
            De ce fromage que j'honore
            A ce metal que l'homme adore :
            Il est aussi jaune que luy ;
            Toutefois, ce n'est pas d'ennuy,
            Car si tost que le doigt le presse,
            Il rit et se creve de gresse.
           Ô ! combien sa propriete
           Est necessaire à la santé !
           Et qu'il a de vertus puissantes
           Pour les personnes languissantes :
           Rien n'est de si confortatif ;
           C'est le meilleur preservatif
           Qu'en ce temps malade et funeste
           On puisse avoir contre la peste.

            Mais cependant que je discours,
            Ces goinfres-ci briffent tousjours,
            Et voudroient qu'il me prist envie
            De babiller toute ma vie.
            Hola ! gourmands, attendez-moy !
            Pensez-vous qu'un manger de roy
            Se doive traiter de la sorte ?
            Que vostre appetit vous emporte !
            Chaque morceau vaut un ducat,
            Voire six verre de muscat,
             Et vos dents n'auront point de honte
             D'en avoir fait si peu de conte.                                                                   imagesdubeaudumonde.com
PONT-L'ÉVÊQUE, la ville du fromage fleurie
            Bilot, qui m'en avois muny,
            Hé ! pourquoi n'est-il infiny
            Tout aussi bien en sa matiere
            Qu'il l'estoit en sa forme entière ?
            Pourquoy, tousjours s'apetissant,
            De lune devient-il croissant ?
            Et pourquoy si bas sous la nue,
            S'eclipse-t-il à notre veue ?
            Respons, toy qui fais le devin
            Crois-tu qu'un manger si divin,
            Vienne d'une vache ordinaire ?
            Non, non, c'est chose imaginaire.

            Quant à moy, je croy qu'il soit fait
            De la quintessence du lait
            Qu'on tira d'Yo transformée,
            Qui fut d'un Dieu la bien-aymée.
            Garçons, pour vous en assurer,
            Je ne craindray pas d'en jurer,
            Puisque sans contredit je trouve
            Que sa vieillesse me le prouve.

            Ô doux cotignac de Baccus !
            Fromage, que tu vaux d'escus !
            Je veux que ta seule mémoire
            Me provoque à jamais à boire.
                 


                                                         

                                                                  Marc-Antoine de Saint-Amant 
                                                                                 ( 1594 - 1661 )

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire